{gallery /}

Château de Gournay sur Marne
 

 

Château de Gournay sur Marne

 

Le petit château de Gournay sur Marne est édifié en 1680 [1] dans la ville de Gournay sur Marne (93) fait partie des châteaux assez méconnus de la région parisienne excepté des habitants de la ville et des alentours.

Le site est dans un parc ouvert tous les jours, profitant notamment des bords de Marne, assez joli dans cette partie dotée de pistes cyclables de qualité. Cette petite ville de 6000 habitants environ a réussi, plus ou moins avec succès, à garder son charme et une qualité de vie qui tranche beaucoup avec le reste du 93, souvent à la une des journaux pour des faits divers assez tragique des effets de la mondialisation.

Situé sur la rive gauche des bords de Marne, c’est un château d’une taille modeste mais dans un style français assez classique et en très bon état. Il est à 3 km du château de Champs-sur-Marne.

 

[CB]


Informations
  •  Adresse : Mairie et Château Parc de la Mairie avenue Foch 93460 Gournay-sur-Marne 
  •  Téléphone :   Mr  Guillard 01 43 04 69 24 - Société Historique
  •  Heures d'ouvertures & Visites  :

  • Pour Visite libre à toute heure de l'extérieur, pas de visite intérieur. C'est l'actuelle mairie de Gournay sur Marne.

 

Historique
  Sources :  voir fin de page

   

Sa situation relativement stratégique est liée au fait que la Marne à cet endroit est assez mince et permettait donc non seulement de construire un pont, mais aussi de mieux surveiller les passages. De plus il y avait alors, avant la construction de l’actuel château, une île ou îlot formant un gué long d’un kilomètre et constituant le passage le plus propice entre Lagny-sur-Marne et Paris. Aujourd’hui la Marne a été tellement modifiée, principalement pour éviter les crues, que la physionomie actuelle ne reflète plus rien de semblable avec le passé.

Gournay sur Marne existe depuis au moins un siècle avant J-C grâce notamment à des fouilles archéologiques qui ont permis de déterminer une datation plus précise.
 
Hugues le Grand, en 946, donne le comté de Corbeil et la seigneurie de Gournay-sur-Marne à un descendant des comtes de Paris : Aimon. Il devait alors avoir probablement, sans certitude pour autant, un castrum, simple petit château de bois sur motte entouré d’une palissade. Ce château permettait probablement de se défendre des Normands et de taxer les passages. Coutume courante à l’époque, contre laquelle Colbert plus tard essaya de lutter assez fermement (on reproche souvent à Colbert la centralisation à outrance, mais en oubliant souvent d’en expliquer les raisons, mais passons…).

En 1063, Guy le Rouge de la famille de Montlhéry, famille très puissante à l’époque et pendant plusieurs générations, devint seigneur de Gournay.

En 1114, le fils de Guy le Rouge est accusé de piller les marchands et de cacher dans son château son butin. Il faut dire que la famille de Montlhéry à cette époque avait la réputation peu enviable d’être des brigands et de voler régulièrement les marchands. Louis VI le Gros (gros pour désigner sa richesse et non pas son poids) assiègea alors le château et le donna au gendre de Guy le Rouge, Anseau de Garlande, Sénéchal de France.
 
 
Siège de Gournay sur Marne.
 
( British Library - Chroniques de France ou de Saint-Denis Royale 16 G VI f. 280V - Artiste : Mahiet, Maître du Missel de Cambrai - Date : entre 1332 et 1350 ) source [9]
 
1147-1154, est construit le premier pont en pierre de Gournay-sur-Marne. (source p226)

Histoire physique, civile et morale de Paris, depuis les premiers temps...
Par Jacques Antoine Dulaure , 1823, Tome II

Hugues de Pompone, seigneur de Crécy, châtelain de Gournay, fils de Guy, comte de Roche-fort, favori du roi Philippe Ier, volait les bateaux des marchands qui naviguaient sur la Marne, et transférait le fruit de ses rapines dans la forteresse de Gournay.
Un jour il enleva à des marchands plusieurs chevaux sur le chemin royal et les conduisit dans la même forteresse : alors le prince Louis vint assiéger le château de Gournay. Guy, comte de Rochefort, père de Hugues de Pompone, et Thibaud, comte de Champagne, vinrent au secours du noble voleur ; mais le prince parvint à mettre ses auxiliaires en déroute, et à prendre le château de Gournay ».
Ce prince fit plusieurs autres exploits dans d'autres parties de ses Etats, et continua, dès qu'il fut roi, à pourchasser les nobles qui dépouillaient les pauvres, les monastères et les marchands. Il prit le château de Corbeil où Guy de Troussel tenait son fils en prison pour avoir refusé de se révolter contre le roi, et délivra ce prisonnier.
On a par ailleurs une anecdote assez intéressante dans le livre sur la prise du fort par Louis VI qui permet également d’en savoir un peu plus sur les coups foireux que les assiégés pouvaient faire aux assiégeants.


Dictionnaire historique de la ville Paris et de ses environs
Par Pierre Thomas Nicolas Hurtaut,Magny – 1779
 
 Château de Gournay sur Marne au XVIIe
 
Gournay sur Marne, XVIIe


« Le roi pour faire réduire cette forteresse avait construit une tour haut et forte avec un pont-levis qu’on abattit sur les murailles [2]. Mais les assiégés avaient dressés des pieux pointus et les avaient couverts de pailles. Si bien que lorsque les plus hardis sont entrés marchant sur les pailles sans méfiance, ils se trouvèrent empalés. » [3]

En 1330, la reine Jeanne d’Evreux fit l’acquisition de la seigneurie et sa fille Blanche en fit une donation au roi Charles V en 1376. Dès lors le domaine fait partie du domaine royal.

Pendant la guerre de Cent Ans, Jeanne d’Arc y fit un court passage après avoir délivré sans combattre la bourgade de Lagny.
 
Il me semble qu'il n'y ait aucun document sérieux sur un éventuel passage de Jeanne d'Arc à Gournay sur Marne, par ailleurs l'auteur parle de délivrer la Ville sans combattre la ville de Lagny sur Marne, il s'agit très clairement d'une méconnaissance des faits ou d'une imprécision fortuite ? un autre auteur estime qu'elle aurait fait demi-tour en arrivant sur Gournay après que les Anglais soient partis sans coup férir... Mais que ça soit sur le chemin de Melun, ou Provins, Gournay sur Marne n'est pas sur la route de Jeanne, il aurait fallu alors un détour relativement important pour l'époque en étant à une demi-journée à cheval de Lagny-sur-Marne. Il est cependant vrai que le Duc de Bedford a pris Gournay sur Marne probablement début mars 1430 et qu'il tente de prendre Lagny sur Marne sans y arriver. Après son échec devant Lagny sur Marne et la capture de Franquet d'Arras par Jeanne d'Arc à Vaires sur Marne, sans raison apparente , il retire ses troupes des environs et se concentre avec son armée sur Paris et la proche couronne.

Les Guerres de Religion font rage comme un peu partout, et Henri IV y fit construire alors un château dit le Pillebadaut ou Pille Badaud. Les combats furent terribles. Face à Henri IV se trouvait aussi l’armée espagnole menée par le Duc de Parmes. Le fort avait pour objectif d’empêcher le ravitaillement vers Paris. Le nom étrange donné à ce fort s’explique assez bien dans cet ouvrage :

Journal du règne de Henri IV, roi de France et de Navarre, Volume 1

Par Pierre de L'Estoile - 1741

« 1592 : Le Vendredi 9 Octobre, quelques Parisiens revenant de la campagne s’étaient aperçus que le fort que le Roy faisait bâtir dans l’île de Gournay était déjà fort avancé et que bientôt il serait en état d’empêcher Paris de recevoir des vivres par la rivière de Marne, qu’ils s’imaginèrent que le Roi ( Henri IV ) voulait affamer Paris. Les premiers qui entendirent leurs discours tombèrent dans la même crainte, ceux-ci entrainèrent d’autres; en moins d’une heure la crainte de mourir de faim fut répandue dans tout Paris; et donna sujet à de grands murmures contre le gouvernement, dès ce jour ce fort fut appelé Pillebadaut. » [4]
 
Dans le même ouvrage, on apprend que le fort possédait 6 pièces de canon et les munitions nécessaires, mais surtout que les bastions étaient en terre (donc pas de renfort de pierre) et que Mr de La Nouë en était le gouverneur. C’était donc un fort assez petit et compact, mais Henri IV avait préféré mettre la troupe principale à Champs sur Marne.
Toujours en rapport avec cette guerre, un texte issu des "Mémoires secrets de Gabrielle d'Estrée" [5], le grand amour d’Henri IV, fait référence à cette bataille par un dialogue au début assez dur mais courtois entre De la Nouë (de Lanoue dans le livre) et Henri IV.
 
 
Alors que Gabrielle d’Estrées est en conversation sur le Louvre et au Louvre (alors en construction) avec Henri IV, lorsque De la Nouë entre avec fracas :

Tout soudainement M de Lanoue cramoisi de colère perça la foule des courtisans et se planta devant Henri les bras croisés et mordant les lèvres.
- Le Roi : Vive Dieu mon ami dit le roi votre fort de Gournai est-il enlevé par surprise ou trahison ?
- De Lanoue : Non sire, repartit-il, les remparts de Pillebadaud tiendront plus long temps que la Ligue mais ma patience est de petite résistance et le diable l’emporte.
- Le Roi : Çà mon cher Lanoue qui vous évertue à crier si haut ! L’ire est mauvaise conseillère dites-moi la cause de tout ce bruit que j’y remédie si c’est possible.
- De Lanoue : Quoi sire par le bras de fer de feu mon père n’est ce pas vergogne pour vous et moi, que sous vos yeux, des gens de justice viennent saisir mes équipages !
- Le Roi : Vous avez donc des dettes mon pauvre Lanoue ?
- De Lanoue : Oui sire tout l’argent que mon père emprunta pour votre cause.
- Le Roi : Je me souviens en effet qu’il était un fidèle serviteur et honnête gentilhomme lequel empruntait avec ferme résolution de rendre.
- De Lanoue : Certes sire et malgré moi carrosses et chevaux ont payé cette grosse somme qui n entra point en notre bourse, et Dieu me garde de vous en faire reproche aucun mais l’ire me transporte de penser mes équipages furent la proie des créanciers
- Le Roi : Ventre-saint-gris M de Lanoue il faut que chacun paie ses dettes puisque je paie bien les miennes !
- De Lanoue : Ah cette parole est équitable mais dure en votre bouche
- Le Roi : Voici les moyens de payer vos dettes ajouta ce grand roi. Le tirant à part et à voix basse en ce sac de peau sort trois diamants de la couronne  “que je vous prie d’engager au lieu de vos équipages”
- De Lanoue : Non sire cette grande bonté dont vous êtes coutumier tourne à ma confusion et j’ai honte de m’être tant ému d’un fait auquel vous ne pouvez rien.

Etienne Le Vassor, dont il reste encore une pierre tombale dans l’église de Gournay, maria sa fille Marie Le Vassor en 1674 avec Louis Ancelin, fils d’une des nourrices de Louis XIV (Perrette Dufour native de Montesson), mais également contrôleur général de la maison de la reine Marie-Thérèse. C’est sa fille qui va faire construire le château actuel à partir de 1680.

En 1694, à la mort de Louis Ancelin, sa veuve et ses enfants, par arrêt du 10 novembre 1694, reçurent 2 000 livres de pension. Marie d’Ancelin vend le château en viager et respectant les dernières volontés de son mari en le faisant enterrer auprès de sa mère dans l’église de Gournay. [6]
 
Château de Gournay sur Marne au milieu du XVIIIe siècle - 2e volume de l'atlas de Trudaine pour la généralité de Paris : source bnf.gallica.fr

Claude Élysée de Court (1665-1752) va devenir propriétaire du domaine. Exilé après sa défaite à la Ciotat en 1744, il va entreprendre beaucoup de travaux de décoration et faire aménager le parc.
 
 
Plan Gournay sur Marne
 
Sur le plan de gauche, il s’agit d’un cadastre de 1819. Le numéro 56 représente le château actuel avec son pont en face, qui existe toujours mais dormant. Le 58 représente la ferme, remplacée totalement par une école municipale. Les deux petites tours entourant le pont existent encore et ont pu servir de pigeonnier.

Par la suite une manufacture de transformation de soie va dégrader partiellement le château. La guerre de 1870 va faire rage à Gournay et détruisit une partie du village.

Au début des années 1900, la famille Nast va transmettre par alliance le château à Roger Ballu alors maire de Gournay. Ses enfants vendirent par la suite le château à la municipalité qui s’y installa en 1925  [7].

En 1945, il est inscrit dans l’inventaire des Monuments Historiques.

     

 

Sources :
[1] J’ai souvent deux dates qui apparaissent, 1667 et 1680. Mais 1680 est plus proche de la réalité puisque Louis d’Ancelin fit détruire à partir de cette date le château primitif. Donc sans document attestant la construction en 1667, il est difficile d’accréditer cette date. D’autant plus que Louis d’Ancelin ne se maria avec la fille d’Etienne Levassor qu’en 1674 et reçut en dot la seigneurie, il est donc impossible que la construction soit antérieure ( sauf preuve irréfutable du contraire ).
[2] Il s’agit probablement d’un Beffroi (tour de siège utilisée depuis l’Antiquité).
[3] Texte que j’ai modifié un peu pour qu’il soit compréhensible mais toujours dans l’esprit initial, donc dans un français compréhensible mais pas irréprochable.
[4] Je l’ai modifié dans un français plus proche du nôtre, en essayant de garder son état d’esprit initial, il ne s’agit pas d’une traduction mais d’une élaboration pour qu’il soit plus facilement lisible. Ce texte est assez intéressant car il montre comment à l’époque naît une rumeur partie d’un fait réel mais totalement déformée et accentuée par les “on-dit”. Il peut aussi s’agir d’une forme de désinformation politique dans le but de soulever la ville de Paris ou tout simplement de faire peur et de la soumettre psychologiquement aux assiégeants.
[5] Ce livre n’a pas été écrit de son vivant mais après sa mort par une de ses amies. Je crois qu’on n’en connait pas l’auteur cependant.
[6] Voir ce Lien sur Perrette Dufour : http://aaaf.free.fr/_F_1.htm
[7] Source : http://fr.topic-topos.com/chateau-de-gournay-gournay-sur-marne
[8] http://noisygournaychamps.free.fr
[9] http://www.templedeparis.fr/

 

 

 

 
 

Photographies
 

{gallery captions:alwaysOnTop=1}chateau/chateaux-ile-de-france/chateau-gournay-marne{/gallery}