Château de Beaugency - Manoir de Dunois

 

manoir de dunois tourelle

Logis seigneurial de Dunois, cour intérieure.

 

Le château de Beaugency, appelé plus anciennement Château Dunois, faisant référence à Jean d'Orléans, comte de Dunois, plus connu aujourd'hui pour être l'un des compagnons de Jeanne d'Arc mais qui fut à son époque l'un des plus illustres capitaine de la Guerre de Cent-Ans. Le Manoir existe depuis le XIVe et fut fortement remanié et agrandi  au XVe par Jean de Dunois et par ses descendants au XVIe siècle.

Beaugency fut une place stratégique importante pendant la Guerre de Cent-Ans par la présence d'un pont fortement défendu franchissant la Loire, la ville figure même dans un célèbre refrain de l'époque : " Orléans, Beaugency, Notre-Dame-de-Cléry, Vendôme" !, refrain qui célébrait la reconquête des pays de Loire en 1429.

Ouvert en 2014 par les nouveaux propriétaires, après onze années de fermeture, il a fermé à nouveau en 2018 par manque de visiteur, le château étant devenu un gouffre financier selon Xavier Lelevé, propriétaire également du château de Meung-sur-Loire. En effet le château n'a acceuilli que 20 000 visiteurs , voir un peu moins par la suite, alors qu'il faudrait environ 38 000 visiteurs par an, selon le propriétaire, pour équilibrer les comptes.

 

 

Historique & Histoire 

 

 

chambre seigneur

Chambre Noble

 

IXe, premier mention d'un castrum à Beaugency sous Charles-le-Simple. Mention que l'on retrouve sur un denier, ce qui laisse sous entendre qu'il existe un atelier monétaire, permettant d'affirmer que la ville est déjà relativement économiquement pour l'époque.

Vers l'An Mille, un certain Landry ou Lancelin, officier local du pouvoir royal, gouverneur et juge de Huques Capet, serait seigneur de Beaugency.

1079, Lancelin II de Beaugency donne l'église du Saint-Sépulcre à l'abbaye de la Trinité de Vendôme. Selon Corvisier, le castrum est constitué d'une enceinte sur une partie de la ville.

1085 à environ 1130, Raoul de Beaugency est seigneur de Beaugency, il est mariée avec Mathilde de Vermandois, nièce du roi de France Philippe Ier.

vers 1087-1090, Raoul de Beaugency enferme le comte de Vendôme, dont le seigneur de Beaugency se considère à égal. Sur la chartres de la Trinité de Vendôme, selon les recherches de Corvisier, on y apprend la pésence d'une cour seigneuriale, entourage noble et de plusieurs chevaliers dans le castrum de Beaugency. (1)

1104 - 1108, le seigneur de Beaugency se voit contraint de restituer l'église Notre-Dame aux chanoines de Saint-Augustin qui considèrent que le seigneur détient injustement l'église, problème qui existe depuis Lancelin Ier (1)  

XIe, construction du donjon, dite Tour de César par le seigneur de Beaugency. Une première mention de "tour de Beaugency" est faite dans un acte de restitution de l'église Notre-Dame. 

Le seigneurs entre 1130 et 1216 sont Simon, Lancelin III et Jean de Beaugency.

1160, le seigneur de Beaugency fait don à l'abbaye Notre-Dame d'une arche du pont afin d'y installer un moulin.

1203, une nouvelle arche est cédée à l'abbaye.

1260, Raoul II de Beaugency autorise les chanoines de Notre-Dame de percer l'enceinte médiévale pour faire une porte charretière. La possibilité d'un groupe de Chanoine à ouvrir une nouvelle porte, privée certes, est une forme de privilège puisque une ouverture supplémentaire dans une enceinte de défense rend plus faible cette même défense, il fallait donc qu'elle soit particulièrement motivée ( raison économique, politique ou religieuse par exemple ).

1291, Raoul II vend la terre au roi de France Philippe Le Bel pour la somme de 5400 livres.

XIVe siècle, un manoir est déjà présent, la chapelle Saint-Georges fut édifiée à cette époque. Les comtes de Blois remplacent les seigneurs de Beaugency. A la fin du XIVe siècle, c'est les ducs d'Orléans qui vont en devenir propriétaires.

1303 - 1305, des travaux sont réalisées dans le donjon par le rajout de dix-huit fenêtres par le maître maçon du roi Alphonse pour la somme de 400 livres. C'est dans cette même période qu'est fondée la chapelle Saint-Georges en remplacement d'une plus ancienne du XIIIe.

1344, la châtellenie de Beaugency est intégrée au duché d'Orléans. 

1392, Louis d'Orléans, frère de Charles VI, qui sera tué à Paris, futur père de Jean de Dunois, prend possession de Beaugency le 4 juin. Il va entreprendre des travaux de restaurations de l'ensemble, ils sont inscrits dans les comptes particuliers par le receveur Jehan Mahy entre 1406 et le 1er février 1408, soit quelques mois après la mort du duc. Les travaux effectués connus sont le pont-levis du château de Beaugency, le pont et la grosse tour afin de permettre d'assurer la fonction de prison et de restauration après peut-être une tempête (1).

 

1439,  Charles d'Orléans donne le comté de Dunois à son demi-frère Jean , bâtard d'Orléans, lui assura indirectement la jouissance en l'engageant à Jean d'Harcourt, évêque de Narbonne, qui en disposa pour la dot de sa nièce Marie d'Harcourt, épousée en seconde noces pas Dunois.

 

 

 

chateau de Beaugency Manoir de Dunois

"Il est composé d'un corps central, encadré de deux ailes en retour d'équerre sur la cour d'honneur. La toiture est recouverte d'ardoise. Lucarnes à deux pans, dites à la jacobine. Fenêtres à croisées de meneaux. Une tour hors-oeuvre hexagonale est adossée à la façade sur cour. Sur l'autre face, tour hors-oeuvre ronde, coiffée d'une salle et d'une toiture octogonale, recouverte d'ardoise. Fenêtres à croisées de meneaux, souches de cheminées en brique, lucarnes à deux pans, dites à la jacobine. Le logis est constitué de trois niveaux, desservis par un escalier en vis. Chacun comporte un ensemble de salles avec cheminées monumentales en pierre et plafonds "à la française".
Peinture murale datant du 1er quart du 16ème siècle sur la voûte et le haut des murs de l'étage de la tourelle (oratoire dit de Jeanne d'Arc), donnant sur le jardin en terrasse. Elle a été commandée par Jean d'Orléans-Longueville (petit-fils de Dunois) à l'occasion soit de sa nomination comme archevêque de Toulouse (1503) soit de sa nomination en tant qu'évêque d'Orléans (1521).
Les charpente des combles, dit le Grenier aujourd'hui, sont en carène de bateau, les sols en tomettes terre cuite et pierre, les murs en moellons enduits." (2)

 

Jean de Dunois et Marie d'Harcourt vont entrepredent de "grandes réparations et accroissements"' du logis du "chastel et place dudit Beaugency" qui étaient" en si grande ruine " qu'il était impossible d'y loger sans ces travaux (1).

1492, Agnès de Savoye, comtesse de Dunois, veuve de François Ier d'Orléans-Longueville.

1516, Jean, achevêque de Toulouse et évêque d'Orléans, dit le "cardinal de Longueville" entreprend de nombreux travaux, dont sur la grosse tour.

1519, fin août, le roi de François Ier est attendu à Beaugency, il est reçu par le cardinal Jean d'Orléans-Longueville qui réside dans le château. Le château est dans un mauvais état, l'étage "'noble" est dangereux, le roi est alors logé au rez-de-chaussée. Une galerie, en bois, est aménagée par un charpentier afin que le roi puisse jouer au jeu de paume.  

1526, 5 au 16 octobre, séjour du roi.

1536, novembre, nouveau séjour du roi.

1567, la tour est brûlée par les protestants, elle n'a pas bougée depuis. Le destin du logis seigneurial et de la tour, qui ne sont plus attachés, vont se séparés et avoir des vies bien différentes.

1692, une importante partie de la chemise de la Grosse Tour s'écroule dans les jardins de l'abbaye.

1767, selon Jacques-Nicolas Pellieux, témoin visuel, dix pieds ( doit trois mètres environ ) furent abbatus parce que les maçonneries menaçaient de ruine, le chemin de ronde crénelé disparait.

A la Révolution Française le château fut vendu comme bien national.

1838, la préfecture du Loiret en fit l'acquisition en 1838 pour y créer un dépôt de mendicité.

1926, il est classé Monument historique

1928 à 1983, il abrite le musée des arts et traditions de l'Orléanais (le musée Daniel Vannier).

2012, il est acheté la famille de Lelevé, propriétaire également du château de Meung-sur-Loire.

2014, après de nombreux travaux de restaurations et de mises aux normes pour une ouverture au public, il est ouvert à la visite. Une quinzaine de pièces font l'objet de reconstitution et plus tardivement en 

Devenu propriété privée en 2012, le château a fait l'objet d'importants travaux de rénovation et de mise aux normes, pour une réouverture au public en 2014. Ont ainsi été reconstituées une quinzaine de pièces sur la base d'un important travail de recherche historique (parmi elles : la salle des gardes, le vestiaire des chevaliers et son atelier de réparation d'armes, l'oratoire ou encore la chapelle).

2016, il est proposé aux visiteurs une visite en réalité augmentée ( réalisation : http://44screens.com/fr-ca/portfolio/visites-augmentees-beaugency/ )

 

 chapelle saint georges

Chapelle Saint-Georges XIVe, elle est adossée au pignon sud du logis. La Fenêtre gothique à double meneau couronnée par une rose. La Voûte est en arc brisé. 

 

voute oratoire XVIe

 Voûte de l'Oratoire, dit de Jeanne d'Arc, peinture réalisée au début du XVIe siècle.

 

 

sources : larep.fr - Le Pont de Beaugency par Jean Mesqui - (1) La tour maîtresse du château de Beaugency, dite « Tour de César »
André Corvisier - (2) site patrice de besse

 

Photographies & Photos