Château de Chambord
 

Château de Chambord

 

Le château de Chambord, plus qu'un autre probablement, est le reflet de l'art italien mélangé avec l'architecture à la française. Le symbole d'une puissance et le reflet d'un roi cultivé, puissant et mêlant le meilleur des deux mondes. Pas étonnant que beaucoup d'italiens le visitent, ce château est aussi une part de leur histoire. Il se visite quasiment tous les jours de l'année, les tarifs ont fortement augmenté entre 2012 et 2019, puisqu'on est passé de 9.5€ à 14.50€ et des parkings de 3€ à 6€, le nombre de visiteur moyen a aussi augmenté passant de 750 000 visiteurs en 2012 environ à plus d'un million en 2017.

Son architecte est aujourd'hui inconnu, la majorité des documents ont été perdus et/ou détruit au XVIIIe siècle, même si il fut influencé probablement par Léonard de Vinci à qui on attribue, sans certitude, la construction de l'escalier à double révolution. Le jardin du XVIIe siècle a été reconstruit à l'identique grâce au mécenat d'un américain ( voir bas de page ).

 

 

Historique
  Sources : site officiel & Documentation sur place


Le château est l'un des symboles parmi les plus célèbres des châteaux de la Loire.   
 
Le château comporte 440 pièces, 365 cheminées, clochetons, tourelles et poivrières, 800 chapiteaux sculptés, 77 escaliers et 156 mètres de long pour 115 mètres de large, c'est le plus grand des châteaux de la Loire.
 

La construction débute en 1519

Escalier Double révolution, probablement réalisée par Léonard de Vinci

 
Quatre ans après la fantastique bataille de Marignan, sous l'égide d'un architecte cependant inconnu. On y relève cependant des traces, non confirmées, de Léonard de Vinci, mort la même année, notamment au niveau des escaliers. Léonard de Vinci était venu 3 années auparavant pour s'installer au château de Blois non loin de là. François de Pontbriand fut le premier surintendant à commencer les travaux. 
 
Plus de 1800 ouvriers vont participer à ce projet fastueux. Plus de 220 000 tonnes de pierre de Tuffeau, une pierre de la région blanche tendre et friable, sont utilisées. Pourtant, les travaux avancent lentement et en 1547, François Ier meurt. Il n'était venu sur le chantier qu'une quarantaine de fois, ce qui est relativement peu sur une période de 28 ans. 
 
Le château subit de permanents agrandissements et modifications, d'autant que le projet initial prévoyait de faire dévier la Loire, ce qui ne fut pas fait au profit du Cosson qui alimenta les douves. Construit sur des marécages, des pilots de chênes sont enfoncés jusqu'à parfois 12 mètres pour permettre de consolider les fondations du château. 
 
Si le château est construit sur un probable ancien château, il n'en reprend cependant ni les contours, ni les formes, ni les fondations. Pour autant, sa structure actuelle laisse à supposer qu'il se soit inspiré des châteaux forts avec ses quatre tours et un 'donjon' central intégré. Il faut rappeler que les (re)constructions d'un grand nombre de châteaux de la renaissance ne sont que des importantes modifications esthétiques et viables, pour un meilleur confort selon les concepts modernes de l’époque. Et donc, bien qu'il n'en reprenne aucune fondation, la tradition est cependant respectée. On peut faire un rapprochement avec le château de Saint Germain en Laye, qu'il a fait raser pour construire celui qui existe actuellement. Le contexte est favorable : la fin de la guerre de Cent Ans éloigne alors une guerre fratricide d’avec les Anglais, du sol du roi de France....ce qui fut pas évidemment toujours le cas.
 
 
  
 

Histoire du château de Chambord

 

Chambre de Parade du roi

 
Le domaine est acheté aux comtes de Blois par les Orléanais. Le duc d'Orléans, Louis XII, devenant roi de France en 1498, Chambord devient alors propriété royale. 
 
En 1539, François Ier y reçoit Charles Quint. Les châteaux de la Loire et de France, ne sont pas seulement des endroits pour y vivre, mais ont aussi comme rôle aussi de signifier la puissance et la gloire du propriétaire, en l’occurrence le roi. Charles Quint est reçu avec faste et volupté, il est subjugué et en dira : "Chambord est un agrégé de l'industrie humaine" alors même que le château n'est pas fini.... 
 
Henri II continuera les travaux mais sa mort précoce interrompt les travaux du château.   
 
15 janvier 1552, à Chambord, Henri II, roi de France, conclut une alliance avec les Turcs et les protestants allemands contre Charles Quint. Par ce traité, Henri II est nommé vicaire de l'Empire. 
 
Les trois princes allemands s'engagèrent à attaquer Charles Quint et à tenter de le faire prisonnier, pendant qu'Henri II se porterait sur les Pays-Bas. Henri II déclara la guerre en février 1552 ; la campagne militaire fut d'abord dirigée vers l'Allemagne puis vers les Pays-Bas. La France remporte de nombreuses batailles permettant d'acquérir : la Lorraine et les Trois-Évêchés ( Toul, Metz et Verdun ). Une conquête que Louis XIV finira d’achever pour obtenir en grande partie, sur la carte, l’est de la France actuelle. 
 
Louis XIII donne en 1639 le château à son frère Gaston d'Orléans. Mais c'est Louis XIV qui va en 1684 entreprendre des travaux pour terminer la chapelle et relier les quatre appartements du vestibule Nord du premier étage. Élaboration que l'on voit également au château de Versailles. 
 
Molière y donne sa première représentation du Bourgeois Gentilhomme, le 14 octobre 1670. Il va y créer également Monsieur de Pourceaugnac avec Lully comme compositeur. 
 
1725, Stanislas Leszczynski prend possession des lieux. Il y demeure jusqu'en 1733. Ce roi déchu de Pologne est le beau père de Louis XV. Son séjour de 8 ans va apporter un re-meublement du château avec un apport constant du garde-meuble du château de Versailles. 
 
1745, le maréchal Maurice de Saxe, après sa victoire à la bataille de Fontenoy, reçoit le titre de capitaine de chasses de Chambord, ainsi que la jouissance du lieu. Cet acte permettait de récompenser le Maréchal, mais aussi d'entretenir le château abandonné depuis 1733. Le fait de recevoir ce titre apportait des droits, mais aussi des obligations de fait : ne pas le faire, était non seulement mal vu, mais surtout était condamnable par le roi ou toute juridiction appropriée. Cependant, il reçoit du roi une rente de 40 000 livres. Sous sa propriété, il fait commander notamment deux grands poêles en faïence de Dantzig pour réchauffer des pièces très froides en hiver. Un troisième est installé plus tard. La Révolution les fait disparaître du château, mais un reviendra, celui qui était au château de Huisseau-sur-Cosson. On peut le voir actuellement au château. Le maréchal supervise la fin des travaux également dans les écuries de Jules Hardouin-Mansart, architecte notamment du Château Maisons-Laffitte
 
Maurice de Saxe amène aussi avec lui deux régiments au profil étrange : des Tartares, des Valaques et des Martiniquais, tous équipés de chevaux d'Ukraine. Le maréchal prône une discipline sévère voire cruelle en pendant tout militaire qui ne respectait pas les règles. 
 
Mort à 54 ans dans des circonstances non élucidées, en son honneur, on tire pendant 16 jours 6 canons placés dans la cour d'honneur. 
 
Ensuite pendant 5 ans, le comte de Friesen réside au château. C'était le neveu de Maurice de Saxe. Voir cette page pour plus d'infos sur Friesen et sa légende: http://ecole.hirsingue.free.fr/html/contes.htm 
 
1784, le marquis de Poulignac est nommé gouverneur. Il prépare les lieux pour un éventuel passage de Louis XVI, qui n'y viendra jamais pour les raisons que nous connaissons. 
 
 1792, la totalité, ou presque, du mobilier est revendue par les révolutionnaires. Peu de dégâts sont à noter, mais le château sert tour à tour de magasins à fourrage, d'atelier de fabrication de poudre, de maison d’arrêt et de siège de la 15° cohorte de la Légion d’honneur. 
 
Après la victoire de Wagram de 1809, Napoléon offre Chambord au Maréchal Berthier. Il n’y reste que deux jours .... Sa veuve vend les lieux avec l'accord de Louis XVIII en 1821. Une souscription est faite pour acheter Chambord et c'est le duc de Bordeaux, Henri d'Artois, petit-fils du roi Charles X et fils du Duc de Berry assassiné, qui en hérite en 1820 à seulement1 an ! 
 
La Révolution de 1830 l’envoie en exil et il prend alors le titre honorifique de Comte de Chambord. Charles X occupe le château brièvement et le fait restaurer en partie...pendant qu'il fait détruire le Château Neuf de Saint-Germain-en-Laye
 
1840, il est classé monument historique. 
 
1870, il sert comme Hôpital de campagne. Le comte y revient quelque temps en 1871. 
 
1883, le château devient la propriété de la famille régnante du Duché de Parme, héritage du comte de Chambord. Le Duc Robert de Parme est son neveu. 
 
1930, le château devient la propriété de l'État. En 1981, il est classé au patrimoine mondial de l'UNESCO.
 
1970, les restes du jardins sont détruits
 
2016, en juin, le château de Chambord est menacé par une inondation importante.
 
 

Jardins du château de Chambord

 

1734, il furent réalisés sous Louis XIV, le dessin fut réalisé cette année. 

Présent pendant environ deux siècles, les jardins sont peu à peu abandonnés puis détruit en 1970 en laissant des parterres de gazons.

1981,  charte de Florence sur la sauvegarde des Jardins Historiques, elle aura un impact sur la décision de reprendre les dessins anciens ou non dans la reconstruction des jardins de Chambord.

En effet le domaine national de Chambord décide en définitive de restaurer les jardins tels qu'ils furent connus, ce qui impliquera environ 16 ans de recherches pour retrouver les fastes du XVIIIe siècle.

2016, M. Stephen Schwarzman, philanthrope américain, permet la restauration "par ailleurs mécène du Musée du Louvre et du musée des Arts Décoratifs à Paris, a fait don de 3,5 millions d’euros permettant de financer la restitution de l'ensemble des parterres situés devant le château de Chambord, tels qu’ils étaient au temps du roi Soleil". Jean d'Haussonville indique dans un entretien avec l'AFP que "Ce qui l'a décidé, c'est l'ampleur du projet, unique dans un lieu unique.  Et aussi, dans un contexte d'attentats, l'idée d'aider la France à un moment où nous voyons que le patrimoine est un enjeu de civilisation", source Paris Match.

Ils occupent six hectares et demi au pied de la façade nord du château. C'est plus  de 600 arbres, 800 arbustes, 200 rosiers, 15 250 plantes délimitant les bordures, ou encore 18 874 m² de pelouses, qui ornent les nouveaux jardins.

 

 
Photographies
 
  • R0017321_ptlensR0017321_ptlens
  • R0017329_ptlensR0017329_ptlens
  • R0017376_ptlensR0017376_ptlens
  • arbalete-cranequin-cric-manoeuvrearbalete-cranequin-cric-manoeuvre
  • architecture-renaissance-chambord-chateauarchitecture-renaissance-chambord-chateau
  • caisson-plafond-console-francois-Iercaisson-plafond-console-francois-Ier
  • chambre-XVIIIe-ancienne-chambre-conti-stanislas-leszczynski-marechal-de-saxechambre-XVIIIe-ancienne-chambre-conti-stanislas-leszczynski-marechal-de-saxe
  • chambre-parade-Louis-XIV-1725-roi-de-pologne-stanislas-1785-louis-XVIchambre du roi, château de la Renaissance
  • chambre-reine-aspect-XVIIIechambre-reine-aspect-XVIIIe
  • chambrechambre
  • charles-quint-bustecharles-quint-buste
  • chateau-de-chambordChâteau de Chambord, visite
  • cheminee-de-chambordcheminee-de-chambord
  • cheminee-renaissance-chambordcheminee-renaissance-chambord
  • chevalier-bayard-pierre-du-terrailchevalier-bayard-pierre-du-terrail
  • choeur-autel-chapelle-chateau-renaissancechoeur-autel-chapelle-chateau-renaissance
  • couloir-de-chateaucouloir-de-chateau
  • couloir-galerie-chambordcouloir-galerie-chambord
  • detail-detail-
  • escalier-axe-centrale-de-haut-double-heliceescalier-axe-centrale-de-haut-double-helice
  • escalier-axe-centraleescalier-axe-centrale
  • escalier-detail-double-heliceescalier-detail-double-helice
  • escalier-double-helice-detailescalier-double-helice-detail
  • escalier-double-helice-leonard-vinciescalier-double-helice-leonard-vinci
  • escalier-double-heliceescalier-double-helice
  • escalier-double-revolution-leonard-de-vinciescalier-double-revolution-leonard-de-vinci
  • escalier-leonard-de-vinciescalier-leonard-de-vinci
  • escalier-ouvertureescalier-ouverture
  • escalier-perspectiveescalier-perspective
  • escalier-renaissance-chateau-de-chambordescalier-renaissance-chateau-de-chambord
  • evier-XVIIIe-pierre-calcaireevier-XVIIIe-pierre-calcaire
  • francois-Ier-bustefrancois-Ier-buste
  • galerie-couloir-de-la-renaissancegalerie-couloir-de-la-renaissance
  • henri-II-portraithenri-II-portrait
  • lanterne-castlelanterne-castle
  • lanterne-chateaulanterne-chateau
  • marchechal-de-saxe-chateau-de-chambordmarchechal-de-saxe-chateau-de-chambord
  • poeles-faience-dantzingpoeles-faience-dantzing
  • porte-en-bois-salamandre-de-francois-Ierporte-en-bois-salamandre-de-francois-Ier
  • restauration-du-chateau-de-chambordrestauration-du-chateau-de-chambord
  • salle-du-donjonsalle-du-donjon
  • tapisseriestapisseries
  • toit-2toit-2
  • tour-angle-du-chateau-de-chenonceautour-angle-du-chateau-de-chenonceau
  • vue-exterieur-anglevue-exterieur-angle
  • vue-exterieur-cotevue-exterieur-cote
  • vue-exterieur-detailvue-exterieur-detail