Château de Toury

 Gîte aux Roys

Découvrez l'évolution du Château de Thoury au fil des siècles. Originairement occupant tous les bâtiments sur deux arpents et demi, il joua un rôle clé dans les querelles féodales et les conflits avec les Anglais. Un guide de voyage de 1781 souligne la présence d'un parc boisé, amplifiant l'imposante stature du château. Malgré son importance historique, le château fut altéré après sa vente et sa conversion en ferme post-Révolution. Les rois de France préservèrent son caractère jusqu'à ce tournant. En 1833 puis plus récemment en 1955, des changements majeurs furent opérés, impliquant la suppression d'une haie emblématique et des transformations structurelles.

chateau de Toury

Château de Toury, difficile de s'imaginer qu'il fut un château assez important. En 1428  les anglais ont pris la ville avant de pouvoir assiéger la ville d'Orléans.

 

Le passé de Toury est marqué par une série d'événements significatifs. Vers -5000 avant J.-C., le dolmen "Pierre de Gargantua" pourrait expliquer l'origine du nom de la ville lié au dieu Thor. En 630, Dagobert Ier attribue des domaines aux religieux de Saint-Denis, dont la Villa Régia à Toury. En 1054, l'Église Saint-Denis est établie sous la demande d'Henri Ier, donnant lieu à la construction de l'église actuelle. L'abbé Suger intervient en 1109 pour réparer le prieuré endommagé, tandis que Philippe Auguste déclare en 1180 que Toury sera le "Gîte aux Roys". La ville se développe progressivement avec des rues et des ruelles au XIVe siècle. Louis XIII visite en 1626 et son repas est documenté. Les cloches de l'église sont installées en 1829, et le chemin de fer arrive en 1843. La sucrerie de Toury débute en 1874. La construction de la mairie est achevée en 1904, tandis que Louis Blériot réalise son premier vol aller-retour en 1908. En 1955, la Chapelle Saint Blaise, restaurée au XIIe siècle, est malheureusement démolie.

 

Historique & Histoire 

 

Château de Thoury Les historiens nous rapportent que « Thoury en beausse est une chastellenie où forteresse et château y étaient d’ancienneté ». Selon Suger dans son ouvrage intitulé Administration, il mentionne le château de Thoury, une résidence renommée, principale de Saint Denis, en ces termes : « In belsa est Tauriacum famosa B Dionysii villa et caput aliarum, nec non ibiden Castrum Tauriacum ».

chateau de Toury

Après avoir été dévasté par Hugues, comte du Puiset, le roi Louis VI entreprit sa reconstruction et son renforcement, dotant les murailles de bonnes défenses ainsi qu'une tour à trois niveaux au-dessus de l'entrée. Pour la surveillance, une garnison fut établie, financée par le roi, et la gestion de cette position fut confiée à Suger qui est peut-être natif de Toury.

Dans son ouvrage « Vie de Louis le Gros », Suger évoque : « Après la disparition de mon prédécesseur, l’abbé Adam, d'illustre mémoire, qui avait accédé à la charge abbatiale, bien que je ne fusse pas méritant d'une telle faveur, j'ai ressenti l'obligation d'agrandir la prévosté de Thoury, lieu où j'avais longuement résidé. C'est ainsi que j'ai supervisé la construction d'un château solidement fortifié, entouré d'une palissade. Une tour a été érigée au-dessus de la porte principale pour sa protection, et des édifices destinés à la défense ont été édifiés. C'est ainsi que j'ai réussi à assurer la liberté de cette cité et à la maintenir préservée ».

Dans un autre passage, Suger ajoute que la tour du château, étant dotée de trois étages et située dans un territoire plat, est visible de loin.

Entouré de douves, le château était situé à proximité du guichet de Janville et voisinais d'un côté avec l'extrémité du cimetière, qui à cette époque était placé entre l'église et la résidence royale. Tout le côté est, qui correspond aujourd'hui aux bâtiments numérotés de 58 à 90, était équipé de structures défensives séparées du château par le fossé.

Ce château des Capétiens a traversé les siècles jusqu'à nos jours. Il s'agit d'une imposante structure rectangulaire divisée en trois parties. Les cloisons internes ayant la même épaisseur que les murs extérieurs lui ont permis de résister à l'épreuve du temps pendant huit siècles. 

La chambre de Louis le Gros se trouvait au premier étage. La deuxième pièce du même niveau a subi de nombreuses modifications au fil des siècles. Au rez-de-chaussée, de nombreuses transformations ont été effectuées au fil du temps.

Adjacent à cet édifice, à son angle, se tenait un donjon, dans lequel un escalier de pierre menait aux niveaux supérieurs. Malheureusement, cette tour a été partiellement démolie en 1955, mais les vestiges restants nous donnent un aperçu de la qualité de cette construction élégante. Selon la tradition, chacun des trois étages de cette tour abritait un cachot.

À l'emplacement actuel de la Mairie se trouvait un bâtiment réservé aux troupes. Des souterrains reliaient le château aux diverses sections de l'enceinte fortifiée de la ville ainsi qu'à la porte principale du Pavillon.

 

Eglise de Toury

Peu d'informations nous sont parvenues sur le Château. Cependant, une expertise datant de février 1689 nous offre quelques détails. Imaginons-nous transportés au château de Thoury en compagnie d'Anthoine Jousset, maçon et expert chargé de l'examen du bâtiment :

  1. Dans la cave située sous la grosse tour, ajouter deux nouvelles marches.
  2. Placer des carreaux dans la salle d'audience.
  3. Dans la pièce au-dessus du siège, connue sous le nom de chambre de l'interrogatoire, installer une potence de douze pieds avec son couvre-chef (1).
  4. Dans cette même pièce, refaire la cheminée jusqu'au niveau du plancher.
  5. Aussi dans cette chambre, rénover le taquet et la barrière.
  6. Dans l'escalier de la tour, remplacer trois marches par des nouvelles.
  7. Les trois petites chambres voisines, situées au-dessus de la salle de détention servant de prison, ainsi que le grand grenier au-dessus de la chambre d'interrogatoire, ne sont pas dotés de carreaux.
  8. Construire dix-sept toises de mur pour la petite chambre construite au pied de la tour, tant à l'arrière qu'à l'avant.
  9. Remettre en état la maçonnerie des deux portes de l'écurie des chevaux.
  10. Réinstaller deux formes sous le travail de soutien où se trouve la poutre de la couverture de la chambre du four.
  11. Réhabilitation du Château de Thoury

  12. Refaire l'ouverture de la cheminée du four, en ajoutant trois toises de muraille.

    En 1693, lors de la prise de contrôle de Thoury par les Dames de Saint-Cyr, une décision du Grand Conseil concernant la documentation cadastrale indique :

    « Le château de Thoury est constitué d'une tour principale, de deux bâtiments résidentiels et de plusieurs constructions annexes. Le bailli administre la justice dans la tour, où se trouvent également les cachots. Les fours communaux sont installés dans l'un des bâtiments résidentiels, tandis que l'autre sert de résidence au receveur.

  13. Du côté sud du pignon de la vieille grange, sceller les fissures et appliquer un enduit de chaux et de ciment des deux côtés.
  14. Installer des étais pour soutenir les poutres.
  15. Refaire le pavage de la porte de ladite grange.
  16. Dans la grange récemment construite, disposer trois cents tuiles sur la toiture.
  17. Procéder à une rénovation complète de la grande porte du château.
  18. Reconstruire environ deux toises de muraille à la clôture du château, à proximité de la grande porte.
  19. Examiner et remettre en état les murs d'enceinte, dont la couverture est partiellement usée.

 

 Le château de Thoury, englobant tous les autres édifices, occupait une superficie de deux arpents et demi.

Un annuaire révèle : Thoury, l'un des premiers bourgs de l'Orléanais, a vu son château jouer un rôle de premier plan au sein des dissensions féodales et lors de nos affrontements avec les Anglais.

Le guide du voyageur de 1781 nous éclaire : « Rendez-vous à Thoury, où s'élève un château accompagné d'un parc surélevé ». Ce parc était orné d'arbres, probablement des ormes, ce qui donnait l'illusion que le château était encore plus imposant.

mairie de Toury

Il est incontestable que jusqu'à la Révolution, le château préservait son charme, et même les souverains français n'y touchèrent pas. Ce n'est qu'après sa vente comme bien national, lorsqu'il fut converti en ferme, que son caractère fut altéré. Le sol fut rehaussé pour ménager une voie d'accès, qui, à l'époque, menait vers l'occupant de la ferme. Cette modification n'affecta pas seulement les terrains, mais aussi la route qui longeait les murs.

En 1833, la haie qui se dressait avec fierté depuis des années fut tristement abattue. Elle céda face aux coups de hache, et son tronc fut réduit à une souche. L'entrée fut modifiée et de nouvelles structures firent leur apparition sur le site du château.

 

 

sources : O.Pompon Toury le Gite au Roi, https://www.ville-toury.fr

 

Recherche sur le site

Partage