Château de Bourbon-l'Archambault

 

Château de Bourbon-Archambault
 
Le château de Bourbon l'Archambault est un château de la région Auvergne-Rhône-Alpes dans le département de l'Allier. Ses parties les plus anciennes sont du XIIIe siècle, dont les trois tours actuelles, probablement édifiées par Robert de France ( frère de Saint-Louis ). Il faut noter que ce fut le seul château à avoir deux Sainte-Chapelles : celle du XVIe, est endommagée par le comité civique de Moulins. Elles ont été vendues à la Révolution et furent totalement ruinées au début du XIXe ce qui a conduit à leurs disparitions. La ville de Bourbon-l'Archambault est aujourd’hui plus connue pour ses cures thermales.

 

Historique
source : source sur place, documentation diverses, Petites Monograpies des Grands édifices de la France de F.Deshoulières : Souvigny et Bourbon-l'Archambault, Procès Verbal de la Fête Civique de Bourbon 13. octobre 1793


Le château de Bourbon l'Archambault est pour sa partie la plus ancienne du XIIIe siècle, dont les trois tours actuelles, probablement édifiées par Robert de France. Néanmoins il remplace un château plus ancien, en bois, du Xe siècle dont il ne reste plus rien. Le château avait la particularité d'avoir deux Sainte-Chapelles, une construite en 1315 et une seconde en parallèle en 1483 par Jean II de Bourbon.

XIVe siècle, vers 1330, Louis Ier, premier duc des Bourbons, entreprend de nouveaux travaux dont l'édification de la  « sainte Chapelle », voir période Révolution ci-dessous. Il fait édifié également le donjon de Moulins dans lequel les ducs y viendront en tant que demeure principale.

chateau bourbon archambault dessin

plan du château de Bourbon-l'Archambault, au Moyen-Âge  d'après un relevé de Gélis-Didot et Grassoreille 



Les principales modifications sont les parties hautes des tours, une quinzaine de tours, les courtines, une grande salle ( aujourd'hui ruinée ), la tour Quiquengrone à l'angle Sud-Est, le moulin fortifié et les remparts sont relevés.

La tour Quiquengrogne doit son nom par cette petite histoire : Lors de la construction de la tour, des habitants de la ville en ont fait ombrage, estimant probablement que c'était d'une certaine façon un affront. La réponse de Louis Ier serait la suivante : «  je la bâtirai qui qu'en grogne » d'où son nom actuellement.

XVe, la tour Amirale est édifiée.

XVIe siècle, après la chute du connétable de Bourbon, le château est progressivement abandonné, il tombe en ruine.
 

chateau bourbon archambault gravure merian israel sylvestre 1650

 
Dès 1650 on peut voir que le château est en ruine mais garde encore un aspect imposant.
 
Révolution Française, Le château est confisqué, il est vendu comme bien national en 1794, devenant alors une carrière de pierres tout comme les deux Sainte-Chapelles. Les bustes, des rois, reines, croix, sont détruits comme le demande la Convention nationale qui ordonne la destruction de tous les insignes de la féodalité et des tombeaux nobles ou princiers dans tous les édifices de la Ière République en août 1793 :
 
destruction sainte chapelle

Extrait du Procès Verbal de la Fête Civique de Bourbon 13 octobre 1793

 
 

Les Condé ayant fait partie des premiers émigrés en août 1789, leurs biens furent confisqués, seules les trois tours du front nord ne furent pas soumises aux ventes par adjudication. Le directoire de district de Cérilly fit adjuger les restes des Saintes Chapelles et du château le 8 pluviôse an II. Les tours furent utilisées comme supplément de la maison d'arrêt. La tour Qui-Qu'en-Grogne fut elle-même conservée à cet effet. ( source wikipedia ). 

 
1832, Achille Allier, poète local, sauva de la destruction les trois tours nord et le Vieux Logis ( ou Grande Salle )  avec la Tour Qui Qu'en Grogne. 
 
1961, la tour Qui qu'en Grogne a été classée monument historique par un arrêté du 14 juin.
 

Aujourd'hui, la forteresse apaprtient à la Fondation Saint Louis. La Fondation est placée sous le patronage de Saint-Louis, figure emblématique de la monarchie française. Son origine remonte à la création en 1886 de la Société civile de la forêt de Dreux à l’initiative de la famille d’Orléans, devenue après la 1ère guerre mondiale la Société civile du domaine de Dreux. En 1972, s’y substitue l’association Saint-Louis (Loi 1901) à l’initiative du comte de Paris (1908-1999). Cette structure devient en janvier 1974, une Fondation reconnue d’utilité publique pour son engagement envers le patrimoine. source : fondation saint louis.




 

Photographies

Recherche dans le site