Ville d'Essay, Histoire et son Château

 

Initialement faisant partie du Duché de Normandie, la seigneurie d'Essay fut attribuée aux seigneurs de Bellême à partir du Xe siècle. Son donjon faisait partie de la ligne de défense établie par les Talvas sur les Marches de la Normandie, du Perche et du Maine. L'ensemble fut fortement endommagé pendant la Guerre de Cent-Ans puis totalement ruinée pendant les Guerres de Religions. Seule la chapelle palatiale subsiste et quelques soubassements de l'enceinte médiévale. La ville garde quelques vestiges, vieilles maisons et anciennes rues médiévales.

 

 chapelle essay duc alencon

Chapelle castrale de l'ancien château d'Essay, dernier vestige.

 

Historique & Histoire 

 

Initialement faisant partie du Duché de Normandie, la seigneurie fut attribuée aux seigneurs de Bellême à partir du Xe siècle. Son donjon fait sait partie de la ligne de défense établie par les Talvas sur les Marches de la Normandie, du Perche et du Maine.

Selon Ordéric Vital, dans le premier tiers du XIe, Yves Ier ou Guillaume Ier de Bellême édifient un château fortifié « flanqué de bonnes tours et plusieurs bastions » pour défendre leur frontière.

En 1088, Odon, évêque de Bayeux, cite le château d’Essay, situé sur un éperon barré à la pointe d’une éminence rocheuse, parmi les forteresses les plus importantes de la Maison de Bellême.

1220 - 1221, Philippe Auguste récupère les comtés du Perche et d’Alençon dont dépendait la châtellenie d’Essay qui regroupait une trentaine de paroisses. En effet Hemeri, vicomte de Châtellerault, et Ela, veuve de Robert, fils Ernée, firent abandon au roi du château d’Essay et tout le domaine, fieffé ou non fieffé, qui en dépendait avec la forêt de Bourse. On apprend grâce à cet acte que les revenus de la Châtellenie étaient de 85 livres, sur lesquels le chapelain de Saint-Laurent prenait 10 livres.
Ils sont transmis à ses descendants jusqu’à Louis IX qui en constitue en 1269 un apanage en faveur de Pierre Ier, son cinquième fils. Ce premier comte d’Alençon étant mort en 1284 sans postérité, le comté d’Alençon fait son retour dans la Couronne. Il est remis en apanage une seconde fois à Charles Ier de Valois, fils de Philippe III le Hardi ancêtre des Valois. Son fils Charles II lui succède en 1325 et meurt à la bataille de Crécy, dans les débuts de la guerre de Cent-Ans. On trouve peu de traces de ces premiers comtes à Essay.

1269, Saint-Louis séjourne un temps à Essay le 8 juillet. Il écrivit à Essay une missive en faveur de Jean de Nanteuil, nommé récemment à l’évêché de Troyes, auquel, après sa prestation du serment de fidélité au roi, il avait accordé remise des droits de régale. C’est aussi à Essay que Saint-Louis fait une charte de donation à Nicolas de Verneuil et à sa femme d’une rente viagère de 20 livres parisis, à prendre sur les revenus de la prévôté de Verneuil.

1361, Pierre de la Corneille était capitaine d’Essay, les Anglais s’étaient emparés de l’abbaye de Saint-Martin de Sées puis furent chassées par Du Guesclin. Son prédécesseur était Jean de Rochefort.

1367, Pierre II, comte d’Alençon, fait renaître le château avec d’importants travaux ; il fait d’Essay sa résidence principale jusqu’à la construction du Logis d’Argentan et développe la ville close. Il fait construire la chapelle actuelle, dédiée à Saint-Laurent.

1409, naissance du futur Jean II d'Alençon, le 2 mars 1409 à Essay.

1415, Jean Ier obtient le titre de Duc d’Alençon, mais il meurt à la bataille d’Azincourt la même année.

chateau fortifications Essay Orne

Plan du cadastre d'Essay, on peut voir le tracé du château des Ducs d'Alençon et de l'enceinte médiévale de la ville ( en bas ).

 

1417, Jean II d’Alençon, plus connu en étant l’un des « compagnons » de Jeanne d’Arc est chassé par les Anglais comme quasiment toutes les places de Normandie, à l’exception du Mont-Saint-Michel.

1449, le duc d’Alençon reprend sa cité d’Essay. Avec la présence de Charles VII, le duc revient dans son duché, les bourgeois de Verneuil et de Gacé l’ayant accueilli à bras ouvert. La garnison anglaise ne fut pas informée de la présence des troupes françaises, et décidèrent d’aller pêcher, avec le capitaine anglais de la place, à l’étang d’Aves, probablement avec les troupes du fort de Boitron. Ils furent pris par surprise par Macé Mallard, seigneur de Fontaines, fief assis en la paroisse de Boitron. Il en informa le duc d’Alençon et Macé Mallard avec ses soldats anéantirent les troupes anglaises en train de pêcher sur l’étang. En même temps le duc d’Alençon envoya une escouade à Essay qui furent informés de la déroute de leurs compatriotes sur les bords de l’étang. Les troupes françaises sommèrent les soldats restants de livrer la place sans coup férir en échange de la vie sauve, les anglais contraient libèrent la ville et donnent les clefs.
En remerciement, Macé Mallard, deviendra capitaine d’Essay, ses descendants le furent aussi jusqu’à Henri IV.

1488, Le fils du duc d’Alençon, René, se mari avec Marguerite de Lorraine. Veuve en 1492, Marguerite vient régulièrement à Essay et fait preuve de qualité remarquables dans l’administration du Duché.

Elle fonde les convents de clarisse d’Alençon, de Mortagne et d’Argentan. Par sa mère elle est la nièce de la reine d’Angleterre et la petite fille du roi René d’Anjou où elle séjourne régulièrement.
Elle laisse le duché à son fils Charles IV et à sa belle-fille Marquerite d’Angoulême, sœur du futur roi François Ier. Celle-ci, veuve, sans enfant en 1525, épouse en 1527 Henri d’Albret, roi de Navarre, mais demeure duchesse d’Alençon jusqu’à sa mort en 1549. Devenue Marguerite de Navarre, elle est ouverte aux idées nouvelles et protège les débuts de la Réforme.
A Essay elle fonde en 1519 l’abbaye Sainte-Madeline, de l’ordre de Saint-Augustin à la place de l’Hôtel-Dieu médiéval.


1549, la châtellenie d’Essay fait son retour dans la Couronne tout comme le duché d’Alençon.Sa fille Jeanne d’Albret épouse Antoine de Bourbon, fils de Charles de Bourbon et de Françoise d’Alençon ( fille de Marguerite de Lorraine ). Ils donneront naissance à Henri de Navarre qui deviendra le futur roi de France, Henri IV.

1552, François Mallard, descendant de Macé Mallard, chevalier et capitaine d’Essay, fait une requête au roi et dit « que dans ce lieu il y a ville et château, forteresse, prisons fermées, prétoire, marché publique, assemblées et affluence de peuple et toutes autres choses appartenant à l’administration de la justice, avec toute abondance et commodité requises et nécessaires » Henri II qui lui répondra par lettre patente alors au château de Villers-Cotterêts le 17 octobre 1553, défendit aux magistrats de tenir la juridiction dans la ville d’Essay et non plus ailleurs, comme à Sées habituellement. Cet ordre fut confirmé par Henri II le 23 mai 1557 et par Henri III le 27 janvier 1583.

1589, Jean Mallard, descendant de Macé Mallard, sieur de la Motte, capitaine d’Essay, rejoignit le parti de la Ligue qui avait pour chef principal, dans ce pays, Pierre Rouxel de Médavy ( voir château de Médavy ), nommé bailli d’Alençon par le duc de Mayenne.

1590, Essay est prise par René Saint-Denis de Hertré, gouverneur d’Alençon pour Henri IV. La garde est confiée à Léon de Bonenfant, écuyer du comte de Soissons. Jean Mallard réussie néanmoins à reprendre la place avec l’aide des Lipans et l’aide des habitants d’Essay. Jean de Mallard en fait son quartier général et les Lipans purent s’y réfugier.
Montpensier, gouverneur de Normandie pour Henri IV, charge René Saint-Denis de Hertré et Jean-Antoine de Saint-Simon, baron de Courtomer, gouverneur d’Argenant, de reprendre Essay. Les habitants et les troupes d’Essay opposèrent une farouche résistance mais furent contraints de capituler.
Henri IV réintègre cependant Jean Mallard capitaine de la place et lieutenant de Rouxel de Médavy au gouvernement de Verneuil.Néanmoins le château est rasé et une partie est utilisée comme carrières de pierres par les habitants d’Alençon. Entretemps la juridiction royale est totalement interrompue à Essay, l’ensemble étant transféré à Alençon.

1594, le 10 mai, un arrêté fait suspendre la démolition mais c’est cependant trop tardif, le château est déjà en ruine. Marie de Médicis, duchesse douairière d’Alençon, utilise avec les ruines une prison. Cependant un arrêté du parlement du même jour transfert à nouveau dans le siège d’Essay les juridictions du bailliage, vicomté, eaux et forêts, d’Essay et Sainte-Scolasse et autres juridictions dépendantes.

1591, le domaine d’Essay est aliénée par le roi pour 72,720 livres au profit du contrôleur des finances, Charles de Saldaigne, sieur d’Encarville, tout en gardant la nomination des officiers de justice et autres.
XVIIe, début du siècle, probablement sur ordre de Richelieu, les logis, le donjon et les murailles sont rasées.

1606, mort de Saldaigne, Henri IV réunit au domaine du duché d’Alençon, les châtellenies d’Essay et de Sainte-Scolasse et la baronnie d’Haute-Rive.

1612,  les archives du domaine signalent l’éboulement de la grande salle.

1622, le domaine alors à Marie de Médicis, est engagé à Louis de Marillac, maréchal de France puis par la suite à Louis de Rochechouart, comte de Maure, qui venait quelques fois à Essay et qui crée en 1694 une fondation pour l’instruction religieuse des enfants de la paroisse.

1745, la vicomté d’Essay est supprimée par un édit de Novembre.

1771, la justice d’Essay est transférée dans la ville de Sées. Le fait de perdre son droit de faire justice sur ses terres par une juridiction locale est un évènement important à l’époque et entérine la ville d’Alençon et de Sées comme villes principales.

1791, les biens constituant l’apanage du frère de Louis XVI, le comte de Provence, futur Louis XVIII, furent saisis comme biens nationaux en 1791. La chapelle fut adjugée le 20 thermidor an 4, son utilisation à usage de grange la sauva de la destruction. En 1845, l’archéologue alençonnais Léon de la Sicotière, signala l’intérêt qu’il portait à cet édifice par une lithographie dans son ouvrage L’Orne archéologique et pittoresque.

1900, Francisque de Corcelle, maire d’Essay, député de l’Orne de 1839 à 1848, ambassadeur de France au Vatican de 1873 à 1876, achète les vestiges du château d'Essay et sa chapelle. (3) 

ESSAY Chapelle de Mme de Corcelle

Chapelle au début du XXe siècle,  appartenant à Mme de Corcelle.

 

sources : affiche sur place, Association normande. Session de 1894, tenue à Alençon (Orne). Excursion à Essay , ... Duval, Louis, sauvegarde francais (3)

 

 

Photographies & Photos

Warning: No images in specified directory. Please check the directoy!

Debug: specified directory - https://montjoye.net/images/