Château d'Amilly Saint Agnan sur Erre

 Autrefois commune française, Saint-Agnan-sur-Erre se trouvait dans le département de l'Orne en région Normandie. Depuis le 1er janvier 2016, elle est devenue une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Val-au-Perche. Actuellement, elle compte une population de 166 habitants.  Amilly, une seigneurie très ancienne située dans la région du Perche, ne possède plus aujourd'hui que la tour cylindrique d'un deuxième Château reconstruit après la guerre de Cent Ans. Le château actuel, quant à lui, a été reconstruit pendant la période de la Restauration dans un style gothique élégant, et est mis en valeur par un magnifique parc à l'anglaise. Autrefois, Guillaume d'Amilly, seigneur de la terre qui porte son nom, s'est distingué lors de la lutte contre la présence anglaise dans le Perche pendant la guerre de Cent Ans.

 Au XVe siècle, Gautier d'Amilly construit un premier château sur son fief, mais celui-ci est détruit par les Anglais pendant la guerre de Cent Ans. Ses descendants bâtissent un second château au XVIIe siècle, dont il ne reste aujourd'hui qu'une importante tour à mâchicoulis, ainsi que le porche de la chapelle placée sous le patronage de saint Nicolas. La famille d'Amilly s'éteint en 1661 avec Guillaume d'Amilly. Le domaine ancestral est alors sorti de la lignée de ses premiers possesseurs depuis trente ans.

chateau amilly saint agnan sur erre

En 1630, les La Briffe, originaires de la vicomté de Fezensaguet en Armagnac, acquièrent la terre d'Amilly et possèdent déjà de nombreuses propriétés en Normandie. La famille appartient à la noblesse de robe et recevra un titre comtal au XVIIIe siècle. À la Révolution, le domaine est démembré, son propriétaire Henri Bonaventure de La Briffe ayant émigré. Au XIXe siècle, le château et ce qui reste des terres passent à la famille Langlois, qui relève le titre comtal attaché à la terre.

L'ensemble du château, construit au XIXe siècle, est d'inspiration éclectique et évoque un manoir gothique du Val de Loire avec son ordonnance de travées régulières et ses lucarnes très ouvragées. Le corps principal, bâti en pierre blanche, se distingue nettement de ce parti stylistique. Malgré le placage maladroit de la tour d'escalier côté cour, il s'impose par l'élégance de ses volumes et par son emploi d'un vocabulaire néogothique.

La chapelle Saint-Nicolas, faisant face aux dépendances, est précédée par un porche à colonnes dont la partie supérieure forme pignon. Les angles de celui-ci sont soulignés par des boules de pierre en amortissement, signe de la qualité noble du propriétaire des lieux.

Les bâtiments résidentiels datent des années 1920 et sont bâtis sur un plan en équerre, se composant de deux ailes ouvrant sur la cour d'honneur. Le corps principal, en fond de cour, est flanqué d'une tourelle d'escalier polygonale hors-œuvre. L'aile gauche, cantonnée à son angle extérieur d'un gros pavillon perpendiculaire plus élevé d'un étage, ainsi que la façade arrière du corps de logis, sont appareillées en brique, tandis que la pierre est utilisée pour les chaînages d'angle et les encadrements des ouvertures, ainsi que pour la corniche à modillons qui court à la naissance du toit sur le pavillon.

Enfin, le comte Langlois d'Amilly a contribué financièrement à la restauration de l'église de Saint-Agnan dans les années 1880 et a baptisé une nouvelle cloche en 1908, nommée Germaine Marie Odon en l'honneur de sa marraine, la comtesse d'Amilly, et de son parrain Odon de Montesquiou-Fezensac.

 

Historique & Histoire 

 

Quelques seigneurs ou personnages de la seigneurie d'Amilly. Le nom d'Amilly est associé au premier seigneur Gautier, qui est mentionné en 1126 en tant que témoin d'une donation à l'Abbaye de Thiron. Il est possible que Gautier soit à l'origine du premier château sur ses terres, qui fut détruit par les Anglais lors de la guerre de Cent Ans.

 Au XVème siècle, Guillaume de La Briffe

Il faisait partie des compagnons d'armes d'Ambroise de Loré (1466-1449), un célèbre chef militaire qui mena une guerre de partisans contre la présence anglaise dans le Maine et le Perche. Guillaume de La Briffe combattit également en Normandie avant de participer au siège d'Orléans aux côtés de Jeanne d'Arc. Ambroise de Loré, surnommé le "Du Guesclin du Bas-Maine", fut à l'origine de la reconstruction de l'église de Saint-Agnan-sur-Erre en 1424, où il est représenté sur un vitrail.

René d'Amilly

Il était un représentant de la noblesse du Perche, prit part aux États généraux qui se tinrent à Blois entre 1576 et 1577, ainsi qu'entre 1589 et 1593. Ces réunions rassemblaient les trois ordres du royaume et étaient convoquées de manière sporadique par le souverain, afin de recevoir les plaintes et revendications consignées dans les cahiers de bailliage.

 

 Eglise de Saint Agnan sur Erre de Ohi Tv - Olivier Borderie

 

 

sources : Fiche Atlas

 

 

Recherche sur le site

Partage