Château de Ranton

 Situé non loin des rives de la Dive, le château de Ranton est une fortification principalement du XIVe et XVe siècle. La forteresse est entourée de douves sèches et de logements troglodytes, cas fréquent en Touraine, un des châteaux les plus  imposants est le château de Brézé. Le village est à quelques km de Loudun. Il appartient aujourd'hui  à Peter Daniel JOHNSTON et Paola Zenda BUTLER.

 chateau de ranton

 

Historique & Histoire 

Vers 1340, au début de la guerre de Cent Ans, l’écuyer de Ranton, Guillaume de Gourmont, entreprend de reconstruire le fort existant. Il est procureur du roi de France dans le  duché de Touraine, puis prévost de Paris de 1339 à 1349. Les tours principales et les remparts datent en partie de cette époque.​

Il y avait probablement un deuxième mur à l’extérieur des douves sèches pour protéger l’accès au village souterrain; un refuge pour la population environnante lors des fréquents raids et escarmouches. La chapelle castrale aurait été à l’intérieur de ce mur extérieur et se trouvait à l’emplacement de l’église actuelle. La fille de Guillaume, Jeanne, épousa Jean de la Jaille en 1345 et le château faisait partie de sa dot. Il a été associé à la famille de la Jaille jusqu’en 1570.​

Jusqu’au XIVe siècle, l’écuyer de Ranton devait allégeance au duc d’Anjou. En décembre 1394, l’allégeance est transférée de Marie de Blois, épouse de Louis Ier d’Anjou, à l’évêque de Poitiers, le patriarche Simon de Gramant. Il transféra les droits féodaux l’année suivante à Orable de Maulon, épouse de Huet Odart.​

1340 - 1581 : La guerre de Cent Ans et le " de La Jaille »

Jean de la Jaille participe à l’expédition de Constantinople en 1400 et meurt en 1405. Son fils, Tristan, devint écuyer et fit campagne contre les forces anglaises et en Italie. Il était l’un des trois chevaliers Français connus pour avoir combattu les forces anglaises à Vannes en 1381. Un château de la Grande-Jaille se trouve également à Sammarçolle.

Au 16ème siècle, René de la Jaille et son petit-fils René II détenaient des droits féodaux sur le manoir. René II de la Jaille est le premier des écuyers de Ranton à nous avoir laissé un portrait. Un dessin au pastel de lui a été fait pour Catherine de Médicis alors qu’il était à sa cour et il est maintenant au  Museum of Art, Harvard. Il est chevalier de Saint-Michel et devient sénéchal d’Anjou en 1548. Il combattit en Italie, en Espagne, à Arras et à Bapaume où il fut fait prisonnier et rançonné pour 800 écus.

rene II de la jaille

Source photo : Harvard Art Museums/Fogg Museum : René II de La Jaille est représenté dans une simple robe non ornementée. Ses cheveux courts et foncés, qui sont enclins à se boucler, sont brossés en arrière de son visage. Il y a une expression vive, presque moqueuse dans ses yeux, le moindre soupçon d’un sourire sur ses lèvres.

 

Ambassadeurs, Chevaliers et Princesses

Le château fut acheté par la famille d’Apchon en 1581 et passa à la famille de Chastillon dans un contrat de mariage en 1581. On sait que cette famille exerça les droits féodaux de « haute, moyenne et basse justice » dans le manoir jusqu’en 1628.​

En 1631, le château est acheté par Paul Aubin, écuyer de divers domaines de la région : Bourneuf, Ranton, La Jaille et d’autres. C’est probablement à cette époque que la deuxième grande série de modifications a été apportée au château: la plus ancienne des deux tours est typique de cette période.​

Le château passa à Christofe Le Sesne de Menille, toujours par mariage, en 1665. Il est revendu le 26 août 1776 à Michel-Ange de Castellane, brigadier dans l’armée du roi et à son ambassadeur extraordinaire, également propriétaire du château de Villandry. En 1783, le domaine passa à son fils, Esprit-François-Henri de Castelland, maréchal au camp du roi et chevalier d’honneur à Madame Sophie, princesse de France à son frère Esprit-François-Henri de Castellane, maréchal au camp du roi et chevalier d’honneur à Madame Sophie, princesse de France.

Le château a été abandonné pendant la Révolution Français et le domaine est passé à la fille du maréchal à sa mort huit ans plus tard, en 1797. Toujours inoccupée, elle passa à nouveau à sa fille, Madame d’Ome, qui la vendit au curé De Ranton, l’abbé Aubineau, le 8 septembre 1844.​

La chapelle, dédiée à saint Léonard, a été donnée au village par l’abbé Aubineau pour servir d’église paroissiale en 1862. L’acte de donation est inscrit dans les registres de la commune le 25 janvier de la même année.​

L’abbé Aubineau a beaucoup fait pour préserver le château et raviver l’intérêt pour le sanctuaire de « La bonne Dame de Ranton ». Cependant, il n’aurait certainement pas eu les moyens d’entretenir tous les bâtiments. Dans son testament, il laissa le domaine à ses petits-neveux, mais ils le vendirent aux enchères le 5 décembre 1889.​

Le seul soumissionnaire était le maître d’école du village voisin de Curcay, M. Manson. À cette époque, le château était encore habitable, mais n’était guère plus qu’une ruine. Comme beaucoup de propriétés similaires dans toute la France, il incombait au maître d’école local de préserver au mieux les vestiges du passé. On se souvient encore de M. Manson dans le village comme d’un reclus sévère et excentrique. L’une des tours principales de l’entrée s’est effondrée en 1942 et à sa mort, en avril de la même année, M. Manson a laissé le domaine à sa gouvernante et à son neveu.

Après la guerre, le château fut vendu à M. et Mme Piechaud. Ce n’est qu’à ce moment-là que les travaux de rénovation ont commencé. Il est revendu en 1969 à M. et Mme Fonteneau, riches éditeurs de Poitiers, qui achèvent la rénovation en 1969.​

Ils l’ont à leur tour vendu à un couple américain de l’Arizona, M. et Mme Baker. La propriété a été acquise de la succession de la famille Baker en octobre 1987 par les propriétaires actuels.

eglise saint leonard

 Église Saint-Léonard dans le bourg. C'est l'ancienne chapelle castrale du château. C'est un édifice en tuffeau, qui a été entièrement transformé au début du XXe siècle. Le clocher-mur est alors remplacé par le clocher actuel. De l'édifice roman, il ne reste, de nos jours, que le porche. La base de l'édifice date de l'époque carolingienne.

A l'extérieur du bourg de Ranton se trouve deux édifices religieux et d'autres monuments, dont un musée paysan : 

  • La chapelle de l’ancienne église paroissiale Saint-Martin était longue à l'origine d'une trentaine de mètres, mais elle a été raccourcie en 1925.
  • La chapelle de la Bonne-Dame, entièrement bâtie en tuffeau, était un lieu de pèlerinage important dans les années 1870.
  • Les lavoirs des Lourdines et de Saint-Martin, alimentés par la Dive, étaient les lieux de travail mais aussi d’échanges des femmes du village.
  • Le musée paysan est aménagé dans une ferme semi-troglodyte du XIXe siècle.
  • Selon l'Inventaire des arbres remarquables de Poitou-Charentes, il y a également un arbre remarquable dans le village, sur le site des vignes Briant, qui est un vieux cormier de plus de 300 ans.

 

 

 source : site officiel

Recherche dans le site

Rejoignez plus de 5000 abonnés sur Facebook