{gallery /}

Sainte-Chapelle de Bourges
 

 

La Sainte-Chapelle de Bourges, ou chapelle Palatine de Bourges, fut édifiée par le duc de Berry frère de Charles V à la fin du XIVe. Elle fut Bâtie sur le modèle de la Sainte-Chapelle de Paris, elle était jointe perpendiculairement au palais du duc Jean de Berry. Il y avait entre chaque contreforts des verrières de grande taille typique , un peu sur la base des Sainte-Chapelle de Saint-Germain-en-Laye, Paris ou Vincennes. Certaines de ces verrières sont encore  visibles dans la cathédrale Saint-Etienne de Bourges.

Elle fut rasée par Louis XV après la volonté manifeste du cardinal de la Rochefoucault, alors évêque de Bourges, de s'accaparer les rentes du chapitre de la chapelle auquel il n'avait pas de droit, car dépendante directement de la royauté et du Pape.

 

Historique
  source : source sur place, documentation diverses, La Sainte-Chapelle de Bourges, sa fondation, sa destruction, par M. A.de Girardot.



vers 1391,  début de la construction de la chapelle dans le Palais de Bourges.

1392, le Pape Clément VII autorise ,par une bulle d'institution, le duc Jean de Berry à fonder une «  chapelle solennelle » dans le palais de Bourges. Le pape lui permet également de créer un collège de douze chanoines, ainsi que de treize chapelains et de treize vicaires et de six clercs de choeur.
Pour financer ce personnel coûteux, plus important que la Sainte-Chapelle de Paris, le duc de Berry décide de supprimer les chapitres de Saint-Austrégésile du château de Saint-Ursin, des abbayes de Pleinpied et de Saint-Hyppolyte de Bourges et du prieuré de Dion.

1398, le 15 août, le duc de Berry écoute l'office dans la chapelle de Bourges, probablement la Sainte-Chapelle car elle devait être globalement finalisée.

1403, le duc de Bourgogne, Philippe le Hardi, révèle dans une lettre le souhait de Jean de Berry d'être inhumé dans la Sainte-Chapelle. Il offre également au chapitre les terres de Courtigis,

1404, Jean de Berry fait ,dans deux lettres patentes, une liste des manuscrits, reliquaires, objets d'arts et textiles qu'il propose de remettre aux chanoines du collège.

1404, février, le duc Jean d'Orléans, offre une rente de son apanage pour le chapitre de la Sainte-Chapelle.

1405, 19 ou 18 avril, installation solennelle du chapitre de la Sainte-Chapelle par une cérémonie en grande pompe.

1405, les revenus de la Sainte-Chapelle sont de 3000 livres environ. Elle possède aussi le droit de haute et moyenne justice dans la quasi totalité de la baronnie de Graçay, et des droits direct sur un sixième de la ville de Bourges et d'environ d'un tiers de la ville de Gien.

1406, avril après Pâques, 500 livres de rentes des terres de Gien, Dourdan et d'Étampes sont donnés par le duc de Bourgogne, frère du duc de Berry.

1406, 5 juillet, le trésorier de la Sainte-Chapelle, Arnoul Belin, reçoit les manuscrits et autres objets du « trésor ».

1412, Charles VI assiège la ville de Bourges, le duc de Berry est contraint de ponctionner dans les caisses du trésor de la Sainte-Chapelle.

1416, 14 juin, le duc de Berry décède et est inhumé le 29 juin dans la Sainte-Chapelle. Un gisant, dans l'esprit de celui des ducs de Bourgogne à Dijon, y est réalisé à la demande du duc de Berry.

Vers 1450, Charles VII fait terminer le gisant de Jean de Berry.



Mi-XVIe, La Sainte-Chapelle avait ses poutres pourries et la foudre qui tomba à deux reprises sur l'édifice l'endommage sévèrement. Une première restauration, d'un coût de 10 000 livres, est financé en partie par le roi. Les maîtres sont Jacques Beaufils, Jean d'Amboise, Jean Levez ( maçons ), Étienne Chaboureau et Blaise du Duylien sont les charpentiers et Étienne Saulceron est le couvreur.

1562, le capitaine d'Ivoy ,protestant,  et ses soldats pillent le trésor de la Sainte-Chapelle.

1662, réalisation des reliques des Saints-Innocents par deux orfèvres du Berry, Robert Ragueau et Mathieu Favier.

1693, 31 juillet, la grande salle du palais du duc de Berry prend feu ainsi que la toiture de la Sainte-Chapelle. La chapelle et son toit sont restaurés ainsi que le palais pour la somme de 200 000 livres.

1752, Douze manuscrits sont offerts au roi de France Louis XV, par les chanoines.

1756, 18 février, chute du pignon occidental sur la toiture de la Sainte-Chapelle après un ouragan. Il semble que L'archevêque de Bourges, le cardinal de la Rochefoucault, ait joué de son influence pour éviter sa réparation impliquant une dégradation rapide de l'édifice. Pourtant les revenus de 40 000 livres par an de la Sainte-Chapelle auraient pu contribuer à sa restauration. Mais lors de la présentation des coûts des travaux de 1693 pour établir un nouveau devis de réparation il ne fut pas mention qu'elle comportait également le Palais bien plus coûteux. Cette erreur, volontaire probablement, fit que le roi décida sous des mauvais conseils de détruire la Sainte-Chapelle pensant que le coût serait trop important, alors qu'une estimation de réparation s'approchait des 10 000 livres.

1757, 11 août, Louis XV ordonne l'extinction de la Sainte-Chapelle.

1757, 18 août, un inventaire des objets de la sainte-chapelle est réalisé. Cet inventaire permet le transfert dans la cathédrale de Bourges. Les revenus du chapitre sont transférés à la cathédrale.

1757, en décembre, la chapelle est rasée. Les coûts globaux de sa destruction approchèrent les 8000 livres soit le prix de la restauration environ….


 

Photographies
 

{gallery captions:alwaysOnTop=1}abbayes-eglises/sainte-chapelle-bourges{/gallery}