Château de Maisons Laffittes

Château de Maisons Laffittes, façade de la cour d'honneur restaurée en 2018 pendant environ un an et demi.

 

Le château de Maisons-Laffitte, du XVIIe siècle, est dans un beau cadre, assez verdoyant, non loin de l'hippodrome et du centre-ville, mais quelques minutes de marche seront nécessaires.  Le château de Maisons est mondialement connu et fut régulièrement copié. Il a bénéficié d'une restauration pour la façade de la cour d'honneur mais la façade côté Seine est encore dégradée et les jardins sont en friche depuis des décennies.

En Chine, une copie du château ,appelé Xhang-Laffitte, a été réalisée par un richissime homme d'affaire chinois. Transformé en partie comme hôtel de luxe. Il est visible sur google maps ici et quelques photos visibles ici.

 

 

 

Historique
  Sources :  diverses, wikipédia   
 
 

La famille de Longueil, longtemps associée au Parlement de Paris , possédait une partie de la seigneurie de Maisons depuis 1460 et une part entière depuis 1602. À partir de 1630, et pour les décennies suivantes, René de Longueil , premier président de la Cour des aides puis président à mortier au Parlement de Paris, consacre la fortune héritée de son épouse, Madeleine Boulenc de Crévecœur (décédée en 1636), à la construction d'un magnifique château. En 1649, il put passer les mois d'été dans sa nouvelle maison, mais les travaux des dépendances se poursuivirent après cette date. Louis XIV a visité Maisons en avril 1651.

Construction du Château vers 1650

L’attribution à François Mansart était bien connue des contemporains. Charles Perrault a rapporté sa réputation: "Le château de Maisons, dont il [Mansart] avait construit tous les bâtiments et tous les jardins, est d’une beauté si singulière qu’il n’ya pas un étranger curieux qui n’y aille pas, comme l'une des meilleures choses que nous avons en France ". [1] Néanmoins, le seul document encore mentionné qui mentionne le nom de Mansart est un versement de 20 000 l de Longueil en 1657, apparemment occasionné par l'achèvement final du château. Un pamphlet avec le titre La Mansarade accuse l’architecte d’avoir réalisé, après la construction du premier étage, qu’il avait commis une erreur dans les plans et rasé tout ce qui avait été construit jusqu’à présent pour pouvoir recommencer à neuf.

Perrault souligne que l'architecte a eu l'habitude de remodeler plusieurs parties de ses bâtiments plus d'une fois, dans une recherche de perfection. Cette durée de la construction nécessaire.

À la mort de René de Longueil, en 1677, le château passa à ses héritiers jusqu'en 1732, puis à la marquise de Belleforière, puis au marquis de Soyécourt. En 1777, il devint la propriété du comte d'Artois , frère de Louis XVI , qui entreprit d'importantes transformations intérieures sous la direction de son architecte François-Joseph Bélanger . Ces travaux ont été interrompus en 1782 pour manque de fonds. Les maisons ont cessé d'être entretenues.

Confisqué à la Révolution comme "biens nationaux", le château fut vendu en 1798 à un approvisionneur de l'armée, M. Lauchère, de nouveau en 1804 au maréchal Jean Lannes et enfin en 1818 au banquier parisien Jacques Lafitte. À partir de 1834, Lafitte développa le parc environnant en terrains à bâtir; il a démoli les belles écuries pour fournir des matériaux de construction aux acheteurs. Après que sa fille, la princesse de la Moskowa ait vendu le château en 1850, il passa à M. Thomas de Colmar et au peintre William Tilman Grommé  [ ru ], qui a exploité le petit parc et démoli la porte d’entrée du parvis, clôturant l’espace très réduit avec une grille en fer forgé apportée du château de Mailly en Picardie. Grommé décède en 1900. Dans son testament, il commande l'ensemble de sa propriété à la ville de Vyborg , qui décide de conserver sa collection d'art mais de vendre le château.

Le château resta dans le domaine familial jusqu’en 1732 et connut par la suite plusieurs propriétaires :
 
Marquise de Belleforiere
Marquis de Soyécourt
Comte d’Artois en 1777
Bien national sous la révolution
Vendu à M. Lauchère en 1798
Maréchal Lannes en 1804
Jacques Laffitte en 1818 qui donnera son nom à la ville.
Princesse Moskowa en 1844
Thomas de Colmar en 1850
Tilman Grommé en 1877
 
Et pour finir, il appartient à l’Etat français depuis 1905 , avant d'être classé monument historique en 1914.

 

Façade sur la Seine de Maisons-Laffitte

Architecture 


Le Château de Maisons a été construit entre la Seine et la forêt de Saint-Germain-en-Laye , avec sa façade de jardin orientée au sud-est. À l'origine, il comprenait le jardin, un petit parc de 33 hectares et un grand parc extérieur de 300 hectares. Le visiteur est arrivé par l'une des deux avenues qui se croisaient à l'intersection en T avant la porte menant à la cour d'honneur [2]. L'axe central principal menait à la forêt, l'axe transversal traversant le village au sud-ouest et allant jusqu'à la rivière, puis à Paris. Trois portes se trouvaient au bout des avenues.

D'un côté et de l'autre de l' avant-cour , Mansart a construit les écuries, chefs-d'œuvre d'architecture dont le caractère monumental donnait un aperçu de celles qui seraient construites à Versailles et à Chantilly. De ces œuvres, il n’existe qu’une grotte , servant également à abreuver les chevaux.

Le château se dressait sur une plate-forme rectangulaire soulignée à la française avec un fossé sec. La cour d'honneur était définie par des terrasses. Le bloc central s'étend de manière symétrique en ailes courtes, composé de plusieurs sections, chacune avec sa propre ligne de toit, avec des toits ratissé et hautes cheminées, dans plusieurs gammes, avec une façade brisée rappelle la planification du travail de Pierre Lescot et Philibert Delorme dans le siècle précédent. La construction à pile unique typique de son époque comporte trois étages, un sous-sol supportant un rez-de-chaussée et un piano nobile avec trois étages mansardés.

Le grand vestibule en pierre de l’entrée centrale était à l’origine entouré de grilles en fer forgé d’une finesse exceptionnelle, qui se trouvent aujourd’hui au Louvre . Les grands bas-reliefs de The Seasons ont été exécutés par Gilles Guérin d' après des dessins fournis par Jacques Sarazin , qui a supervisé toutes les sculptures fournies à Maisons. Il existe des lunettes représentant les éléments, pour lesquelles les dessins de Sarazin ont également survécu. [3] Ce vestibule donne sur deux appartements d'état. L'appartement à gauche, appelé Appartement des Captifs, était celui de René de Longueuil; il a conservé son décor d'origine. La cheminée de la chambre d'angle, la chambre de paradereprésente un médaillon en bas-relief de Louis XIII soutenu par des captifs et une frise du triomphe de Louis XIII, œuvres de Gilles Guérin qui ont donné un nom à la suite de chambres.

L'appartement de droite, appelé Appartement de la Renommée, a été entièrement redécoré par Bélanger pour le comte d'Artois dans un style néoclassique discret , en harmonie avec le style classique général du château.

L’escalier était du type de celui qui a été créé par Mansart à Balleroy [4], dans lequel l’espace central est laissé ouvert, de sorte que les volées grimpent sur les quatre murs.

Sur le plancher de la parade, l'appartement à droite, appelé Appartement des Aigles pour la décoration de style Empire réalisée par le maréchal Lannes dans l'attente de la visite de Napoléon , n'est pas distingué. Que sur la gauche, en revanche, l’ appartement du roi s’appelle également à l’italienne en ce sens qu’il est recouvert de fausses voûtes. L'appartement se compose d'une vaste salle des fêtes employée également dans le caractère d'une salle de garde, avec une tribune pour les musiciens. Il s'ouvre dans le salon d'Hercule d' après le tableau d' Hercule vainqueur de l'Hydre qui figurait sur la cheminée., avec des sculptures de Guérin. Au bout du pavillon se trouve une salle en forme de dôme articulée par des figures thermiques, précurseur du grand salon de Vaux-le-Vicomte . Petite armoire ovale ou salle de retrait privée, le Cabinet des Miroirs présente un décor raffiné et un parquet incrusté d'étain et d'os.


 

 
 

 
 

Photographies
 
  • MAISONS-LAFFITTE-avenue-du-chateauMaisons Laffitte, avenue du château, Carte Postale
  • chateau-de-maisons-laffite-yvelineschateau-de-maisons-laffite-yvelines
  • chateau-de-maisons-laffitteschateau-de-maisons-laffittes
  • chateau-maisons-laffite-facadechateau-maisons-laffite-facade
  • facade-maisons-chateaufacade-maisons-chateau
  • facade-profil-chateau-maisons-laffittefacade-profil-chateau-maisons-laffitte
  • fontaine-maisons-laffittefontaine-maisons-laffitte
  • grille-chateau-maisons-laffittegrille-chateau-maisons-laffitte
  • parc-fontaine-du-chateau-2005parc-fontaine-du-chateau-2005