Maisons de Louis Daguerre

 

de son nom complet : Louis Jacques Mandé Daguerre


Louis Daguerre, l’inventeur du daguerréotype, évolution importante de la technique photographique, et du diorama. A ses débuts il fut désigné comme l'inventeur de la photographie au dépend de Nièpce. Il s'installe en 1840 à Bry-sur-Marne à la faveur de la construction du pont qui enjambe la Marne en 1831 rendant plus facile et rapide son accès. Ce fut dans l'une des maisons du parc de Daguerre qu’il mourut, le 10 juillet 1851.

Louis-Jacques-Mandé Daguerre, peintre décorateur et physicien, est né le 18 novembre 1787 à Cormeilles-en-Parisis (actuellement dans le Val-d'Oise). Eprouvant un goût très vif pour la peinture et vint à Paris où il prit des leçons de Degoti, le célèbre peintre de décors. Daguerre se fit bientôt connaître par de magnifiques décors peints pour l'Ambigu-Comique et l’opéra et, le 11 juillet 1822, par l’invention du “ Diorama ”, tableau ou il avait habilement combiné les procédés de la peinture et de l’éclairage naturel.

Daguerre est un des Pionniers de la Photo, il apportera de nombreuses amélioration à l'invention de Nièpce, notamment en passant de plusieurs heures pour faire une photo à plusieurs dizaines de minutes environ.

 Maison Daguerre

 Parc Louis Daguerre à Bry-sur-Marne, la maison sur la photo se situe sur la dépendance de Daguerre  et c'est à cet emplacement que Daguerre pris des photos de Bry-sur-Marne, néanmoins la maison actuelle est différente de l'originale.

 

Historique & Histoire 

 

Louis Daguerre Photographe Daguerreotype Chromo Poulain

Chromo, Chocolat Poulain, représentant Daguerre et son Daguerrotype.

Utilisée à partir du XVIIe siècle par des notables parisiens la propriété de Daguerre est une des plus anciennes de la ville. Elle s'étendait sur deux hectares environ, avec un pac, une maison et sa dépendance qui servait d'écurie avec un colombier en son sommet. Initialement il n'y avait pas de pont à Bry et c'est en 1831 que le premier pont est mis en place.

1839, divulgation publique du procédé du daguerréotype et l’incendie de sa salle spectacle parisienne, le Diorama qui a fait sa fortune.

1840, achète le domaine et la maison dans la ville de Bry-sur-Marne avec avec son épouse Louise Georgina Arrowsmith et la nièce orpheline de sa femme, Félicie Arrowsmith.

 Bry-sur-Marne devient par la présence de Daguerre une ville technologique avec les expériences de ce dernier dans la dépendance de son domaine. Le colombier devint un belvédère qui lui offrait une vue remarquable sur le village de Bry. C’est depuis ce belvédère qu’il réalisa son daguerréotype représentant une vue de Bry-sur-Marne, aujourd’hui conservé par la Société Française de Photographie. Il redessina également le parc afin d’en améliorer la perspective. Il fit faire d’importants mouvements de terrain et créa un jardin d’inspiration romantique qui avait l’aspect d’une petite vallée suisse, d’après l’historien et ancien maire de Bry-sur-Marne Adrien Mentienne (1841-1927).

Il y recevra d'importants artistes de l'époque et scientifique, dont les deux frères Meade qui réaliseront un portrait de Daguerre à Bry-sur-Marne.

Ce fut dans cette maison qu’il mourut, le 10 juillet 1851.

1854, la veuve de Louis Daguerre se voit contrainte de vendre la propriété aux sœurs de la congrégation de Sainte-Clotilde. Ces dernières aménagèrent une maison de repos destinée aux religieuses âgées ou malades. La veuve de Daguerre se réserva toutefois la jouissance du bâtiment où Daguerre avait installé son atelier. Elle aménagea ici une habitation et fit détruire l’ancien colombier.

1857, les religieuses de Sainte-Clotilde prirent possession de l’intégralité de la propriété.

1870, la maison et sa dépendance furent cependant incendiées et en partie détruites au cours de la bataille de Champigny ( Champigny-sur-Marne du 30 novembre-2 décembre 1870) et du siège de Paris par les Prussiens. La maison a été reconstruite après la guerre, mais dans un autre style. Le château de Bry subis également de grave dommage.

Maison Daguerre a Bry sur Marne

Maison Daguerre reconstruite après la guerre de 1871.

Seuls le perron et les caves de la maison qu’a connue Daguerre semblent avoir été conservés. Comme l’indique encore Adrien Mentienne, le parc aménagé par Daguerre a quant à lui été préservé par les religieuses pendant tout le temps où elles ont détenu la propriété.

1907, en raison de l’interdiction des congrégations religieuses enseignantes suite à la loi sur la Laïcité de 1905, et de la liquidation de leurs biens, l’ancienne propriété de Daguerre fut mise aux enchères. Adrien Mentienne en fit alors l’acquisition dans l’optique d’y fonder une œuvre de bienfaisance.

1913, il en fit don à Société d’enseignement moderne, une société philanthropique fondée par le Parisien Léopold Bellan, qui venait de faire construire un complexe sportif sur le territoire communal.

1914, Léopold Bellan, fait aménager un orphelinat pour y accueillir une trentaine de jeunes filles mort pour la France, il prendra le nom de l'orphelinat Mentienne en l’honneur du généreux donateur de la propriété.

1918, agrandissement du bâtiment.

La ville de Bry cède un terrain communal mitoyen et Léopold Bellan y fit construire en 1918 un second orphelinat grâce à un don d’un riche banquier new-yorkais, Jules Bache. On y accueillait de jeunes orphelines âgées de 3 à 8 ans qui étaient ensuite prises en charge à l’orphelinat Mentienne, jusqu’à leurs 13 ans.

1920, l’association Léopold Bellan acheta plusieurs terrains voisins. Elle confirma la vocation sociale de la propriété, en y faisant construire une « maison de repos pour la femme seule », qui ouvrit ses portes en 1926. Réservée aux institutrices en convalescence et aux jeunes femmes vivant seules, cette maison recevait une trentaine de pensionnaires qui trouvaient à Bry, pour 15 francs par jour, « logement, nourriture et repos ».

1931, le bâtiment servait à la fois de maison de repos et de retraite.

1940, l’association Léopold Bellan installa un Institut médicopédagogique dans les trois bâtiments de la propriété. Pendant près de cinquante ans, jusqu’en 2010, le site a accueilli des enfants épileptiques.

1990, une partie du parc fut cédée à la Ville pour la construction de l’école communale Louis Daguerre, inaugurée en 1996. La Ville acquit le reste de la propriété en 2010 avec la participation financière du Conseil régional d’Île-de-France et du Conseil départemental du Val-de-Marne afin de sauvegarder ce riche patrimoine. En 2018, le Conseil régional a décerné à la propriété le label « Patrimoine d’intérêt régional ».

 

 Maison des Arts Etienne Audray

Maison des Arts Etienne Audfray dans le parc Daguerre dans le bâtiment Jules Bache.

 

parc daguerre de bry sur marne

 Diorama de Daguerre Bry sur Marne

Diorama de l'église de Bry-sur-Marne

 

 

 

sources : Site municipal - 

 

Photographies & Photos

Recherche dans le site

Rejoignez plus de 5000 abonnés sur Facebook