Château, musée des métiers et l'église d'Argent sur Sauldre

 

Argent-sur-Sauldre est située dans la région Centre dans le département du Cher, le village est sur la route de Jacques-Coeur. L'origine d'Argent, nom initial, semble très ancienne, en effet le nom "Argento" se retrouve sur des monnaies mérovingiennes et dans un texte en 1217. On y trouve le château de Saint-Maur qui est aujourd'hui un musée des Métiers. L'église Saint-André est construite au XIIIe siècle mais fortement remaniée au XVe et XVIe et restaurée au XIXe par Octave Guérin. Elle est classée monument historique depuis 1944. Le village possède également le plus grand étang de Sologne mis en place au XIXe. 

Plus que par son château construit au XVe siècle et considérablement modifié au siècle suivant, c'est la personnalité de son dernier propriétaire avant la Révolution, Nicolas Dupré de Saint-Maur, qui attire l'attention sur Argent. Cet homme éclairé a entrepris d'importants travaux de rénovation, comme en témoignent les remarquables bâtiments qui subsistent aujourd'hui.

le château d'Argent est situé à la limite orientale du bourg d'Argent, à l'est de la route de Gien à Bourges (avenue de Paris), à côté de l'église Saint-André. Il a été construit entre 1765 et 1776 par Nicolas Dupré de Saint-Maur, sur les terres qu'il avait achetées. Le corps de logis présente un plan au sol sous forme « U » et est constitué de corps de bâtiment qui occupent trois des côtés de la cour intérieure, le quatrième se libérant vers l'Église Saint-André.

Au cours des travaux de rénovation réalisés entre 1765 et 1776, l'ancienne basse-cour et les deux tours préexistantes ont été démolies pour faire place à de nouvelles annexes, disposées en rectangle et encadrant une deuxième cour intérieure. À partir de 1776, l'intendant de la généralité berrichonne a réaménagé le corps de logis en y percant une vaste baie du côté nord, donnant ainsi l'accès à un itinéraire qui se raccorde à la route de Bourges.

Nicolas Dupré de Saint-Maur a également commandité l'installation d'un parc agrémenté de jardins mis en œuvre d'après des dessins du paysagiste Defer et conçu selon les règles définies par Duhamel du Monceau. Cet espace paysager manifeste un style strictement classique. De ce parc et ces jardins, demeurent encore quelques-unes des allées, un potager, une orangerie et une fabrique surplombant une exploitation viticole, connue sous le nom de « Temple de Bacchus ».

Le château est resté dans la famille Dupré de Saint-Maur jusqu'à ce que Gabrielle Dupré de Saint-Maur, arrière-petite-fille de Nicolas Dupré de Saint-Maur, épouse Philippe Baron de Montbel en 1850, qui devient ainsi propriétaire du château. Le couple a entrepris d'importants travaux de rénovation et de modernisation de la demeure.

Le château d'Argent est inscrit au titre des monuments historiques en 1968, puis classé en 1972. Aujourd'hui, il est ouvert à la visite et accueille des expositions temporaires.


 chateau argent sur sauldre musee

 
Informations
  • Adresse : Château d’Argent 18410 Argent-sur-Sauldre
  • Téléphone :  mairie : 02 48 81 50 60
  • Heures d'ouvertures & Visites du  musée des Métiers : Premier dimanche de Pâques à fin septembre ( 2013 ), sauf le 1er mai  : 13h à 18h. Plein tarif (2013) : 6.5€. Le Musée des Métiers d'Argent-sur-Sauldre est présenté sur trois niveaux, on y découvre les métiers de la région aujourd'hui disparus ( Charron, cordier, forgeron, dinadier, sabotier, bourrelier, etc ) ainsi qu'une collection de papillons et d'oiseaux.

 

Historique
source : source sur place et site officiel, fiche atlas, wiki

 

Le château d'Argent est situé à la limite orientale du bourg d'Argent, à l'est de la route de Gien à Bourges (avenue de Paris), à côté de l'église Saint-André. Les jardins du château sont traversés par deux bras de la Grande Sauldre.

Les origines anciennes d'Argent

Au XIe siècle, la famille de Seuly érigea un château qui fut un point de passage entre ses possessions de Sully, de La Chapelle et des Aix. Au XVIIe siècle, la seigneurie appartint à la petite-fille de Jean de Vetus, épouse de Nicolas de Vignoles, seigneur de Mautour et de La Tour-en-Boueix. Plus tard, les Gauville, descendants des Vignoles, cédèrent le domaine à Claude Fizeaux, qui le revendit en 1765 à Nicolas Dupré de Saint-Maur. Ses descendants, les Montbel, le conservèrent jusqu'en 1957, date de sa cession à la commune. Depuis 1987, le château abrite un musée des Métiers, présentant des outils et des objets se rapportant à l'artisanat. Le parc, implanté sur les deux rives de la Sauldre, a la forme d'un triangle et est structuré par des allées disposées en étoile autour de ronds-points. Dupré de Saint-Maur fit redessiner l'avant-cour pour y aménager des parterres et des bosquets. Il fit également construire, à un nouvel emplacement, trois corps de dépendances abritant les écuries, les remises, les granges et les communs. Certaines parties de ces bâtiments ont été détruites pour élargir la route, mais il subsiste une belle construction néoclassique dont la porte d'entrée, surmontée d'un oculus, s'encadre dans un vigoureux massif à bossages.

Au cours des XVe et XVIe siècles, les parcelles de la cité argentaise étaient la propriété de la Maison d'Albret, par donation des Sully. En 1765, Nicolas Dupré de Saint-Maur, récemment élevé aux fonctions d'intendant général du Berry, rachète ses terres et commande la construction du château d'Argent. Le corps de logis présente un plan au sol sous forme « U » et est constitué de corps de bâtiment (ou ailes) qui occupent trois des côtés de la cour intérieure, le quatrième se libérant vers l'Église Saint-André.

À proximité de cet espace ouvert, se déployait une dépendance, sous l'aspect d'une basse-cour qui est détruite aux cours de travaux visant à remanier les structures du Château. Cette campagne de rénovation, réalisée entre 1765 et 1776 sous l'impulsion de Dupré, a pour objectif de consolider l'« image » de ses terres domaniales. Pendant ces travaux de la seconde moitié du XVIIIe siècle, outre l'ancienne basse-cour, les deux tours préexistantes, situées chacune à deux angles opposés de la demeure domaniale font également l'objet d'une démolition. En lieu et place de cette dépendance et des deux structures d'élévation, sont dès lors édifiés de nouvelles annexes. Il s'agit d'une grange, d'écuries, de remises (ou hangars) pour les carrosses et de bâtiments destinés au personnel domestique. L'ensemble de ces nouvelles annexes est disposé en rectangle et encadre une deuxième cour intérieure.

Un château inachevé

chateau argent sur sauldre

À partir de 1776, l'intendant de la généralité berrichonne prend l'initiative de réaménager le corps de logis. Une vaste baie est percée du côté nord du château donnant ainsi l'accès à un itinéraire qui se raccorde à la route de Bourges. D'autre part, Dupré commandite également l'installation d'un parc agrémenté de jardins mis en œuvre d'après des dessins du paysagiste Defer et conçu selon les règles définies par Duhamel du Monceau (1700-1782). Pour l'époque, cet espace paysager manifeste d'un style strictement classique. De ce parc et ces jardins, demeurent encore quelques-unes des allées, un potager, une orangerie et une fabrique surplombant une exploitation viticole. Cette structure, à la fois ornementale et domestique, est connue sous le nom de « Temple de Bacchus ». Le concepteur de cette fabrique est probablement l'architecte Victor Louis. Après le départ de Dupré pour Bordeaux, un programme de réaménagement du château est confié à l'architecte parisien.

En tant qu'intendant de Bordeaux en 1778, Nicolas Dupré de Saint-Maur s'associe à l'architecte Victor Louis pour concevoir un nouveau château qui doit être en harmonie avec les jardins déjà existants. Louis crée une maison de plaisance, dont la distribution privilégie le confort et l'intimité. Le rez-de-chaussée se compose d'un appartement complet pour Monsieur et Madame, chacun disposant d'une antichambre, d'une chambre à coucher, d'un boudoir et d'un cabinet de toilette. Les cuisines sont reléguées dans les communs et les chambres des domestiques logées dans l'entresol. Les chambres des autres membres de la famille et des invités sont distribués à l'étage par un grand couloir central, une disposition nouvelle à l'époque.

Cependant, ce projet ne sera jamais réalisé, et Dupré de Saint-Maur, qui quitte Bordeaux en 1785, se contentera de terminer l'aménagement de l'avant-cour, bordée par un saut-de-loup et fermée par une monumentale grille de fer forgé. Le château d'Argent est donc resté inachevé, bien qu'il retienne l'attention en raison de la personnalité de son dernier propriétaire avant la Révolution française.

En effet, Nicolas Dupré de Saint-Maur était un homme des Lumières, connu pour avoir entrepris de grands travaux de transformation. Avant de quitter Bordeaux, il avait réalisé une halte princière en accueillant Claire-Clémence de Maillé, princesse de Condé, et son fils, le jeune duc d'Enghien, en route depuis Paris vers Montrond. Bien que le château d'Argent soit resté inachevé, les remarquables communs témoignent encore aujourd'hui des ambitions architecturales de Dupré de Saint-Maur.

 
 Eglise saint andre argent sur sauldre
 


L'église Saint-André : Elle a été édifiée dans un premier probablement au XIIIe ou XIIe, il en reste le pignon Ouest et les soubassements des trois travées de la nef. Elle subit une forte modification au XVe, dont le chœur, le sanctuaire et les deux chapelles. Au XVIe siècle Marie d'Albret, veuve de Charles de Clèves, fait construire le clocher-porte et les parties supérieures de la nef, tant qu'à la flèche elle est du XVIIe. À la fin du XIXe siècle l'église était très endommagée, l'abbé Moulin y fait une grande restauration.