Château de Vallery ( ancien  Château des Condé )

 

 

Château de Vallery

Le château se trouve dans l'Yonne en Bourgogne-Franche-Comté, à environ une heure de Paris en prenant l'autoroute du soleil ( A6 ) ou la A5, à l'intérieur du triangle Château de NemoursSens et Montereau Fault Yonne

Il fut pendant un certain temps, surtout récemment, appelé le château des Condé, à ne pas confondre avec le château de Condé (ou Condé-en-Brie ). Néanmoins historiquement il avait le nom de château de Valeri ou Vallery aujourd'hui. Si il ne se visite pas en tant que tel, il est possible néanmoins de s'y marier, en effet plusieurs personnalités artistiques s'y ont convolé en noces :  l'actrice américaine Halle Berry ou l'animateur TV Nagui. Il fut aussi habité temporairement par Lenny Kravitz durant quelques mois, pour l'enregistrement d'un album. Le domaine à l'aspect médiéval et Renaissance sous Henri II ( par Pierre Lescot un des architectes du Louvre entre 1548 et 1560 ) a été très modernisé depuis 1992. On peut aujourd'hui louer des chambres : 28 chambres, 33 lits et  21 salles de bain.

Le propriétaire actuel est Patrice Vansteenberghe, il a acheté le domaine en 1990.

 

 

Historique & Histoire 
source : source sur place, documentation diverses, Les châteaux de Vallery par René Planchenault*

 

La première mention connue de Valerry est de 1218 du nom de Valeriacum.

Situé dans la Gâtinais, Vallery est un petit village à proximité de Sens traversé par l'Orvanne. Aujourd'hui on peut voir deux châteaux, l'un principalement du XIIIe siècle et l'autre du XVIe ,qui ne fut jamais terminé, sous Henri II par l'architecte Pierre Lescot.

Du château médiéval on a très peu d'informations, selon Ambroise Challe, qui parle de Vallery dans un Annuaire de  l'Yonne de 1842, il estime qu'on aurait pu y abriter une garnison de 4 à 5000 hommes, calcul relativement fantaisiste, lorsqu'on voit que Château-Gaillard ne contenait que 150 défenseurs, après avoir expulsé quelques dizaines d'habitants réfugiés dans le château,  lorsque Philippe-Auguste prend la fortification en 1204, on voit mal comment un château de ce type aurait pu résister des mois avec plusieurs milliers d'hommes, il faut pouvoir les nourrirs, loger et boire..sans compter la paye ! il faut donc une logistique importante qu'un château de ce type n'aurait pu avoir sans une aide importante.

XIIIe, de la famille des Vallery, l'un des plus illustres fut Jean de Vallery, qui au cours de la septième croisade, fut un des conseillers du Roi Saint-Louis, Louis IX, Joinville en fera mention à plusieurs reprises. Erard, frère de Jean Vallery, participa tant qu'à lui à la campagne de Sicile et fit partie du conseil de régence en cas de mort de Philippe le Hardi.

Tour médiévale du XIIIe siècle

Tour médiévale du XIIIe siècle

Au milieu du XVème siècle, vers 1466, Aymard de Poisieux, issu d’une famille du Dauphiné, bailli de Sens, acquiert la seigneurie de Marolles, Vallery, Montceaux, Guerchy et La Brosse. Immense, elle s’étendait jusqu’à Dontilly. source Il aurait participé au siège d'Orléans 7 et 8 mai 1429 alors seulement âgé de 12 ans.

Michel de Poisieux, seigneur de Sint-Mesme, Vallery, Villethierry, la Brosse-Montceaux, Marolles, Montreux et Anglure, était un capitaine avec cinquante hommes d'armes pour le roi. Il est aussi capitaine de Montereau, bailli de Sens, il fut tué à la bataille de Pavie.*

1548, 16 avril, Jacques de Poisieux, fils de Michel Poisieux, dû vendre la terre de Vallery à Jacques d'Albon, seigneur de Saint-André et Maréchal de France, pour 95 000 livres, qui en 1557 n'était pas encore payée totalement.

Jacques d'Albon de Saint-André est le fils de Jean d'Albon, Seigneur de Saint-André. Frère de Marguerite d'Albon de Saint-André, il devient, en 1523, le beau-frère du neuvième Artaud de Saint-Germain.

Il est marquis de Fronsac, seigneur de Montrond et de Saint-André-d'Apchon, d'où son nom.

Compagnon d'enfance d'Henri II, le 3 avril 1547, trois jours après la mort de François Ier, il est appelé au Conseil, et nommé premier gentilhomme de la Chambre.

Le 25 juillet 1547, au sacre d'Henri II, il remplace comme grand maître de France , Anne de Montmorency absent. 

 

Partie Renaissance, Pierre Lescot

Partie Renaissance, Pierre Lescot. Château qui fut longtemps attribué à Philibert Delorme, qui travailla sur le Louvre mais dont la Galerie de Vallery aurait pu être une de ses oeuvres, il fut l'architecte notamment de la galerie du Château de Chenonceau.

 

Le Maréchal de France engage donc des travaux pour un nouveau château, dès 1550, Henri II vient le 19 et et mars. Il s'adresse aux meilleurs architectes et artistes : Pierre Lescot, Primatice, Pierre Sturbe et Jean du Breuil, qui travaillaient au Château de Fontainebleau. Il ne put jamais terminé l'ensemble, tout d'abord par manque de moyen probablement mais aussi à la mort d'Henri II qui dut mettre un terme rapide aux travaux. On a pu voir qu'une grande partie des artistes et architectes furent mis à l'écart après sa mort, comme Philibert Delorme, à qui on a attribué un temps la construction du château.

Catherine de Médicis tentera de le faire déposséder de ses terres en partie en faisant signer à François II la révocation des donations faites sont Henri II, il réussi néanmoins à y échapper en mariant sa fille à Henri de Guise.

Le 19 décembre 1562, il bat les protestants à la bataille de Dreux, il se fait néanmoins tué après la bataille en effet il est capturé par un certain Bobigny qui le tue d'un coup de pistolet. 

Sa veuve, énamourée de Louis de Bourbon, prince de Condé, chef du parti réformé, donne à celui dont elle espère vainement se faire épouser, le château de Vallery.

Le prince de Condé fait de Vallery une base pour ses opérations militaires dans toute la contrée et c'est sur son ordre que l'église du village est détruite. Il s'appuie sur Courtenay (propriété du huguenot Anne de Boulainvilliers, qui sera décapité pour ses cruautés envers les civils), Château-Renard et Châtillon (propriété de Gaspard II de Coligny, amiral, exécuté ou assassiné lors du massacre de la Saint-Barthélemy à Paris) et Château de Piffonds (propriété d'Anne de Terrières, avocat à Paris, huguenot, assassiné à la Saint Barthélemy).

Il vient se reposer après la campagne meurtrière de  1567 qui ruine Bray-sur-Seine et Montereau, terrorise Nogent-sur-Seine, Provins, Visite, Histoire, Patrimoine et Sens, fait extermine la population de Courlon.

1576 -1579, Androuet Ducerceau fait mention du château dans le  Premier [et Second] volume des plus excellents bastiments de France...

 

« Ce lieu de Vallery, seigneurie ainsi nommée, était autrefois un vieil château que feu le seigneur maréchal de Saint-André a enrichi et augmenté de son temps, de tout ce qui y a été fait de neuf, comme de présent apparaît. Le logis est élevé sur un tertre, au-dessus du bourg.

Or fait icelui seigneur abattre une partie dudit vieil bâtiment et en la place, lever deux corps d’hôtel avec un pavillon au coin de très belle ordonnance et suivant l’art antique, le parement desquels, tant dedans que dehors, sont de pierre et brique, à savoir les croisées, encoignures, moulures, portes, et enrichissements de pierre blanche et le reste brique, l’un et l’autre autant bien assis et paré qu’il est possible de faire.

Ce pavillon a été suivi en partie sur celui du Louvre, non pas que ce soit la même ordonnance, ni aux enrichissements, ni aux commodités, mais pour ce qu'il n’y a rien que beau et bon. Pour le regard des aisances du dedans, vous les pouvez connaître par les plans, tant du premier que second étage, que je vous en ai dessiné. Et quant au reste du vieil château, avec partie du clos d’icelui, cela sert aujourd’hui de basse-cour. Le lieu est accompagné d’un parc, d’assez bonne grandeur, (ainsi qu’il se voit par le toisage des mesures du plan) clos et bien fermé. Joignant icelui est un autre clos, pareillement fermé, contenant dix-sept arpents, où sont de toutes sortes de plans de vignes, tant d’Orléans, Coucy, Beaune, Muscat, Anjou que tous autres des plus exquis.

Outre ce, y a un grand jardin, distant quelque peu du logis, du côté de midi, fermé en parement par dedans d’arcs de brique, à l’occident duquel est une galerie qui contient vingt-neuf arceaux et au bout de chacun côté d’icelle, un pavillon d’assez belle monstre et suffisante commodité. À l’opposite de cette galerie, outre le jardin, est une chaussée faisant séparation d’icelui et d’un étang. Cette maison, depuis la mort dudit seigneur maréchal, advint à feu monsieur le prince de Condé et la tiennent pour le jourd’hui ses hoirs. Elle est distante de Fontainebleau de 5 lieues et de Sens, 4 lieues et demie, ayant Fontainebleau pour septentrion et Sens pour midi. Devers le septentrion, se voient plusieurs sortes d’arbres plantés à la ligne, ensemble un grand commencement de clôture fait du vivant dudit feu seigneur maréchal qui, par son décès, est demeuré imparfait. Au reste, ce lieu est accompli de plusieurs singularités, comme Heronnerie, et telles autres choses qui pourraient y être requises. »

Jacques Androuet du Cerceau

 

Château d'après un plan de Ducerceau, 1666

Château d'après un plan de Ducerceau,  gravure allemande de 1666

Le prince de Condé reçoit en qualité d'engagiste le comté de Sens. Ce don complète habilement l'emprise princière sur la région. Des agents du prince (dont la famille Caillet) décident d'investir dans la contrée où réside leur maître, par l'achat des seigneuries de Champlost et de Theil.

Le château de Vallery est activement utilisé jusqu'à l'issue de la Fronde. L'exil à Bruxelles du prince de Condé entre 1652 et 1659 fait entrer les lieux en sommeil. À son retour en France, le prince choisit de privilégier le Château de Chantilly, provoquant de facto l'abandon de Vallery.

1569, Il est assassiné en se rendant lors de sa défaite de Jarnac.

Les princes de Condé vont se succéder au château mais devint au fur et à mesure inutilisé.

1747,   Mademoiselle de Sens, aux mœurs dissolues la rendant dépensières, ne parvenant pas à tirer de plus grands profits du comté engagé de Sens, fait détruire l'aile Sud, dont des pierres auraient servi à construire l'archevêché de Sens, et une partie des bâtiments au nord.*

Le 12 novembre le domaine est acheté par Jacques-René Cordier de Launay, chevalier, seigneur de la Verrière, contrôleur des chevau-légers de la Garde du Roi, ancien trésorier général de l'extraordinaire des guerres, et à Anne-Thérèse de Croëzer, son épouse *.

A la Révolution, les héritiers furent dépossédés des biens et ont du émigré. Puis ils purent reprendre en partie le domaine, le château fut attribué à Charles-Michel, dit le chevalier de Vallery, et l'autre partie à sa soeur Renée-Pélagie, ancienne épouse du Marsqui de Sade.

Au cours du XIXe siècle, plusieurs destructions sont opérées, dans l'aile nord et l'aile Ouest au nord de la galerie, le pavillon d'angle et le dernier étage.

1822, le château est vendu au comte de la Ferrière.

1946 et 2001 : parties protégées : Les jardins et le verger : classement par arrêté du 12 juillet 1946 - Le château et l'ensemble de ses dépendances, parties bâties et non bâties, y compris le belvédère, le châtelet, l'enceinte fortifiée avec ses murs de courtine et ses tours fortifiées, les fossés correspondant à l'ensemble des parcelles B 147 à 149 et B 1047 pour les seuls fossés : classement par arrêté du 4 octobre 2001

 

Photographies & Photos
  • 1666-Chateau-de-Vallery-Yonne-BourgogneChâteau de Vallery, 1666 d'après un plan Ducerceau
  • VALLERY-Le-vieux-Chateau-XXe-cart-postalePorte sud début XXe
  • ancienne-cour-chateauancienne-cour-chateau
  • chateau-de-vallery-pavillon-renaissancechateau-de-vallery-pavillon-renaissance
  • chateau-de-vallerychateau-de-vallery
  • pavillon-renaissancepavillon-renaissance
  • plan-vallery-ducerceauPlan château de Vallery
  • porte-medievale-archere-etrierporte-medievale-archere-etrier
  • porte-sud-medievale-XIVeporte-sud-medievale-XIVe
  • ruine-chateau-medieval-pigeonnierruine-chateau-medieval-pigeonnier
  • tour-angle-medievale-chateau-de-vallerytour-angle-medievale-chateau-de-vallery
  • tour-medievale-XIIIetour-medievale-XIIIe
  • tour-medievale-tour-angletour-medievale-tour-angle