Ville  de Breteuil

historique

 

Blason ville de Breteuil

 

Soit que le nom de Breteuil ait été Britogiham, soit qu’il vienne de Britolium, la localité de Breteuil est fort ancienne et existait déjà avant l’invasion romaine.

La première église attestée est du VIIIe ou XIe, dédiée à Saint-Sulpice.

Un premier seigneur Franc du nom de Gualon est attesté selon d’anciennes chartres « Fevium Gualonis » fief de Gualon.

Xe, Breteuil reste d’abord dans le domaine ducal, puis est détaché probablement pour récompenser la valeur et la fidélité de Raoul, comte de Bayeux et d’Ivry. Puis il donna, vers 1011, Daubeuf et Venon à l’abbaye de Saint-Ouen, il spécifia alors que ces terres appartenaient au fief de Breteuil « in fundo Brituelli »

Puis Breteuil fut donné par Raoul à sa fille Emma, qui épousa Osbern de Crepon, père de Guillaume le Conquérant.

Le fief était fortement élargit puis qu’il possédait les tenanciers de Evrecin, Lieuvin et le pays de Caux. De nombreux privilèges y étaient octroyés aux tenanciers dont l’exemption de guet de barrage, pontage, acquits et coutumes par tous les bourgs et villes du Duché de Normandie.

Osbern, seigneur du domaine, est assassiné dans le château de Vaudreuil dans la chambre même du jeune duc Guillaume, dont il était le sénéchal.

  • 1054, après la bataille de Mortemer, Guillaume le Conquérant fait construire un château à Breteuil, il fait dériver les eux de l’Iton pour les amener dans les fossés du château. C’est Guillaume Fitz Osberne qui est chargé du château. C’est  le fils de ce dernier qui créa les lois spéciales «  les lois et coutumes de Breteuil »
  • 1066, le seigneur de Breteuil participe financièrement à la conquête de l’Angleterre en fournissant des vaisseaux et en payant de sa personne à la bataille de Hasting. Ses vassaux participeront également au combat «  Ensemble ceux de Breteuil, À maintes fois crevèrent les yeux des Anglais » [ 554 ]. Il est nommé gouverneur de Winchester.
  • 1069, le seigneur de Breteuil délivre Shrewsbury et reçoit du Guillaume le Conquérant le comté d’Hereford avec l’île de Wight.
  • 1071, 22 février, il décède lors de son combat en Flandre contre Robert le Frison. Son fils aîné le comte d’Hereford hérite du domaine et devient Guillaume de Breteuil.
  • 1081, cérémonie de mariage entre Adèle la fille de Guillaume le Conquérant et le Etienne le comte de Blois.
  • 1102, Guillaume de Breteuil décède dans l’Abbaye Notre-Dame du Bec le 13 janvier, il est inhumé dans l’abbaye de Lyre. C’est Eustache fils illégitime de Guillaume de Breteuil qui hérite du domaine, il est soutenu par Henry Ier roi d’Angleterre dont sa fille Julienne est mariée le seigneur de Breteuil.
  • 1118, contre toute attente Eustache de Breteuil prends parti pour Guillaume Cliton qui est en lutte avec le roi d’Angleterre son beau-père.
  • 1119, le roi d’Angleterre assiège Breteuil et prends la place «  nul délai, retarder est funeste au succès » et fait tenir la place par Raoul le Roux.
  • 1119, Louis VI dit le Gros le 17 septembre, arrivait devant Breteuil avec des troupes nombreuses, dans l'espoir de rendre à Eustache ce qu'il avait perdu, et de rétablir dans leurs domaines les autres seigneurs qui partageaient l'exil de Guillaume, héritier légitime du duché.

Raoul le Roux, surnommé le Breton défends hardiment le château. Rapidement le roi d’Angleterre envoi 200 chevaliers en renfort avec son fils Richard.

Breteuil tombe aux mains des français après un long siège épique, mais le roi d’Angleterre repris la place avec son armée quelques temps après.

Guillaume de Chaumont, gendre du roi, indigné d'avoir échoué devant Breteuil, se jeta sur Tillières, où Gilbert Crespin le fit prisonnier.

Peu après, au mois de novembre, le pape Calixte II fit la paix entre les deux rois, dans la célèbre réunion de Gisors. Eustache de Breteuil et sa femme s'étant présentés en suppliants devant le roi, Henri leur pardonna sans leur rendre Breteuil. Il assigna à son gendre, en dédommagement, une pension de 300 marcs en Angleterre, et Julienne se rendit à Fontevraud.

Cependant, Raoul de Gaël désespérant de se faire aimer des vassaux d'Eustache, forma le projet de se retirer en Bretagne et de laisser Breteuil, Glos et Lyre à sa fille Amicie, qui épouserait Richard, fils naturel du roi. Ce rêve paternel fut anéanti par la mort de Richard , qui périt dans les flots lors du naufrage de la Blanche-Nef, arrivé en 1120.

Amicie épousa Robert, comte de Leycester, fils du grand Robert de Meulan et frère puîné du comte Galeran.

  • 1125, Un des premiers actes de Robert fut la fondation du prieuré de Notre Dame du Désert, auquel il donna un étang dans la vallée du Lesme, situé dans sa forêt de Breteuil, et l'exemption de tout droit de tonlieu dans l'étendue de son fief de Breteuil.
  • 1136, Eustache de Breteuil décède à Pacy, en 1136, son fils, Guillaume de Pacy, revendiqua bientôt Breteuil, mais il semble avoir échoué dans son entreprise.
  • 1138,  Roger de Tosny, châtelain de Conches en Ouches, voulant venger plusieurs injures qui lui avaient été faites autrefois, attaqua Breteuil;  il était accompagné du comte de Hainaut, avec 80 chevaliers; de Pierre de Maulle, avec 40; de Simon Le Roux, avec 20, et rajouta une troupe nombreuse. L’attaque surprise fit d’importants dommages à la cité et de nombreux morts.

Dans la même année, la paix fut conclue entre Roger et les deux frères, Galeran, comte de Meulan, et Robert, comte de Leycester; ils conduisirent Roger en Angleterre, auprès du roi Etienne, avec lequel ils se réconcilièrent.

  • Vers 1140, Richer, sire de l'Aigle, fut fait prisonnier par Robert de Bellesme, qui le surprit sans armes au bourg de Lyre, au moment où il se disposait à passer en Angleterre. On le retint pendant six mois dans les prisons de Breteuil. Au bout de ce temps, Robert de Leycester fit la paix avec Rotrou comte du Perche, oncle de Richer, et fut remis en liberté.
  • 1152, Robert Ier, comte de Leycester et Breteuil, surnommé le Bossu, prit l'habit de chanoine à Notre-Dame de Leycester, où il mourut en 1167; sa femme, Amicie, embrassa également la vie religieuse dans l'abbaye d'Etone, de l'ordre de Fontevraut.
  • En 1154, Henri II, fils de Mathilde, qui n'était encore que duc de Normandie, se trouvait avec toute sa cour à Breteuil, attiré dans ce quartier par le désir de châtier le baron de l'Aigle . Il profita de sa présence pour investir Robert II, fils de Robert Ier, des fiefs de son père. « Je lui ai, dit-il, rendu et accordé Breteuil avec tout son honneur et toutes ses dépendances, selon que Guillaume de Breteuil l'a possédé pendant sa vie. »
  • 1157, Rotrou, évêque d'Evreux, vint à Breteuil et Guillaume Goufier renonça, en présence du prélat, à tous ses droits sur les églises d'Illiers-l'Evèque, au profit des moines de saint Père de Chartres.
  • 1173, vers le mois d’Août, Henri Court-Mantel, appuyé du comte de Leycester et de plusieurs autres seigneurs, mais surtout du roi Louis VII, se révolta contre son père. Le roi de France vint mettre le siège devant Verneuil, qui promit de se rendre, si dans trois jours il n'était pas secouru. Le roi Henri accourut, se porta de Conches sur Breteuil, dont il prit le fort en passant et auquel il fit mettre le feu. On allait en venir aux mains, lorsque les Français demandèrent une trêve. Henri y consentit et rentra dans Breteuil avec son armée, pour y attendre Louis VII ou ses ambassadeurs, mais personne ne se présenta. Bientôt on vit du côté de Verneuil d'épais tourbillons de flammes. Louis VII s'était fait rendre la place, l'avait incendiée et s'était retiré; son adversaire le poursuivit, tomba sur son arrière-garde, enleva Damville et reprit le chemin de Rouen.

En septembre suivant, les deux rois eurent une entrevue à Gisors, sous un orme d'une grosseur prodigieuse. Dans le cours de la conférence, le comte de Leycester s'y fit surtout remarquer par sa haine contre le roi d'Angleterre, non-seulement il se plaignit amèrement de la conduite du roi à son égard, mais il s'y abandonna à des reproches sanglants, à des injures très outrageantes, et il s'emporta jusqu'à vouloir mettre l'épée à la main. On se sépara avec tant d'aigreur de part et d'autre, que dès le lendemain il y eut une rencontre entre Gisors et Courcelles, où le sang coula en abondance.

A l'issue de la conférence, le comte de Leycester repassa en Angleterre, leva une armée de Flamands, fut battu par Richard de Lacy qui le fit prisonnier et qui l'envoya en France, où il fut enfermé au château de Falaise.

  • 1174, le 8 septembre 1174, au Château de Gisors, on y convint de la paix qui fut signée à la Saint-Michel. Le comte de Breteuil-Leycester fut exclu du traité parce qu'il avait grièvement offensé le roi.
  • 1189, le comte de Breteuil-Leycester assista au couronnement de Richard-Cœur-de-Lion, le 3 septembre. En partance pour la croisade il mourut pendant la traversée, à la fin du mois d'août 1100. Son fils ainé , Guillaume de Breteuil, lépreux décède sans enfant, c’est son autre fils Robert qui en est l’héritier.

Robert II de Breteuil partit pour la croisade, à la suite de Richard-Cœur-de-Lion, et fut reconnu par ce prince comme comte de Leycester pendant que l'armée séjournait à Messine. Il prit une part glorieuse à la croisade, et se montra l'ami fidèle et dévoué de Richard, qui le sauva dans un combat.

A son retour en Occident, le comte de Leycester se voua tout entier à la défense des droits du roi son maître; il se jeta dans Rouen en 1193, au moment où Philippe Auguste allait s'emparer de la place, et le contraignit à lever le siège. Le roi de France s'en vengea en prenant Pacy qui lui appartenait. L'année suivante, Robert étant sorti de Rouen la nuit pour dresser une embuscade au roi de France, fut lui-même fait prisonnier par Pierre de Marly.

Il fut mené prisonnier au château d’Etampes, et ne recouvra sa liberté qu'en 1195, lors du traité d'Issoudun, et en livrant au vainqueur sa ville de Pacy. Il conserva cependant ses droits sur Breteuil.

  • 1199, 25 juillet, le roi d’Angleterre,  permit aux Bourgeoirs de vendre ou d’acheter ses terres pour les dédommager des actions françaises.

Le comte Robert s'attacha au roi Jean, qui lui avait donné à sa cour un rang très élevé, puisqu'il précédait le maréchal comte de Pembrock et le connétable comte de Chester.

  •  1201, mois d’Avril, il est avec le roi Jean au Château de Château-Gaillard , et au mois de septembre suivant il était revenu avec lui à Breteuil, tous deux y étaient encore le 8 janvier 1203 ; enfin il se retira avec le roi  en Angleterre, où il mourut le 20 octobre 1204.
  • 1204, aussitôt que Philippe Auguste apprit le décès de Robert, il résolut d'affermir sa domination en Normandie par la possession de Breteuil: il s'entendit avec Amicie, à laquelle il céda, en échange, le château de Saint-Léger en Yvelines et la forêt du même nom.
  • 1205, février 1205, Philippe-Auguste exempta les habitants de Breteuil des droits de passage dans la Normandie, le Poitou, l'Anjou et le Maine, excepte dans le comté d'Evreux, dans le Vexin normand, à Pacy, à Vernon et dans la terre d’Hugues de Gournay.

Deux actes datés de Breteuil, entre novembre 1204 et février 1205, nous donnent l'assurance que Philippe-Auguste a visité cette ville entre ces deux dates.

  • 1224, le mois de mars, Louis VIII visita sa ville et son château de Breteuil, accompagné de toute sa cour; pendant son séjour il confirma l'exemption déjà accordée par son père aux bourgeois de Breteuil de tout droit de passage et de tonlieu avec les exceptions de la charte de 1204  et de plus il octroya une charte semblable à la ville de Verneuil.
  • 1220, 8 Novembre, Louis VIII décède au château de Montpensier, en Auvergne, et Saint-Louis, encore enfant, commençait son règne glorieux. La même année, ce prince ou la régente en son nom, manda à Berruyer de Borron, bailli du roi et successeur de Barthélémy de Dreux, de permettre aux religieux de la Trappe d'avoir leur usage en la forêt de Breteuil.
  • 1227, aux Pleines Assises tenues à Breteuil, Jean de la Selle renonça aux droits qu'il pouvait avoir sur les biens de l'abbaye de Saint-Sauveur à la Selle.
  • 1234, Juin  Saint Louis visita la ville de Breteuil. son séjour nous y est signalé par une charte en faveur de Robert de Monfort, mari d'Odeline, damoiselle de la reine Blanche, mère du roi.
  • 1235, Louis IX revint à Breteuil au mois de mars, et peu après, son bailli, Raoul Arondel y tint des assises, où Nicolas de la Selle, à l'exemple de Jean de la Selle, renonça à tous ses droits sur ce que le couvent de Saint-Sauveur possédait en la paroisse de la Selle.

Jean de la Maroleine donna en 1239, à l'abbaye de Lyre, une vigne sise à Breteuil, tenant à la vigne de Nicolas du Neubourg.

  • 1240, le chevalier Barthélémy Druon possédait sur l'étang de Breteuil une vigne que les moines de Lyre tenaient à bail, moyennant un fermage de 20 s. Les religieux finirent par en avoir la propriété sans payer, mais à la condition d'une redevance d'un quarteron de cumin.
  • 1241, Les assises de Breteuil furent tenues par Guernon de Verberie, bailli du roi.

Un acte de 1256 nous révèle l'existence à Breteuil du pré au Barbet, qui avait été donné aux frères do l'Hôtel-Dieu de Verneuil par Pierre de Grateuil, et qui était grevé d'une rente de 12 l envers l'abbaye de Lyre.

  • En juillet 1257, saint Louis étant à Breteuil, data de cette ville une confirmation de tous les biens et possessions de l'abbaye de Saint-Taurin d'Evreux.
  • 1258, 8 mai, Eudes Rigaud vint une seconde fois coucher au château du roi qui  jouxte Breteuil.
  • 1264, mars, nouvelles assisses de Breteuil sur d'assez graves difficultés survenues entre l'abbaye de Lyre et les hommes des Seaules et du Boshion furent terminées par une transaction.
  • 1269, 5 mai,  Eudes Rigaud, après avoir visité l'ancien prieuré de Tillières, vint coucher au château du roi à Breteuil.
  • 1270, Janvier, Louis IX séjourna à Breteuil, il confirma la charte d'exemption donnée par son aïeul aux bourgeois de Verneuil.

Un document, de cette même année 1270, cite à Verneuil une rue dite de Breteuil.

  • 1276, 19 Juillet, Philippe-le-Hardi mandait au châtelain de Breteuil de délivrer tous les ans à l'évéque d'Evreux un cerf et un sanglier que ce prélat avait droit de prendre dans la forêt de Breteuil .
  • 1279, mars, Philippe-le-Hardi vint visiter Breteuil, et c'est de cette ville qu'il data l'acte constatant l'abandon que lui faisait l'abbaye de Lyre de ses droits sur la dîme de la chasse dans la  forêt de Breteuil en échange d'une rente sur la prévôté de Lyre.

La même année, les religieux de Lyre hirentmaintenusdans le droit de percevoir, eue semaine sur dix, tous les revenus de Breteuil.

A l'échiquier de la Toussaint de la même innée, les droits d'une partie des usagers de la forêt furent reconnus, sauf ceux de Gilbert des Essarts, qui avaient besoin d'un plus ample informé. Les 3ergents à gages du roi et les sergents fieffés de la fo*rêt durent cesser de toucher un droit quandils faisaient des prises. Les ermites et les chapelains furent maintenus dans le droit de ramasser do bois.

  • 1286 et 1287, novembre, Philippe-le-Bel, vint à Breteuil en février 1287.
  • 1291, Le roi Philippe-le-Bel visita Breteuil aux mois d'août et de septembre 1291.
  • 1294, 29 janvier, pour compléter l'organisation de la ville, il autorisa les deux prudhommes chargés de l'administration, à instituer un sergent par le ministère duquel ils pourraient faire les citations.
  • 1305, le 8 septembre, nouvelle visite de Philippe Le Be. Le roi s'y trouvait encore au mois de décembre 1309; c'est à Breteuil qu'il confirma un diplôme en faveur de l'abbaye de Jumiéges pour la restitution de Genesville et qu'il amortit les biens d'une chapellenie fondée dans le château de Marbeuf.
  • 1316, le roi Philippe-le-Long nomma châtelain de Breteuil, Je 12 décembre 1316, Simon de Crechy, en remplacement de Roger de Bois-Arnaud, chevalier.
  • 1318, Jean Loncle, bailli de Gisors, vint en 1318 tenir les assises de Breteuil.
  • 1320, Philippe-le-Long se trouvant à Breteuil en août et en septembre.
  • 1323, mois de février 1323 il était à Breteuil; le 11 mars suivant, il ordonna de payer aux religieux de Lyre la dîme d'une vente de bois faite dans la forêt, dont le produit avait été employé à la réparation des étangs du roi; il vint encore deux fois à Breteuil, en décembre 1325 et en août 1327. Au mois de novembre qui suivit son avènement au trône, Philippe de-Valois vint aussi à Breteuil, et confirma les exemptions accordées aux bourgeois de Breteuil par ses prédécesseurs; on signale encore sa présence dans cette ville en juillet et août 1331.
  • 1341, 18 juillet, Philippe-de-Valois donna Breteuil, probablement avec Beaumont, en apanage à son fils puîné, Philippe, duc d'Orléans.
  • 22 février 1354, le traité de Mantes entre les représentants du roi  d’Angleterre Jean et Charles-le-Mauvais, la châtellenie de Breteuil avec ses noblesses, droits et appartenances, fut donné au roi de Navarre, avec Beaumont et Conches, sauf à indemniser le duc d'Orléans. Traité qui ne dura que peu de temps.
  • 1356, juin,  le duc de Lancastre accourut en Normandie au secours du roi de Navarre, et après avoir pris Conches au mois de juillet, ce célèbre capitaine vint ravitailler Breteuil, qui appartenait à son allié, et que les Français tenaient assiégé depuis le 5 mars. Il emmena avec lui les chefs navarrais, Sanche Lopez, Radigos et François Hennoquin, qui commandaient la garnison de Breteuil.

Le roi Jean accourt et offre la bataille au chef des Anglais, qui l'évite et renvoie dans leurs places respectives les garnisons d'Evreux, de Conches et de Breteuil.

Les Français reprirent alors le siège de Breteuil, le roi Jean se trouvait devant la place le 20 juillet.

L'armée française remit le château de Breteuil en état de défense.

  • 1359, les premiers mois, le roi Jean étant prisonnier en Angleterre, conclut avec Edouard III un traité dans lequel il fut stipulé, entre autres conditions, que le roi de France ferait livrer aux Anglais le Chastel de Breteuil. Les Etats-Généraux rejetèrent ce traité, et Jean resta dans les fers. Le 7 août de cette même année, le dauphin Charles, régent du royaume, donna ordre au capitaine du château de, Breteuil de respecter les biens de l'abbaye de Lyre.
  • Charles-le-Mauvais dut rentrer en possession de Breteuil. À la suite du traité de Calais, qui eut lieu le 24 octobre 1360.
  • Vers l'année 1368, un parti de Bretons pénétra jusqu'à Breteuil, pilla le pays pendant quatre jours et se retira. Après le départ de l'ennemi, Pierre du Tertre et messire Riffiart de Polehai sortirent de Breteuil pour se rendre à Evreux. Leur petite troupe ne se composait que de six personnes armées d'épées seulement. Vers le milieu du chemin, ils virent arriver sept compagnons à cheval, venant de Damville, et les suivirent de loin jusque dans la forât d'Evreux où ils se cachèrent. Quand ils eurent passé l'ermitage du Gaud, se dirigeant vers la Bonneville, ils virent venir à eux les sept compagnons rangés avec leurs arcs et leurs flèches. Riffiart et Pierre s'élancèrent vers eux et les mirent en fuite. Un des Bretons fut blessé et porté à Damville.
  • En 1370, le fort de Breteuil était occupé, au nom de Charles-le-Mauvais, par des Anglais et des Gascons qui ravageaient les campagnes voisines. À la suite d'un traité conclu avec Charles V, le roi de Navarre manda au capitaine do Breteuil de livrer le château aux Français. Archambaud de Grailly, oncle du fameux captal de Buch répondit qu'il ne rendrait Breteuil et Conches, que l'on réclamait aussi, qu'au Captal, qui lui en avait confié la garde.
  • 1371, 31 janvier, une autre convention, dont nous donnons un extrait, intervint entre les représentants du Captai et du Connétable Bertrand du Guesclin, le 31 janvier 1371 (2). « La forteresse de Breteuil demourra en la main de moy Garcie Arnaut a présent cappitaine d'illeuc pour mon dit seigneur le captai, parce que j« n'y recevrai aucun des ennemis ou malveillants dudit roy de France, et me maintiendrai et gouvernerai en ladite forteresse par la manière que le capitaine d'Evreux fera à Evreux, sauf tant que, se mon dit seigneur le roi de Navarre et par son dit capitaine d'Evreux faisoient guerre au roy d'Angleterre, je ne mes gens qui avec moy seront en la dite forteresse de Breteuil, ne seront tenus de lui faire guerre, se sur ce n'avons exprez commani dément dudit monseigneur le captai, et ce ay-je promis et juré. Et par ce ledit chastel je et mes dittes gens qui avec moi seront audit lieu de Breteuil serons et demourrons en la bonne setirté du roy de France et de ses subgiez »
  • 1372, février, malgré cette convention, Charles V chargea Du Guesclin d'attaquer Conches et Breteuil. Ces deux places ne purent résister au connétable, Breteuil capitula, et dans l'acte intervenu entre Garcie Arnault et Du Guesclin, rémission fut accordée à tous les assiégés.
  • Le 27 juillet 1372, les conseillers des Aides pour la guerre firent payer à Jehan de Lyon , maître de l'artillerie du roi, 200 fr d'or pour certain nombre d'artillerie et autres dépenses faites pour les forts de Conches et de Breteuil. De son coté, Etienne Braque, trésorier des guerres du roi, donna quittance à Jehan Hussier, Receveur-général des Aides, de la somme de 5,000 fr. d'or, dont 4,100 employées au paiement des gens d'armes et arbalétriers en garnison à Conches et Breteuil. Dans la correspondance mystérieuse entre Pierre du Tertre et Charles de Navarre, Breteuil est désigné sous le nom d'Esclavonia.
  • Les intrigues criminelles du roi de Navarre ayant enfin comblé la mesure, Charles V résolut d'y mettre un terme en lui enlevant toutes ses places de Normandie. Le 10 d'avril 1378, il manda près de lui à Vernon, Yon, sire de Garencières, avec 50 hommes d'armes, Guy le Baveux, avec 30 hommes d'armes; l'Estendard de Benne, chef de 30 hommes d'armes; Olivier Féron, avec, ses 26 hommes, et Jean de Montuel, chef de 12 hommes. Dès le 12 du même mois, la montre du sire de la Garencières et des 60 hommes de sa compagnie fut reçue devant Breteuil. Le même jour, Jean de Cintray passait en revue devant la même place , la montre de Jehan l'Estendard, ayant sous ses ordres 2 chevaliers et 22 écuyers.

Dans une lettre du 14, Charles V ordonna au bailli de Rouen de payer, sur les Aides de Normandie, 100 fr. d'or au sire de  Garencières, autant à Guy le Baveux, 20 fr à l'Estendard, 60 fr. à Olivier Feron e 20 fr. à Jean de Montuel.

Au lieu de faire le siège de la place, une partie de l'armée française marcha sur Bernay, mais à la fin du mois, le comte d'Harcourt et Bureau de la Rivière, le chambellan du roi, vinrent renforcer les assiégeants, et Charles V donna 1,681 fr. d'or 17s. 4 d. t. pour distribuer aux gens d'armes qui devaient lui rendre et délivrer le chastel de Breteuil.

Le 5 mai, Jean des Landes reçut de Guillaume du Hazé 202 fr. et demi pour le paiement des troupes qui se trouvaient au siège de Breteuil; le lendemain cette place tombait au pouvoir des Français, car Charles V, écrivant le 7 mai à Pierre Tranchant, receveur des revenus extraordinaires d'Evreux et de Breteuil, en parle comme d'un fait accompli.

Le roi de France étant rentré en possession de Breteuil, fit démanteler le château;

  • 1378,le 28 octobre,  Robert de Lestre, vicomte d'Evreux, donna quittance à Jean Gontier, vicomte d'Orbec, de 200 fr., employés à solder les hommes chargés de garder les donjons des châteaux de Breteuil, Evreux, Pont-Audemer et autres, jusqu'à ce que le surplus desdits châteaux fût abattu.
  • 1379, le 18 juillet, Raoul Guérard était vicomte et receveur de Breteuil.
  • Au commencement de l'année 1385, les commissaires de Charles VI destituèrent Guillaume le Mire, vicomte de Breteuil, et le remplacèrent par Pierre de Fourneaux. « Dans la suite il fut maistre des mines, chevalier du bon connétable, et à sa mort, son tombeau fut placé dans l'abbaye de Conches»
  • 1393, novembre, Charles VI confirme les exemptions de droits accordées aux bourgeois de Breteuil par Jean-sans-Terre, le 24 juillet 1199 et par Louis VIII, en 1223. Il confirma aussi les lettres de franchises de Philippe-le-Bel, de 1287 et de 1294.
  • En 1404, Charles III, dit le Noble, et Pierre de Navarre, son frère, renoncèrent à tous leurs droits sur Breteuil, Evreux, Pont-Audemer, Conches, etc.
  • 1418, le 7 juin, les Anglais envahissent le territoire et Henri V étant au Neubourg, nomma Hameric Cayres à l'office de vicomte des vicomtes réunion de Conches et Breteuil; un peu plus tard, il nomma Guillaume Roussel, sergent à cheval en la forêt, à la place de Thomas Gaiement.
  • 1419, renouvellement complet de l'administration; une commission pour l'office de vicomte receveur de Conches et Breteuil, fut accordée, le 8 février, à Cosme Despanery; le lendemain, Raoul Muterel obtint la place importante de verdier; le 10, Jehan Lambart eut la sergenterie à cheval au lieu de Thomassin Gremen, tandis que Laucence Hamel, bâtard, obtenait la sergenterie de l'Epée de la ville et Chastel de Breteuil, au lieu de Guillaume Courtois, encore rebelle, c'est-à-dire, non rallié aux Anglais. Le 8 mars, Pierre Lebel fut pourvu d'une sergenterie à gages dans la forêt de Breteuil, et le 13, Robin Dormant eut l'emploi de sergenterie dangereuse par toute la châtellenie de Breteuil.
  • Le 20 mars 1422, on donna à Raoulin Rebours l'office de Clergie en la forêt de Breteuil, vacant par le décès de Henri Boucherel.
  • En 1424, Colart Anquetin était vicomte de Conches et Breteuil; il était remplacé, en 1426, par Guillaume Campion, en même temps vicomte d'Arqués.
  • 1449, l'occupation de Breteuil par les Anglais dut cesser au moment de la prise de Rouen.
  • Depuis cette époque, le 12 juillet 1455,Colin le Hoult de Breteuil, qui avait commis un faux dans les registres de feu Jean Batel. tabellion audit lieu, obtint des lettres de rémission. Pierre de Comborn, évêque d'Evreux, se trouvant en son château de Condé, reçut, le 14 octobre 1458, le cerf et le sanglier qui lui étaient dus annuellement par le roi, à cause de sa forêt de Breteuil .  Jacques du Fayel, chevalier, vicomte de Breteuil, seigneur d'Ocquainville, fit aveu, le 12 juillet 1404, aux religieux de Cormeilles, tant pour lui que pour Jacqueline d'Esneval, sa femme, du fief de Malou à Saint-Pierre de Cormeilles, tenu à 40 jours de garde au donjon du chastel de Breteuil .
  • 1462, janvier, Louis XI confirma la rénovation des chartes de Breteuil contenue dans les lettres de Charles VI, du mois de novembre 1395; il donna bientôt le comté de Conches et Breteuil à Robert Pellegars, comte de Barme, son chambellan, issu des dauphins du Viennois, avec lequel il s'était étroitement lié dans sa jeunesse. Ce comte se plaisait à Conches, à cause de la forêt, et il mourut en 1471.
  • 1469, Jehan Langlois, sergent fieffé de Breteuil, se présenta à cheval, habillé de salade, épée et javeline. Mathieu Henri, alors vicomte de Conches et Breteuil, envoya Jehan Berthelot, son lieutenant-général. Pierre-Henri, autre lieutenant du vicomte, fut anobli l'année suivante.
  • Antoine de Lastre était vicomte de Breteuil dès l'année 1483; le 25novembre 1492, il ajoutait à ces titres celui de vice-amiral.
  • En 1590, les ligueurs d'Evreux, au nombre d'environ 5,000, après avoir saccagé Conches, se présentèrent devant Breteuil, qui les repoussa vigoureusement, et resta à Henri IV.
  • Un sieur Formont, bourgeois de Breteuil. avait légué une somme de 9.000 1. à l'église de Breteuil a charge de services. Le testament n'ayant pas été lu au testatenr fut annulé par arrêt du 25 février 1631 (3).
  • En 1645, le domaine de Breteuil fut cède avec ceux de Conches et d'Evreux, à René de Longueuil, seigneur de Maisons, surintendant des finances.

Louis XIV, reprends cependant Breteuil suite à la cession du Comté d’Evreux, dont Breteuil faisait parti, par le Duc de  Bouillon.

  • Vers l'an 1666, Laurent Le Michel se donnait comme noble à Breteuil; sa veuve, Geneviève Ti berge, présenta ses titres tant en son irom que comme tutrice de ses enfants, Henri Tanneguy et François Alexandre; ils furent renvoyés au Conseil, parce que leur noblesse paraissait douteuse.
  • Dans un arrêt du 2 juillet 1689, entre le duc de Bouillon, propriétaire de la rivière d'Iton, et les riverains, il fut ordonné que ceux de la rivière qui coule du Bequet à Breteuil fassent réparer les chaussées de cette rivière.

Bénin Chappey était alors fermier des moulins et étangs de Breteuil.

  • En 1703 et 1704, Thomas Bouchard était vicomte enquêteur et examinateur à Breteuil et premier conseiller assesseur au bailliage de cette ville.
  • A la date du 8 mai 1714, on a un procès-verbal de l'état du bras forcé de l'Iton, dressé par Jacques Mabrez, sieur de Basprez, vicomte de Lyre et assesseur de Breteuil, agissant au lieu du vicomte de Breteuil, décédé .
  • En 1776, l'administration civile et judiciaire de Breteuil était composée de:

M. Vincent Gorgen de Girancourt, lieutenant-général civil et particulier; La Forestier de Saptel, lieutenant-général criminel; de Frementel, lieutenant-général Méran; Lallemand, vicomte et assesseur au bailliage ; Badin, avocat et procureur du foi; Daupelay, greffier en chef au bailliage et vicomte.

 

[ source principale : Dictionnaire historique de toutes les communes du département de l'Eure, par  Charpillon, Anatole Caresme. ] Voir aussi le Château de Breteuil

Recherche dans le site