{gallery /}

Château de Gien
 


Le château de Gien a été édifié sur un plus ancien par Anne de Beaujeu fille aînée de Louis XI, il préfigure les châteaux de la Renaissance des châteaux de la Loire. Il est situé dans le département du Loiret dans la région Centre. Jeanne d'Arc viendra à plusieurs reprises notamment avant de prendre le chemin du sacre vers la cathédrale de Reims, elle y enverra une lettre aux habitants de Tournai. La ville est ravagée par des bombes incendiaires allemandes en 1940, le château est sauvé de la destruction malgré les 421 maisons détruites et plus de 900 endommagées dans la vieille ville.

 

Voir aussi les étapes connues entre Vaucouleurs et Chinon  : Vers le 16 février 1429 : Abbaye de Saint-Urbain  Vers le 20 février 1429 : Cathédrale d'Auxerre  - Vers le 22 février 1429 : Église de Sainte-Catherine de Fierbois

 


Informations
  •  Adresse :  Château de Gien, Place du Château 45500 Gien
  •  Téléphone : Office de Tourisme : 02 38 67 25 28 et  château : 02 38 67 69 69
  •  Heures d'ouvertures & Visites & Météo :
  •  
    Attention: Le château musée de la chasse de gien est actuellement en travaux. La réouverture du site est prévue dans l'année 2016. 

Le premier titre où il est fait mention de la ville est un acte de Pépin-le-Bref, de 760. Vers la fin du VIIIe siècle, Charlemagne y aurait fait bâtir un château, qui devint la propriété d'Étienne de Vermandois.

1153, le château de Gien , puis rapidement le château de Saint-Aignan, est assiégé et pris de force par le roi de France, Louis VII, au comte de Sancerre, pour une affaire matrimonial entre Geoffroy III de Donzy, Etienne de Sancerre et Ansel Trainel ,chevalier et comte de Champagne. (3)

1199 : La ville, qui avait le titre de comté, fut vendue en 1199 à Philippe-Auguste, par Henri de Donzi, comte de Nevers, et par sa femme Mathilde, pour la somme de 3,000 marcs d'argent. (2)

1225 : Louis VIII dit « le lion » affranchit de taxe la ville.

1226 : pendant le règne de Louis IX il y viendra régulièrement pour chasser dans la forêt d’Orléans, il prend le titre de Comte de Gien.

En 1410, les noces de la fille de Jean-sans-Peur, duc de Bourgogne, avec le comte de Guise, furent célébrées au château de Gien. En 1410, le 15 avril, on y signa le traité connu sous le nom de ligue de Gien, conclu entre Charles d'Orléans, le duc Jean de Berry, le comte d'Armagnac, contre le duc de Bourgogne Jean sans Peur, qui avait fait assassiner le duc d'Orléans en novembre 1407. Ils engagèrent une force de 10 000 hommes qui trois mois plus tard marche sur Paris. Cependant la paix de Bicêtre annule le traité le 2 novembre 1410. (2)

Jeanne d'Arc à Gien.

1429  : Jeanne d’Arc venant de Vaucouleurs passe par Gien avec ses compagnons vers le 18-20 février, elle n’y reste qu’une nuit mais c’est suffisant pour que le comte de Dunois en soit informé : « J’étais à Orléans, alors assiégé, quand le bruit courut qu’une jeune fille, vulgairement appelée la Pucelle, avait passé à Gien. Elle disait aller auprès du gentil dauphin avec mission de faire lever le siège d’Orléans et mener le dauphin à Reims pour le sacre. Ayant la garde d’Orléans et la lieutenance générale du roi, j’envoyai le seigneur de Villars, sénéchal de Beaucaire, et Jamet du Thillay, depuis bailli de Vermandois, se renseigner sur cette Pucelle ».

Le 24-25 (environ) au 28 juin 1429, elle écrit alors une lettre aux habitants de Tournai le 25 juin. C’est peut-être à Gien qu’elle envoie également une lettre à Philippe le Bon duc de Bourgogne, elle en fait mention dans sa lettre du 17 juillet 1429 à Reims :

«  Il y a trois semaines je vous vous ait écrit et envoyé de bonnes lettres ( intentions) par mon héraut ( messager ), afin que vous puissiez être présent au sacre du roi qui a lieu aujourd’hui dimanche 17 juillet 1429, dans la ville de Reims »

Elle y revient notamment le 21 septembre 1429, durée indéterminée mais en Octobre elle est à Bourges. Le 24 décembre 1429 ( incertain mais elle se trouve le 25 décembre à Jargeau ).

On ne sait pas où elle fut logée, la première fois surement dans une Hostellerie, puis après peut-être le château qui appartenait alors au duc de Richemont.
 

1494 - 1500, Anne de France appelée Anne de Beaujeu, alors régente du royaume au profit de Charles VIII son frère alors encore mineur, était comtesse de Gien. Elle fait reconstruire le château et l’agrandit, le pont actuel sur la Loire, les monastères de Saintes Claires et celle des Minimes, renforce les fortifications de la ville.


Le comté revient à la couronne de France et François Ier y signe l’acte de régence de Louise de Savoie le 11 août 1523, lui permettant de faire la désastreuse Campagne d’Italie.

En 1646, le comté fut cédé à Charles de Lorraine, duc de Guise, en supplément de l’échange fait en 1629 avec le roi, de la Principauté de Château-Renaud et de Clinchamp.

1652, Louis XIV alors âgé de 13 ans et sa mère Anne d’Autriche se réfugie notamment au château de Gien, la bataille dans le village de Blénau entre Condé et duc de Turenne fait rage. Si la victoire est incertaine pour les deux parties, Turenne évite de peu la capture de Louis XIV alors que son armée fut moins nombreuse.

Il passa ensuite par acquisition au chancelier Séguier et elle reste dans la famille jusqu’en 1740. Avant la révolution, il était possédé par Henri Feydeau, seigneur de Marville qui l’acheta en 1736 et il reste dans la famille jusqu’en 1823.

En 1823, le château est racheté 31 000 francs par le département du Loiret pour y installer le tribunal, la maison d'arrêt et la sous-préfecture.

1940, le 15 juin, Bataille de la Loire : le vieux village est bombardé par l’aviation allemande avec des bombes incendiaires, alors que le général Morin présent sur place indiquait quelques minutes avant que Gien ne risquait rien. L’incendie ravage une grande partie de Gien et détruit 421 maisons. Le château échappe miraculeusement à la destruction grâce à un orage. La 32ème RI, ainsi que les tirailleurs sénégalais, affrontent l’armée allemande du 16 au 17 juin devant le pont, le pont est alors détruit vers 20h15 pour assurer la retraite pendant qu’une partie de l’armée française fixe les allemands dans des combats de rue intenses. Sources : Les journées tragiques larep.fr , le blog de la SHAG , le Loiret dans la bataille de France, la terrible bataille de Gien  larep.fr

Une maquette retrouvée depuis peu démontre qu’il fut très tôt décidé de reconstruire Gien, cet ouvrage a été réalisé par l'architecte nantais Pol Abraham en 1940 mais c’est seulement en 1946 sur des plans d’un architecte urbaniste, Laborie, qui avait été mandaté par le régime de Vichy, que la reconstruction fut entreprise. L'essentielle de la reconstruction de la ville fut réalisée pendant le " Trente Glorieuses".

Aujourd'hui le château abrite un musée, labellisé Musée de France, dédié à la chasse, l’histoire et la nature en Val de Loire. Depuis novembre 2012 il est en travaux.

 

Photographies
 

{gallery captions:alwaysOnTop=1}chateau/chateau-de-la-loire/chateau-de-gien{/gallery}