Louis VI dit "Le Gros" ou "le Batailleur"

Basilique de Saint-Denis, Louis VI dit le Gros se trouve en troisième position en partant de la gauche.


Après avoir répudié Berthe en 1092 et malgré les protestations du clergé, son père se remarie la même année avec Bertrade de Montfort, comtesse d'Anjou. De ce deuxième mariage naissent quatre enfants, dont deux fils. Louis, jeune prince issu du premier mariage de son père, est élevé avec Suger, futur abbé de Saint-Denis qui va faire construire une partie de l'actuelle Basilique de Saint-Denis.

1092, Philippe Ier l'investit du comté de Vexin et des villes de Mantes et de Pontoise.

1097, à la tête de l'armée royale, il prend part à la guerre, défendant le Vexin contre Guillaume le Roux roi d'Angleterre.

Il est  fait  chevalier le 24 mai 1098 à Abbeville, par Gui Ier comte de Ponthieu. Louis est associé au trône en 1101 ou 1103 , il est alors un « rex designatus » (roi désigné), il est investit également du comté de Vermandois.  Louis VI va s'attacher à renforcer son autorité dans le domaine royal, il lutte contre les seigneurs pillards en Île de France, il renforce par ailleurs certaines positions et fait construire des fortifications comme à Saint-Germain-en-Laye. À la différence de Philippe Ier, Louis VI réussit à avoir l'appui de l'église.

Le 29 juillet 1108, Philippe Ier décède à Melun, et suivant sa dernière volonté, est inhumé en l'église abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire.

Le sacre a lieu le 3 août 1108 dans la cathédrale Sainte-Croix d'Orléans, il reçoit « l’onction très sainte » de la main de Daimbert, l’archevêque de Sens. L'archevêque de la cathédrale de Reims, Raoul le Vert, soutenu par le pape Pascal II qui était en conflit avec Philippe Ier, conteste la validité du sacre, en vain.

Il intervient notamment en Bourbonnais en 1109, en Auvergne en 1122 et 1126 et en Flandre en 1128.

1120, c'est lui qui institua la basilique de Saint Denis comme étant la gardienne des sépultures royales avec la couronne de son père Philippe Ier.

1122, le roi nommera l'abbé Suger à la tête de Saint-Denis, c'est lui qui construire les tombaux intégrants les reliques royales.

En 1124, le roi d'Angleterre et duc de Normandie, Henri Ier Beauclerc, fils de Guillaume le Conquérant, s'allie à l'empereur Henri V empereur d'allemagne, contre la France. La Champagne est envahis, cependant Louis VI réussis à réunir une force imposante dont le comte Thibaud de Blois- Champagne sous le cris "Montjoie Saint Denis " ( qui deviendras le cri de l'armée royale ). Cependant l'empereur recule et se retire sans combattre après le massacre d'environ 2000 impériaux.

1129, «On ne prend pas le roi aux échecs !» s'écria le Roi Louis VI à Brémure ...malgré la défaite.

En 1124, le roi d'Angleterre et duc de Normandie, Henri Ier Beauclerc, fils de Guillaume le Conquérant, s'allie à l'empereur Henri V empereur d'Allemagne, contre la France. La Champagne est prise, cependant Louis VI réussis à réunir une force imposante dont le comte Thibaud de Blois- Champagne par "Montjoie Saint Denis " ( qui devient le cri de l'armée royale ). Cependant l'empereur recule et se retire sans combattre après le massacre d'environ 2000 impériaux.

Agrandissant notoirement le domaine royale, il fit construire près de la l'abbaye de Saint Germain en Laye la première fortification dit le « grand châtelet » probablement en 1124. Entouré d'un fossé et de 3 pont-levis pour y accéder, le « grand châtelet » servait probablement à protéger le cours du fleuve et surtout la route menant vers le château royal de Poissy. Avec 5 tours et un large fossé, le "grand châtelet" était une place forte de choix et bien située.

Louis VI s'affirme surtout dans sa lutte contre les seigneurs « pillards » de l’île de France : Ebbes de Roucy (1102), Enguerrand de Coucy (1117), et Thomas de Marle (1130), qu'il affirma son autorité et son goût de la justice avec une armée de quelques 700 chevaliers.

Alors en conflit avec le seigneur pillard de Saint-Brisson-sur-Loire, près de Gien, Louis le Gros meurt probablement de dysenterie le 1er Août 1137 au château de Béthisy-Saint-Pierre situé dans la vallée de l'Automne, entre Senlis et Compiègne.

 


 

 

Recherche dans le site