Château de Chinon

 

Château de Chinon

 

"Petite ville, grand renom,

Assise dessus pierre ancienne,

Au haut le bois, au pied la Vienne" François Rabelais

Le Château de Chinon est un château situé sur les rives de la Vienne à Chinon , en France. Une première fortification Romaine s'y trouvait, puis elle a été agrandit et modifiée par Thibauld Ier, comte de Blois . Au XIe siècle, le château devint la propriété des comtes d'Anjou . En 1156, Henri II d'Angleterre , membre de la Maison d'Anjou, prit le château de son frère Geoffroy comte de Nantes, après que Geoffroyse soit rebellé une seconde fois.  La plus grande partie de la structure debout peut être attribuée à son règne et il y mourut en 1189 et est inhumé dans l'Abbaye de Fontevraud.

Au début du XIIIe siècle, le roi de France Philippe II, dit Philippe-Auguste, harcela les terres anglaises en France et captura Chinon en 1205 après un siège qui dura plusieurs mois, après quoi le château resta sous contrôle français. Lorsque le roi Philippe IV a accusé les Templiers d' hérésie au cours de la première décennie du XIVe siècle, plusieurs membres influents de l'ordre y ont été emprisonnés, on peut observé des graffitis dans le donjon qui peuvent provenir de ces templiers emprisonnés.

Utilisé par Charles VII au XVe siècle, c'est dans l'une des ses "chambres" qu'il rencontre Jeanne d'Arc. le Château de Chinon devint une prison dans la seconde moitié du XVIe siècle, mais tomba en ruine et fut abandonné. Il est classé monument historique par le ministère de la Culture français depuis 1840. Le château, qui abrite un musée, appartient et est géré par le conseil général d'Indre-et-Loire et constitue une attraction touristique majeure. Au début du XXIème siècle, il a été restauré pour un coût de 14,5 millions € .

 

 

Voir aussi. Jeanne d'Arc à Vaucouleurs, Porte de France - Sainte-Catherine de Fierbois - l'Epée de Sainte-Catherine de Fierbois - Jeanne d'Arc au Château de Chinon - Château du Rivau - Jardins - Parchemin de Chinon - Templiers

 

 

-

 

Les premières traces d'habitations connues remontent au Ier siècle avant J-C. Entre le Ier et le V ème siècle après J-C, il existe un castrum de forme quasi rectangulaire. Mais c'est au XIIe siècle que les prémices du château actuel  prennent réellement forme avec deux parties : le fort St-Georges et le fort du milieu qui comprend alors la partie actuelle du fort de Coudray.  Depuis l'époque préhistorique, à l'origine de la colonisation de Chinon,  les rivières constituaient les principales routes commerciales , et la Vienne rejoignait les fertiles plaines du sud du Poitou et la ville de Limoges jusqu'au cœur de la Loire.  Le site a été fortifié très tôt et, au Ve siècle, un castrum gallo-romain a été créé. Theobald I, comte de Blois a construit le plus ancien château connu sur le mont de Chinon au 10ème siècle. Il l'a fortifiée pour l'utiliser comme une place forte.

410 / 425, l'évêque de Tours, Brice, fait construire la première église à Chinon.

440, Mexme s'installe et y établit un monastère  près d'une grotte.

vers 463, date incertaine, premier siège connu du Castrum de Chinon par Aegidius-Afranius, alors gouverneur de la Gaule pour Rome. Le gouverneur tenta d’assoiffer la population assiégée, mais les prières de la population auraient apportées de la pluie qui a pu permettre de remplir les vases en eau. Cet événement contraint le gouverneur Aegidius de rompre le siège et de se retirer.

507, après la bataille de Vouillé, Clovis, roi des Francs, annexe la Touraine à son royaume. 

La première trace écrite de l'existence de Chinon apparaît au VIe siècle par Grégoire de Tours dans son histoire des Francs. Le nom de Chinon était alors de Cain, Cayni, Caino Vicus et Cainonense Castrum. Les origines du nom sont pour l'instant incertaines.

945, Hugues le Grand cède le gouvernement de la Touraine à Thibault le Tricheur.

Château vers 1100

Château vers 1100, maquette exposée au château de Chinon.

Après Odo II, le comte de Blois mourut au combat en 1037, Fulk III, comte d’Anjou, pénétra dans la Touraine pour conquérir le château de Langeais , puis Chinon, à 22 km. Lorsque Fulk arriva à Chinon, la garnison du château chercha aussitôt des conditions et se rendit. En 1044, Geoffrey (le comte d'Anjou) s'empare de Thibaud de Blois-Chartres . En échange de sa libération, Theobald accepta de reconnaître à Geoffroy la propriété de Chinon, Langeais et Tours. À partir de ce moment et jusqu'au début du XIIIe siècle, le château de Chinon descendit par ses héritiers.

Alors que le château appartient au Comte de Blois depuis le milieu du Xe, au XIème siècle le château change de main en passant au Comte d'Anjou en 1044. Puis le comte d'Anjou, Henri II Plantagenêt, devient roi d'Angleterre en 1154. Il y meurt le 6 juillet 1189 en disant sur son lit de mort : "maudit soit le jour où je suis né, maudit de Dieu soient les fils que je laisse"[*], faisant référence aux incessantes batailles entres les frères et le père.

1154 - 1189, le nom de "Chinonem" apparaît la première fois dans une chartes d'Henri II de Plantagenêt. 

Selon le chroniqueur contemporain Robert de Torigni , à la mort de Geoffroy V d'Anjou, comte d’Anjou en 1151, son deuxième fils, également appelé Geoffroy , hérita de quatre châteaux. Robert ne spécifia pas de quoi il s'agissait, mais l'historien WL Warren spécula que Chinon, Montsoreau , Loudun et Mirebeau comptaient parmi ces châteaux, comme ils se trouvaient sur le territoire qui aurait pu être traditionnellement l'héritage du deuxième fils aîné. Geoffroy s'est rebellé contre son frère aîné, Henry , en 1152. Henry a négocié avec les capitaines des châteaux de Chinon, Loudun et Mirebeau à se rendre avant d’assiéger le Château de Montsoreau. Après la perte de Montsoreau, Geoffroy s’est rendu à son frère.

 En 1156, Chinon, Loudun et Mirebeau étaient de retour sous le contrôle de Geoffrey. Cette année-là, il les prépara à la guerre alors qu'il se rebellait contre Henry une seconde fois. Dans l’intervalle, son frère avait été couronné roi Henri II d’Angleterre à la fin d’une longue guerre civile . Henry assiégea et captura les châteaux de Geoffroy à l'été 1156 et les garda sous son contrôle, offrant à Geoffroy une rente  à titre de compensation. La présence d'un trésor et de l'un des principaux arsenaux d'Henri II a fait de Chinon un château particulièrement important au XIIe siècle. C'était une résidence principale d'Henri II qui était responsable d'une grande partie du château actuel.

En 1173, Henri II confia son fils cadet, le prince Jean , à la fille du comte Humbert , seigneur influent de Provence . Jean n'avait pas de terre, mais dans le cadre de l'arrangement, Henry lui promit les châteaux de Chinon, Donjon ou Tour carrée de Loudun et Mirebeau. Le fils aîné d'Henri II, également appelé Henry , avait été couronné roi d'Angleterre à côté de son père, mais n'avait pas de terre à lui et était irrité par la situation. Son mécontentement grandit et Henry le Jeune Roi demande à ce que certaines des terres promises lui soient remises, prétendant avoir le soutien des barons anglais et de son beau-père, le roi de France Louis VII .  Pendant que le roi était à Limoges, il a été informé d'un complot impliquant son épouse et ses fils en vue de le renverser. Choisissant de garder son fils aîné à ses côtés, Henri II se dirigea vers le nord en direction de la Normandie , s'assurant en cours de route que ses châteaux en Aquitaine étaient préparés à la guerre. En route, ils sont restés à Chinon; en pleine nuit, Henri le Jeune Roi s'évade et se rend à Paris pour rejoindre la cour de Louis VII.  Deux des frères de Henry le Jeune Roi, Richard et Geoffroy, se sont joints à lui dans la rébellion avec les barons de la France et certains en Angleterre.  La guerre a suivi, qui a duré jusqu'en 1174, et Chinon, Loudun et Châtellerault ont été la clé de la défense de Henri II. 

Après la fin de la révolte en 1174, les relations entre Henri II et ses fils continuèrent à être tendues.

1187, Henri le Jeune Roi était mort, Richard devait hériter et Henri II était au bord de la guerre avec Philippe II. En juin de la même année, Richard se rendit à Paris avec Philippe II et se lia d'amitié avec le roi de France. Craignant que son fils ne se retourne contre lui, Henri II lui demanda de revenir. Richard s'est rendu à Chinon et a perquisitionné la trésorerie du château afin de financer la réparation de ses propres châteaux en Aquitaine.  En 1189, Richard et Philip faisaient des ravages dans le Maine et à Toulouse, capturant les châteaux d'Henri II. le roi était malade et se rendit au château de Chinon. Il est parti brièvement en juillet pour rencontrer Richard et Philippe II et convenir d'une trêve. Il est décédé à Chinon le 6 juillet. Le corps du roi a été emmené àL'abbaye de Fontevraud et Richard devinrent roi. 

1199, Jeansuccéda à son frère en tant que roi d'Angleterre. En 1202, ses terres en France étaient menacées par Philippe II de France , menaçant l'est et les barons de Bretagne . En janvier 1203, Jean envoya une bande de mercenaires récupérer la reine Isabelle de Chinon, menacée par les rebelles.  Au printemps, Hubert de Burgh, Ier comte de Kent , prit le commandement de la garnison de Chinon. La guerre n'allait pas en faveur de Jean sans Terre. En août de la même année, il ordonna la démolition de plusieurs châteaux, dont le Château de Montrésor , afin d'éviter qu'ils ne soient utilisés par l'ennemi.

Sous Henri II de Plantegenet et Philippe Auguste

Sous Henri II de Plantegenet et Philippe Auguste, maquette exposée au château.

Vers le XIIIème siècle le château subit d'importantes modifications qui vont radicalement changer sa physionomie  et densifier ses protections avec une coupure nette entre le château du milieu, celui du fort St-Georges et du futur fort de Coudray tout en renforçant l'ensemble d'une enceinte homogène. La tour du Moulin et celle de l'Echelle sont construites vers 1200 sous Richard Cœur de Lion. Ces modifications n'empêchèrent pas Philippe-Auguste de prendre le château par un long siège épique d'un an en 1205

1205, Chinon était l'un des derniers châteaux de la Loire. Le château de Chinon est tombé aux mains de la force française à la Pâques 1205, après un siège qui va durer presque un an. Hubert de Burgh est blessé et fait prisonnier. Il restera en captivité jusqu'en 1207. Peu après la capture du Château de Chinon, Philippe II prend la Normandie en couronne d'Angleterre.  Le roi de France était un constructeur de château prolifique et était responsable de la construction du donjon cylindrique à Chinon, la Tour du Coudray. Le donjon rond était typique du design français de l'époque, à la différence des donjons habituellement carrés, et fut répété par Philippe II notamment aux Château de DourdanChâteau de Falaise, Guillaume le Conquérant, Tour Jeanne d'Arc à Rouen etc

 

 

Donjon du Coudray

Donjon du Coudray édifié par Philippe-Auguste, c'est aussi dans ce donjon que les templiers sont enfermés au XIVe siècle, et que Jeanne d'Arc est logée pendant quelques jours après sa rencontre avec Charles VII.

Philippe-Auguste renforce considérablement l'ensemble par un système défensif qui va notamment apporter la tour du Coudray ( ou donjon ) d'une hauteur de 25 mètres et d'un diamètre de 12m. Elle se différencie cependant des tours « philipiennes » de l'époque par l'absence de fossés l'entourant totalement comme par exemple la tour Jeanne-d'Arc à Rouen, mais aussi par son entrée située plus en hauteur avec un avant-poste. Il est possible que ce soit sous Philippe-Auguste que les souterrains actuels aient été construits, aujourd'hui ils sont transformés en cave à vin. Cependant au vu de la résistance offerte par les Anglais pendant le siège qui a duré un an, il n'est pas impossible ( voir probable ) qu'ils existaient déjà en totalité ou en partie, d'autant qu'ils ont servi de carrière pour la construction du château.

 1308, les templiers sont enfermés dans le donjon du Coudray, suite aux arrestations ordonnées par Philippe le Bel. Le Pape Clément V ordonne une enquête pour connaître les faits. Il en résulte un procès verbal, dit le Parchemin de Chinon, qui absous les condamnés des fautes qu'ils auraient commis. Des graffitis gravés par les chevaliers emprisonnés sont visibles sur les murs de la tour.   Il en résulta qu'en 1312, le pape émit un taureau , le Vox in excelso , supprimant l'ordre et donnant sa propriété aux Chevaliers Hospitaliers . Les dirigeants ont été condamnés à la réclusion à perpétuité, à l'exception de Jacques de Molay et Geoffrey de Charney, qui ont été brûlés sur le bûcher à Paris derrière la Cathédrale Notre-Dame de Paris.

L'ensemble du château après Philippe-Auguste ne va pas trop évoluer, même si Louis XI va considérablement renforcer le château avec le creusement du fossé entre le fort du Coudray et du milieu et rajouter par exemple un couloir d'artillerie vers l'entrée.

 

Jeanne d'Arc à Chinon

Février 1429, Jeanne d'Arc arrive au château de Chinon.  Pendant son séjour au château, elle a résidé à la Tour du Coudray.  Charles l'a rencontrée deux jours après son arrivée, puis l'a envoyée à Poitiers afin qu'elle puisse subir une enquête pour s'assurer qu'elle disait la vérité. 

Château de Chinon sous Charles VII, maquette exposée au château. Les parties en noire ont été rajoutées ou modifiées par Charles VII, en gris les parties de Louis Ier d'Anjou ( modification, rajout ).

1562, le château est brièvement devenu la possession des huguenots et a été transformé en prison d'État par Henri IV de France . Le château a été donné au cardinal Richelieu pour l'empêcher de passer sous le contrôle de forces hostiles, bien qu'il l'ait laissé tomber en ruine. Le château de Chinon a été abandonné jusqu'en 1793 lorsque, pendant le règne de la terreur , il a été temporairement occupé par le royaliste vendéen . Peu de temps après, le château est tombé en ruine.

XIXe siècle a vu l'intérêt croissant du public pour le patrimoine de la France et des efforts ont été entrepris pour préserver les bâtiments historiques. En 1830, Louis Philippe Ier, nouvellement couronné, assuma le rôle d'inspecteur général des monuments historiques. Prosper Mérimée , mieux connu en tant qu'écrivain, prend ses fonctions en 1834 et contribue à mettre un terme à l'abandon qui s'est installé au Château de Chinon et à initier des travaux de réfection de la structure.

1840, le château a été reconnu monument historique par le ministère de la Culture français . 

Entre 2003 et 2010, le château a fait l’objet d’un vaste projet de fouilles et de restauration d’un coût de 14,5 millions d’euros. Avec l'espoirt d'attirer jusqu'à  250 000 touristes par an grâce à un centre d'accueil construit à Fort St-George et entièrement fouillé à l'avance. Avant la construction du centre d'accueil, le Fort St-George avait fait l'objet de fouilles archéologiques d'une superficie de près de 4 000 mètres carrés (43 000 pieds carrés), mettant au jour tout l'intérieur du fort. Les logis royaux ( logis royales) qui ont été sans toit pendant deux cents ans, ont été restaurés à l’intérieur et à l’extérieur et ont reçu un intérieur fictif du XVe siècle. En outre, environ 150 mètres des remparts ont été restaurés, ainsi que la Tour du Coudray. Aujourd'hui, il appartient au Conseil général d'Indre-et-Loire et est géré par ce dernier. Il constitue une attraction touristique majeure. 

 

 

 

Photographies
  • 11001100
  • 11701170
  • XIIe-XIIIeXIIe-XIIIe
  • XIVe-XVeXIVe-XVe
  • chateau-de-chinonchateau-de-chinon
  • souterrain-forteresse-de-chinonsouterrain-forteresse-de-chinon
  • tour-donjon-du-coudraytour-donjon-du-coudray