Sainte-Chapelle du Château de Vincennes

 

 Sainte-Chapelle du Château de Vincennes

Édifiée sous Charles V au XIVe, elle ne fut réellement terminée que sous Henri II par l'architecte Philibert Delorme au XVIe. A l’instar de la Sainte-Chapelle de Saint-Germain-en-Laye et surtout de celle de Paris, la Sainte-Chapelle de Vincennes fut conçue sur les modèles de ces Sainte-Chapelles Royales. Néanmoins si on la compare à celle de Paris, elle ne fut pas construite sur deux niveaux, elle se rapproche donc plus sur cette partie sur celle de Saint-Germain-en-Laye édifiée sous Saint-Louis vers 1238.

Elle eut donc pendant plusieurs décennies et siècles un morceau dit de « la vraie Croix » ainsi qu’une « épine de la couronne du Christ », ce qui lui permet en partie d'avoir le « titre » de Sainte-Chapelle. Elle possédait également son « Trésor » tout comme la Basilique de Saint-Denis dont un inventaire fut réalisé en 1739.  

 

Historique
source : source sur place, documentation diverses, Gallica 1 - 2 -, BNF, Universalis, Louvre.fr, Les Verrières de la Sainte-Chapelle de Laurent Vissère

 

 

1379, après la construction de l’ensemble du château de Vincennes, Charles V décide de faire construire la Sainte-Chapelle. Il décède un an plus tard au manoir de Beauté-sur-Marne à quelques Km de là.

Charles VI fit continuer les travaux permettant de garder une certaine homogénéité ; Sous son règne sont achevés le chœur, les deux oratoires, la sacristie et le trésor contenant les reliques de la Passion. On pourra remarquer les blasons d’Isabeau de Bavière notamment, reine de France sous Charles VI.

Néanmoins après l’assassinat du duc d’Orléans, frère de Charles VI, par le duc de Bourgogne à Paris en 1407, les travaux furent probablement stoppés et peut-être l’étaient-ils bien avant pendant plusieurs périodes. La guerre de Cent-Ans battant son plein et Paris étant sous le joug Anglo-Bourguignon, la période n’était pas propice à des constructions religieuses aussi coûteuses.

1440, l’inventaire du « trésor » comporte notamment le baptistère dit de Saint-Louis de l’art islamique, dit tel quel sans pour autant qu’il y ait une connotation religieuse mais qui incorpore tout art dans un lieu dominé par l’Islam, y compris lorsqu’il est réalisé par des non musulmans…. Le nom fut improprement donné de « Baptistère de Saint-Louis » au XVIIIe siècle, il fut réalisé sous la dynastie des Mamelouk par le dinandier (artisan d’art) Muhammad ibn al-Zayn qui vécut probablement entre la fin XIIIe et le début XIVe siècle.

 

 

 

 

baptistère improprement dit de "Saint-Louis" , actuellement au musée du Louvre.

 

1461, des ambassadeurs Florentins remarquent que l’église du château de Vincennes est en ruine mais dont les « restes sont beaux ». (1)

1520, reprise des travaux de la construction.

1537, fin des travaux de gros œuvres.

1549, l'architecte Philibert Delorme est chargé de terminer la Sainte-Chapelle. Il fait appel au peintre verrier Nicolas Beaurain.

1552, fin des travaux sous Henri II, même si les travaux intérieurs de décorations ne sont pas achevées. La chapelle est inaugurée le 15 août.

1555, Philibert Delorme fait appel à Robert du Boys pour les travaux des verrières.

1787, Louis XVI décide l’extinction des Sainte-Chapelles de Paris et de Vincennes. Il fut aussi envisagé la destruction totale du château de Vincennes et probablement aussi de la Sainte-Chapelle.

1791, les reliques sont transférées à Saint-Denis.

1793, les décors intérieurs sont en partie détruit et les vitraux sont déposés.

1796, l’armée décide de s’installer au château de Vincennes, cette décision permet de sauvegarder le château.

1816, Louis XVIII décide de faire une chapelle funéraire pour le Duc d'Enghien le 19 août. Louis-André Deseine est chargé de réaliser le monument funéraire.

1819, le monument était utilisé par l'armée comme poudrière, construisant même un second niveau à l'intérieur de la chapelle. Les vitraux furent démantelés pour être remplacés par des verrières plus transparentes.

Mais en 1819 l'église est soufflée par l'explosion de la poudrière, détruisant les quelques vitraux restants du choeur.  La restauration hasardeuse par manque d'anciens documents ont rendu difficile leur restauration.

1820, une partie des vitraux déposées lors de l'installation de l'armée sont remis en place mais de manière confuse par Jean Weis. Certains vitraux de l'église du Temple y furent par ailleurs peut-être installées.

1824, inauguration le 21 mars de la chapelle funéraire du Duc d'Enghien, alors dans le choeur de la Sainte-Chapelle.

1852, Louis Napoléon Bonaparte décide de faire transférer le monument funéraire du Duc d'Enghien dans le scacraire Nord.

1871, nouvelle explosion dans la poudrière de la Chapelle. Diverses restaurations des verrières ont eu lieu, plus ou moins malheureuses.

1999, la tempête dévaste les vitraux de la Nef de la Sainte-Chapelle avec des pointes à 200 km/h.

2000 jusqu’à 2017, vaste campagne de restauration étalée sur plusieurs périodes.

2009, ré-ouverture de la Sainte-Chapelle après plusieurs années de fermetures avec une exposition sur les Icônes Bulgares.

 

 

Vitraux du XVIe , église

Vitraux du XVIe siècle de la Sainte-Chapelle, en y regardant de plus près on verra que les vitraux sont assemblés de façon anarchiques liés aux différentes destructions et restaurations depuis la Révolution Française.

 

Restauration de la Sainte Chapelle au XXIe siècle.

Après la tempête du 26 décembre 1999, il fut décidé de mettre en place plusieurs campagnes de restaurations, une en 2000 et une autre en 2008 afin de permettre sa ré-ouverture en 2009. Les deux premières campagnes ont été principalement réalisées à l’intérieur du monument, notamment sur les verrières de la nef, les voûtes et ses décors peints. Après 2009 c’est surtout au niveau de l’extérieur que les travaux ont été réalisés. Coût : 2 412 500€ ( verrières de la nef ) et 1 872 290 € ( stabilisation des voûtes et restauration des décors peints ).

La troisième campagne de restauration après 1999, portait principalement sur les décors sculptés extérieurs ( de 2009 à 2011 ) réalisés sous les travaux de Viollet-le-Duc au XIXe siècle.

2012, début des travaux de restaurations sur les vitraux de l’abside du XVIe siècle, des vitraux du Chœur ainsi que de l’avant-Chœur et enfin les charpentes et couvertures. Coût : 1.4 Million d’Euro. Fin des travaux en 2017.

 

 

 

Photographies
  • abside
  • architecture-eglise-detail
  • archivolte-portail-seraphins
  • archivolte-seraphins-vincennes
  • archivolte
  • autel
  • baptistere-dit-de-Saint-Louis
  • charles-V-roi-de-france
  • choeur-eglise-vitrail-XVIe-sainte-chapelle
  • clef-voute-choeur
  • console-chapelle
  • console-eglise
  • croissant-de-lune
  • detail-portail
  • donjon-sainte-chapelle-2
  • donjon-sainte-chapelle
  • duc-enghien
  • embleme-henri-II-croissant-de-lune
  • facade-eglise
  • facade-sainte-chapelle-vincennes
  • icones-bulgares
  • isabeau-de-baviere-apres-restauration
  • isabeau-de-baviere-avant-restauration
  • jeanne-de-bourgogne-copie-musee-louvre
  • jeanne-de-bourgogne
  • monogramme-Henri-II
  • monogramme-marie-de-medicis-vincennes
  • monogramme-marie-de-medicis
  • nef-eglise-sainte-chapelle-rosace
  • nef-sainte-chapelle
  • neige-sainte-chapelle-vincennes
  • portail-detail
  • portail-sainte-chapelle-vincennes
  • restauration-sainte-chapelle--echaffaudage
  • restauration-sainte-chapelle
  • sainte-chapelle-detail
  • sainte-chapelle-vincennes
  • sdainte-chapelle-pavillon-de-la-reine
  • seraphins
  • tombeau-duc-enghien
  • tourelle
  • vitraux-XVIe