Château d’Angles-sur-l'Anglin

Situé sur un promontoire rocheux qui domine l'Anglin, la forteresse contrôlait un pont sur la route qui reliait le Poitou à la Touraine. Au XIe siècle, les terres sont probablement inféodés aux seigneurs de la famille des Lusignan. La première mention du château est de 1025, probablement la motte castrale arasée encore visible aujourd'hui. A la fin du XIIIe siècle il est acheté par l'évêque Guillaume de Bruges à la famille de Lezay, les terres resteront une propriété des évêques jusqu'au XVIIIe siècle. Il a été classé au titre des Monuments Historiques en 1926. Un des faits d'armes est la reprise de la forteresse par Du Guesclin en 1372.

Si une partie du château date du XIe siècle, la majorité date du XIIe, les deux  chapelles castrales notamment,  XIIIe au XVe siècle.

 angles sur anglin chateau forteresse

 

Historique & Histoire 

 

1025, il est mentionné dans une charte de donation de l'abbaye de Saint-Cyprien de Poitiers un certain Gilbert, 975-1020, du castellum d'Angles, le commandement de la garnison aurait été confié à un cousin de l'évêque, Gaucelme Roy, puis à son neveu vers 1025. Néanmoins il s'agirait du capitaine du château et non de l'évêque, la forteresse serait une propriété de l'évêque de Poitiers, Isembert, fondateur de l’abbaye Sainte-Croix d’Angles avant 1047. Elle resterait sous contrôle des évêques juqu'à la fin du XIe. Construction du pont médiéval qui va subsister qu'au XVIIIe siècle. L'abbaye Sainte-Croix, dont il subsiste l'église, a été fondée également par un évêque de Poitiers, sous la règle bénédictine.

1070, l'évêque de Poitiers Isembert II accorde plus d'autonomie au monastère de Sainte-Croix. Son successeur Pierre, en 1090, lui donne autorité sur la paroisse d'Angles, Saint-Pierre (la ville haute), sur la rive droite du cours d'eau, alors que l'abbaye est sur la rive gauche.

1080, il semble que la famille de Lusignan soit dès cette époque (1)  propriétaires des lieux.

1096, avant de partir en croisade, Hugues de Lusignan et son fils Hugues le Brun accordent les bénéfices de l'abbaye à l'abbé de Saint-Cyprien de Poitiers.

1100,  Hugues VI de Lusignan est désigné comme seigneur du château, la raison du changement soudain de propriétaire n'est cependant documenté, il peut s'agit d'une spoliation, d'une vente ou d'inféodation, en tout cas ils estiment que leur terre est « franche aumône, sans hommage, ni autre obligation » des évêques de Poitiers.

1154, Henri II d'Angleterre devient et la forteresse passe sous domination anglaise (1).

1180, la famille de Lusignan se range du côté français.

1194, la forteresse d'Angles est assez importante dans la région au point que pour payer la rançon pour libérer Richard Ier Coeur de Lion, les évêques choisissent de protéger leur part de la rançon dans le château d'Angles.

Jean sans Terre kidnappe la fiancée de Hugues IX de Lusignan, Isabelle d'Angoulême. 

1214, paix de Chinon, le 18 septembre, scelle le rattachement du Poitou au Royaume de France.

1241, les Lusignan son chassés du Poitou par Saint-Louis. Les évêques de Poitiers reprennent la forteresse mais laisse à Guichard le rôle de gouverneur ou capitaine de la place.

1267, Guillaume de Lezay cède sa part à l’évêque de Poitiers en échange de la terre de Villefagnan.

forteresse angles sur anglin vienne chateau medieval

La forteresse d'Angles sur Anglin, est une forteresse difficilement prenable jusqu'au XIVe siècle date à laquelle les armes à poudre vont rendre ce type de forteresse obsolète. Néanmoins elles garderont jusqu'au XVe siècle un rôle important jusqu'à la fin de la guerre de Cent-Ans.

 

1281, 21 mars, Hélie de Lusignan vend les deux tiers de ses terres d'Angles à l'évêque Gautier de Bruges, qui soutint le pape Boniface VIII contre Philippe le Bel, et fut exilé pour ceci. 

 

Guerre de Cent-Ans

1350, Guichard IV, fidèle du roi de France et seigneur du château, prend part à la bataille de Niort, voir le donjon de Niort, pour éviter la prise par les Anglais. Il est ensuite capturé lors de la bataille de Taillebourg.

1356, prise du château par les Anglais après la bataille de Poitiers où fut capturé Jean II le Bon. C'est la famille d'Oyré qui défend le château pour les évêques. Un de ses membres, Guichard IV, fut célébré pour ses exploits à la bataille de Poitiers en 1356, du côté de Jean le Bon, qu'il défendit vaillamment, il fut comme le roi capturé lors de la bataille à Maurpertuis. Les Anglais pour prendre la forteresse auraient pris le château en "taillant un passage dans le roc en une nuit, afin de surprendre les gardes", il semble que ça soit exagéré, la fissure est d'origine naturelle mais probablement modifiée par la main de l'homme.

Ses terres étant sous domination anglaise il fut contraint de combattre sous le commandement du Prince Noir, ayant reçu l'ordre du roi de France d'obéir à son nouveau suzerain. Il reçoit l'ordre de la Jarretière, devient gouverneur du fils du Prince Noir. Il embellit son château, qui prend le nom de château Guichard.

Le roi d'Angleterre libère Guichard en échange de sa future fidélité au roi d'Angleterre. Guichard III, seigneur d'Angles est nommé sénéchal de Saintonge, comte de Hudington (1) puis il est nommé maréchal de Guyenne.

1369 - 1372, Guichard d'Angles lutte du côté Anglais, mais il est capturé en 1372 par les Français du coté de la Rochelle. (1)

chapelle saint pierre tranchee aux anglais

Tranchée aux Anglais avec la vue sur la chapelle Saint-Pierre.

 

1372, alors sous possession anglaise, le château est repris par Du Guesclin, peut-être par le même passage utilisé par les Anglais, néanmoins Pierre Gedoin  n'aurait pas livré bataille et lui aurait cédé la forteresse sans coup férir. Les évêques de Poitiers reprennent la forteresse.

XVeD'importantes modifications sont réalisées par les évêques; Les comptes signalent d’importants travaux dans la seconde moitié du XVe siècle et au début du XVIe siècle, pour restaurer les fortifications après la guerre de Cent ans et pour aménager les logis Hugues de Comparel, dont ont voir ses armoiries un peu partout sur le château, fait édifier le château "neuf" et son successeur, Guillaume de Charpagne, termine les travaux.

Ces reconstructions sont au nombre de deux : d'abord celle des évêques, qui restaurent le château, après la Praguerie, en fait au cours de la guerre de Cent Ans (qui n'est qu'une longue suite de conflits et de trêves plus ou moins longues). Les moines de l'abbaye Sainte-Croix travaillent quant à eux au relèvement du village au XVe siècle, en vendant de nombreuses terres de 1441 à 1482. Les armes de l'abbé figurent sur chaque mur qu'ils construisirent, ce qui donne une idée de l'importance des destructions. Des foires sont rétablies en 1481 par Louis XI.

1421, naissance de Jean de la Balue, la maison natale se trouve près de la chapelle Sainte-Croix, né en 1421 à Angles-sur-l'Anglin et mort en octobre 1491 à Ripatransone (Italie) à l'âge de 70 ans, est un cardinal connu pour avoir été accusé de trahison et longtemps emprisonné par Louis XI. Il est notamment enfermé au donjon de Loches pendant presque onze ans dans les cages appelées "fillettes" dont il est l'inventeur...

 village angles sur anglin

Ville basse d'Angles-sur-Anglin, la rivière passant en contrebas de la forteresse.

 

XVIe - XXe

1567, il est pris par l'amiral de Coligny en 1567, qui y installe une garnison protestante qui défend le château jusqu'en 1571, date à laquelle il est pris par le gouverneur de Châtellerault. L'abbaye avait été ravagée par les Protestants et son abbé Boivert fut par la suite un des chefs catholiques les plus acharnés. 

1591, les Ligueurs prennent et pillent le château.

1652, le duc de Roannez, commandant les troupes royales, le reprend aux frondeurs poitevins qui l'avaient pillé en 1650.

La ville est aux XVIe et XVIIe siècles, une source de revenus réguliers pour l'évêque de Poitiers : foires, four banal, moulin (emporté par le torrent en 1646, 1657 et 1699, mais debout encore aujourd'hui avec sa roue) lui rapportaient vers 1650 environ 6 200 livres. Ces forts revenus témoignent de la prospérité de la petite ville, au carrefour de trois provinces (Poitou, Berry et Touraine), donc dans un lieu propice au commerce. Il semble que certains en aient profité pour arrondir leurs revenus en pratiquant la contrebande de sel, ce qui provoqua l'installation d'un grenier à gabelle dans la ville en 1664.

XVIIIe, ruiné pendant les Guerres de Religions, il est progressivement abandonné.

1708, après une requête Parlement de Paris ce dernier renonce en 1708 à exiger une restauration complète du château (estimée à 10 années de revenus du fief, soit 50 000 livres). Il se contenta d'une réparation du château neuf, pour 2 000 livres.

À la Révolution, le château est déclaré bien national et sert de carrière publique.

tour amallec chateau medieval

Château médiéval vu de l'autre partie de la commune

 

1923,  la société des Antiquaires de l'Ouest rachète le château.

1926, il est classé monument historique le 10 février.

1938, restaurations de l'ensemble et consolidation de la falaise rocheuse.

1980, tentative de datation de la chapelle Sainte-Marie, sans résultat significatif.

1986, il est racheté par la commune d'Angles sur l'Anglin.

 

Vidéo explicative du château avec modélisation en 3D réalisation Vidéoguide Nouvelle-Aquitaine

 

 

 

 

sources : https://inventaire.nouvelle-aquitaine.fr/ - Wikipedia - ANGLE-sur-L'ANGLIN - La ville - Le château (H. Gaillard) -Matteo Ferrari, Angles-sur-l’Anglin, château, (1) affiches sur place

 

Photographies & Photos

Recherche dans le site