Château de Beaulieu-les-Fontaines

 

Jeanne d'Arc fut enfermée dans ce château à Beaulieu les Fontaines

Situé à 38km de Compiègne, dans le canton de Lassigny, Beaulieu les Fontaines est un petit village aujourd’hui connu pour avoir été l’un des endroits de captivité de Jeanne d’Arc, après sa capture à Compiègne le 23 mai 1430. En 14-18, dès le début du conflit, le village est témoin de violents combats à la fois meurtriers et destructeurs.

CB

 

 
Informations
  •  Adresse : MFR du NOYONNAIS - 9, rue du château - 60310 Beaulieu les fontaines
  •  Téléphone :   03 44 43 40 16
  •  Heures d'ouvertures & Visites  :

  • Le château appartient aujourd'hui à une école de formation par alternance : Les Maisons Familiales Rurales. Il n'est donc pas ouvert en visite libre sauf pour les Journées du Patrimoine et sur demande. Cependant l'accueil est très sympathique et un coup de fil sympa avant votre visite devrait vous permettre d'ouvrir les portes du château sans coup férir, mais uniquement hors périodes de vacances scolaires. Je tiens à remercier l'école pour l'accueil .  Le village a organisé en 2012, lors des Journées du Patrimoine, une manifestation locale avec comme thème Jeanne d'Arc et un marché médiéval.

 

Historique
 sources : Leroy-Morel 1853 - sources diverses - Documentation dans l'école située dans le château - procès de condamnation - procès de réhabilitation

 


Le village a pris nom de Biauliu, Bellus Locus, Bellum Locum, Bialen, Beaulieu en Vermandois , Beaulieu-le-Comte puis aujourd'hui Beaulieu-les-Fontaines : au sujet de Fontaines, il s’agit des 3 fontaines qui alimentent la ville en eau ferrugineuse. Proche de la forêt de Bouvresse qui l’entourait en partie et dont il ne reste plus grand chose, le sol est sec, relativement sableux et  peu fertile.

Le premier seigneur connu est  Jean II de Nesle, qui avant de partir en croisade, crée l'Abbaye au Bois à Ognolles en 1202 ou 1205, aujourd'hui détruite,  initialement rattachée à Beaulieu les Fontaines ( Bellum Locum ).[6]

L'un des Seigneurs  de Nesle ( anciennement Neele )  était seigneur du château de Beaulieu mais aussi  de Ham, comme le stipule ce document :
« Item pour le voie où Estenes Wasselins et Robers Belins alèrent à Bialen et à Hem parler au segneur de Neele pour le besongnes des sauniers , III sols et IIII den.[1]

Mailly de Nesle semble avoir négligé cette forêt, vu qu’elle ne rapportait pas autant qu’elle aurait pu avec un entretien régulier ( 20 000 livres au lieu de 30 000 ). Le village a été longtemps pauvre et les activités agricoles ne fonctionnaient que six mois dans l’année.[2]  Il existe un ruisseau dit de Beaulieu qui prend sa source au village pour descendre vers Ecuvilly qu’il traverse.[3] Voilà pour les informations que j'ai récoltées, pour l'instant, sur Beaulieu-Les-Fontaines.

Le Cellier 

Escalier avec voûte plein cintre, en direction du cellier

Cellier , peut être du XIIIe

Ouverture de jour et meurtrière

Sur la photo de  gauche, un  escalier plein cintre qui mène au  cellier ( photo de droite ) avec voûte plein cintre et deux alvéoles en berceau brisé ( il y en a deux séries mais une est visible sur cette photo ). Très belle construction massive, peut-être du XIIIe ( ? ) , aucune certitude . On trouve un autre cellier très ressemblant dans les Yvelines à Andresy : voir photo et le côté très massif fait penser au château de Coucy, même si la voûte est uniquement en berceau brisé avec pillier plein cintre. Sur l'extrême gauche une ouverture de ce qui pouvait servir de meurtrière puisqu'elle donnait sur les douves, l'escalier trahit sa fonction militaire car il permettait à un archer de se rapprocher de l'ouverture pour décocher une flèche. Notons que la hauteur du sol est surélevée d'au moins 1 à 2 mètres, peut-être naturellement ou artificiellement en partie pour éviter les inondations ?

 

 

 

En 1465 et 1476, Beaulieu  redevenu français, est reconquis par les Bourguignons qui détruisent le donjon octogonal.  [4

On sait que Beaulieu fut pris en 1465 grâce à un rouleau de parchemin qui contient les comptes de l'artillerie Bourguignonne « item, qui a été dépensé le 20, 21, 22 et 23 du mois de Juin durant les jours de siège fut mis par mondit seigneur de Charrolois ( Charles le Téméraire, futur Duc de Bourgogne ) devant le château de Beaulieu et qui fut délivré à Monseigneur de Moreul, maistre de la dite Artillerie, pour faire les approches dudit siège ainsi qu'il est accoustumé, « dont rien n'a été recouvré, la dite place gagnée » : 34 pics, 50 boyaux, 80 pelles ferrées et louchets, 54 cognées, 32 serpes. [5]

Une première reconstruction est faite au XVIIe, c'est en grande partie ce nous voyons aujourd'hui en brique.

1793, après la Révolution Française le château passe de propriétaires en propriétaires.

1917, la statue de Jeanne d'Arc fut enlevée par les Allemands, elle fut refaite plus tard par Dechin ( c'est celle que vous voyons aujourd'hui à l'entrée ).

1928, la château appartient à la demoiselle Lesur, Religieuse du Saint-Esprit.

Au milieu des années 30, le château appartient à des religieuses canadiennes de Congrégation de Sainte-Jeanne-d'Arc du Québec fondée par un assomptionniste, le révérend Père Clément. À cette époque le château est ouvert à la visite par les religieuses.

D'importants combats pendant la Première Guerre Mondiale vont émailler la région, Beaulieu les Fontaines n'échappa pas aux diverses vicissitudes de la guerre comme à Margny-aux-Cerises situé à 6km de Beaulieu.

Soldats Français morts après un bombardement à Margny-aux-cerises

Soldats français pendant les premières heures des combats à Margny-aux-Cerises à 6km de Beaulieu les Fontaines.Source

Pendant la Première Guerre Mondiale, les Allemands occupent le château mais quittent Beaulieu-les-Fontaines en détruisant l'église pour ralentir l'armée française, mais le clocher s'écroule sur lui-même et sa destruction fut totalement inutile.

Soldats Allemands devant l'église de Beaulieu les FontainesAprès la destructions, soldat français

Avant et après la destruction par les Allemands

"Le 25 mars 1918 , une compagnie formée par le 1er et le 2e escadrons, sous le commandement du capitaine CLOUËT des PESRUCHES, est mise avec une S.M. (lieutenant FARGUE) à la disposition du groupe cycliste qui était engagé à hauteur de la ferme de l'ABBAYE-aux-BOIS. La compagnie arrive en ligne à 18 heures et prolonge à gauche la ligne des cyclistes. Elle subit aussitôt un violent feu d’infanterie qui lui cause des pertes. A 21 heures, la compagnie reçoit ordre de se porter à la droite des cyclistes (mission de contre-attaque), d’occuper les lisières nord du village de BEAULIEU-les-FONTAINES et d’arrêter, coûte que coûte, la progression de l'ennemi. Le mouvement sous le feu fut des plus pénibles, mais il réussit."[source]

Le château, pour ce qu'il en restait, a été restauré en 1930 et la chapelle de Jeanne d'Arc est construite à cette époque.

Chapelle de Jeanne d'Arc à Beaulieu les Fontaines, construite en son honneur

Chapelle de Jeanne d'Arc construite en 1930 . Elle est très raffinée et semble avoir été faite avec minutie. 

Pierre de la tour des Champs du Château de Bouvreuil à Rouen, dernier lieu d'emprisonnement de Jeanne. Puit dans le Cellier Forteresse de Beaulieu les fontaines, beau reste de l'enceinte et de son fossé

Sur la gauche une pierre de la Tour des Champs du château de Bouvreuil à Rouen, dernier lieu de captivité de Jeanne d'Arc. Elle fut achetée par un musée américain à New-York et offert le 14 juillet 1935 à Beaulieu les Fontaines. Au centre le puit du cellier, les briques trahissent sa modification au cours du XVIIe, mais peut-être existait-il à l'époque de Jeanne. Les pierres qui forment un carré au dessus proviennent à mon avis du puits extérieur. Sur la droite un beau reste de la fortification et du fossé.

 

Recherche dans le site