Histoire & Visite

 

Château de Montaiguillon
Château de Montaiguillon

Edifié au XIIIe siècle, dans un style Philippien, la date de construction est incertaine car on ne connait pas le commanditaire précis du château. Il fut l'objet pendant la guerre de Cent-Ans d'âpres combats entre les troupes de Charles VII et celles du duc de Bedfort. En 1613 le château est démantelé par Louis XIII. En 2002 le meurtre du gardien présent depuis quelques années jette un froid dans le village de Louan et les alentours. Il est  en vente depuis quelques années.

 

Historique & Histoire 
source : source sur place, documentation diverses, (1) revue héraldique, historique et nobiliaire de Denis de Thézan, (2)  Panorama Pittoresque 1842, Chronique d'Enguerrand de Monstrelet (3), les beautés de l'histoire de la Champagne par Alexandre Clément Boitel (4), racines et histoires (5)

 

1150, La première mention historique du nom de Montaiguillon( rf : Monte acuto) est une  charte de l’année 1150, par laquelle Simon de Héthel, fils de Hugues, seigneur de Bray et son héritier, donne aux religieux de l’abbaye de Nesle la dîme du bois de Montaiguillon. Cette terre était donc dépendante de la baronnie de Bray, et l’édifice serait dù à l’un de ses seigneurs. L’abandon des dîmes de Montaiguillon à l’abbaye de Nesle est un de ces actes de piété très-fréquents au moyen Age. La libéralité était en ce temps vertu commune. Ces oblations et ces offrandes, faites par les nobles et les princes aux couvents, étaient appelées précaires. Les collections des chartes de Moreau, de Bréquigny et de Doat contiennent une foule de titres de donations de cette espèce ; et il ne faut en rechercher la source que dans cette haute influence morale exercée par les moines pendant tout le moyen Age. Cette source si touchante et si légitime donna lieu au développement immense que le domaine des monastères. (1)

Fin XIIe jusquen 1252, Thomas II de Coucy dit «de Vervins», ( frère du puissant Enguerrand de Coucy, voir Château de Coucy )


 ° ~1180/91 + 1252/53 seigneur de Vervins, Fontaines et Landouzies, vassal du comte de Champagne pour Montaiguillon (jusqu’en 1252), X avec valeur à Bouvines (1214), renforce Jean de Brienne, Empereur de Constantinople (1239).

ép. dès 1224 (1212 ?) de Mahaut de Réthel; elle décède après 1255 (entre 01/07/1259 et 19/06/1268) dame de Trie (-Le-Bardoul), Charmentrai (près Meaux), Chamery (près Sedan), baronne de Stonne,etc. (fille d’Hugues II, comte de Réthel, et de Félicité de Broyes, comtesse
de Beaufort) postérité qui suit de la branche des seigneurs de Coucy-Vervins et Coucy-Polecourt. (5)

 

1252, dans la dernière moitié du XIIIe siècle, Montaiguillon appartenait à  Marie de Brienne, comme le prouvent les deux quittances suivantes dont les originaux sont conservés parmi les titres du grand prieuré de France, aux Archives de l'Empire :

« A tous ceux qui ces présentes lettres verront et orront, nous, Marie, comtesse de Brienne, dame de Montaiguillon, salut en nostre Seigneur. Nous faisons conettre chose à tous tant es présent que es futurs, que nous nous tenons pour paiée pleinement dou maislre et des frères du Temple de Bon Leu de cinquante livres torneis que ils nous dévoient paier au jour de la fesle Saint-Andrieu l’apostre qui fu au mil deux cens soixante et onze. En cui tesmoiguaige de ceste chose nous avons fait ces présentes lettres sceler de nostre propre scel, les quex furent faites et baillées l'an mil deux cens soixante et onze, le jour do lafeste Sainte Katherine. »

Voici la seconde de ces quittances :

« Je, Marie, comtesse de Brènc et dame de Monlagulon, fais à savoir à tous cez qui verront et orront ces présentes lestres que je me tien a paiée de cinquante une livres dis soz queli raeslrc du Temple de Boen Leu me devoit pour le comte de Brene pour réson de mon douaire à La Chandeleur, Tan 72, et por que ce soit chose fermo etestable siais douées ces lestres scellées do mon scel qui furent festes en l'an de rinqnarnation nostre Seigneur Jcsus-Christ mil deux cens soixanto douze, ou mois de février. » (2)

Chronique de Charles VI, une bande brigands ( ou Routier ) tentent de prendre le château alors gardé par une petite garnison

Il y avait dans le voisinage, à six milles de Provins, un important château fort, appelé Montaiguillon, qui n'était gardé que par une faible garnison, parce qu’on le réputait imprenable, comme le précédent, à cause de la hauteur et de l'épaisseur de scs remparts flanques de grosses tours et environnés d’un fossé large et profond garni intérieurement et des deux côtés d’un fort revêtement en pierre. Une bande considérable de Brigands de la campagne, qui occupait les bois voisins, et qui commettait toutes sortes de dégâts daus la Bric, résolut de s’emparer de cette place, afin d'avoir une retraite sûre, quand ils revenaient de leurs courses dévastatrices. Après avoir vainement sommé la garnison de se rendre, si elle ne voulait être tout entière passée au fil de l’épée, ils firent un amas énorme de fascines pour combler les fossés, et parvenir plus facilement à hauteur des murs. Mais la fortune déjoua leur projet. Le bailli royal de Meaux, en ayant eu connaissance, rassembla aussitôt un  nombre de gens de guerre et marcha vers le château en toute hâte. Il détacha en avant trente de scs hommes, armés de pied en cap. Ceux-ci, ayant trouvé les Brigands épars çà et là, comme un troupeau «le moutons, et sans défiance, car ils croyaient ces hommes de la garnison de Provins, fondirent tout à coup sur eux la lance en arrêt, et on criant de toutes leurs forces : Aotrc-Dame et Armagnac ! En entendant ce cri redoutable, les paysans s'enfuirent avec la plus grande précipitation. Mais les autres hommes d'armes, survenant au même instant, en tuèrent quatre cents sans faire merci à aucun, quoique plusieurs offrissent à genoux de payer une bonne rançon. Puis, pour brûler les cadavres, ils firent mettre le feu aux fascines qui avaient été préparées. Le château fort fut ainsi mis pour longtemps à l'abri d'un coup de main.

1421, après avoir assisté au siége de Crespy, le maréchal de Chastellux vint bloquer la forteresse de Montaiguillon, qui se rendit le 10 décembre 1421.

La mort du malheureux roi Charles VI, arrivée peu de temps après celle de son gendre, changea la face des choses : l'héritier légitime, du trône, brouillé à mort avec le duc de Bourgogne, était réduit à ses provinces d'au-delà de la Loire, tandis que les Anglais occupaient le reste du royaume. Chaque seigneur suivait la bannière de son suzerain, et accomplissait ainsi son devoir : il n'est donc pas étonnant de voir le sire de Chastellux combattre contre Charles VII avec le duc de Bourgogne. La France du XVe siècle ne doit point être assimilée à celle du XIXe : l'unité nationale ne s'est opérée que lentement et prudemment.


A peu de distance de Louan, on remarque les ruines majestueuses et pittoresques du château fort de Montaiguillon , dont plusieurs parties sont dans uu bel état de conservation et méritent à plusieurs égards de fixer l'attention. Cette ancienne forteresse est située sur un mont sablonneux au milieu d’une forêt de 700 arpents ; elle passait autrefois pour la plus forte place de la Brie. Les Anglais l'assiégèrent sans succès en 1424. L’ordre de Malte la possédait eu 1432, époque où elle fut prise et brûlée par les Anglais, après le siège qu’ils firent de Provins.

On lit dans une chronique de Villenauxe, que la forteresse de Montaiguillon fut démantelée en 1613 par ordre de .Louis XIII, qui donna en dédommagement à M. de Villemontée, son possesseur, une somme de 60,000 écus.

La situation de ces ruines isolées au milieu d’un bois, leur masse imposante, les arbustes et le lierre rampant qui en tapissent les murs, tout se réunit pour leur donner un aspect des plus romantiques. Le château se composait de plusieurs tours rondes encore debout, réunies par des terrasses au haut desquelles on avait pratiqué un chemin de ronde que l’on voit encore en partie. Des pans de murs énormes, détruits par les efforts de la mine, et qui semblent être tombés d'hier, gisent dans les larges douves qui environnent la forteresse ; de nombreux étages multipliaient 1es logements pour les seigneurs et leur suite; mais la séparation de ces étages a disparu : on aperçoit seulement les ruines distinctes d'une chapelle, ainsi que quelques débris d’escaliers et de cheminées gothiques, qui pendent dans les angles des murs à 3o ou 40 pieds de hauteur. (2)

 

1423, siège du château de Montaiguillon par les Anglais

Le siège du château qui va durer des mois, c'est un exemple assez intéressant et relativement détaillé d'un siège militaire et de technique utilisée par les assaillants et les assiégés pour se défaire de leurs adversaires.

 

Chronique d'Enguerrand de Monstrelet : Comment le Comte de Salisbury assiégea la forteresse de Mont-Aiguillon , laquelle se rendit à lui ; et autres matières.

"En ce temps , alla le comte de Salisbury, atout grand’ puissance, assiéger la forteresse de Mont-Aiguillon,en Champagne, par l’ordonnance et commandement du duc de Bedfort, qui se disait régent de France ; lequel Salisbury était pour lors gouverneur du pays de Champagne et de Brie : lequel siège il continua par moult longue espace de temps, en faisant plusieurs assauts par divers engins et autres instruments de guerre. Et y fut bien six mois ou environ. Toutefois, ce temps durant , furent livrés plusieurs assauts àla forteresse , et, par diverses manières de les assiéger, furent moult oppressés. Et pouvoient être dedans jusques à six vingts combattants ; desquels étaient capitaines le seigneur de la Bourbe, le seigneur de Cotigny , et un homme d’armes nommé Bourghe-non. Desquels six vingts combattants se départaient grand’ partie, et en la fin n’y demeurèrent que trente ou environ, lesquels , en conclusion , furent contraints de manger leurs chevaux. Et en la fin se rendirent audit comte de Salisbury ". (3)

 

 Fossés sec du château de Montaiguillon

 

Montaiguillon en Champagne par Denis de Thézan

texte du XIXe siècle légèrement modifié

 

Début du siège par les Anglais

Tout est tranquille aux alentours : renfermés dans leur forteresse. Prégent de Coëtivy et scs compagnons s’occupent à vider quelques brocs de vin pour se reposer de leurs fatigues, en devisant de la longue guerre qui décime la France. Chacun sent que l’avenir, comme le présent, comme le passé, est gros de malheurs; qu’il y a dans l’air quelque chose de lourd et de terrible, comme lorsqu’un orage se forme; et ils se disaat que l’orage venant à éclater, il pleuvra encore bien du sang. Sur la ligne des tours qui enserre le colosse de granit, on distingue de distance en distance les gardas et le bruit monotone de leurs pas. De temps en temps ces mots : Sentinelles, veillez ! s’élève d’un point, et comme un écho, parcourent de jalons en jalons toute la ligne circulaire pour revenir mourir à l’endroit d’où Us sont partis. Tout à coup, une sentinelle crie d’une voix puissante : Aux armes, aux armes! Voici l'ennemi!
O Montaiguillon ! à ce cri, tout en toi vient de tressaillir : un souffle de guerre t’a fait frissonner comme la feuillée sous le vent précurseur de l’orage. Voici les hommes d’armes qui se dressent à la herse, aux créneaux, aux mâchicoulis; voici les lances, les piques, les épées! Le fer s’agite, se heurte; tout va, chef et soldats ; la bannière se gonfle à la brise sur la tour du beffroi.

La trompette sonne : Aux armes! Voici l’ennemi!

En effet, à droite et à gauche du château tourbillonne un nuage de poussière, au milieu duquel les armures scintillent çà et là comme des éclairs. — Procc/la equestrisl une tempête à cheval ! — Ce sont les Anglais. « En ce temps-là, dit Enguerrand de Monstrelet, alla le comte de Salsebery à tout grand puissance assiéger la forteresse de Mont-Aiguillon, en Champaigne, par l’ordonnance et commandement du duc de Bethfort, qui se disoit régentde la France. Lequel Salsebery estoit pour lors gouverneur du pays de Cliam-paigne et de Brie; lequel siège il continua par moult longue espace de temps en faisant plusieurs assaux par divers engins et autres instruments de guerre et y fust bien six mois ou environ. Toutefois, ce temps durant, furent livrez plusieurs assaux à la forteresse et par diverses manières de les assiéger furent moult opressez et pou-voient estre dedans jusque à six vingts combattants. »

Montaiguillon est défendu par cent vingt hommes d’armes, contre une armée anglaise commandée par Salisbury. Déjà, depuis plusieurs mois, les assiégés tiennent les ennemis. — « Ceux de dedans écrit des Ursins, non esbahis, ni effrayez de tout cela, ayant bonne volonté et résolution de se défendre, souvent sailloient sur leurs ennemis et fort les grevoient tant de traicts que austrement, dont ils tuoient plusieurs. »

 

Contre Attaque des assiégés par Prégent de Coëtivy

Mais Prégent de Coêtivy a résolu de déchirer cette ceinture de fer qui étreint le château à travers sa ceinture de murailles et une sortie est décidée. Les chevaux sont sellés, et en un instant tous sont prêts. La herse de la porte sc lève et laisse sortir une poignée de braves. Celui qui s’avance le premier, couvert d’une épaisse armure, monté sur un cheval de bataille, c’est Coètivy. Aux arçons de sa selle de guerre pend, du côté droit, une masse d’armes pesante et dentelée. — « En avant! » s’écrie-t-il, et son cheval est parti au galop. Aussitôt, tous, répétant ce cri, s’élancent en suivant leur pennon et arrivent ainsi à grande course et la lance en arrêt au milieu du camp ennemi.

Les Anglais, voyant fondre sur eux cette poignée de Français, se préparent à la hâte à les charger. Le terrain vide qui séparait les combattants a disparu sous le sabot des chevaux, et tous se rencontrent avec un grand bruit. Ils sc heurtent, coursier contre coursier, fer contre fer. L’agilité des Français leur a donné l’avantage, et déjà sont renversés nombre d’ennemis tués ou blessés. Les lances sont brisées, et voici que la hache et l’épée sifflent, flamboient, et ouvrent un combat d’homme à homme, de corps à corps, avec ses ruses d’adresse, ses efforts de géant.

Prégent de Coètivy est au plus fort delà mêlée, culbutant hommes et chevaux. Cependant, la muraille de fer qu’il a ouverte devant lui s’est refermée sur lui, effaçant sa trace comme la vague efface le sillage d’un navire, et le presse comme pour l’étouffer. Il a vu le péril : il est temps de rentrer dans la forteresse. Il jette son épée, laisse tomber la bride de son cheval, puis, saisissant à deux mains sa lourde masse d’armes, il crie aux siens : « A moi ! » s’élance en frappant sur les rangs ennemis comme un batteur dans une aire, et se retrouve bientôt à la herse, qui sc lève de nouveau et le laisse rentrer avec sa troupe, sans que les Anglais osent le poursuivre. Les quelques hommes d’armes demeurés sur les tours, témoins anxieux de cette horrible mêlée, racontèrent qu’à chaque coup que frappait le chevalier breton, il abattait un Anglais; car, lorsque sa masse ne fendait pas l'armure, elle assommait l’homme. Il balaya ainsi des rangs entiers. Salisbury songe à lever le siège, et auparavant il veut tenter un dernier moyen de s'emparer de Moutaiguillon. Ii fait percer une mine ; elle approchait déjà du mur, lorsqu’un homme d’armes du château, placé dans le souterrain, entend un hruit de pioche. Coetivy ordonne une contre-mine. Après quelques heures de travail, les Anglais et les Français ne se trouvent séparés que par un espace à peu près de l’épaisseur d’un mètre. Cet espace est effondré, et de part et d’autre les hommes d’armes commencent de se charger rudement dans cet étroit passage, où l’on peut à peine se tenir debout et où les éclairs des épées jettent seuls une lueur fauve et fuT gitive. Les Anglais prennent la faite, et « il y eust ésdictes mines, dit toujours des Ursins, de beaux faicts d’armes faicts. »

( Probablement vers ) Fin février 1423, ou 1424, forcé de marcher à la rencontre des troupes de Charles VII, vers Auxerre, le comte de Salisbury laissa devant Montoiguillon assez de monde pour surveiller la place, et partit avec son armée. Pendant son absence, une partie de la garnison, pour éviter la faim, sortit. Les assiégés manquaient de vivres depuis longtemps ; ils n’avaient plus de pain et avaient mangé leurs chevaux. Réduits à une trentaine d’hommes, les Français tenaient ainsi, lorsqu’ils virent un matin foisonner, s’agiter, marcher l'horizon, — un horizon d’hommes ! Ils crurent d’abord que c’était un renfort qui leur arrivait, mais ils s’aperçurent bientôt de leur méprise : c’était Salisbury qui revenait avec le duc de Suffolk et toute l’armée anglaise. Le siège durait depuis plus d’un an. Désespérant d’être secourus, les assiégés entamèrent des négociations, et les restes de la garnison se rendirent prisonniers, « par condition qu’ils payeroient pour sauver leurs vies vingt-et-deux mille saluts d’or, dont pour ladicte somme fournir, demourèrent en hostage quatre des principaux jus-ques l’accomplissement d’icelle. Et se partirent les compagnons sous bon sauf couduict, réservé ceulx qui austres fois avoienl faict serment de la paix finale qui avoit esté jurée entre les roys de France et d’Angleterre. Et quand tous s’en fureut partis (connue dict est), la forteresse fut abattue et du tout démolie. » Des Ursius ajoute que « prisoit fort le dict comte (Salisbury) la vaillance de ceux de dedans. »

Ainsi allait l’armée anglaise, labourant le sol de la Champagne, saccageant ses villes et ses châteaux.

 

 

1433, on retrouve Montaiguillon. Nicolas de Giresme, chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, et Denis de Chailly, bailli  de Meaux, viennent une seconde fois de reprendre Provins sur les Anglais qui, par représailles, brûlent, en se retirant, Rampillon, Notre-Dame de La Roche et Montaiguillon, appartenant au commandeur de Giresme. — « Fra Nicolo de Giresme, corn-meudatore délia Croix e di Rampilloue, cavaliero di grand valore, del Priorato di Francia, » dit Rosio, historien de Malte. Ceci peut faire supposer que Montaiguillon était une dépendance de la commanderie de la Croix-cn-Brie dont Rampillon était un des membres.

Notons en passant que ce Nicolas de Giresme occupe une place considérable dans les annales de son ordre. Outre la commanderie de la Croix-en-Brie, nous le voyons investi de l’administration de celles de Coulours en 1435, de Laon en 1447, de Saint-Jean de Latran en 1448, de Haute-Avesne en 1453, d'Estrepigny en 1457 et de Moisy en Brie en 1464. Enfin, il devint grand prieur de France et chambellan du roi.

Deux autres membres de son nom l'avaient précédé dans l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem : Girard de Giresme, commandeur d’Estrepigny en 1424, et Renaud de Giresme, tour à tour commandeur de Coulours en 1398, commandeur de Moisy eu 1400, commandeur d’Estrepigny en 1401 , commandeur d’Orléans en 1406, commandeur de Haut-Avesne en 1409, commandeur de Saint-Jean de Latran en 1413, puis élevé à la dignité de grand prieur de France.

A partir du milieu du XVe siècle, Montaiguillon se dépouille de tout souvenir de guerre, et, pour en continuer l’historique, il faut le suivre dans les généalogistes. Quelle que soit la sécheresse de cette sorte de documents, que nous allons restreindre à leur plus simple utilité, il est impossible de les omettre ; et quoique l’intérêt de la curiosité y soit presque nul, nous ne croyons pas pouvoir nous dispenser de donner la nécrologie de chacun des divers possesseurs de ce château.

Les deux guerriers dont nous venons de parler, de concert avec Barbazan, que Charles Vil avait nommé gouverneur delà Champagne, reprennent également Mont-Aiguillon et le restaurent.
Faisons connaître quelques-uns de ses possesseurs, puis nous retracerons son dernier malheur.

MM.de Boucicault et Baudicourt en sont successivement seigneurs. Après avoir appartenu à une princesse de la maison de Bourgogne, Mont-Aiguillon passe par les tilles dans la maison de Choiseul, qui en jouit jusqu’en 1595, que M. de Yillemonté en fait l'acquisition.
Le moment fatal a sonné.

Au commencement du règne de Louis XIII, les grands cherchaient à rompre l'unité de l'Etat, en couvrant de nouveau le royaume de duchés, de comtés, deharonies. Le cardinal de Richelieu crut qu’il devenait indispensable d’abattre toutes ces nombreuses forteresses.

 

Château de Montaiguillon, tours penchées

Les tours ( du XIIIe ) sont penchées sous Louis XIII qui décida de démanteler le château devenu un repaire de brigands, en faisant exploser par explosif les tours, elles ne furent pas détruitent.

1613,Louis XIII achète le château à Mr de Villemonté et ordonne de détruire cette place forte par Richelieu, ce qui est tenté de faire à l'aide d'explosif, on peut voir encore aujourd'hui les tours penchées. (4)

Mont-Aiguillon, étant considéré comme la place forte la plus redoutable, ne tarda pas à subir le sort funeste qui lui était destiné. Le roi l'acheta, en 1613, à M. de Villemonté, sou possesseur, pour une somme de 60,000 écus, d’autres disent 100,000.
M. de Villemonté fit construire avec cette somme, en 1617, le château de Villenauxe. Pour démanteler le château de Mont-Aiguillon, on fut forcé de faire jouer la mine.

On place des barils de poudre au milieu des salles à boiseries sculptées, à plafonds à moulures, sous les tourelles dentelées, sous les portes de fer et de chêne, sous toute l'armure de granit du vieux colosse guerrier marqué par la croix et l’épée. On met le feu aux mines. 11 se fait un explosion terrible qui porte au loin l’épouvante. Mais la forteresse a été bâtie avec tant de solidité en pierres de grès, que des murs entiers sautent sans se disjoindre. On voit une tour qui n'a pu être entamée, qui a été soulevée tout entière, et qui s’est rassise par son propre poids ; seulement elle est restée fortement inclinée. Par lâ elle devient la demeure de la chèvre et du hibou.

Louis XIII ne se contenta pas de donner à M. de Villemonté une indemnité pécuniaire pour la perle de son château; mais, en 1637, il érigea en faveur de M. François de Villemonté, deuxième du nom, la terre de Mont-Aiguillon en marquisat.


1651, Le maréchal d’Estrée acheta, en 1651, cette propriété, et y fit élever deux pavillons.

M. de Villemonté, évêque de Saint-Malo, y rentra, et, en 1659, donna cette terre en mariage à Mme la comtesse de Belloy, d’où elle passa à la comtesse de Livron, dont le fils, le marquis, la vendit, en 1718, à M. le marquis de Saint-Chamans, maréchal des camps et armées du roi, lieutenant des gardes-du-corps, qui fut le père de M. Alexandre-Louis de Saint-Chamans, marquis de Saint-Chamans et de Mont-Aiguillon, vicomte de la Barthe-de-Rabenau, lieutenant général des armées du roi, gouverneur do Saint-Venent, en Artois, et grand sénéchal d'épée de la province de Béarn. Ce dernier fut obligé d’émigrer en 1792.

Son château deVillenauxe fut démoli en 1793, et la terre vendue en détail. Lors du rétablissement de l'ordre, sous Napoléon Ier, M. de Saint-Chamans revint en France, et fut réintégré dans scs biens non vendus. Il fit, en 1808, l’achat du château de Bouchy. Ce ne fut que sous la Restauration qu’il put obtenir la restitution de ses bois (1,500 arpents), où sont situées les ruines de sou château de Mont-Aiguillon, qui sont si curieuses â visiter. A son décès, tout passa â sa veuve, née de Saint-Chamans, sa légataire universelle.

Mont-Aiguillon, en retournant â la maison de Saint-Chamans, revenait en quelque sorte entre les mains de ses premiers propriétaires. ,Le nom de Saint-Chamans appartient aux annales de la chevalerie en effet il y a sept cents ans, un chevalier de Saint-Chamans occupait la dignité de grand-maître des Templiers. Il y a quatre siècles, un autre Saint-Chamans était honoré de la dignité de grand maréchal de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem. C'est donc pour les successeurs de ce nom illustre une sorte de devoir de conserver Mont-Aiguillon avec ses tristesses et ses ruines solennelles. (4)

1875, les ruines du château sont classées au titre des monuments historiques.

2002, meurtre dans le château du gardien Frédéric Landelle, tué de trois balles dans la tête. Il était depuis janvier 1996 le gardien du château. Le meurtre, non élucidé, a compromis pendant quelques années l'accès au château.

 

 

Vidéo réalisée par Skywiews.

 

 

Photographies & Photos
  • base-courtine-du-chateau
  • chateau-de-montaiguillon-louan
  • chateau-de-montaiguillon
  • enceinte-medievale-chateau
  • entree-chateau-poterne
  • fosse-basse-cour
  • fosse-tour-angle-montaiguillon
  • latrine-angle-de-tour
  • poterne
  • route-chateau-sqeine-et-marne
  • tour-arrasee

Recherche dans le site