Château de Cravant

Situé en Indre-et-Loire dans la commune de Cravant-les-Coteaux, à proximité du château de Chinon, à ne pas confondre avec le donjon de Cravant situé en Bourgogne où eut lieu la fameuse bataille de Cravant. Le château de Cravant  est sur une petite colline d'environ 95 mètres de haut est assez éloigné de l'église située en contrebas, connue pour être un sanctuaire Carolingien, actuellement ouverte à la visite.  Il est daté pour sa partie la plus ancienne du XIIIe, ils ont été en partie conservés lors des reconstructions successives au XVe siècle. Au XVIe siècle est rajouté une aile et au XVIIe. Il est vendu comme Bien National en 1796, il restera dans la même famille jusqu'en 1937. Il est classé au titre des monument historique le 11 juillet 1945.

Actuellement, 2021, il semble entretenu, une barrière électrifiée a été installée autour de l'édifice, néanmoins il se situe à proximité des chemins de randonnées et on peut aisément le voir de l'extérieur.

 

 chateau de cravant les coteaux

Façade vers le village de Cravant

 

Voir aussi

 Eglise de Cravant Sanctuaire Carolingien

Historique & Histoire 

 

 

chateau de cravant medieval tour

Façade vers la forêt

 

 

Seigneurs de Cravant et historique (1) 



I. Geoffroy, dit Foucaud, chev., possédait la terre de Cravant en 1045, c'est le premier seigneur connu. Il possédait des droits de haute, moyenne et basse justice.

II. Raoul de Cravant, soigneur de Cravant, comparut, comme témoin, en 1089, dans une donation faite à cette époque à l'abbaye de Noyers, par un chevalier nommé Pierre de la Rajace.

III. Geoffroy Le Roux, seigneur do Cravant, donna à l'abbaye de Turpenay, en 1134, tout cequ'il possédait près de ce monastère, à l'exception de sept arpents de terre qu'il voulait réserver. Il épousa Jeanne, fille de Peloquin, seigneur del'Ile.

IV. Pierre Achard, chevalier-banneret, seigneur de Cravant, fils de Pierre Achard, gouverneur de Poitiers, et d'Élisabeth Raymond, épousa la fille unique du seigneur de Pommiers. Il vivait encore en 1213.

V. Guillaume de Marmande, chev., est mentionné comme seigneur de Cravant dans une charte do 1224. A partir de cette date juqu'en 1379, on ne trouve aucune trace des propriétaires de ce fief.

VI. Jean III, comte de Sancerre, baron de la Haye et de Sainl-Michol-sur-Loire, seigneur de Cravant (1379), eut deux filles, de son mariage avec Marguerite de Marmande. L'année, Marguerite, épousa, en premières noces, Gérard
Chabot V, seigneur do Retz, et, en secoudes noces, Beraud Il, comte de Clermont.

VII. Beraud II, comte de (Jlermont, dauphin d'Auvergne, seigneur do Cravant, du chef de sa femme, mourut le 13 janvier 1399.

VIII. Jacques de Montberon, maréchal de France, sénéchal d'Angoulême, chambellan du duc de Bourgogne, fut seigneur de Cravant par suite de son mariage, contracté en 1408, avec Marguerite du Sancerre, veuve de Beraud II de Clermont. Le 12 décembre 1409, il rendit aveu
au roi pour cette terre. Il mourut en 1422. Quelques années auparavant, il avait été destitué de ses fonctions de maréchal de France et ses biens avaient été confisqués. Ou ignore comment la terre de Cravant passa dans la maison de Maillé. IX. Jean de Maillé, cliev. seigneur de Cravant, de Narçay, de la Roehe-ISourdeil, etc., était
fils de Hardouin de Maillé VI, baron de Maillé, et de Jeanne de Montbazon. Vers 1380, il épousa, en premières noces, Perrette, fille de Pierre de Négron, seigneur de Négron; et, en secondes noces, en février 1389, Henriette Ourceau, dame de Montagu. Du premier lit il eut Bouchard, mort sans postérité; Moreau, qui suit; du se-
cond mariage Charles, Anne, qui épousa Guillaume Bellier.

X. Moreau de Maillé, chev., seigneur de Cravant, de la Îloche-Bourdeil et de Négron, fut tué à la bataille de Verneuil en 1424. De son mariage avec Marguerite Le Roux de la Roche-des-Aubiers, il eut 1° Jacques, dont on parlera plus loin 2° Pierre seigneur de Narçay 3° Françoise.

XI. Charles de Maillé, frère du précédent, rendit hommage au roi pour la terre de Cravant, le 22 novembre 1424.

XII. Jacques de Maillé, chev., seigneur de Cravant et de Négron (1455), épousa Blanche Bellier, dont il eut: 1° Charles, qui suit; 2° Perrine, mariée à Dimanche du Raynier, Éc, seigneur de la Tour-du-Raynier; 3° Guillemette, femme de René do Mauléon, Éc, seigneur de Touffou.

XIII. Charles de Maillé, Éc, seigneur de Cravant et de Négron, maitre d'hôtel de la reine, épousa Catherine de Beauvau, fille de Bertrand de Beauvau, baron de Pressigny, sénéchal d'Anjou, et de Françoise de Brezé. Il mourut vers1483, sans laisser d'enfants.

XIV. Hardy Le Roux, Éc, possédait une partie de la terre de Cravant eu 1483..

XV. René de Mauléon, Éc, seigneur de Cravant, est cité dans un acte de 1490.

XVI. Guy d'Kspinay, Louis de Mauléon et Jeanne de Lore, veuve de Georges des Hoches, possédaient cette terre, par inilivis, en 1542.
XVII. Louis de Mauléon, Éc., seigneur de Cravant, en partie, 1554.

Construction du château actuel



XVIII. Adam de Hodon, Éc., acheta les trois quarts de ce domaine en 1556. En 1559, il parut à la rédaction du procès-verbal de la Coutume de Touraine. Lo 18 octobre 1574 et le 14 août 1578, il rendit aveu au château de Chinon. Vers 1560 Il  fait édifier un pavillon comportant deux chambres, une tour en éperon couronnée de mâchicoulis et une tour d'escalier. Dans un aveu rendu au roi en 1595 Jehan Lenain mentionne qu'il a fait construire plusieurs bâtiments, portail, deux ponts levis, pavillon derrière, batteries et fossés, plusieurs chambres, greniers, celliers, boulangerie, écuries et jardins "faits de terre rapportée pour accompagner mon dit chastel parce que jamais il n'y en avait eu à cause de la hauteur". (2)

tour centrale cravant

La tour qui tournait le dos au village de Cravant, c'était probablement la tour de défense majeure de la fortification. On remarquera les bouches à canons assez courant au XVIe mais aussi les machicoulis que l'ont retrouve surtout au XVe et début XVIe. La forme fine et  très anguleuse de la tour n'est  pas très courante.

 

Deux pavillons flanquaient les angles nord-est et sud-est. Tous les bâtiments au sud ainsi que les deux pavillons d'angle ont disparu à une date indéterminée mais avant 1832, date du premier cadastre. Le cavalier sud-ouest a disparu également. (2)

XIX. Anne de Hudun, fille et principale héritière d'Adam de liodon, et femme, séparée de biens, de Michel-Antoine de Saluées, chev., possédait une partie da la chatellenie de Cravant en 1580.

XX. Marguerite Téronneau, veuve d'Adam de Hodon, dame de Cravant. Cette terre, saisie en 1594, fut vendue par décret et adjugée à Jean Lenain.

XXI. Jean Lenain, conseiller et secrétaire du roi, rendit aveu à Chinon, pour sa terre de Cravant, le 3 août 1595 et en 1606. Par acte du G février 1624, il la vendit à la duchesse de Montpensier pour une rente de 3875 livres.

XXII. – Marie de Bourbon, duchesse de Montpensier, de Saint-Fargeau et de Chatellerault princesse de la Roche-sur-Yon, marquise de Mézières, dame de Champigny et de Cravant, flllo do Henri de Bourbon, duc de Montpensier, et do Henriettc-Catherine de Joyeuse, épousa, le
G août 1026, Gaston-Jean-Baptiste de France, duc d'Orléans et frère de Louis XIII. Elle mourut le 4 juin 1627, laissant une fille, Anne-Marie-Louise d'Orléans.

XXIII. Anne -Marie- Louise d'Orléans princesse de la Roche-sur-Yon, duchesse do Montpensior, de Saint-Fargeau et de Châtollerault,dame de Cravant et de Champigny, légua, par testament du 27 février 1G85, une partie de ses biens, parmi lesquels se trouvait la tcrro do Cra-
vant, à Philippe de France, duc d'Orléans et de Chartres. Elle mourut à Paris le 5 avril 1693.

XXIV. – Philippe France, duc d'Orléans, de Valois et de Chartres, second fils de Louis XIII. mourut à Sainl-Cloud le 9 juin 1701, laissant plusieurs enfants, entre autres, Philippe Il, qui suit.

XXV. Philippe de France II, duc d'Orléans, de Montpensier, de Valois, de Chartres et de Nemours, seigneur de Gravant et de Champigny, mourut à Versailles le 2 décembre 1723. De son mariage avec Françoise-Marie do Bourbon, il eut, entre autres enfants, Louis, dont on parlera plus
loin.

XXVI. Joseph de Flotte de la Crau, aide-de-camp de Philippe, duc d'Orléans, gouverneur de Toucy, seigneur usufruitier de Cravant, était fils de Claude de Flutte et de Marquise de Guin. Il mourut à Paris en 1743. Le 1" octobre 1717, Philippe, duc d'Orléans, lui avait donné l'usufruit
de la ehàtellenie de Cravant et une pension de 6,000 livres.

XXVII. Louis de France, duc d'Orléans, de Montpensier, de Valois, de Nemours et de Chartres, seigneur de Cravant, premier prince du sang, pair de France, gouverneur du Dauphiné, colonel-général do l'infanterie française et étrangère, vendit la terre de Cravant à Alexis de Borjot de Roucée, par acte du 15 juillet 1750.

XXVIII. Alexis de Uarjot de Roncée, chev.,seigneur de Cravant, fils de llené de Barjot, seigneur do Moussy, et de Louise de Johanne de la Carre de Saumery, mourut le 8 mars 1763. 

XXIX. Paul-Jean-Baptiste-Alexis do Barjot, comte de Roncée et seigneur de Cravant et de Roncée, sous-lieutenant de gendarmerie, né le 21 juin 1731, épousa, en 1751, Adelaïde-Julle- Sophie Hurault de Vibraye, dont il eut Marie- Josephine-Caroline, né le 22 décembre 1759, mariée le 28 novembre 1779, à Jean-Louis-Marie
Le Bascle d'Argenteuil.

XXX. Jean-Louis-Mario Le Bascle d'Argenteuil, chev., maitre do camp de cavalerie, lieutenant-général, en survivance, des provinces de Champagne et de Brie, fut seigneur de Cravant, d'Avon et de Roncée, du chef de sa femme, qui avait eu ces terres en dot. En 1789, il comparut, par fondé de pouvoir, à l'assemblée de la noblesse
de Touraine. Il eut trois enfants .Le Bascle d'Argenteuil; Blanche-Joséphine, femme du duc de Maillé, et Anloinette-Maritj-Zuë.


Les Maires de Cravant. –

Abel-Marie de Pierres,
1801, 29 décembre 1807, 14 décembre 1812.
Charles Drouin, 6 avril 1825. –

Martin Riveriu, 17 novembre 1734, 8 juin 1837, juin 1840,
16 juillet 1846. Faueillon, 1870. Désiré
Constantin, mai 1871, 14 février 1874, octobre
1876. Frédéric Becquet de Sonnay, 21 janvier
1878.

 

 

 

sources : (1) Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine : par J.-X. Carré de Busserolle,.... Tome II - (2) https://touraine-insolite

 

Photographies & Photos

Recherche dans le site