Sur sa deuxième épée connue, celle deCatherine de Fierbois, il est difficile aujourd'hui de savoir ce qu'elle est devenue d'autant qu'elle avait plusieurs épées.

 

La légende locale voudrait qu'elle ait laissée son épée à Lagny-sur-Marne et que l'Abbé ( ou le curé ) l'aurait cachée dans l'Abbaye selon la théorie infondée d'un historien locale, Marcel Pouzol. Il est tout à fait peu probable qu'elle soit dans un des piliers de l'église ou dans un des éventuels souterrains comme le suggère Marcel Pouzol. Une légende qui va jusqu'à faire croire que les curés s'échangent l'information depuis des siècles sur l'endroit où elle fut cachée, encore une théorie du complot qui est une spécialité hexagonale :)

 

En réalité on ne sait pas ce qu'est devenue cette épée, voici ce qu'elle dit lors de son procès le 27 février 1431 :

L'interrogateur : Aviez-vous l'épée de Fierbois quand vous fûtes prise ? ( à Compiègne )

Jeanne: Quand je fus prise, je ne l'avais point. Je la portai constamment depuis que je l'eus jusqu'à mon départ de Saint-Denis, après l'assaut de Paris.

 

On sait qu'elle a donné son armure et une épée à la basilique de Saint-Denis , mais pas celle de Fierbois :

L'?interrogateur : Où est restée l'épée de Fierbois? dans quel village?

Jeanne : A Saint-Denis, j'ai offert une épée et des armes, mais ce n'était pas celle-là.

 

L'interrogateur : Aviez-vous cette épée à Lagny?

Jeanne : Je l'avais à Lagny. De Lagny à Compiègne je portai l'épée du Bourguignon que j'ai dit. C'était une bonne épée de guerre, bonne à donner de bonnes buffes et de bons torchons.

Ici on est fasse à un mystère. Initialement elle explique qu'elle la portait constamment depuis qu'elle l'avait jusqu'à Saint-Denis. Dans cette réponse , elle explique qu'elle l'avait à Lagny mais elle ne dit pas cependant qu'elle la porte, ce qui est différent. On peut supposer donc qu'elle la portait sur elle jusqu'à Saint-Denis mais par la suite elle décide de ne plus la porter, donc ne plus l'utiliser, cependant on n'en connait pas la raison.

Est-ce l'épée qu'elle cassa à Saint-Denis ?après la tentative de prendre Paris, en voulant faire fuire une prostituée ? notons au passage qu'il est souvent écrit que Jeanne à cassée l'épée sur un prostituée, c'est un manque clairement de clairvoyance: comment peut-on imaginée qu'elle est voulut frapper une prostituée si fort qu'elle arrive à cassée une épée sur cette dernière ! c'est totalement impossible vu qu'elle ne porte pas d'armure , au mieux vous la blessée au pire vous la tuée mais l'épée reste intact. On peut supposer plus logiquement que l'épée a été cassée malencontreusement peut-être en frappant sur le sol trop violemment. Si Jeanne était connue pour faire fuire les prostituée entourant les soldats, elle qui ne voulait tuée personne n'aurait probablement jamais tentée de frapper aussi fort une prostituée.

L'autre question est la suivante : si elle ne portait plus l'épée de Fierbois à partir de Saint-Denis et si elle portait celle du Bourguignon de Lagny à Compiègne, quelle épée portait-elle entre temps ?

Clairement elle ne la portait pas à Compiègne, mais ça ne veut pas dire qu'elle ne l'avait pas laissée à Compiègne où elle logeait ou dans un autre endroit, d'autant qu'elle explique que ses frères possèdent ses biens et on sait que son frère Pierre était à Compiègne. Il ne faut pas oublier qu'elle emportait probablement une grande partie de son armement, habits etc, comme tout déplacement d'une unité militaire il y a toujours un logistique derrière.

Elle ne veut pas dire où elle laissa l'épée et rien ne permet d'affirmer qu'elle la donna à qui que se soit. Le fait qu'on est un trou entre Lagny et Compiègne ne justifie donc pas forcément qu'elle ait laissé son épée à Lagny. Elle précise simplement qu'elle ne la porte plus depuis Saint-Denis, qu'elle l'avait à Lagny à priori sans la porter, mais que de Lagny à Compiègne elle porte l'épée du bourguignon, on est donc dans l'incertitude la plus totale à ce sujet car en définitive on perds ,dans ses réponses, sa trace à Lagny. Notons que Lagny-sur-Marne ,malgré les tentatives répétées des anglais, na pas été prise par ces derniers.

Interrogateur : Où avez-vous laissé l'épée de Fierbois ?

Jeanne : Dire où je la laissai ne touche point le procès et ne répondrai pas là-dessus quant à maintenant.

Comme je le soulignais, Jeanne avait surement plusieurs épées, elle en a cassée une à Saint-Denis en essayant de faire fuir une prostituée et non pas comme je le lis souvent en l'ayant cassée sur une prostituée. Comment peut-on cassée une épée sur une personne sans armure ? Impossible au pire la tue, au mieux elle est profondément mutilée.

En tout cas elle refuse de dire où se trouve cette épée, une autre légende voudrait que ses frères l'ait récuperé mais il s'agit à mon avis d'une mauvaise interprétation du procès de condamnation.

En effet lors de son interrogatoire on lui pose, juste après, la question suivante :

L'interrogateur : En quelles mains est votre avoir ? ( ses biens et "richesses" )

Jeanne : Mes frères ont mes biens, chevaux, épée et le reste, ainsi je crois, le montant est à plus de douze mille écus.

Si elle refuse de répondre sur l'épée de Fierbois, sa réponse juste après sur l'épée et sur ses "avoirs" ne devrait donc pas correspondre à celle-ci. Par ailleurs "épée" est mis au singulier, mais il peut s'agir d'une transcription fausse car orale, en effet elle ne dit pas "mes épées" mais "épée" mais on sait qu'elle en avait plusieurs. Elle ne dit pas "mes chevaux" mais "chevaux", si cheval au pluriel ne se disait pas "chevaux" on aurait la même ambiguité sur ce pluriel. On peut noter que ses avoirs seraient ,selon son estimation, équivalent à 12 000 écus. Sachant que les anglais ont payé au moins 10 000 écus pour payer la rançon, elle avait donc théoriquement la possibilité de la payer....mais qu'on a dû lui refuser si éventuellement elle en avait fait la demande. Notons que son frère Pierre a cependant probablement payé la rançon pour se libérer.

Conclusion : En définitive rien ne permet de prouver et d'affirmer que Jeanne a laissé son épée à Lagny-sur-Marne, elle en a peut-être donnée une mais on ne sait pas laquelle, ni à qui. Vous l'aurez compris, cette épée si mystérieuse, voir aussi légendaire que celle de Durandal, a totalement disparue. Il est aujourd'hui totalement impossible de savoir ce qu'elle est devenue. Peut-être existe t'elle encore aujourd'hui quelque part, dans une église, une maison, un château ou autre, mais peut-être aussi a t'elle totalement rouillée et ne ressemble plus à rien aujourd'hui, bien malin ou chanceux qui pourrait dire ce qu'elle est devenue.