Louis de Culant

 

Louis de Culant

Louis de Culant est né vers 1370 et meurt en 1444. Personnage haut en couleurs qui fit une grande partie de sa vie en dehors du royaume de France allant jusqu'à l'actuel Liban.   La famille Les Culant étaient alliée de la famille de Sully, ce qui explique peut-être leurs armoiries très proches. Il est le second fils d’une branche cadette de la maison des Culant. Il partit à plusieurs reprises lutter contre les Turcs et les musulmans en Espagne et fut prisonnier à deux reprises par les Turcs.


Il est le fils de Guichard de Culant, seigneur de Saint-Amand, de Dervant, de la Creste et de Chaugy et d'Isabeau de Brosse. Son suzerain est le duc de Bourbon. Il se marie avec Jeanne de Châtillon, dame de la Palisse, ils n’eurent pas d’enfants.

 
Historique

source : source sur place, documentation diverses, voir bas de page

 

naissance approximative : 1370

1390, il prend la tête d’une armée en Afrique à la demande des Génois, il a environ 20 ans.

1395, à la demande du roi de Hongrie, Jean, futur Jean sans Peur et duc de Bourgogne, une nouvelle croisade est entreprise. Louis de Culant assume les fonctions de maréchal de cette troupe.

1396, le 15 septembre, il est fait capturé par les troupes musulmanes de Bayezid Ier sultan Ottoman né vers 1360 (turc : Yıldırım Bayezıd), en français Bajazet. Il fait partie des rares survivants.

1397, vers mai, après avoir été enfermé à Burse, en Bithynie, il est libéré après le paiement d’une forte rançon.

1399, après la bataille de Nicopolis, Manuel Paléologue, empereur de Constantinople, demande l’aide du roi de France. Charles VI accepte et envoi Louis de Culant en tant que maréchal de la troupe. Ils partiront d’Aigues-Mortes sur quatre nefs et deux galères. Il prit part à l'attaque du château turc « de l'Escandelour » ( ville d’Alalâ aujourd’hui ), dans la baie de Sattalie, sur la côte de Pamphylie, puis à une campagne contre les Sarrasins sur les côtes de Syrie et de l’actuel Liban.[i]

1403, 5 août, la ville de Tripoli ( Liban actuel ) est prise d’assaut par Louis de Culant et Jean II de Meingre ( dit Boucicaut ) , et 2000 hommes environ , par la mer. Les Turcs sont pourchassés, puis ils prendront la ville de Beyrouth, puis Saïda et à Laodicée.

De retour à Gênes, il est fait capturé pendant le voyage lors de la bataille navale entre Zeno et l’Amiral Cristofo Bianco. Il est enfermé à Venise, comme Jean de Châteaumorand et 400 prisonniers.

1410, il retourne en France et part en Espagne afin de participer à la Reconquista espagnole. Il participe à la prise d’Antequera avant de revenir en France.

1415, 25 octobre, il participe à la bataille d’Azincourt mais échappe miraculeusement au massacre.

1417, 4 novembre, il est bailli de Melun.

Louis de Culant devient aussi Bailli de Senlis en 1417.

1418, après la prise de Paris, Louis de Culant reste un fidèle du futur Charles VII, alors dit « roi de Bourges ».

1419, il est nommé Bailli de Saint-Pierre-le-Moûtier.

1420, à la mort de sa cousine Aénor, il obtient la seigneurie de Culan.

1421, après la victoire de Baugé, Louis de Culant est nommé Amiral de France, le dernier en date était Robin de Braquemont.

1422, pour ses faits d’armes il est Amiral de France, qui un titre honorifique et non un grade maritime.

1423, il devient « Lieutenant-Général en ses provinces de part deçà le Rhône » par Charles VII.

1423, 17 août, défaite à la bataille de Verneuil, Louis de Culant échappe à nouveau à une sombre fin.

1429, 5 janvier, Louis de Culant rejoint tardivement les combattants du siège d’Orléans par les anglais, il vient avec un renfort sous ses ordres de 200 hommes d’armes.

Lors du siège d’Orléans, Louis de Culant est chargé de seconder au château de Blois la reine de Sicile dans la préparation du convoi de vivres pour Orléans.

28 avril 1429, il est présent lors de la marche vers Orléans de Jeanne d’Arc sous les ordres de Gilles de Rais.

Lors de la guerre éclair dans la Loire, Louis de Culant s’empare de Bonny.

1429, 18 juin, il participe à la bataille de Patay au côté de Jeanne d’Arc.

1429, 17 juillet, lorsque Charles VII est sacré en la Cathédrale de Reims. Louis de Culant entre dans la ville sur un cheval, armé de toute pièce avec bannière aux armes des Culant. Louis de Culant au côté du Maréchal de Boussac, sire Jean de Graville et de Gilles de Rais (ce dernier fait maréchal de France le matin même), est l’un des gardes de la Sainte-Ampoule. Ils emmènent la sainte onction depuis l’abbaye de Saint-Rémy jusqu'à la cathédrale, contenant le Saint chrême destiné à « oindre » le roi.

Par la suite il s’établit à Culan, qu’il reçut à la mort de sa cousine Aénor en 1420. Il fait construire un donjon sur les plans de la tour où il fut enfermé en Turquie.

Son cousin Jean de Brosse décède, Louis de Culan enlève les enfants, prend un butin de 17000 écus d’or et occupe les châteaux de Sainte-Sévère Huriel, de la Pérouse Bridier et celui de Mondon.

Il s’attaque ensuite au château de Boussac, qu’il assiégea pendant 12 jours avant qu’il ne cède. Marguerite de Maleval fait appel au parlement qui lui donne raison.

Louis de Culan est probablement obligé de rendre les châteaux et de probablement libérer les enfants. On ne sait pas ce qu’est devenu les 17 000 écus d’or, si il les a rendu ou non.

1437, son neveu, Charles, aurait, ourdi un complot contre lui. Tombé en disgrâce, il se voit retirer sa charge d'amiral de France au profit d’André de Laval.

1444, il décède.

 

 

[i] Abrégé chronologique de l'histoire de France, Volume 3

Source principale : Jean Ferrugat