{gallery /}

Château de Coucy
 

Le château de Coucy est  un château de Picardie, planté sur un plateau calcaire au sud du massif de Saint-Gobain, il domine les vallées de l’Oise de l’Ailette à 60m de hauteur. Le château a été construit au début du XIIIe siècle , vers 1220-1225, il couvre environ 12 hectares pour une longueur totale du pourtour de 1.7km avec 33 tours. Le château de Coucy  est un des châteaux les plus fortifiés du royaume de France.

Détruit en grande partie ,volontairement sans réel objectif militaire sous le commandement direct de Lunderdorff, par les Allemands pendant la première guerre mondiale en faisant exploser le plus grand donjon chrétien d’Europe. Il subit le même sort que le château de Ham. Il avait failli, à l’instar du château de Pierrefonds, être reconstruit dans son intégralité au XIXe, mais Napoléon III a préféré celui de Pierrefonds.

Le donjon de Coucy était réputé pour être le plus haut donjon d'Europe avec une hauteur au-dessus du sol de 54 mètres pour 31 mètres de diamètre, soit 4 mètres en plus de hauteur que celui du donjon de Vincennes ou 2 mètres de plus par rapport à  la Tour de Crest.
 


Informations
  •  Adresse : Rue du Château, 02380 Coucy-le-Château-Auffrique
  •  Google Maps : Carte
  •  Téléphone : 03 23 52 71 28
  •  Heures d'ouvertures & Visites du château  :  2 mai au 4 septembre, 10h à 13h et 14h à 18h30
    5 septembre au 30 avril, 10h à 13h et 14h à 17h30 - Fermé 1er janvier, 1er mai, 25 décembre - Plein tarif : 5,50 € ( 2013 ). Malgré les ruines il reste un château massif, imposant dont il reste de beaux restes et délivre visuellement une belle démonstration de puissance des Coucy.
Historique
  source : source sur place, site officiel.

 Après la bataille de Soissons en 486 Clovis victorieux ,contre l’un des derniers représentants en Gaule Romaine Syagrius, cède Coucy et les environs à Saint-Rémi l’évêque de Reims. Mais à sa mort en 533 il lègue Coucy à l’église de Reims.

L’Archevêque de Reims, Hervé,  fait construire en 909 une tour de bois avec une base en pierre sur les hauteurs de Coucy, il s’agit là probablement de la première fortification connue de Coucy.
Albéric, peut-être le premier seigneur de Coucy selon certains historiens, menacé d’excommunication par l’église pour avoir retiré des droits à Nogent-sous-Coucy, qu’il a lui-même fondé,  est trahi par sa famille. Il est capturé et disparu totalement en 1079, probablement exécuté.

Enguerrand de Boves, comte d’Amiens, qui a participé à la première croisade est, selon d’autres historiens, peut-être le premier seigneur des «  Sires de Coucy » en 1079. Il est le descendant de Dreux, seul fils d’Albéric,  qui décède à la bataille contre un certain Robert en 1070.

Enguerrand Ier réunit le comté d’Amiens, le domaine de Boves et rajoute les seigneuries de Marle et de la Fère, grâce à la dote de sa femme Ade de Marle fille de Létard de Roucy .
C’est lui qui selon la légende aurait apporté le blason de croisade, en effet selon les récits il aurait combattu les Turcs mais dans la surprise de l’attaque il ne put sortir sa bannière. Il en fait une à la hâte en déchirant son manteau  de couleur écarlate fourré de pannes de vair, il en donna des morceaux aux autres chevaliers qui firent la même chose. L’importance du blason, et de la bannière, était réelle dans les combats pour être identifiés facilement.

Enguerrand III est probablement l'édificateur du château vers 1220, il fut notamment présent dans la bataille de Bouvines en 1214.

En 1226 il conspire contre Blanche de Castille, mère de Saint-Louis ou Louis IX, alors régente du royaume de France mais pas directement, en effet il s'attaque surtout aux soutiens du roi  dont notamment Thibaud IV de Champagne qui avait agrandir l'enceinte du château de Château-Thierry. Pour attaquer la royauté il va utiliser des pamphlets et autres injures publiques dont l'objectif est de manipuler l'opinion publique, selon Jacques Le Goff dans son livre sur Saint-Louis, p104, ça serait une des premières manifestations de l'opinion publique sur la royauté. C'est de cette histoire que viendrait la devise aujourd'hui célèbre «  Roi ne suis, ne prince, ne duc , ne comte aussi ; Je suis le sire de Coucy ». C'est en tout cas une raison pour laquelle il fit notamment renforcer la ville, la basse-cour et le château.

Il fait construite également les châteaux de Saint-Gobain, de Marle,  le château Fère-en-Tardenois aujourd'hui ruiné proche également du château de Nesles et le château de Folembray, la plupart de ces châteaux ont disparus.
Après s'être réconcilié avec le roi, il meurt cependant en traversant une rivière proche de Vervins, en tombant il s'éventra sur son épée.


Enguerrand IV eut des démêlés avec Saint-Louis. En effet trois jeunes nobles ,et  étudiants, vinrent de Flandre pour étudier le Français. Ils furent pendus par Enguerrand IV pour avoir malencontreusement chassé sur ses terres. Mais quand Gilles Le Brun connétable de France, dont les étudiants étaient de la même lignée, et  l'Abbé de Saint-Nicolas, qui en avait la responsabilité, l'apprirent ils en informèrent le roi Saint-Louis. Enguerrand IV est donc enfermé au château du Louvre en attendant son jugement. Après avoir longuement hésité à le faire pendre il fut convaincu par les barons de réduire sa peine.  Jugé, Enguerrand IV est condamné à payer 10 000 livres ainsi que  de faire construire deux chapelles en rédemption. L'argent fut utilisé pour les bonnes œuvres au lieu d'être mis dans la caisse royale comme Louis IX aurait pu le faire, mais il en décida autrement. ( source : Saint-Louis de Jacques Legoff, p240)

Enguerrand VII, est le dernier personnage de la lignée des Coucy, il fait revouter les rez-de-chaussées pour y construire de nouveaux bâtiments résidentiels dont la salle d'honneur décorée par les statues de Preux et le logis seigneurial en particulier.
Mais Enguerrand VII est capturé  après sa participation à la bataille de Nicopolis en septembre 1396 avec Jean de Nevers futur duc de Bourgogne, qui y prendra le nom de Jean sans Peur, et le prochain empereur Sigismond de Luxembourg contre les Turcs. Défait et blessé il est emmené en captivité en Bithynie y meurt en 1397.

Sans héritier mâle, sa fille aînée Marie lui succède, mais à la mort de son mari  Henri de Bar elle décide de vendre en 1400 pour la somme de 400 000 livres la seigneurie et les dépendances de Folembray, Saint-Aubin, château de la Fère, Saint-Gobain, Marle, le Chatellier, Saint-Lambert, Acy, Cerny et d'autres terres. C'est Louis d'Orléans, père de Dunois, et constructeur du château de Pierrefonds et du château de la Ferté-Milon qui en devient donc propriétaire et termine les travaux d'Enguerrand VII dans le but de renforcer son duché de Valois. Après son assassinat par Jean sans Peur en novembre 1407, le château devient alors un enjeu important entre les Armagnacs et les Bourguignons ; Il est assiégé pendant 3 mois en 1411, par 600 hommes d’armes sous la conduite de Waléran de Luxembourg, comte de Saint-Pol aux ordres du duc Jean Ier de Bourgogne. Robert d'Esnes  le capitaine fut contraint de rendre les armes n'ayant plus de vivres.

Louis XII fait entrer le domaine dans la couronne en prenant le titre de Sire de Coucy.

Vers 1540 d'autres travaux sont réalisés dans le château, François Ier fait construite un logis Renaissance et Henri II renforce les fortifications ainsi que la porte de Laon qui est modifiée pour utiliser l'artillerie.

La maîtresse d'Henri IV , Gabrielle d'Estrée donne naissance à César le futur duc de Vendôme dans la ville Coucy.

1652, en pleine Fronde, le gouverneur du château au service du duc d'Orléans refuse d'ouvrir les portes de la forteresse aux troupes du roi, s'en suivis alors un siège de 3 mois. Mazarin fait démanteler le château pour éviter une réutilisation militaire, c'est l'ingénieur Métézeau qui est chargé de faire détruire les portes, la chemise entourant le donjon ainsi que ses voûtes, les tours également dévoûtées.

Abandonné le château se ruine au fur et à mesure, il est utilisé notamment en carrière de pierre par la population.

Révolution Française, il est temporairement utilisé comme prison puis en carrière de pierre jusqu'en 1829 date à laquelle Louis-Philippe le rachète pour 6000 francs, le sauvant d'une destruction totale.

1856, début des travaux de restaurations du château par Viollet-le-Duc qui consolide le donjon médiéval qui fut endommagé par un tremblement de terre.

Grâce au chemin de fer en plein essor à la fin du XIXe, le château de Coucy devient un lieu touristique important avec des dizaines de milliers de visiteurs par an, ce qui pour l'époque est déjà exceptionnel.

Avant la destruction par les Allemands en 1917

Première Guerre Mondiale de 14-18, le château et son environnement est rapidement pris par les Allemands qui l'utilisent pour quartier général de l'état-major car situé à une douzaine de Km du front. Ils y feront par ailleurs venir de hauts dignitaires allemands mais aussi des médecins Turcs. Ainsi le Kaiser Guillaume II y vient à deux reprises.

En 1915 est installé dans Coucy-basse un canon de 380mm ayant pour objectif de bombarder la ville de Compiègne, il y a eu à ce sujet souvent une méprise avec la « Grosse Bertha » ou les « Pariser Kanonen » qui avaient pour but de bombarder Paris.

Après la destruction par les Allemands, véritable massacre du patrimoine, photo prise le 25 juin 1917.


Mais en 1917, le château n'eût pas subi de dégât majeur, l'offensive française du « Chemin des Dames » oblige les Allemands à un retrait stratégique. Lunderdoff décide de faire sauter le Donjon ainsi que les 4 tours d'angle à l'aide 28 tonnes d'explosifs. Il est très probable que ce fut non seulement une action militaire dans le but de supprimer un point d'observation, même si celui-ci restait probablement anecdotique, mais surtout de détruire le plus haut donjon chrétien d'Europe. Ils ont également coupé chaque arbre fruitier ….

Cette destruction fut l'objet d'un dégoût certain de la population et fut très largement utilisé dans la propagande Française contre les Boches. Il faut dire que cette destruction relativement sauvage n'avait probablement aucun but militaire, on voit mal comment un château relativement ruiné et son donjon auraient pu résister longtemps et protéger qui que soit en cas d'offensive majeure. Cette méthode de la terre brûlée avait probablement  un but psychologique et de vengeance.

Il fut décider de ne pas toucher aux ruines du donjon pour montrer la « Barbarie » allemande, il faut noter aussi que le château de Ham eut également le même sort, pour ce dernier on voit mal également quelles sont les raisons réelles, à part d'affliger aux français un choc psychologique et pratiquer la terre brûlée.

1923, début de la reconstruction de la ville ainsi que le déblaiement des remparts et des tours, seul le donjon fut laissé en l'état.


 

Photographies
 

{gallery captions:alwaysOnTop=1}chateau/chateaux-picardie/chateau-de-coucy{/gallery}