Histoire & Visite

 

 

 

 

Eglise Romane de Ecueillé

L'ancienne église Notre Dame est désaffectée, elle dispose d'un clocher entièrement en pierre. Porche latéral du  XIème siècle, restauré au printemps 2009. Nef à cinq travées XII et XVe siècles dont une avec clé de voûte datant de 1441. Portail roman sculpté, clocher massif à baies géminées.

 

Le nom de la localité est attesté sous les formes Scubiliacus de 1107 à 1150, Escubiliacus en 1228, Esculleium en 1239, Escueillé en 1533, Escully en 1566. Elle figure sous son vocable actuel sur les cartes de Cassini établies dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

On a retrouvé à Écueillé quelques vestiges préhistoriques (notamment trois polissoirs), des monnaies gauloises et des vestiges gallo-romains près du village de Mazère.

Il existe à Écueillé la rue du Vieux-Fort et la rue de l'Ancienne-Caserne, évoquant la citadelle avancée de la Touraine. En effet, Écueillé, avant la Révolution appartenait à la province de Touraine. En 1150 elle est une paroisse du diocèse de Tours, dépendant de l'abbaye Saint-Sauveur de Villeloin. Le prieuré relevait du Château et cité médiévale de Loches. La châtellenie relevait du palais archiépiscopal de Tours et fut incorporée en 1553 à la baronnie de Buzançais ; elle passa au xviiie siècle aux mains des familles La Trémoille et Choiseul.

Le 25 mars 1278 l'archidiacre de Tours en visite à Écueillé affranchit le serf Clément Baboin qui est le premier Écueillois identifiable par un prénom et un patronyme.

Écueillé a connu une flambée de violences en 1574-75 lors des guerres de religions. En particulier, François de Valois duc d'Alençon (frère du roi Henri III) arriva à Écueillé le 8 octobre 1575 et laissa ses soldats se livrer pendant trois jours à des pillages au prieuré et dans des fermes.

En 1617, la halle (40 m de long sur 14 m de large) est construite au centre du bourg, à l'emplacement de l'ancien cimetière (racheté en 1611 par François de Fiesque, conseiller d'État, seigneur d'Ecueillé, baron de Levroux et de Brion) sur les plans de trois maitres-charpentiers de Loché-sur-Indrois : Noël Masson, Ursin et Vincent Goubelet ; elle a été acquise par la commune en 1850, démontée en 1880 et en partie remontée dans les hameaux de la Choltière et la Boutinière.

Écueillé a subi les crues de la Tourmente en novembre 1770 et juin 1856.

Un cahier de doléances a été rédigé le 1er mars 1789 à Écueillé.

En 1790, lors de la formation des départements, Écueillé fut incorporée à l'Indre-et-Loire mais une loi ultérieure du 18 ventôse an VI la rattacha à l'Indre à la suite des protestations de ses habitants qui trouvaient Tours beaucoup trop éloignée.

Les biens ecclésiastiques (prieuré présenté comme un manoir, moulin des Champs, métairie du Bois Franc) sont réquisitionnés en 1790 ; ils s'étendent au total sur 210 hectares ; le 25 juin 1791, ils sont acquis pour 11 000 livres par l'huissier écueillois Grégoire Gauguery.

Le 14 mars 1791 l'abbé Suzor, curé assermenté de la paroisse d'Écueillé, est élu archevêque de Tours par les 329 prêtres et religieux assermentés de Touraine, réunis à la cathédrale de Tours. Note de René Coursault10 : « Â son passage à Loches il fut félicité par les autorités et par M. Gaultier, président des Amis de la Constitution ; il fut moins bien reçu à Ligueil malgré le discours d'Ysabeau, son grand vicaire, oratorien défroqué ; à Loches plusieurs prêtres refusèrent de prêter serment comme M. Rocher, curé de Saint-Ours ».

Les 13 et 14 mars 1796, Écueillé fut occupée pendant deux jours par 200 insurgés royalistes dans le cadre de la « Vendée de Palluau » et cette occupation se conclut, outre la débandade des assaillants, par l'exécution en place publique d'un dénommé Sylvain Robert, originaire de Villedômain. L'épisode est relaté sur le blog de Michaël Beigneux.

Les petites communes mitoyennes d'Hervault (en 1813) et de Cloué (en 1854) ont fusionné avec Écueillé.

En 1847, la mairie (détruite le 25 août 1944) est bâtie au centre de la Halle, sur la place du Marché.

En 1854 est créé le corps des sapeurs pompiers qui deviendra en 1956, le centre de secours no 11.

Le niveau d'instruction est plutôt supérieur à la moyenne avec 10,2 élèves pour 100 habitants à Écueillé en 1866 contre 8,9 en moyenne départementale. Un cercle littéraire y apparait même en 1862.

L.A. Léjosne, professeur au lycée impérial de Châteauroux, écrit en 1869 : « Au temps de Saint-Martin (ive siècle), il existait au village de Cloué (Claudiomagus) un monastère de pieuses filles que ce prélat visita, suivant le récit de l’écrivain ecclésiastique Saint-Sulpice-Sévère. » Il est possible cependant que le professeur Lejosne ait commis une confusion car, selon d’autres sources, Claudiomagus ne correspondrait pas à Cloué mais à Clion.

En 1908, Écueillé est le siège de grandes manœuvres militaires.

La Première Guerre Mondiale

Elle provoque « une saignée » très importante comme en atteste le monument aux morts où sont gravés les noms de 70 soldats « morts pour la France ». À l'issue de celle-ci, du 13 au 25 mai 1919 les agriculteurs écueillois peuvent acquérir du matériel et des chevaux de l'Armée américaine sur la place du Champ de Foire.

la Seconde Guerre Mondiale

 Écueillé fut un foyer de Résistance important, bien relaté dans les livres de Maurice Nicault. Il dut aussi subir les arrestations, et les actes d'un faux maquis dirigé par le dénommé Lecoze qui finira fusillé à Angers, le 31 mai 1945. Écueillé a connu dans la nuit du 25 au 26 août 1944 un combat violent entre des éléments de la Wehrmacht, et du 8e cuirassiers français commandé par le capitaine André Colomb.

Une plaque commémorative honore les 18 victimes françaises du 25 août 1944, du combat d'Écueillé et du drame de la Butte Monbelle, qui eut lieu, le 28 août 1944, à Heugnes. Sur Ecueillé : Alexandre Hall, Georges Pierre, Joseph Renahy, Michel de Vilmarest, Charles Fernandez, Bernard Salmont, Maurice Gauvain, Marcel Montel, Léopold Niquet, Jeanne Niquet, Robert Reuillon, Pierre Rozienko, Pierre Jollet, Roland Jollet, Mme Aubé-Fournier, Mme Jollet-Lanchais, Mme Jollet-Rimbert, Mme Morin-Foulon. À la Butte Monbelle : Léopold Linarès, Onésime Adam, Paul Baron, Roland Lamirault, Albert Laurent.

Mairie Ecueillé

Mairie lors du tour de France du 12 juillet 2013

 

Le centre du bourg fut partiellement détruit et la mairie (incendiée) dut être reconstruite. Le maire Léon Bodin fut momentanément remplacé par une personne désignée par la Résistance, avant de retrouver son mandat aux élections municipales de 1945.

À la rentrée scolaire 1970, les collégiens du canton et de Nouans furent accueillis dans le nouveau C.E.G. Calmette-et-Guérin, sur la route de Pellevoisin ; il avait été inauguré le 30 juin 1970 par le préfet Philippe en présence notamment du député Jean-Paul Mourot et de membres de la famille (fils du Dr Guérin, neveu de Mme Calmette) des découvreurs du B.C.G. ; il était conçu pour accueillir 400 élèves.

À la suite du redécoupage cantonal de 201413, la commune n'est plus chef-lieu de canton.

source : wikipedia

 

 

 
Photographies & Photos
  • Camping-municipale-PotinièreCamping-municipale-Potinière
  • eglise-notre-dame-ecueilleeglise-notre-dame-ecueille
  • etant-communal-ecueuilleetant-communal-ecueuille
  • lion-dor-restaurantlion-dor-restaurant
  • macarronmacarron
  • mairie-eceuillemairie-eceuille
  • mini-golf-ecueillemini-golf-ecueille
  • notre-dame-alliancenotre-dame-alliance
  • notre-dame-eglise-romanenotre-dame-eglise-romane
  • office-tourisme-eceuilleoffice-tourisme-eceuille
  • place-jean-bernard-archeveque-toursplace-jean-bernard-archeveque-tours
  • supporter-anglais-de-chris-tour-de-france-eceuillesupporter-anglais-de-chris-tour-de-france-eceuille
  • vieille-maison-eceuillevieille-maison-eceuille