Bertrand du Guesclin

 

Comte de Longueville, né vers 1320 au château de la Motte-Broons, près de Dinan et mort le 13 juillet 1380 devant Châteauneuf-de-Randon, est un noble breton, connétable de France et de Castille. Ses origines sont incertaines.

Le gisant fut réalisé à la demande initiale de Charles V qui selon Froissart «  il fait faire ses obsèques, aussi révéremment et aussi notablement comme si ce fût son fils ».

Charles V  meurt cependant assez rapidement après Duguesclin, son gisant est donc effectué que dix ans plus tard à la demande de Charles VI. C'est Raymond du Temple qui en donna le dessin général, il est réalisé par Thomas Privé et Robert Loisel en 1397.

Les armoiries et l'écu ont été restaurés au XIXe..

1373, début du siège de Duguesclin devant le château de Gençay. « Gençay fut investi en même temps que Lusignan: mais Adam Chel ne capitula qu'au mois de mai de l'année 1375, sous la condition expresse que tous les biens et revenus dont sa femme et lui jouissaient au temps où le pays était sous l'obéissance du prince de Galles lui seraient expressément conservés. Ce fut Du Guesclin en personne qui accepta cette capitulation : il avait, quelques jours auparavant, pris d'assaut Montreuil-Bonnin, dont la garnison de Gençay s'était emparée au mois de janvier précédent. Ce dernier fait d'armes signala l'expulsion définitive des Anglais du Poitou ; il fut suivi, au mois de juin 1375, de la prise de Cognac ; et cette campagne de trois années dans laquelle se révélèrent le génie militaire et la prodigieuse activité du grand connétable, se termina par une trêve qui se prolongea jusqu'à la mort du roi d'Angleterre. »

1375, après la prise de Duguesclin, Morthemer et Gençay sont donnés au Duc de Berry. Catherine et sa mère Radegonde refusent, de gré ou de force, de reconnaître l’autorité du roi de France, elles sont contraintes de s’expatrier en Angleterre avec leurs maris. Après la mort du chevalier Anglais, Jean Herpedenne, Catherine revient en France et veut faire ses droits sur Morthemer et Gençay, le roi accepta pour Morthemer à la condition d’épouser un français proche du Duc de Berry : Etienne d’Aventois, seigneur de Saircergue et de Merry et qu’elle renonce à ses droits sur Gençay au profit du Duc de Berry.



sources : Église Abbatiale de Saint-Denis et ses Tombeaux, notice historique et archéologique, Paul Vitry et Gastron Brière - Tous les Rois de France par Jean-Charles Volkmann - Wikipédia - sources diverses - Tourisme 93

 

Photographies

Recherche dans le site