Village et Église Saint-Denis-de-Grandpuits

 

village-grandpuits

Grandpuits possède une Ferme dite de "Châteaufort" ( aujourd'hui un Gîte ), un colombier XVIe sur une petite motte, Une église, ancienne chapelle castrale, son puits et son pressoir en grès. La maison forte de Châteaufort dépendait de la châtellenie de Melun.

Dans le contexte de la guerre de Cent Ans, on surélève les tours et on entreprend des travaux de fortification. Dans un document du XIVe siècle, elle est décrite comme : « Il y avait à Grandpuits un chastel ou forteresse notable lequel avait este profitable nécessaire et convenable pour les habitants du Puits pour y avoir leur retraite en temps de guerre ». Un autre document daté du VIIIe siècle la décrit comme : « Le fief de Châteaufort à présent tout ruiné et en masure ». Grandpuits fut probablement ravagée pendant la guerre de Cent-Ans selon André Châtelain.

Église Saint-Denis est datée du  XIIe ( choeur ), XIIIe ( partie centrale + le clocher ) et XVIe,qui est en réalité une ancienne chapelle castrale de Châteaufort, La tour  à l'angle sud-ouest,  faisant partie de la maison forte de Châteaufort, qui semble être de la même époque que celles de la ferme de La Salle, la construction est très proche y compris au niveau des meurtrières. La tourelle ne devait pas être initialement  accolée à la chapelle castrale jusqu'au XVIe siècle date à laquelle l'église fût probablement agrandie.

1144, Le nom de Grandpuits apparaît pour la première fois au XIIe siècle en 1144.

1185, le village est cité sous le nom de Leprosi de Grandi Puteo indiquant l'installation d'une léproserie.

1223, Robine de Rubelles dame du fief de Grandpuits approuve une donation, faite de la dîme de ce village, à l'abbaye du Jard près de Melun par Simon de Grandpuits et sa femme Béatrix.

1240 et 1243, Jehan de Monceau et Gilles de Grandpuits donnent quelques bâtiments à l'église Notre-Dame de Melun, donation que Guillaume de Grandpuits approuve en tant que seigneur dominant qui habitait en son château de Châteaufort à Grandpuits.

Grandpuits a également possédé un couvent habité par des moines dont l'ordre n'est pas connu. Ce couvent est devenu par la suite une ferme.

1402, le nom apparaît dans les archives locales. La présence de deux grandes fermes, ferme de Châteaufort et ferme de La Salle, supposent l'existence de deux seigneuries.

En 1789, Grandpuits faisait partie du diocèse de Meaux, archidiaconé de Melun, généralité de Paris, élection de Rozay. On y comptait 41 feux et 100 communiants.

Le 11 octobre 1793, la commune qui possédait quatre cloches en céda trois pour fabriquer des canons. L'argenterie et les cuivres existant dans l'église de Grandpuits furent transportés à Melun le 10 novembre 1793. La croix du clocher fut descendue et remplacée par un bonnet de la Liberté et une oriflamme en tôle peint des trois couleurs.

Lors de l'invasion de la France en 1814 la commune fut particulièrement éprouvée en logeant de 90 000 à 100 000 soldats français ou étrangers.

Le  , fut le théâtre d'une partie du combat livré dans la plaine de Mormant entre les troupes françaises et les troupes russo-bavaroises. « Ayant été repoussé de Mormant par le général français Gérard, le général Pahlen, faisant former le carré à ses troupes reculait en perdant beaucoup de monde. Pour achever la victoire, Napoléon fit avancer le général Drouot avec 36 bouches à feu de la Garde. Pahlen était cependant près d'arriver à Grandpuits ou il espérait être secouru par l'avant-garde du général de Wrède qui occupait encore Nangis et dont la cavalerie était en avant de Bailly4. Mais un feu écrasant d'artillerie vint changer la retraite en déroute. Un bataillon qui tenta de se réfugier derrière le marais d'Ancœur (à 1 km de Grandpuits) fut cerné par nos dragons et forcé de mettre bas les armes »5

Le 21 octobre 1870 durant le siège de Paris, pendant la guerre de 1870, Grandpuits vit un combat assez sérieux engagé entre les francs-tireurs et les gardes nationaux, de Saint-Germain-Laval, d'Auxerre et Montereau, venant de cette dernière ville et un détachement de 300 Prussiens. Un combat inégal s'engagea entre les miliciens Français armés de fusils à piston ou de chasse et les soldats de métiers armés de fusils modernes. Malgré la vaillance des Français, le feu vif et précis de l'ennemi joint à un renfort considérable qui ne tarda pas à arriver, mit en déroute les gardes nationaux. Plusieurs hommes furent tués de part et d'autre dans les fossés qui entouraient alors la ferme de La Salle, l'ancien couvent.

 

 sources : wikipedia,  GRANDPUITS. Petit village de la Brie - CHAUDIEU Georges - Châteaux forts et féodalité en Ile de France, du XIème au XIIIème siècle André Châtelain

 

 

 

 

Photographies

colombier-XVe
eglise-de-grandpuits-bailly-carrois
eglise-grandpuits-saint-denis
eglise-grandspuits
ferme-fortifiee-chateaufort-grandpuits-gite
village-grandpuits

toit-tourferme fortifiée grandpuits