{gallery /}

Château de Fère-en-Tardenois
 

Le château de Fère en Tardenois est un château de Picardie dans le département l'Aisne. Il est a proximité deux autres châteaux : le château de Nesles et celui d'Armentières sur Ourcq. Il fut édifié au début du XIIIe siècle par Robert II de Dreux et modifié pendant la renaissance principalement par Anne de Montmorency.

Le terme de « Fère en Tardenois » proviendrait du Gaulois « Fara » qui signifie « Villa » en latin qui se traduit par « métairie » en français ; « Tardenois » viendrait du Celte « Tau Ardouina » soit en latin « Testa Ardenensis » qui se traduit par « la tête de la forêt des Ardennes ».

Le château était situé sur la route la plus courte à l'époque entre Reims et Paris qui passait par Meaux, Gandelu, La Croix, Fère et Crugny. Il était notamment utilisé par les Rois de France pour se faire sacrer à la cathédrale de Reims, le dernier ayant été Louis XVI en 1775.

Voir aussi. le Château de Nesles à quelques Km.


 


Informations
  •  Adresse : vers le 45 Route du Château, 02130 Fère-en-Tardenois, France
  •  Google Maps : Carte
  •  Téléphone :  
  •  Site officiel  :  
  •  Heures d'ouvertures & Visites du château  : Visite libre tous les jours.  Parking gratuit à proximité. Les ruines appartiennent au département mais l'hôtel est une propriété privée.

 

Historique
  source : source diverses, Histoire de Fères et ses environs ( A. Vertus 1864 )

 

La première trace écrite actuelle est le testament de Saint-Rémi au VIe siècle. Il était écrit que le domaine appartenait à Clovis et qu'il fut donné par ce dernier à la Vierge Geneviève qui allait régulièrement à Reims. Si Fère-en-Tardenois existe dès le VIe, il eut des découvertes au XIXe dans ledit « bois des mensonges » de divers objets remontant au début du Ier et IIème  siècle.

Le domaine de Fère en Tardenois passa de l'église de Reims aux Comtes de Champagne, puis ces derniers concèdent le territoire aux seigneurs de Baudiment, André de Baudiment ( Andreas de Baldimento ) est peut-être le premier seigneur de Fère et de Braisne en 1100.

Guy de Baudiment eut une seule fille Agnès, cette dernière se maria avec Millon II. Elle fut dame de Braisne, Fère, Nesles et Longueville.

Robert de France, fils de Louis VI dit le Gros et frère de Louis VII, épouse en troisièmes noces Agnès et reçoit en dot Fère et Nesles. Il meurt cependant en terre sainte en 1188.

C'est Robert II de Dreux  né en 1154, fils de Robert de France, fut marié deux fois , il eut dix-sept enfants. C'est ce dernier qui construisit le château actuel de Fère en Tardenois vers 1206.

Il participe à la troisième croisade et se signale à la bataille d'Arsur et au siège d'Acre (1191). Après son retour en France il combat les Anglais (1195-1198), puis mène des troupes à la Croisade des Albigeois en 1210 et participe au siège de Termes. Il aide son frère Philippe, évêque de Beauvais, en lutte contre le comte de Boulogne et commande l'aile gauche de l'armée du roi Philippe Auguste lors de la bataille de Bouvines (1214).

Il meurt le 28 décembre 1218, Robert II de Dreux et Yolande de Coucy, sa dernière épouse, sont inhumés en la nécropole  de l'Église abbatiale Saint-Yved de Braine

1298, au mois de mai, Gauche de Châtillon fait l'acquisition de la seigneurie par un échange avec Guy de Lesignem.

1324, la seigneurie de Fère échut par partage à son fils Guy de Châtillon, il prit alors le titre de Seigneur de Fère.

1363, Jean II le Bon, vient rendre visite à Gaucher de Châtillon, fils de Guy, dans le château de Fère en Tardenois.

1394, 24 mars, sans succession mâle Gaucher de Châtillon revend le château à Louis d'Orléans pour 50 000 écus d'or. Louis Ier d'Orléans est l'édificateur du château de Pierrefonds et du château de la Ferté-Milon. Il est aussi le père de Jean de Dunois,  le frère de Charles VI et oncle de Charles VII.

1407, Louis Ier d'Orléans est assassiné à Paris par le duc de Bourgogne Jean sans Peur. Il lègue en héritage le château de Fère et la seigneurie à son fils Jean d'Angoulême. C'est cependant Charles d'Orléans qui administra le domaine en attendant la majorité de Jean d'Angoulême. Selon les archives de Joursenvault,  Charles d'Orléans fit renforcer les châteaux des territoires de Louis Ier d'Orléans et y fit apporter «  quatre canons de fer jetant plomées, pour le chasteau de Fère-en-Tardenois » ainsi que de la poudre de cent livres à Pierre Le Monier.

1415, Charles d'Orléans ainsi que Jean d'Angoulême sont faits prisonniers à la Bataille d'Azincourt. C'est Jean de Vertus, frère de Charles d'Orléans, qui alors en administre la seigneurie. Mais Jean de Vertus meurt en 1420, la région étant livrée régulièrement aux diverses invasions le château est pris et repris par divers capitaines de parties différentes.

1424, Aladin de Monsay, était capitaine au service de Charles VII. Il résista avec d'autres places comme celles de Guise et le château de Nesles qui fut assiégé deux ans de 1421 à 1423.

Mais à la différence de celle de Guise et du Château de Nesle, les Anglo-Bourguignons ne purent prendre Fère, au point même que les soldats du château de Fère-en-Tardenois réussirent à reprendre un temps Compiègne par surprise.

Un accord fut trouvé cependant entre Aladin de Monsay et les Anglo-Bourguignons.  Le capitaine de Fère-en-Tardenois consentit à ne pas leur faire la guerre sauf «  si le roi Charles VII pouvait repasser la Seine et marcher vers Fère ».

1445, Jean d'Angoulême revint de sa prison anglaise pour reprendre possession de la seigneurie de Fère.

1528, 21 août, Louise de Savoie qui reçut probablement le domaine en douaire du fils de Jean d'Angoulême avec qui elle fut mariée, le vendit à Anne de Montmorency. Anne de Montmorency est également propriétaire de plusieurs centaines de châteaux dont le château d'Écouen aujourd'hui musée de la Renaissance.

Anne de Montmorency fit alors construire la galerie actuelle par Jean Bullant, le château eut la visite régulière de François Ier. Il meurt cependant le 10 novembre 1567 à l'âge de 74 ans à la bataille de Saint-Denis des suites de ses six blessures.



Galerie Bullant, à deux étages.

1568, le château de Fère-en-Tardenois est prit sans résistance et prirent du blé, du vin et des munitions de guerre.

1590, Henri IV campa à Fère le 24 novembre après sa victoire contre les Wallons à Coincy.

1632, Henri II de Montmorency est décapité à Toulouse pour crime de lèse-majesté dans la cour de l'Hôtel de Ville.  Henri II de Bourbon, prince de Condé reçoit les biens confisqués, dont le château de Fère.

1752, Louise Henriette de Bourbon épousa le 17 décembre 1743 le duc de Chartres, futur duc d'Orléans, Louis-Philippe d'Orléans dit le Gros. Elle apporte en dot le domaine à Louis-Philippe d'Orléans.

1779, Louis-Philippe-Joseph d’Orléans, duc de Chartres, puis duc d’Orléans qui changea de nom en Philippe-Égalité dans l'année 1792,  vend les matériaux du château après l'avoir démoli en grande partie.  Endetté ses créanciers s'emparent du reste et le vendent aux enchères, à Paris en 1793.

1862, les vestiges du château font l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste des monuments historiques.

1863, les bâtiments dans la basse-cour qui furent construits au XVIe siècle sont aménagés comme Hostellerie. Seule la tour actuelle est probablement datée du XIIIe.

1994, 19 avril : inscription partielle au titre des Monuments historiques. La basse-cour du château : façades et toitures de l'ensemble des bâtiments, pavillons et tour de l'avant-cour et de la basse-cour, y compris l'hôtellerie, à l'exception des adjonctions du XXe siècle ; ancienne porte de l'avant-cour, côté sud-est ; ensemble des murs de clôture et de soutènement de l'avant-cour et de la basse-cour ;

 Le dernier propriétaire du château, Raymond de la Tramerie, est enterré à proximité des ruines, en fit don au conseil général de l'Aisne.




 

Photographies
 

{gallery captions:alwaysOnTop=1}chateau/chateaux-picardie/chateau-fere-en-tardenois{/gallery}