Forteresse, Donjon de Mondoubleau

 

forteresse mondoubleau 

Le château de Mondoubleau possède encore un bon tiers de son imposant donjon du XIe siècle,  les deux autres tiers furent malheureusement détruits à plusieurs reprises au cours du XIXe siècle, par la cupidité d'un industriel qui avait fait creuser des tunnels sous le donjon afin d'extraire de la chaux rendant la base fragile, c'est de cette époque que date également sa position penchée si impressionnante. On peut rappeler que le donjon de Gisors faillit subir le même sort si il n'y avait pas eu un coup d'arrêt et des renforcements dans la base, que le donjon de Mondoubleau n'a pas eu la chance d'avoir à ma connaissance. Le donjon penche aujourd'hui dangereusement, la visite autour du donjon est interdite actuellement mais il est facilement visible à côté de la maison du Gouverneur et la maison de Tourisme organise des visites guidées.

Le village de Mondoubleau garde encore un beau patrimoine médiéval, ancien et de belles maisons plus récentes ( XIXe notamment ). Le manoir des Rocheux ( XVe ), à l'extérieur du village sur la D117, et son église au centre dans la "ville haute" manque pas d'intérêt. Le donjon assez impressionnant aujourd'hui par sa façon de pencher vit probablement ses dernières décennies, il est peu probable qu'il puisse tenir encore un siècle puisque sa base est fortement endommagée. L'activitée semble encore vivace, entreprises, plusieurs bars, restaurants et boulangeries, qui sont le signe, bien souvent, d'un village ayant une certaine activité économique.

 

 

Historique & Histoire 

 

Mondoubleau ( anciennement "Mons Dublellus seu Dubellus " tire son nom de "Mons" et de ses premiers seigneurs Dubellus  ( Doubleau ).  Pendant plusieurs siècles , l'étymologie supposée était qu'il y avait un mont double, ce qui pourrait être le cas dans un sens puisqu'on a le village en haut du mont et le château sur une importante butte en léger contrebas, mais c'est bien le seigneur Doubleau qui a donné son nom au château et village. Mondoubleau était constituée de la haute et basse ville, le château et les maisons des vassaux se situaient principalement en basse ville. La maison du Gouverneur, qui a porté longtemps le nom de maison de Courcillon d'un ancien gouverneur, se situe également en basse ville, elle est probablement du début du XVe ou XIVe.

L'ancienne forêt de Mondoubleau, s'étallait jusqu'à  le Temple, Saint Mars du Cor, Beauchêne, Chauvigny et Romilly. En 1770 la forêt ne fait plus que 400 arpents, au XIXe siècle il n'en restait presque plus rien. Il existait aussi au XVe siècle des vignobles assez importants.

La place fortifiée ne fut prisent, avec certitude, qu'une seule fois, par Philippe-Auguste, mais il est difficile d'imaginer qu'au cours de la guerre de Cent-Ans, alors qu'il est à la frontière avec le Perche, qu'il n'eut pas au moins quelques tentatives dont on ne connait pas l'issue. En effet sous Charles VI et Charles VII, l'église brula ou fut ravagée à plusieurs reprises, engendrant sa reconstruction en 1547, on ne connait pas vraiment le destin du donjon à cette époque, a t'il été pris et repris ?

Le donjon fut construit en pierres brunes, qu'on retrouve dans le même style de couleurs en Alsace, graveleuses, appelées Roussard. Elles viennent des carrières des Rouadières, dans la commune de Cormenon et de Perray de Sargé. Etonnamment aucun étage, au nombre de quatre, était voûté selon M.Franchet, archéologue au XIXe siècle. L'entrée se faisait au second étage.

500 av-J-C se trouvait des tribus gauloises, notamment près de la Tannerie et du pont de la route de Baillou, une autre tribus semblait vivre dans les grottes naturelles. Ils vont défriché de grande forêts, il faut rappeler que les superficies des forêts actuelles en France sont très largement supérieures à l'époque gauloises, ce qui ferait frémir n'importe quel écologiste. Vers 1860 fut trouvé un polissoir de 700 kg à côté de la ferme du Pavillon.

53 avant J-C, César prend la région de Chartres. Une route romaine est construite entre Châteaudun et Le Mans, passant au nord de Mondoubleau. Les soldats romains étaient installés à Raluère, soit environ à 1km de Mondoubleau.

380 après J-C, Saint-Martin converti une partie de la région de Mondoubleau au christianisme, les premières processions religieuses ont lieu dans les grottes puis dans une église en bois construite sur l'actuelle place du marché. 

866, la province du Maine fut le terrain de la guerre âpre entre d'un côté Charles-le-Chauve contre les Bretons et les Normands.

IXe, il existait probablement dès cette époque un manoir féodal. 

Xe, une partie de la ville est fortifiée.

fin Xe, Odon, premier seigneur connu de Mondoubleau, est le quatrième fils de Bodon et d'Adèle de Vendôme, fille de Foulques III, dit le Noir, et d'Elisabeth, fille de Bouchard Ier, dit le Vieux, comte de Vendôme. Il aura trois enfants, Hugues et deux filles Ardienne et Fredesende, la première se marie avec Hamelin de Langeais et la seconde à Ninelon le Payen, fils de Ninelon de Chartres. Par dévotion il voyagea à Rome mais meurt à son retour Après la mort tragique d'Odo Duhlellus, Geoffroy-Martel voulut que Hugues, l'archidiacre de Vendôme, tînt la seigneurie de Mondoubleau durant la minorité de son neveu Hugues qui, dans la suite, fut investi de cette seigneurie par Geoffroy, à la prière de son oncle, et ratifia les donations de son père en y ajoutant "Decimam totius honoris Monlis-dublelli, videlicet pasnagii, bosci; ro/iarum, renationis et decimam apum mellis et cerce, et omnium grue in eo caperentur decimum denarium, et molendini similiser". Il ratifia encore le tout le 15 mars 1070. (2)

 

Construction du donjon de Mondoubleau

interieur donjon mondoubleau forteresse medievale

 

1010, Hugues Ier Doubleau,  fondateur du château de Mont-Doubleau vers 1010 (avec l'autorisation du comte Eudes II comte de Blois, Chartres, Châteaudun/Dunois,Tours, et de Champagne) et de la famille seigneuriale de ce nom, était parent des Fulchérides (famille Le Riche) vicomtes de Vendôme, au moins par son mariage avec Adèle Le Riche, fille de Foucher Ier et petite-fille du vicomte Fulcrade.

1029-1030, Hugues rétablit le monastère de Notre-Dame de Tuffé, fondée en 659.  Il fonde aussi une chapelle castrale dans l'enceinte du château sous l'invocation de Notre-Dame. La  chapelle (12,5 m sur 8,5 m) et un logis pour les moines (9,5 m sur 5,5 m). Deux fenêtres de cette chapelle donnaient sur les fossés et étaient constitués de barreaux. Six moines de l’abbaye du Mans vinrent vivre à Mondoubleau. Leur fonction étaient secrétaires aux seigneurs et instruisaient les enfants. Un fils de Hugues Ier était l’abbé de ce petit monastère. C'est de cette période que Hugues décide de donner le nom de la ville : Mons-Dubellus (la colline des Doubleau).  

1070, 15 mars, le seigneur de Mondoubleau confirme la donation faite monastère de Notre-Dame devenu monastère de Saint-Vincent. Ce dernier fait aussi un pélerinage à Rome et meurt peu après en 1072. Il est inhumé dans le cloître de Saint-Vincent.  Hamelin de Langeais lui succéda dans sa seigneurie de Mondoubleau , parce qu'il avait épousé Adierne , sa soeur. Il ratifia toutes les donalions de ses prédécesseurs, excepté la dîme dont il ne voulut jamais entendre parler ou lui donna pourtant quarante sous' (2)

Fulbert, évêque de Chartres, sollicita Hugues Ier Doubleau pour construire un monastère. En 1029, Hugues Ier fit construire dans la cour de son château.

Trois seigneurs de Mondoubleau partirent en croisade : Payen II, Hugues III et Geoffroy IV. Ce dernier alla en croisade en Palestine une première fois. A son retour, il chassa les moines de son château et détruisit leur chapelle. 

1099, le roi d'Angleterre, Guillaume-le-Roux, fait le siège de la ville du Mans, mais il dut se retirer à Ballon défendu par Payen de Mondoubleau.

1100, Hildebert ou Hilbert de Fréteval, fils d'Helvise ( Hodierne ) et de  Nivelon Payen de Fréteval, est seigneur de Mondoubleau. Puis la fille de Hildebert transmet par mariage le domaine à  son époux Geoffroy III de Châteaudun , celui-ci meurt en 1150. Le fils de Geoffroy III, Hugues IV de Châteaudun devient seigneur de Saint-Calais en épousant Marguerite de Saint-Calais, de ce fait Mondoubleau et Saint-Calais appartiennent aux vicomtes de Châteaudun. Par alliance ces deux domaines vont entrer dans les familles de Dreu-Beu, puis Clermont-Nesle, seigneur de Nesle, les Flandre-Dampierre seigneurs de Termonde puis dans la grande famille d'Amboise.

1092, le pape Urbain II en 1092 vient  à Vendôme rendre visite à son  ami Geoffroy, abbé de la Trinité, une des plus riches abbayes de France.

Le pape Pascal II en 1107 vint également à Vendôme et rendit visite à Geoffroy, l'abbé de la Trinité.

1163, Hugues IV supprime les corvées.

1171, le Maine est occupé par les Anglais qui pilleront allègrement les églises et monastères.

1189, Philippe-Auguste assiège le Mans et manque de peu de capturer le roi d'Angleterre Henri II. Après avoir pris la ville, le roi de France prend Mondoubleau, Montoire sur Loir, Château-du-Loir, Amboise, Roche-Corbon notamment, pour finir par prendre le château de Tours.

1190 - Donation par Payen de Mondoubleau de la pèche de Saint-Calais.  

1238, Geoffroy IV chassa les moines à son retour de Palestine, Croisade, établit par son ancêtre Hugues, fait abattre l'abbaye et la refait construire  à Guériteau (près de Choue) afin d'obtenir le pardon en effet  l’abbé du Mans lui ordonna d’aller en pélerinage à Rome demander pardon au Pape et de retourner en Palestine. Geoffroy est fait prisonnier par les musulmans en Terre Sainte pendant plusieurs années puis il réussit à s’échapper, probablement qu'il n'avait pas pu payer sa rançon. Lors de son retour il ramène des étalons arabes, c'est  cette lignée qui va donner les  "chevaux percherons".

Vers 1395, Saint-Calais est vendu aux Bueil de Sancerre (Jean IV et Jean V) par Olivier d'Ussé, mari de Marie d'Amboise dame de Saint-Calais.  St-Calais est alors réuni au domaine des comtes de Vendôme, dont font déjà partie Montoire-sur-Loir, ainsi que Mondoubleau.

1406,  le comte Louis Ier de Bourbon-Vendôme, et lointain descendant des premiers seigneurs de Mondoubleau puis de Vendôme, Montoire-sur-Loir et de Langeais, acquiert Mondoubleau sur les d'Amboise et l'intègre à son comté de Vendôme. 

1417 à 1450, les Anglais prennent plusieurs ville dans la région, Mondoubleau essuie deux sièges, mais on n'en connait pas vraiment l'issue.

1424, Saint-Calais est prise par les Anglais, les maisons furent pillées et brûlées.

maison du gouverneur XVe mondoubleau

La maison du Gouverneur du XVe ( en vente en 2020 )

1460, Le gouverneur Jean de Courcillon qui avait  organisé la défense de la forteresse fut remercier par  les Comtes de Vendôme en lui construisant une maison avec colombages , elle existe encore, il s'agit de la Maison du Gouverneur. 

1491, Antoine de Bueil, fils de Jean V et gendre du roi Charles VII,  cède Saint-Calais au comte François de Bourbon-Vendôme.

fin XVIe, le futur Henri IV, duc de Vendôme puis roi en 1589, fait passer Vendôme, Mondoubleau et Saint-Calais à la Couronne de France. Avant de revendre la Baronnie le 25 octobre 1593 au Marquis d'Escoubleau de Sourdis.

Il est marié à Isabeau Babou de La Bourdaisière (fille de Jean, sœur de Françoise, et tante de la célèbre maîtresse d'Henri IV, Gabrielle d'Estrées), marquis d'Alluyes au Perche-Gouët, comte de La Chapelle-Bellouin, seigneur d'Auneau et de Jouy.

Vers 1712-1729, Mondoubleau est saisi à cause des dettes héritées par Angélique d'Escoubleau, dettes en réalité contractées par  la famille de sa grand-mère paternelle, les Monluc-Montesquiou, elle avait pourtant reniée cet héritage. Mondoubleau est adjugé à M. de La Ferté, conseiller au Parlement, puis à son fils.

1739, les fossés du château sont vendus par M. de Sourdis en janvier  à M. Lebreton.

1752, un arrêt du Parlement rend Mondoubleau à la Couronne, les La Ferté étant considérés comme "engagistes".

1786, les fossés après avoir appartenus quelques temps à la famille Destouches, ils sont vendus à un chaufournier qui y met une usine, qui existait encore à la fin du XIXe.

1790 - 1795, Mondoubleau devient chef-lieu du district. Le donjon n'est pas touché pendant cette période.

1801, apparaît le nom plus moderne de Mondoubleau au lieu de Mons Dublelli.

 

Destruction partielle du donjon

tour penche

 La tour penchée de Mondoubleau

Alors qu'il avait résisté à la guerre de Cent-Ans, aux guerres de Religions et à la Révolution, le donjon s'effondre à cause d'un autre évènement.

1802 - 1812,  le donjon perd pied, il s'enfonce dans sa motte à cause d'un fabricant de chaux. C'est à cette époque que le donjon commence à pencher. Le fabricant de chaux avait acheté, après la Révolution, les fossés du château, il y installe installe 2 fours à chaux (sous les fenêtres de la chapelle). Afin de  retirer la pierre à chaux (ou marne), il creusa des galeries sous la tour rendant l'assise du donjon instable.

1816, à cause de ses trous, le côté sud du donjon s’écroula. Les habitants en profitent pour utiliser les pierres des murailles et des tours pour construire leurs maisons.

1818, 10 août, il se lézarde sur toute sa hauteur et une partie s'écroule.

1873, le côté nord s’effondra à son tour. Depuis il n'a peu évolué mais le risque qu'il s'effondre définitivement est présent.

 

 

sources : site officiel de la mairieCartulaire de l'abbaye cardinale de la Trinité de Vendôme, source principale : Essai historique et statistique sur le canton et la ville de Mondoubleau par (Pierre Désiré ) Beauvais de Saint -Paul, (2) Histoire de Vendôme et ses Environs par l'Abbé Simon, chanoine de la collégiale de Vendôme.

 

Photographies & Photos