{gallery /}

Commanderie des Templiers à Coulommiers
  Commanderie de Coulommiers, Templiers

La commanderie des Templiers de Coulommiers est située sur dans la ville de Coulommiers, sur les hauteurs de la ville. Elle reflète la puissance, la richesse et le souci d’organisation des Templiers. La commanderie est l'une des trois rescapées sur les 12 connues situées en Seine-et-Marne. C’est celle qui a eu le moins de modifications; et surtout qui est restée la plus complète  dans le département parmis les trois restantes : Commanderie de Chevru et la commanderie de Saint-Martin des Champs à la Ferté-Gaucher. 

La Chapelle fut longtemps, pendant plusieurs décennies, jusqu'au milieu du XXe siècle, appelée la Ferme de l'Hôpital.

Voir aussi. Chapelles des Templiers.


Informations
  •  Adresse : Commanderie des Templiers - Avenue Foch - 77120 Coulommiers
  •  
  •  Google Maps : Carte
  •  Téléphone :  06 23 58  56 11
  •  Heures d'ouvertures & Visites  :  
  •  
  • Tarifs (2014) : 4€ adultes /  3€ enfants (- 14 ans) - Visite guidée sur RV : 6€ adultes/ 5€ enfants (- 14 ans)
  •  
  • Visites libres toute l'année : le samedi de 11h30 à 17h - les autres jours de la semaine sur RDV, les visites guidées pour les groupes se font sur réservation.
Historique
    source : les cahiers de la commanderie Edition avril 1998, en vente à 4€

   

Fondée en 1173, sous le maître de l’époque Eudes de Saint-Amand ( cependant retenu prisonnier ), elle avait pour but d’asseoir la puissance des Templiers, mais surtout d’apporter une rente régulière permettant aux Templiers d’avoir un revenu important. Cet argent permettait donc de financer les missions entreprises par les Templiers en Terre Sainte. Elle permettait aussi une certaine indépendance financière face à tout royaume de l'époque, malgré des attachements idéologiques et des intérêts partagés avec ces derniers.


La commanderie est située sur les terres du Montbillard, sur un ancien château, données par Thibaud II Comte de Champagne et de Brie. Il faut rappeler que les Templiers vivaient beaucoup d'offrandes faites par de multiples donateurs. Les premières terres sont relativement éparpillées et les Templiers seront contraints dans leur début à les rassembler pour fournir un territoire suffisant pour leur assurer une rentabilité suffisante.
La commanderie est un excellent exemple de la puissance financière. Si on peut relever que la taille globale de l’ensemble est de taille modeste, il en est autrement du terrain immense. Cependant les fouilles archéologiques n’ont pas permis pour l’instant d’apporter des réponses plus concrètes sur l’état et la taille de la commanderie sous les Templiers.

Plan de la Commanderie des Templiers, d'après un document de l'ATAGRIF.


On remarquera cependant que la commanderie est assez loin de la ville, qu’elle est relativement compacte avec peu d’ouvertures sur l’extérieur, les bâtiments faisant office de protections.

Le Vendredi 13 octobre 1307 ( anecdote : la superstition du vendredi 13 vient de cette date … ), après la fin des Templiers orchestrée par Philippe le bel, la commanderie est confisquée et elle passa sous la gestion de Gillon Barillat, prévôt de Coulommiers.

Les Templiers de Coulommiers furent condamnés et torturés.

Du 15ème siècle à 1789, les Hospitaliers ( nommé aussi Orde de Malte ) récupèrent le domaine.

De 1789 à 1790 : Saisie par l’Etat elle fut vendue à Pierre Josse.

De 1790 à 1964 : Plusieurs propriétaires se succédèrent utilisant pour la plupart l’ensemble comme ferme.

En 1964, la ferme est vendue à la commune. Daniel Tourneur alors maire de Coulommiers cherche alors à la détruire pour construire les diverses cités qui entourent aujourd’hui la commanderie. Ces cités sont évidemment une entaille et amputent fortement le visuel de l’environnement naturel. Si il ne réussit pas à  faire raser la commanderie, l'église de Saint-Denys à Coulommiers n'eut pas cette chance, par décision municipale elle fut rasée :

église du XIe siècle rasée par la mairie de Coulommiers, le maire étant Daniel Tourneur. 

Une association se battra corps et âme pour entreprendre bénévolement la restauration du lieu….qui continue encore aujourd’hui. L’action entreprise par l’association permettra de sauver le lieu. En 1994 la commanderie deviendra cependant Patrimoine Historique et échappe du moins pour l’instant à toute velléité communale.



Les bâtiments


La salle du chapitre, telle qu'elle est baptisée actuellement, date du XIIème siècle à en juger par sa voûte d'arêtes et ses murs aveugles de style roman. Elle était certainement plus grande à l'origine et s'étendait sur tout le bâtiment. On trouve encore un montant de l'ancienne porte d'accès dans la maçonnerie à proximité de la tour du pigeonnier. Nous supposons que cette salle servait à la réunion hebdomadaire de la communauté des Templiers de la commanderie, réunion durant laquelle étaient jugées les affaires concernant la communauté ou les fautes des frères.

 

Chapelle de Coulommiers, Commanderie Templière

Nef de la chapelle templière


La chapelle est postérieure et de style gothique. Mais il se peut qu'elle fut construite tout d'abord au XIIème siècle de style roman puis reconstruite au XIIIème siècle de style gothique, peut-être suite à un incendie d'après le récit d'historiens locaux. La chapelle est rectangulaire, avec un chevet plat et une décoration très simple, comportant cependant des fresques à vocation spirituelle.
Ce style très dépouillé correspond à la conception religieuse de l'Ordre du Temple qui privilégiait la prière à l'embellissement de ses lieux de culte. La décoration fut entièrement refaite à l'époque hospitalière, mais nous n'en avons conservé que très peu de traces sinon une description détaillée en 1850 par un érudit Columérien : Anatole Dauvergne.

 

Le logis
 

Logis

 

Le logis fut construit à l'époque templière mais son état actuel est issu de nombreuses transformations au fil des siècles. La maçonnerie en pierre meulière ainsi que des traces d'anciennes portes et fenêtres nous donnent une idée de son état d'origine. Le logis d'origine devait être deux fois plus grand et s'étendait vers le Nord. L'ancien conduit de cheminée, encore bien visible sur la façade, se trouvait alors au centre du bâtiment. L'accès aux étages se faisait par un ou deux escaliers dont nous avons encore la trace à l'angle Sud-est.


Les portes et les fenêtres étaient en arc brisé et se disposaient sur les façades Est et Ouest. Nous n'avons aucune trace de la structure interne d'origine. Cependant, la disposition des anciennes portes nous laisse supposer que la façade principale du logis était à l'Est à l'époque templière.

 

La cave
 

Cave Templière, souterrains

De l'époque templière, la commanderie conserve également une cave dont il reste deux salles.Celle du fond est une salle voûtée datant vraisemblablement du XIIème siècle.

Le fond est totalement effondré mais la cave devait certainement se prolonger, voire être utilisée comme un souterrain de refuge ou d'évacuation, débouchant juste derrière la commanderie, en cas d'attaque du lieu. Une opération archéologique permettrait de répondre à ces questions.


Beaucoup de légendes ont entouré ce souterrain comme tant d'autres souterrains de bâtiments médiévaux. La légende locale raconte que le souterrain partait de la chapelle pour déboucher sur la place du marché de la ville basse de Coulommiers. Même si ces histoires sont souvent sans fondement, le fait de disposer d'une issue de secours dans un château ou un monastère était très courant au Moyen Age

Le patrimoine hospitalier


En arrivant sur les lieux en plein cœur de la Renaissance et au moment d'une aisance foncière et économique de la commanderie, l'ordre de l'Hôpital ou ordre de Malte contribue de façon importante à l'agrandissement et à l'embellissement du site.

Les façades et l'intérieur du logis.


Ce sont de loin les travaux de rénovation les plus importants sur le site pour cette époque, certainement effectués pour réparer les dégâts causés sur le logis par la Guerre de Cent ans. L'aspect extérieur est profondément modifié par l'apposition de fenêtres à meneaux et le rajout de la tour sur la façade Ouest. De même, les planchers, les cloisons ainsi que la charpente ont été refaits au XVIème siècle sous le commandeur hospitalier Bertrand de Cluys.
Les travaux effectués furent très vastes. On perça de grandes brèches dans les façades pour refaire les fenêtres et la maçonnerie en briques et pierres de tailles. La tour fut construite pour accueillir un large escalier pour remplacer celui de l'époque templière qui était beaucoup trop étroit et mal situé. Enfin, la structure interne fut composée de cloisons formées par un assemblage de poutres et de briques enduites au plâtre. Mais ces transformations ambitieuses, tout en étant fonctionnelles, posèrent à la longue un sérieux problème de stabilité à l'édifice dont les façades commencèrent à bouger. Cet état alarmant du lieu de vie même de la communauté hospitalière semble certainement à l'origine du déménagement de l'ordre vers un autre chef-lieu, la commanderie de Maisonneuve.

 
Le pigeonnier


Le pigeonnier fut inséré dans le mur Nord du bâtiment du chapitre vers la fin du 16e Siècle. Il comporte 393 nichoirs en plâtre destinés à accueillir les pigeons du domaine de la commanderie. L'établissement d'un pigeonnier marque surtout une période d'aisance économique de la commanderie, puisque tout pigeonnier possède autant de nichoirs que le domaine dispose d'arpents de terres, ce qui correspond pour la commanderie à un domaine d'environ 400 arpents, soit 200 hectares. Un pigeonnier reste surtout une marque de prestige que les Hospitaliers ont placée ici afin de démontrer l'importance acquise par leur commanderie.
Ayant été posé à l'emplacement de l'ancienne porte d'accès Templière, au milieu de la façade du bâtiment, le pigeonnier semble être à l'origine de la division de la salle du chapitre en deux pièces désormais distinctes.

La grange aux dîmes


Construite au 16e siècle, peut être sur une ancienne grange plus ancienne. Elle permettait d’y stocker la taxe ( 1/10 ième des récoltes ).


Les Granges et la porcherie : Appelée aujourd’hui porcherie, elle ne reflète en rien l’activité des templiers puisqu’elle à été construite au 19e siècle. Probablement en lieu et place d’un autre bâtiment hospitaliers ou templiers.

Le jardin Médiéval

Jardin Médiéval
Le jardin actuel, crée en 1993, ne permet en rien de supposer ou de connaître la composition d’un ancien jardin médiéval. La recherche de reconstitution actuelle, proche de la vérité en termes de semences et diversités, d’un jardin médiéval, permet cependant d’avoir une idée assez juste des herbes de l’époque. A noter que le jardin a été détruit en 1984, ce qui laisse supposer  une certaine volonté des mairies de l’époque de tout détruire.

Source principale : les cahiers de la commanderie Edition avril 1998, en vente à 4€

 

 

Photographies
 

{gallery captions:alwaysOnTop=1}patrimoine-divers/commanderie-templiers-coulommiers{/gallery}


 
X

Nous vous avons redirigé vers une autre page!

La page demandée (/component/com_mailto/link,fd44263c22117034c102da8668af058fc9051172/template,purity_iii/tmpl,component/) n'existe pas sur notre site, et nous vous avons transféré sur une autre, que nous pensons similaire à ce que vous aviez demandé. Nous espérons avoir deviné juste mais si ce n'est pas le cas, s'il vous plait ne nous en veuillez pas, nous ne sommes que des machines ;). Voici d'autres pas similaires: