{gallery /}

Château et Donjon de Droizy
 

Le donjon de Droizy est un vestige du château de Droizy. Il est situé en Picardie au sud de Laon et à 15km de Soissons environ.  Il a été édifié au XIIe siècle dans un premier temps puis rehaussé au XIVe. Le château de Droizy est surtout connu aujourd’hui pour avoir appartenu à La Hire, compagnon de Jeanne d’Arc, qui participa activement à la libération d’Orléans avec le comte de Dunois en 1429.

 

Voir aussi. Cathédrale de Soissons - Château de Septmonts

 


Informations
  •  Adresse :  5 place de la Mairie - 02210 Droizy
  •  Google Maps : Carte
  •  Téléphone : 03 23 55 32 89
  •  Heures d'ouvertures & Visites du château  : le donjon se visite sur demande ( voir téléphone ). Le Relais Héritage, est un relais 5 étoiles, avec piscine couverte et chauffée et plusieurs "appartements" il est ouvert toute l'année sauf en Janvier.

 

Historique
  source : propriétaire, Passion Château,Mémoires. Documents inédits concernant la province, Volume 3 Société des antiquaires de Picardie - La Hire: ou La colère de Jehanne Par Régine Deforges ( roman ) - Dictionnaire historique du département de l'Aisne,  Par Maximilien Melleville

 

Le village de Droizy doit son nom à Drucciacus ( 1262 ), Trussiacus et Droisiacus en 1206 dont l’étymologie est inconnue, cependant selon la légende il proviendrait d’un collège de Druides à l’époque gauloise. C’est dans ce lieu que la reine Frénégonde remporte une bataille en 593 contre Childebert roi d’Austrasie. Son camp se situait au sud de Muret et les sépultures d’Arcy Sainte Restitue pourraient être les guerriers décédés à la bataille.

Il y a peu de traces des seigneurs de Droizy avant et pendant le XIIe siècle, on sait cependant qu’il y a  eu un Robert de Droizy en 1138. Mais c’est surtout à partir du XIIIe siècle qu’on peut connaître la lignée des seigneurs de Droizy grâce à des actes notariaux.

1206, Robert de Droizy, fils d’Hodierne.

1288, Jean, sire de Longueval et Droizy, sa femme et une certaine Catherine.

Jean de Villesavoye, il participe avec Philippe IV dit le Bel à la campagne d’Aragon dont il sera récompensé en 1288 par le roi, il meurt en 1300 et c’est son fils Jean de Droizy qui le succède.

1346, Jean de Droizy meurt à la bataille de Crécy, avec à ses côtés Jean l’Aveugle comte de Luxembourg, alors qu’il est du côté français. Il édifia la chapelle du château.

Sans descendance masculine c’est sa veuve qui par son mariage avec  Aubert de Coucy fait tomber le domaine dans la puissante famille de Coucy dont le château de Coucy est le signe de la puissance familiale, mais là aussi sans descendant mâle.

Le château passe de mains en mains et à chaque fois par la voie féminine, ce qui sera le cas pendant toute la guerre de Cent-Ans.


 

Étienne de Vignolles, dit la Hire, se marie à Marguerite de David, fille d’Henri David qui est seigneur de Longueval et de Frise en Flandes et de Jeanne de Lisac, dame de Droizy. 

Le mariage eut lieu à Roye ou Droizy après sa libération en 1437 par les Bourguignons, l’un des témoins du mariage est Mathieu de Roye, seigneur de Muret .

En effet La Hire est enlevé à Beauvais le 4 août 1437 par les Bourguignons du seigneur d’Offémont, capitaine français de Clermont dont il avait un différend avec La Hire, ce dernier avait fait prendre son château. Libéré en octobre 1437, après l’intervention de Charles VII auprès du duc de Bourgogne, il participe auprès de Charles VII lors de l’entrée triomphale du roi après la prise de la ville par Dunois et Richemont.

Le 11 janvier 1443 , il meurt à Montauban sans enfants. Marguerite se marie alors avec Jean de Courtenay en 1444. Il fait agrandir le domaine, cependant il n’eut pas de descendance masculine également.

La famille de Droizy est à la fin du XVe siècle vassale de la famille de Villesavoye, dont elle est une des branches. Au XVIe siècle le château change avec le temps d’usage, puis qu’il se transforme en ferme, la ferme et son château restent néanmoins dans la famille de Villesavoye jusqu’en 1780.

1780, Marizot, seigneur de Muret et de Droizy.

Au XXe siècle, les terres appartiennent aux Guillemot puis aux Thieffin originaires de Reims, puis elle est plus ou moins abandonnée. Paul Girod, maire de Droizy, la rachète et l’utilise comme garage à machines agricoles.

XXIe siècle, depuis 1980 Louis Bachoud en est le propriétaire, il est ingénieur Arts-et-Métiers. Il fait restaurer le donjon en partie à ses frais au début du second millénaire.


Le donjon est édifié au XIIe siècle, probablement par Robert de Droizy vers 1138, il fait alors 22 mètres de hauteur. Il est alors composé d’un 1er étage qui est utilisé comme entrée unique du donjon, le cellier étant probablement accessible uniquement par cet étage. Pour accéder à l’entrée, une passerelle en bois servait d’accès, probablement relevable comme un petit pont-levis sur la porte.
Un deuxième étage avec cheminée, plus haut de plafond, permet au seigneur d’y vivre et s’y réfugier. Le troisième étage est rajouté au XIVe siècle, ainsi qu’un autre permettant la défense du donjon, c’est à cette époque que sont rajoutées les échauguettes avec encorbellement et les latrines au premier et deuxième étage. Le donjon au XIVe à une hauteur de 24.5 mètres environ.

Avertissement, le fait de mentionner la légende n'a qu'un but d'information : Selon la légende des cris de femmes se font retentirs le soir, les  fantômes des femmes de La Hire qui hanteraient le château, une équipe Paranormal Investigations Belgique serait venue faire leurs investigations...source 



 

Photographies
 

{gallery captions:alwaysOnTop=1}chateau/chateaux-picardie/chateau-donjon-droizy{/gallery}