L'hôtel Goüin

L'hôtel Goüin dans la ville de Tours

 

L'hôtel Goüin, nom d'une famille ayant gardé l'hôtel depius 1738, est un des plus beau hôtel particuliers de la région Centre-Val-de-Loire. Il possède une des premières façades italianisante de la ville de Tours. Il appartient aujourd'hui Conseil Général de l’Indre-et-Loire qui en a fait un lien d'art et de culture ouvert au public.

 

Vers 1491, date de construction de l’hôtel, grâce à une date dans l’escalier à vis.

Vers 1510, René Gardette fait remanier la façade sur cour de son hôtel du XVe dans le goût italien. Trois avant-corps sont construits devant la façade.

Vers 1560, René Gardette, dit le Jeune, riche marchand en soierie et maire de Tours, fait sculpter ses armoiries sur la façade.

1738, le banquier Henri Goüin achète cet hôtel, il va rester dans la famille jusqu’en 1925.

1810, afin d’ouvrir la cour au Sud, Alexandre-Pierre Goüin fait démolir le bâtiment qui fermait la cour.

1840, Alexandre-Pierre Goüin entreprend la restauration de la façade avec l’architecte Jacques Meffre de la ville de Tours. Il fonde également la Société Archéologique de Touraine.

1900, Jean Hardion, architecte en chef des Monuments Historiques, restaure à nouveau la façade, à la demande d’Eugène Goüin, alors maire de Tours et sénateur.

1925, l’hôtel est légué à l la Société Archéologique de Touraine fondée par Alexandre-Pierre Goüin.

1940, le 21 juin, l’hôtel brûle dans un incendie suite à des tirs allemands. Il est quasiment détruit sauf la façade Sud.

1941, classement au titre des Monuments Historiques.

1958, Bernard Vitry, architecte en chef des Monuments Historiques, achève la restauration de l’Hôtel.

1977, Société Archéologique de Touraine fait don de l’hôtel au Conseil Général de l’Indre-et-Loire.

2010, nouvelle restauration, lors des fouilles il est découvert la cour d’une maison longue du XIIe et son puits. Certaines sculptures ont été traitées avec des compresses d’eau déminéralisée pour enlever le salpêtre qui les dégradait. Ensuite elles ont été consolidées avec du silicate d’éthyle pour les préserver de la pluie et du gel. Le gel est un des principaux destructeurs de pierre, en effet en hiver lorsque l’eau pénètre dans la pierre, sous l’effet du gel, elle fait éclater la pierre.

Grâce à des photographies de 1900, les sculptures qui étaient devenues illisibles sont été refaits à l’identique.

Sculptures de l’Hôtel 

 

Sculptures de l’Hôtel

L’acanthe, plante rustique, luxuriante, avec de grandes feuilles. Elle remplace le motif du chou frisé très prisé à l’époque gothique. On la retrouve sur l’autel de la Paix d’Auguste à Rome.

Coupes de fruits et cornes d’abondance, symbole de prospérité évoquant l’âge d’or où la terre fournir en abondance de la nourriture à l’homme.

Pilastres cannelés, chapiteaux, médaillons et couronnes, candélabre. Les armoiries sont celles de la famille Gardette. On peut y voir aussi un dauphin et un aigle.

 

 

 

Photographies

 

Recherche dans le site