Eglises de Beaugency

 

 

 

 

 abbatiale notre dame eglise beaugency

 Abbatiale Notre-Dame

Historique & Histoire 

 

 

Abbatiale Notre-Dame

 

nef abbatiale notre dame

Église romane du XIe, remaniée au XVIIe, elle a tout de même gardé un grand nombres d'éléments de l'architecture romane dont son portail. Historiquement c'est ici que le concile permettant l'annulation du mariage de Louis VII avec Aliénor d'Aquitaine a eu lieu. Elle épousera alors Henri Plantagenêt qui deviendra roi d'Angleterre.

L'édifice, orienté Est-Ouest, elle est construite en pierre calcaire de Beauce. La nef principale est de style roman avec de massives colonnes cylindriques supportant cinq travées. Le choeur comporte onze arcades.

La voûte lambrisée imitant une voûte de pierre fut mise en place en 1665. Les médaillons rappellent les grandes dates de l'abbatiale. Les châpitaux romans dont la réprésentation du combat entre David et Golitah, le Phénix, la mitre d'Evêque , fleurs de Lys et d'autres. Même si les détails ne sont pas très raffinés, leur nombre et les représentations ( lys notamment ) sont typiques de l'époque mais leur grand nombre pour une église romane est assez rare.

L'abbatiale ne possède pas de cloche, et semble en avoir jamais eu, le clocher Saint Firmin à proximité, de l'église paroissiale, assurait la fonction.

Histoire succinte de l'abbatiale

 

Xe siècle, les chanoines vivent dans l'enceinte du château qui entoure la ville sous la règle de Saint-Augustin.

XIIe, construction de l'Abbatiale.

1104 - 1105, fondation de l'église Notre-Dame et des Saints Martyrs de Firmin, Fuscien, Victoric et Gentien.

 

Les conciles de Beaugency

 

1104, 30 juillet : par le pape Pascal II, le roi de France Philippe Ier et Berthe de Hollande comparaissent devant le concile le 30 juillet dans l'abbatiale.

En effet Philippe Ier qui avait répudié sa première épouse Berthe de Hollande,  en se mettant avec Bertrade de Montfort qu'il avait enlevé lors d'une messe en 1095 alors qu'elle était l'épouse du comte d'Anjou,  est excommunié et ne participe pas à la Ière croisade.

Le concil de Beaugency, en présence de Yves de Chartres et de Robert d'Arbrissel qui fonde Fontevraud, et de Philippe Ier met un terme au conflit avec l'Eglise en annulant le mariage avec comme prétexte la consanguinité.

 

1152, ce concile aura un impact important par la suite, y compris tardivement dans la guerre de Cent-Ans.

Louis VII pouvait reprocher plusieurs faits à Aliénor d'Aquitaine avec qui les relations sont devenues difficiles, notamment par le fait qu'elle ne lui donna pas d'héritié male.  Mais le fait principal invoqué lors du concile, afin d'annuler le mariage, était la consanguinité, réelle certes mais qui était rarement mis en avant lors des mariages princiers sauf en cas de relation difficile. L'abbé Suger , de l'Abbaye de Saint-Denis, tentat vainement d'éviter le divorce mais il meurt en 1151.

Ce concile fut décidé à Beaugency, peut-être parce que c'est ici qu'eut lieu un nombre concile pour des raisons similaires. Louis VII dit le Lion, beaucoup plus puissant que Philippe Ier, réussit, malgré l'interdit Pontifical à annuler le mariage avec Aliénor.

Ce divorce va sceller le destin d'Aliénor d'Aquitaine qui se marie rapidement avec le rival principal de Louis XVII : Henri Plantagenêt  qui deviendra par la suite roi d'Angleterre.

 

1429, les Anglais sont chassés de Beaugency par Jeanne d'Arc et Dunois

1567, l'abbatiale est brûlée par les protestants, le donjon prendra feu également étant à proximité.

1642, les génovéfains posent une charpente pour protéger l'abbatiale et reconstruisent la voûte.

1665, l'église que nous voyons aujourd'hui est celle du XVIIe.

1789, par la destruction des autres églises, l'église Abbatiale devient l'église paroissiale.

1939-1945, pendant la seconde guerre mondiale, les bas-cotés Sud et les vitraux sont détruits.

 

 

Eglise Romane de Saint-Etienne

 

 eglise saint etienne eglise romane

 

Fondé dans le deuxième tiers du XIe siècle, l'édifice, devenu prieuré, est placé sous la dépendance de la puissante abbaye de la Trinité Vendôme. Elle prend le nom de Saint-Etienne au XVIe siècle.

Elle ne fut pas détruite sous la Révolution, néanmoins elle sera désaffectée. Elle est restaurée en 1999 et elle est utilisée comme centre culturel municipal.

 

 clocher saint firmin

 

Le clocher Saint-Firmin est le dernier vestige d'une église romane du XIe, remaniée à la Renaissance et démolie à la Révolution. Sous le porche du clocher, bâti en 1533 par Jean II d'Orléans de Longueville, passait une rue allant de la Loire au Marché. C'est ce clocher qui servait de fonction principale y compris pour l'abbatiale qui ne possédait pas de cloche, on peut entendre encore aujourd'hui le célèbre carillon du XVe siècle " Orléans, Beaugency, Notre-Dame de Cléry, Vendôme".

 

 

 

sources : affiches, pencarte sur place, documentations diverses

 

Photographies & Photos

Recherche dans le site