Château de Vaux le Vicomte

 

Le château de Vaux-le-Vicomte, est situé en Seine-et-Marne, soutient largement la comparaison avec les châteaux de l'Île-de-France comme ceux de Versailles, Fontainebleau et de Saint-Germain-en-Laye.. Il a réuni pour la première fois trois talents artistiques qui ont fait la grandeur de la France sur ce plan : André le Nôtre, Louis le Vau et Charles Le Brun. À noter qu'une copie de ce château a été réalisée en 2013 à coté de Louveciennes. Les propriétaires de  Vaux le Vicomte sont la famille de Voguë. Le comte Patrice de Voguë avait reçu le domaine comme cadeau de mariage en 1967. Il est à l'initiative de l'ouverture du château. Après son décès en 2020, ce sont ces fils qui ont pris la relève.

Château de Vaux le Vicomte

Il est le château privé le plus grand de France avec notamment un parc de 33 hectares, avec 300 000 visiteurs par an ( 2012 ) et 7 millions d'euro de chiffres d'affaires.

 

Articles connexes :  Nicolas Fouquet - André le Nôtre 

 

Historique
Sources :  le château, informations diverse, editions atlas, wikipedia

  


 

 


Le Château  

 

chateau de vaux le vicomte

Le jardin Le Nôtre, une perspective travaillée par le jardinier du roi.

Le château est situé près de l’extrémité nord d’un axe nord-sud de 1,5 km de long avec le front d’entrée orienté vers le nord. Ses élévations sont parfaitement symétriques de part et d’autre de cet axe. Assez étonnamment, le plan intérieur est également presque entièrement symétrique avec peu de différences entre les moitiés est et ouest. Les deux chambres du centre, le vestibule d’entrée au nord et le salon ovale au sud, étaient à l’origine une loggia en plein air, divisant le château en deux sections distinctes. La décoration intérieure de ces deux chambres était donc plus typique d’un cadre extérieur. Trois ensembles de trois arches, ceux à l’entrée avant, trois autres entre le vestibule et le salon, et les trois menant du salon au jardin sont tous alignés et ont permis au visiteur arrivant de voir à travers l’axe central du jardin avant même d’entrer dans le château. Les arcs extérieurs pouvaient être fermés avec des portes en fer et seulement plus tard ont été remplis avec des portes en verre et les arcs intérieurs avec des portes en miroir. Puisque la loggia a divisé le bâtiment en deux moitiés, il y a deux escaliers symétriques de chaque côté de celui-ci, plutôt qu’un seul escalier. Les chambres dans la moitié est de la maison étaient destinées à l’usage du roi, celles de l’ouest étaient pour fouquet. La fourniture d’une suite de chambres pour le roi était une pratique normale dans les maisons aristocratiques de l’époque, puisque le roi voyageait fréquemment. 

Une autre caractéristique surprenante du plan est l’épaisseur du corps principal du bâtiment (corps de logis), qui se compose de deux rangées de chambres fonctionnant à l’est et à l’ouest. Traditionnellement, le milieu du corps de logis des châteaux Français se composait d’une seule rangée de chambres. Le corps de logis double épaisseur avait déjà été utilisé dans les hôtels particuliers à Paris, y compris l’Hôtel Tambonneaude Le Vau, mais Vaux fut le premier château à intégrer ce changement. Plus insolite encore, les chambres principales sont toutes au rez-de-chaussée plutôt qu’au premier étage (la nobile traditionnelle pour piano). Cela explique l’absence d’un grand escalier ou d’une galerie, éléments standard de la plupart des châteaux contemporains. Il convient également de noter les couloirs au sous-sol et au premier étage, qui s’exécutent sur toute la longueur de la maison, offrant une intimité aux chambres auxquelles ils accèdent. Jusqu’au milieu du XVIIe siècle, les couloirs étaient essentiellement inconnus. Autre caractéristique du plan, les quatre pavillons, un à chaque coin de l’édifice, sont plus conventionnels. 

 

Stitched Panorama

Chambre des Muses de Vaux le Vicomte, une des grands caractéristiques ce sont les appartements meublés d'une incroyable qualité et souvent d'une grande beauté artistique.

 

Bâtiment de service dans la brique et la pierre

Vaux-le-Vicomte devait à l’origine être construit en brique et en pierre, mais après le milieu du siècle, comme les classes moyennes ont commencé à imiter ce style, les cercles aristocratiques ont commencé à utiliser la pierre exclusivement. Assez tard dans le processus de conception, Fouquet et Le Vau sont passés à la pierre, une décision qui a pu être influencée par l’utilisation de la pierre au Château de Maisons deFrançois Mansart. Les bâtiments de service flanquant la grande avant-cour au nord de la maison sont restés en brique et en pierre, et d’autres structures qui les précédaient étaient en pierre de gravats et en plâtre, un classement social des matériaux de construction qui serait commun en France pendant une longue période par la suite. 


Le château principal est entièrement construit sur une plate-forme moated, atteint par deux ponts, tous deux alignés avec l’axe central et placés sur les côtés nord et sud. Les douves sont une emprise pittoresque des résidences médiévales fortifiées, et est encore une fois une caractéristique que Le Vau peut avoir emprunté à Maisons. Les douves de Vaux ont peut-être aussi été inspirées par le château précédent sur le site, que l’œuvre de Le Vau a remplacé. 

Le pont sur les douves du côté nord mène de l’avant-cour à un large parvis, flanqué de terrasses surélevées de chaque côté, un aménagement évoquant la cour d’honneur des anciennes maisons aristocratiques dans lesquelles la cour d’entrée était entourée d’ailes antérieures, abritant généralement des cuisines et des quartiers domestiques. Les terrasses du Vau se terminent même sur de plus grandes places suggérant d’anciens pavillons. Dans les résidences plus modernes, comme Vaux, il était devenu la coutume de mettre ces installations dans le sous-sol, de sorte que ces structures n’étaient plus nécessaires. Ce plan en forme de U de la maison avec les terrasses est un dispositif qui rappelle à nouveau Maisons, où Mansart avait l’intention « d’indiquer que son château a été conçu dans une noble tradition de design Français tout en mettant l’accent sur sa modernité par rapport à ses prédécesseurs ». 


L’entrée avant du château principal est typiquement Français, avec les deux pavillons laraux flanquant un avant-corpscentral, rappelant encore une fois l’œuvre de Mansart à Maisons. Le Vau les complète par deux volumes supplémentaires de recul entre les pavillons et la masse centrale. Tous ces éléments sont encore accentués avec des chapeaux pyramidaux raides. Ces toits escarpés ont été hérités de l’époque médiévale et, comme la brique, ont été rapidement hors de la mode. Le Vau ne les utiliserait plus jamais. L’effet global à Vaux, selon Andrew Ayers, est « quelque peu disparate et désordonné ». De plus, comme le souligne David Hanser, l’élévation de Le Vau viole plusieurs règles de l’architecture classique pure. L’une des plus flagrantes est l’utilisation de deux baies plutôt que de trois dans les pavillons latériaux, ce qui entraîne le placement inconfortable des frontons directement au-dessus du pilaster central. Ayers concède cependant que, « bien que plutôt peu gainly, la façade d’entrée à Vaux est néanmoins pittoresque, en dépit, ou peut-être à cause, de ses particularités. » 

La façade du jardin du château principal est considérée comme plus réussie. L’énorme Grand Salon à double hauteur qui dépasse substantiellement du corps de logis domine clairement l’élévation sud. Le salon est recouvert d’un immense dôme d’ardoise surmonté d’une imposante lanterne et est orné d’un portique de deux étages presque identique à celui de l’Hôtel Tambonneau. L’utilisation d’un salon ovale central est une innovation adoptée par Le Vau d’Italie. Bien qu’il n’ait jamais été là lui-même, il savait sans aucun doute à partir de dessins et gravures d’exemples dans des bâtiments, tels que le Palazzo Barberini à Rome, et avait déjà utilisé un à grand effet à son Château du Raincy. Au Raincy, le salon s’étend sur le corps de logis et les projets des deux côtés, mais à Vaux, en raison de la double rangée de chambres, il est précédé par le vestibule sur le côté d’entrée, « retardant ainsi et dramatisant la découverte du visiteur de cela, la pièce maîtresse de la maison. » Les pavillons latéraux du projet de façade de jardin seulement légèrement mais sont trois baies larges avec les toits traditionnels d’ardoise grands comme ceux sur l’avant d’entrée, équilibrant effectivement le salon en forme de dôme central. 

Jardins de Vaux le Vicomte

jardin vaux le vicomte

gravure des parterres au XVIIe siècle, comme prévu pour la première fois
Le château s’élève sur une plate-forme surélevée au milieu des bois et marque la frontière entre des espaces inégaux, chacun traité d’une manière différente. Cet effet est plus distinctif aujourd’hui, car les forêts sont plus matures qu’elles ne l’étaient au XVIIe siècle, lorsque le site était une terre agricole et que les plantations étaient nouvelles.

Le jardin de Le Nôtre était la structure dominante du grand complexe, s’étendant sur près d’un mile et demi (3 km), avec une composition équilibrée de bassins d’eau et de canaux contenus dans des bordures de pierre, des fontaines, des promenades en gravier et des parterres à motifs qui reste plus cohérent que le vaste affichage que Le Nôtre devait créer à Versailles. 

Le site était naturellement bien arrosé, avec deux petites rivières qui se sont rencontrées dans le parc; le lit canalisé de l’un forme le Grand Canal, qui mène à un bassin carré.

Le Nôtre a créé une scène magnifique à voir de la maison, en utilisant les lois de la perspective. Le Nôtre a utilisé le terrain naturel à son avantage. Il plaçait le canal à la partie la plus basse du complexe, le cachant ainsi du point de vue perspectif principal. Au-delà du canal, le jardin monte sur une grande pelouse ouverte et se termine par la colonne Hercule ajoutée au XIXe siècle[21]. Les arbustes ont fourni un cadre d’image au jardin qui a également servi de scène pour les fêtes royales. 

Anamorphosis abscondita dans le jardin

parc le notre
Le Nôtre a employé une illusion d’optique appelée abscondita d’anamorphose (qui pourrait être approximativement traduite par « distorsion cachée ») dans sa conception de jardin afin d’établir la perspective décélérée. Le changement le plus apparent de cette façon est celui des piscines réfléchissantes. Ils sont plus étroits au point le plus proche du spectateur (debout à l’arrière du château) qu’à leur point le plus éloigné; cela les fait apparaître plus près du spectateur. À partir d’un certain point d’observation conçu, la distorsion conçue dans les éléments du paysage produit une perspective forcée particulière et l’œil perçoit les éléments comme plus proches qu’ils ne le sont réellement. Ce point, pour Vaux-le-Vicomte, est en haut de l’escalier à l’arrière du château. Debout au sommet du grand escalier, on commence à découvrir le jardin avec une vue magnifique et perspectivale. L’abscondita d’anamorphose crée des effets visuels, qui ne sont pas rencontrés dans la nature, rendant le spectacle des jardins conçus de cette manière extrêmement inhabituel pour le spectateur (qui éprouve une tension entre les indices de perspective naturelle dans sa vision périphérique et la perspective forcée du jardin formel). Les effets de perspective ne sont pas facilement apparents dans les photographies, soit, ce qui rend l’observation des jardins en personne la seule façon de vraiment les vivre.

Du haut du grand escalier, cela donne l’impression que tout le jardin se révèle en un seul coup d’œil. Initialement, la vue se compose de rangées symétriques d’arbustes, avenues, fontaines, statues, fleurs et autres pièces développées pour imiter la nature: les éléments illustrent le désir baroque de façonner la nature pour s’adapter à ses souhaits, utilisant ainsi la nature pour imiter la nature. La pièce maîtresse est une grande piscine réfléchissante flanquée de grottes tenant des statues dans leurs nombreuses niches. La grande pelouse en pente n’est pas visible jusqu’à ce que l’on commence à explorer le jardin, lorsque le spectateur est mis au courant des éléments optiques impliqués et découvre que le jardin est beaucoup plus grand qu’il n’y paraît. Ensuite, une piscine circulaire, précédemment considérée comme ovulaire en raison de l’raccourcissement, est passée et un canal qui coupe le site en deux est révélé, ainsi qu’un chemin de niveau inférieur. Comme le spectateur continue, la deuxième piscine se montre carrée et les grottes et leurs statues niches deviennent plus claires. Cependant, quand on marche vers les grottes, la relation entre la piscine et les grottes semble mal. Les grottes sont en fait à un niveau beaucoup plus bas que le reste du jardin et séparées par un large canal de plus d’un demi-mille (près d’un kilomètre) de long. Selon Allen Weiss, dans Mirrors of Infinity, cet effet optique est le résultat de l’utilisation du dixième theorème de l’optique d’Euclide ,qui affirme que « les parties les plus éloignées des plans situés sous l’œil semblent être les plus élevées ».

A l’époque du Fouquet’s, les intéressés pouvaient traverser le canal en bateau, mais se promener dans le canal offre une vue sur les bois qui marquent ce qui n’est plus le jardin et montre la distorsion des grottes précédemment considérées comme sculpturales. Une fois le canal et les grottes passés, la grande pelouse en pente est atteinte et le jardin est vu du point de vue initial en voie de disparition, complétant ainsi le circuit comme prévu par Le Nôtre. À partir de ce point, les distorsions créent l’illusion que les jardins sont beaucoup plus longs qu’ils ne le sont réellement. Les nombreuses découvertes[exemple nécessaire]faites comme unseul[qui?] voyage à travers le contraste dynamique jardin avec la vue statique du jardin depuis le château. 

Utilisation dans le cinéma, la télévision et la culture populaire


Les bâtiments et les terrains du château ont été utilisés dans au moins 13 productions, un plein 70, en fait, selon les propriétaires.

La  propriété a été utilisée comme la maison californienne du méchant principal Hugo Drax (joué par Michael Lonsdale) dans le 1979 James Bond film Moonraker.

  Il peut également être vu à l’arrière-plan dans le film 1998 L’homme dans le masque de fer. En outre, le château est apparu dans plusieurs épisodes de La Révolution, qui est une série télévisée documentaire sur la guerre d’indépendance américaine qui a été diffusé par History Channel en 2006. Australia’s Next Top Model a eu un shooting de mode au château pour son 7ème Cycle (Episode 02), télévisé en août 2011. Un récit confus de l’histoire de Vaux-le-Vicomte a été donné par le personnage Little Carmine Lupertazzi dans la saison 4 de HBOs The Sopranos. Plus récemment, il a présenté comme le château de Versailles pour la BBC / Canal + production de la série dramatique télévisée Versailles.

Le château est l’un des décors du roman d’Alexandre DumasLe Vicomte de Bragelonne: Dix ans plus tard. 

Le deuxième mariage le plus cher a eu lieu au palais en 2004. Vanisha Mittal, fille du milliardaire de l’industrie sidérurgique britanno-indienne Lakshmi Mittal, a tenu son mariage avec Amit Bhatia, économiste et homme d’affaires britanno-indien, au château après leur cérémonie de fiançailles au château de Versailles. Kylie Minogue a reçu 330 000 $ pour chanter au mariage et la cérémonie a été suivie par des feux d’artifice lancés depuis la Tour Eiffel. Selon un rapport publié dans India Today,« plus de 35 artisans ont été transportés par avion de Mumbai pour ériger un mandap sur un étang dans les jardins tentaculaires du domaine. Des éléphants en verre fibre, des minarets et une immense salle de réception en rose ont également été mis en place. Un lotus a été conçu dans l’étang et des pétales de toutes les couleurs et formes éparpillés sur elle. Des artisans ont été jetés de l’Inde et des fleuristes des Pays-Bas ». 

Le Château de Vaux-le-Vicomte est le cadre du premier court métrage de Victoria Secret Victoria’s Secret Holiday 2016: A Very Private Affair. featuring Stella Maxwell, Elsa Hosk, Taylor Hill, Romee Strijd, Sara Sampaio, Josephine Skriver & Jasmine Tookes. 

 




André LE NÔTRE (1613-1700),(1613-1700),
 

André LE NÔTRE (1613-1700),

Probablement le plus connu des architectes de jardins. Sa première œuvre totalement personnelle fut celle du château de Vaux le Vicomte. Véritable révélation par son système novateur, notamment au niveau des perspectives. Dans la plupart des œuvres de le Nôtre, on peut identifier par exemple une des caractéristiques présentes au château et dans la plupart de ses Jardins à la Française du génie :  on a souvent une ‘erreur visuelle’ pour fausser la distance réelle : ici c’est particulièrement flagrant , si vous regardez à partir du château la "rampe des statues" ,au fond du jardin, on a l'impression d’être proche mais plus on s’approche plus l'ensemble semble s'éloigner.... c’est bien plus loin que prévu. C’est un des signes de génie de Le Nôtre, jouer sur les perspectives pour mettre en doute notre vision et notre perception mais avec délicatesse.  Le VAU et Le Nôtre se connaissaient particulièrement bien puisqu’ils ont été formés dans l’atelier Peintre de Simon Vouet en même temps.

Les principaux Jardins dont certains existent encore aujourd’hui : les domaines de Vaux, domaines de Sceaux,  Saint-Germain-en-Laye, Fontainebleau, Versailles, Trianon et Marly, Saint-Cloud, Chantilly, Clagny, Chaville, Meudon et Dampierre….etc 



Nicolas Fouquet

Nicolas Fouquet

Nicolas Fouquet, né à Paris, baptisé le 27 janvier 1615, mort à Pignerol le 3 avril 1680 (la date de sa mort n'est pas cependant actée).

Fils de François Fouquet, homme de confiance de Richelieu dans le domaine des affaires maritimes et commerciales,   il est nommé Surintendant des Finances en 1653 par le Cardinal Mazarin. Sa mission principale était de renflouer les caisses du royaume, affaiblies par des années de gestion hasardeuse depuis la mort d’Henri IV. Les finances étant au plus bas, la royauté ne pouvait plus rembourser les dettes contractées, et était au bord de l’asphyxie économique.

 

La légende du masque de Fer 


masque de Fer

 

De supputation en supposition, l’histoire du masque de Fer au château de Vaux le Vicomte fait partie de la légende indirecte du château. Pourtant malgré toutes les enquêtes relatives à ce mystère, aujourd’hui personne n’est vraiment en  mesure de désigner la personne cachée sous ce masque de fer (en réalité en velours ou tissus).  Si le masque de fer fut attribué à Fouquet c’est également parce qu’il semble que le prisonnier ait été emprisonné à Bignoles pendant une période similaire de 1679 à 1681 sous la surveillance d’un mousquetaire Bénigne d’Auvergne (dit de Saint-Mars), ce jusqu’à la mort du prisonnier à la Bastille.


 

 
 

Photographies

Recherche dans le site