{gallery /}

 

Château de Coussay
 

 

Le château de Coussay a été édifié au XVIe par Denis de Briçonnet, frère de Catherine de Briçonnet qui édifia avec Thomas Bohier le château de Chenonceau et de Guillaume Briçonnet qui édifia ou reconstruit le château d'Esmans, il fut pendant plusieurs années le lieu de "retraite" jusqu'en  1623 du Cardinal de  Richelieu.

 

 


Informations
  •  Adresse :  allée du cardinal  86110 Coussay
  •  Téléphone : 05 49 50 43 48
  •  Heures d'ouvertures & Visites & Météo :

  • Visite extérieure possible et gratuite, l'intérieur semble t'il peut être ouvert mais très rarement pas de date ou d'horaire, propriété privée. Le mieux est d'appeler au numéro pour une visite à l'intérieur.

    Journée du Patrimoine : ( 2013 ) Visite commentée de l'extérieur "intra muros" et des intérieurs (rdc) (histoire du prieuré de Coussay, de la construction du château par Denis Briçonnet et des séjours de Richelieu). 
     
    Horaires : Sam 14 septembre : 15h-18h et Dimanche 15 septembre :10h-11h45/14h30-18h. 

 

Historique
  sources : documentations au château, site internet du château, Le château de COUSSAY en pays de Loire Monographie historique du château et du village Richelieu à Coussay parGeorges DAVID. Nouvelle République

 
Situé dans un triangle entre Poitiers, Châtellerault et Loudun, le château de Coussay est cependant pas très connu alors qu’il a appartenu à Richelieu et qu’il fut en son temps une demeure largement usitée.


837 : Le village de Coussay est mentionné la première fois en 837 dans un document offrant Coussay à l’abbaye de Cormery par Louis le Pieux. Daté du 16 juin 837, le texte en avait la teneur suivante :
«  Il a plu à notre grandeur de donner une certaine villa des biens fondés dudit monastère, nommée Coassay, à la maison de Saint-Paul, vulgairement appelée Cormery, qu’Ithier, feu abbé dudit monastère construisit à neuf de son bien propre, par un édit de notre autorité. » traduction de Georges David.

838, Pépin, roi d’Aquitaine confirme une nouvelle fois la donation. Coussay et le prieuré est habité par des moines qui vivent d’une exploitation agricole.

996, pour se protéger des velléités des seigneurs de Mirebau, l’abbé de Cormery Thibaud est obligé de demander l’aide du roi de France Robert II.

1054, l’abbé Robert de Cormery donne la moitié du moulin au maire de l’époque, une première mention d’une église date du XIe , l’église Saint Paul ( Sancti Pauli ).

1129, le Pape Innoncent II confirme les possessions de Cormery.

1180, une bulle du Pape Alexandre III relate un Saint Petri , sans que l’on sache aujourd’hui la raison.
La guerre de Cent Ans va apporter son lot de misère et le prieuré de Coussay est progressivement appauvri au point que le prieur n’y réside plus.

1338, on ne dénombre plus qu’un moine et un prieur, preuve que la situation dans Coussay devait être particulièrement difficile.

1518-1521, le château de Coussay est édifié probablement par Denis Briçonnet qui béni Jacques Cartier avant son départ de Saint Malo , ou par son père Guillaume Briçonnet évêque qui couronna Louis XII dans la cathédrale de Reims, lors de son retour de Rome avec François Ier. Il est à noter que sa sœur Catherine de Briçonnet fait édifiée le château de Chenonceau. Il est possible que le château fût édifié sur un  plus ancien sans pour autant avoir d’éléments suffisants pour en connaître la teneur.

1543, le prieuré de Coussay est attribué à Louis du Plessis.

1560, François Bohier, fils de Catherine de Briçonnet et de Thomas Bohier, en devient le prieur. Il est aumônier ordinaire du roi et évêque de Saint-Malô. Il fut obligé de vendre le domaine de Beaulieu dépendant du prieuré suite à l’augmentation des taxes royales que l’église ne pouvait payer. Lors de malversations le roi ordonne la restitution de 3400 livres à Bohier pour qu’il puisse racheter la terre de Beaulieu et la réintégrer dans le prieuré.

Jacques du Plessis lègue le domaine à Armand Jean du Plessis de Richelieu, évêque de Luçon et plus connu sous le nom de « Richelieu ».

 

Richelieu au Château de Coussay


Il prépare ses projets politiques à Coussay tout en restant en contact  permanent avec Chasteignier de la Roche-Posay, Evêque de Poitiers, et son premier vicaire, du Vergier de Hauranne, qui lui assurent son élection aux Etats Généraux de 1614 comme délégué du Clergé.
Richelieu vient régulièrement à Coussay et il s’enferme régulièrement dans le cabinet de la tour maîtresse situé au deuxième étage, près de la chapelle. Il n’apporte pas d’importante modification au château. C’est dans Coussay et les environs que Richelieu recrute une grande partie de ses serviteurs, il y fera venir également sa mère Suzanne de Porte.
Il tente de représenter la province ecclésiastique de Bordeaux mais échoue, il se réfugie alors à Coussay.
 
À la mort d’Henri IV, il écrit à Coussay un acte de fidélité à la reine, lettre qui ne sera pas en définitive présentée au vu du ton trop zélé de la lettre. Pendant plusieurs années il fait d’importants aller-retour entre Paris et Coussay y retrouvant refuge régulièrement, ce qui n’empêchera pas le jeune ambitieux Richelieu de monter les échelons et d’obtenir le rôle si important sous Louis XIII.
 
Nommé en 1616 secrétaire d’état à la Guerre et aux Affaires Etrangères, il est cependant chassé par Louis XIII après l’assassinat de Concini conseiller de la Reine Mère. Après un temps passé au château de Blois avec la Reine Mère il revient sur Coussay où il rédige en quelques semaines « les principaux points de la Foie en l’église Catholique défendus contre l’écrit adressé au Roi par quatre Ministres de Charenton », il y écrivit également « l’instruction du Chrétien ».
 
1618, en Avril il quitte Coussay pour Avignon après sa demande d’exil. Après avoir réussi sa réconciliation avec la Reine Mère qui viendra même à Coussay en juin 1621, il finit par quitter Coussay définitivement en 1623 pour répondre à ses affaires d’état, il n’y reviendra plus.
 



1642, Jean de Sazilly hérite du domaine et y vit pendant presque 50 ans en y faisant de grandes fêtes. À la mort de ce dernier l’abbaye confie les terres et le château à un Fermier Général.

Pendant la Révolution Française le château est vendu comme Bien National mais Bonaparte reprend le château comme Sénatorie suite à l’insolvabilité de l’acquéreur initial. Revenu à la Couronne sous la restauration il est revendu à un fermier.

1903, Louis Tristant , notaire à Mirebau, en fait l’acquisition et entreprends de grand travaux sur la toiture. Il est l'ancêtre de la famille qui détient aujourd'hui le château de Coussay.

1949, le château, les douves et leurs tourelles d’angle, l’oratoire de Richelieu situé au deuxième étage du Donjon, sont classés monuments historiques.

De 1989 à 2008 d’importants travaux ont été réalisés par l’état et de la DRAC dont la réfection totale des charpentes et du corps principal, nettoyage des douves et rénovation des fenêtres.

Le château appartient aujourd'hui à la famille Thibault, il  a été mis en lumière par l'émission de Stéphane Bern dans Secret d'Histoire du 13 Août 2013 dont le sujet principal était Richelieu.


 

Photographies
 

{gallery captions:alwaysOnTop=1}chateau/chateaux-poitou-charentes/chateau-coussay{/gallery}