{gallery /}

Saint-Phal, l'église, le château et Jeanne d'Arc
 

Saint-Phal est un village situé dans le département de l'Aube. Le village actuel possède une église du XVe et XVIe siècle. Mais c'est surtout la présence de Jeanne d'Arc le 4 juillet 1429 qui est le fait marquant connu du village. Ancienne seigneurie, peut-être fortifiée mais dont il ne reste plus rien excepté une motte où se situe l'église actuelle. En 1555, un château est édifié par la famille de Vaudrey ( ou Vaudray ), il fut totalement détruit en 1830.

 


Informations
  •  Adresse :  Rue des Combattants en Afrique du Nord 10130 Saint-Phal
  •  Téléphone :  
  •  Heures d'ouvertures & Visites  : l'église est visible de l'extérieur facilement, mais ne semble pas régulièrement ouverte.

 

Historique
  source : source sur place, Annuaire Administratif, statistique et commercial de l'Aube ( 1857 ), site officiel, Archives d'un serviteur de Louis XI,

 

Le village de Saint-Phal, anciennement Saint Fal, tire son nom d'un Saint chrétien local. Le nom latin de Phal est Fidolus, mais il existe d'autres orthographes : Phèle, Fèle , Fale, Fal, Fidole ou Phal. Étendue sur 3327 ha dont 1300 ha de bois et forêts, son point culminant s’élève à 180 m où se situe l'actuelle église. Actuellement le village intègre aussi deux hameaux Pont-aux-Verriers longtemps appelés Pont Verrier et Forêt Chenu qui se situent également pour partie sur le finage de Chamoy en contrebas.

Saint-Phal est un saint originaire de l'Auvergne, il est né probablement au début du VIe siècle dans une famille importante locale dont le père était gouverneur. Après la conquête de Clovis de la région et des environs, il fait prisonnier Phal, alors encore enfant, comme plusieurs autres. Clovis fit emmener ces prisonniers en Champagne du côté de Troyes. Saint-Aventin alors qu'il dirige une communauté de moine sur une île de la Seine ( aujourd'hui d'Isles-Aumont ), qui deviendra plus tard évêque de Troyes, fit un songe . Ce songe lui conduisit d'acheter Phal, alors toujours enfant. Il deviendra rapidement le prieur de la communauté jusqu'à succéder au poste d'Aventin. Phal décède le 16 mai 540 après trente années passées dans la communauté de moines. Ses reliques furent mises dans l'abbaye de Moutiers la Celle, à côté de Troyes.

Saint-Phal est située au carrefour de deux anciennes voies romaines,  Troyes - Auxerre et Troyes – Tonnerre, qui donna au village  jusqu'à six foires au XIXe siècle.

Au Moyen-Âge, Saint-Phal est une seigneurie dont les seigneurs prirent le nom du village de 1070 à 1378.

 

  • 1429, le 4 Juillet, Jeanne d'Arc, lors du trajet du Sacre de Reims, écrivit aux habitants de Troyes pour demander d'ouvrir les portes, comme de nombreuses villes et villages :

 

« JHESUS MARIA
Très chers et bons amis, s'il ne tient à vous, seigneurs, bourgeois et habitants de la ville de Troyes, Jehanne la Pucelle
vous mande et fait savoir de par le Roy du ciel son droiturier et souverain Seigneur, duquel elle est chacun jour en son service royal , que vous fassiez vraie obéissance et reconnaissance au gentil roy de France, qui sera bientôt à Reims et à Paris, qui que ce soit qui vienne contre lui, et en ses bonnes villes du saint royaume à l'aide du roy Jésus.
Loyaux Français, venez au-devant du roy Charles et qu'il n'y ait point de faute et ne vous doutez de ( n'ayez aucune crainte pour ) vos corps ni de vos biens, si ainsi vous faites ; et, si vous ne faites pas ainsi, je vous promets et certifie sur vos vies que nous entrerons, avec l'aide de Dieu, en toutes les villes qui doivent être du saint royaume, et y ferons bonnes paix fermes, qui que ce soit qui vienne contre. À Dieu je vous recommande ; que Dieu vous garde, s'il lui plaît. Attendons une réponse rapide. Devant la cité de Troyes; écrit à Saint-Phal, le mardi quatrième de juillet.
»

On remarquera que la lettre parle de Paris, ce qui laisse sous-entendre qu'il était convenu ,ou qu'elle supposait après le sacre dans la cathédrale de Reims, de prendre Paris.

Avant 1440, c'est Pierre de Montot qui fut seigneur de Saint-Phal, sa fille Claude se maria avec Arthur de Vaudray, chevalier et qui devint par alliance Seigneur de Saint-Phal. Arthur de Vaudray était le fils de Philibert de Vaudray, famille puissante de Bourgogne, et de Catherine de Soyecourt dame de Moüy. Il fut un conseiller puis  chambellan puis maître d'hôtels de Charles VII, Louis XI et Charles VIII. Il avait à sa charge une cinquantaine d'hommes en armes et il fait gouverneur d'Auxonne et bailly d'Amont jusqu'à sa mort en 1501. En 1477  après la mort de Hugues de Vaudray,  le 11 novembre , le sire de Craon donna à Artus de Vaudray les biens de messire Hugues de Vaudray ( décédé ),chevalier, de feu messire Louis de Sye (d'Usic), de feu messire Pierre de Vaudray, de Philippe de Vaudray et de ses frères, de la défunte demoiselle Jeanne de Vaudray, femme du défunt Othenin Louvet, et de son grand-père, seigneur de Saint-Phalle, biens qui avaient été confisqués sur eux par le roi. ( paragraphe emprunté à )

1541, Saint-Phal est la propriété de trois frères,  Anne, Antoine et Jacques de Vaudrey. Saint-Phal rapporte 570 francs par an.

Anne de Vaudrey en devient l'unique propriétaire et épouse Anne de Mont-Gomery.

 

  • En 1555, un château fut construit par Anne de Vaudrey.

Quelques détails du château donnent un aperçu du domaine. On entrait par un pont dormant enjambant un premier fossé, une demi-lune faisait face à la porte d'entrée, puis un pont-levis ainsi que des fossés à l'intérieur de la cour permettaient l'accès au château. Il avait un dôme à l'impériale entouré de deux gros pavillons à chaque bout faisant avant-corps. Les deux pavillons étaient composés chacun de trois petits, dont l'un était une chapelle dédiée à Saint-Jacques le Majeur. Il avait deux étages, un deuxième pour les chambres au nombre de 6 et avec une grande salle pouvant être utilisée comme Arsenal. Le premier étage était entièrement voûté de pierre de taille et en dessous une grande cave voûtée avec Puits.

1582, c'est probablement son fils Georges de Vaudrey qui devient seigneur de Saint-Phal. Il est chevalier de l'ordre et vicomte de Courtieux. La reine de France , Louise de Lorraine, séjourne au château. Il se marie avec Jeanne Duplessis-Beaupréau et meurt en 1584. Il est inhumé  à Saint-Étienne.

1594, Charles de Vaudrey, se qualifie de duc de Beaupréau par les liens de sa mère.

La châtellenie devient un marquisat par Louis XIII, sous Anne-Louis de Vaudrey.

1663, Georges-Anne-Louis de Vaudrey, troisième du nom est le dernier seigneur de la famille de Vaudrey. Marié à Jeanne Obéronne. Endettés, ses créanciers vendent la terre de Saint-Phal et ses meubles sont saisis en 1673.

Le comte d'Avaux devient seigneur de Saint-Phal, mais semble vite abandonner les terres face à une situation globale incertaine. Il cède ses terres en 1675 à Nicolas Dauvet-Desmarets, comte d'Eguilly, grand fauconnier de France.

1692 à 1695, c'est Anne-Louis Dauvet-Desmarets, fils du précédent, qui est marié à la demoiselle de Montsoreau, voir le château de Montsoreau, mais sans que l'on sache pour quelle raison Saint-Phal entre dans la famille de Henin-Liétard par la suite.

1705,  Jacques-Antoine de Henin-Liérard, marquis de Blaincourt et de Saint-Phal est également Baron de Dienville et maître de Cavalerie. Il est marié à Nicole de Belloy. Il décède en 1719.

1721, Jean-Louis d'Alsace d'Henin-Liétard, son fils, marié en premières noces avec Elisabeth Thiebault, fille d'un président au parlement de Metz, et en secondes noces, avec demoiselle Elisabeth d'Auglebermer.

1765, le marquisat avait passé sur la tête de Marie-Anne Thérése-de-Félix Dumuy, comtesse de Ribière, fille du marquis lieutenant-général des armées du roi, descendant du premier chirurgien de Louis XIV, qui apporta cette terre en mariage en 1770, à messire Charles Marie, marquis de Créqui, colonel du régiment du roi. La famille reste propriétaire jusqu'à la Révolution Française.

Les derniers propriétaires sont Jacques Corps, conseiller au grand conseil et M. de Mazin de Bouy, son gendre.

 

  • 1830, le domaine de Saint-Phal est vendu en plusieurs parcelles à différents particuliers. Le château est totalement rasé jusqu'aux fondations. Les peintures des différents châtelains et châtelaines sont éparpillées dans divers marchés. Un certain Mr Fortin possédait au XIXe siècle les portraits de Georges et de Charles de Vaudrey. Jusqu'au XXe siècle existait encore le pigeonnier fortement éventré en son centre.

 

Il reste des sous bassement d'une construction sur la maison actuelle dite « Maison à Capuchon », qui est antérieure à la maison, mais dont son origine m'est inconnu ( médiéval ? XVIe ? Ou les deux ), il s'agit probablement du reste des bastions du château du XVIe (?).

Maison à capuchon de Saint-Phal et ses sous bassements.


L'église actuelle fut construite à la fin du XVe et au XVIe,  de beaux portails dont l'un d'eux porte une sculpture polychrome de Saint-Denis décapité et un Christ de pitié, deux beaux exemples de l'école Troyenne. À l'intérieur de l'église, une statue de Saint Roch et une autre de sainte Syre vêtue en pèlerine. L'église est probablement édifiée  sur une ancienne motte castrale, arasée, et un probable  ancien château médiéval dont il ne reste plus rien, il est courant dans l'actuelle champagne d'avoir des églises à la place d'anciens châteaux.  Elle fut édifiée probablement par Artus de Vaudrey, mort en 1501, chambellan des rois de France Charles VII et Louis XI, et de sa femme Claude de Montot, décédée en 1493.

L’église est classée monument historique,  la nef qui était à la charge des paroissiens ne fut jamais terminée, on peut voir à proximité  la « Maison à capuchon » et un lavoir à « Boue » restauré récemment.







 

Photographies
 

{gallery captions:alwaysOnTop=1}abbayes-eglises/champagne-ardenne/aube/saint-phal{/gallery}