{gallery /}

Château de Brandon

 

Situé dans la bourgogne profonde, pas très loin du Château de Couches, le château de Brandon est un ancien château imposant. Brandon servira d’observatoire, où il  est vrai on peut voir à des kilomètres à la ronde sans gêne. Cela d’autant plus important que la fortification était sur les deux routes romaines reliant la vallée de la Saône et celle de la Loire, donc lieu hautement stratégique.

Au moyen-âge le château est une véritable forteresse, imposante et régnante sur les vallées. Les luttes dans les alentours y furent très violent au point de retrouver de véritables charniers et en donnant des noms à des lieux : «  trou de l’enfer » et « champ des maures ». On peut être surpris cependant du caractère très austère et spartiate du château, ayant eu des évolutions relativement modeste du point de vue militaire, on y sent une vie rude à son époque, malgré les conforts intérieurs. L’intérêt justement de ce château est justement sa faible évolution architecturale, excepté la disparition du donjon il y a presque 2 siècles.

L'accueil est fait par l'actuel propriétaire des lieux , la famille Masin, une visite ponctuée d'aspect historique et une salle  dans l'écurie voûtée datant du XIIème siècle à été faite pour expliquer l'art héraldique ou des blasons.


 

Informations
  •  Adresse : Château de Brandon - 71670 Saint-Pierre-de-Varennes ( chercher sur le GPS “route de Brandon” ou “route de Saint Emiland” qui est sur la D43 )
  •  Téléphone :  Jacques de Masin : 03.85.55.45.16  ou 06.87.37.51.30  
  •  Heures d'ouvertures & Visites  : ( sous réserve de changement )
  •  
  • Le Château de Brandon est ouvert tous les jours du 1er juillet au 31 août. 
     
    Visites à heure fixe: 13h30, 15h, 16h30  (départ de la dernière visite). La visite dure environ 50 minutes.  
    Toutefois, pour les groupes de plus de 10 personnes, le château peut être ouvert n'importe quel jour de l'année, sur rendez-vous à une heure à convenir.
  • Tarifs 2015 : Tarifs Visite guidée : 6,50 €  - Groupe à partir de 10 personnes : 5,50 € - Enfants jusqu’à 15 ans : 3,80 €
  •  

 

Historique
  Sources : site officiel & wikipédia & archive71

 
L’étymologie du mot « Brandon » (« Bran-o-dunum » : Fort de Brennus), quelques pièces archéologiques ainsi qu’une chronique médiévale,  dont le plus important étant une dalle funéraire devenue le tympan de l'église de Saint Pierre de Varennes, accréditent la thèse selon laquelle le site était un poste fortifié de l’époque gallo-romaine.

    
Le château en date

Époque romaine : poste militaire à une bifurcation de routes romaines reliant la vallée de la Saône et celle de la Loire.

XIIIe siècle : existence vraisemblable d'une tour fortifiée possédée successivement par les seigneurs de Brandon puis par des capitaines qui la gardent au nom des ducs.

Au XIVème siècle, la place forte, sous dépendance immédiate des Ducs de Bourgogne, revient à Robert d’Essertenne, alors gouverneur du Duc Philippe. C’est à cette période que la charge est transformée en seigneurie héréditaire.

Ainsi, de 1365 à 1453, la seigneurie de Brandon appartient à la famille d’Essertenne, qui, en 1376, fera élever la seigneurie au titre de baronnie, par le Duc Philippe II de Bourgogne.

A la fin du XIVème siècle, le Seigneur de Brandon avait le droit de "Haute et Basse Justice", c'est-à-dire de vie et de mort sur les justiciables de ses domaines. Le colombier élévé devant le château témoigne d’une grande parcelle de territoire aux alentours.

1453 : vente du château. Agnès d’Essertenne vend la terre et le château au seigneur de Ruffey, Jacques de Lugny. Son frère et héritier, Claude de Lugny, améliorera la condition des terres avec, entre autres, la réfection du Pont-Allard (commune de Saint-Emiland).

En 1521, la seigneurie est vendue à Hugues Bernard de Montessus. Or, ce n’est qu’après 58 ans d’un long procès entre les deux familles, que la possession de Brandon par la famille Bernard de Montessus sera effective.

1528 : après des successions complexes au sein de la maison de Lugny, le château est acquis par Hugues-Bernard de Montessus.

Tour de La chapelle1633 : La Légende du trésor : Charles de Montessus, alors le propriétaire, est ruiné et couvert de dettes. Pour faire patienter ses créanciers il va inventer une histoire de trésor laissé par les anglais lors de son occupation. Il ira même jusqu’à dire qu’un esprit maléfique le hantait et plongea alors le pays dans la crainte. Il va faire venir l’Abbé Delniau qui s’adonnait à la magie noire ( totalement interdite à l’époque ). Mais las les diverses bénédictions de l’abbé et les sortilèges n’y feront rien, ni trésor ni dette remboursée. Charles de Montessus est exproprié et le château vendu. Mais l’Abbé Delniau, homme d’église, sera brûlé vif sur la place du Champ de Mars à Autun, après son jugement. La tour de la chapelle, photo de gauche, Au-dessus se trouve la chambre de l'Abbé Delniau . La clef de la voûte s'étant effrondrée, il ne reste que les consoles de la voûte ornées de fleur de lys. L'autel en pierre date du XIV siècle. Lors de la réfection du plafond on découvrit six hommes emmurés debout  à l'intérieur des murs.


En 1638, Claude de Grenelle est acquéreur du château pour la somme de 34000 livres mais c’est  son beau-frère Alphonse Bénigne de Chaumelis qui en sera le véritable propriétaire

1653 : décès d'Alphonse de Chaumelis qui laisse deux filles – Jeanne et Huguette – sous la tutelle de leur oncle, Jean-Baptiste de Chaumelis.

1670 : Huguette de Chaumelis, fille d'Alphonse, épouse de Claude de la Coste, hérite de Brandon à l'issue d'une lutte acharnée contre son oncle qui avait tenté de la spolier.

1729 : attaque du château par la population des environs montée par Eugène, fils d'Huguette, qui cherche à déposséder sa mère.

1729 : Jean-Baptiste, autre fils d'Huguette, hérite du domaine à la mort de sa mère.

XVIIIe siècle : sans enfant, Jean-Baptiste lègue le château à Jeanne-Huguette de la Coste, sa nièce, épouse du marquis Jacques de Beaurepaire ; le corps de logis, vraisemblablement construit par les Chaumelis, est abandonné à des fermiers.

Fin du XVIIIe siècle : une fille Beaurepaire épouse Louis Pelletier de Cléry qui, en raison d'une vie dissipée, doit vendre Brandon.

Le château au XIXe siècle

1826 : Louis Victor Elizabeth Pelletier de Clery vend Brandon à Nicolas Tripier, avocat, député à la chambre des représentants puis conseiller à la cour de Paris.

XIXe siècle : par la fille du précédent, Antoine Mala devient propriétaire du château.

Vers 1900 : importants travaux de restauration réalisés par Madame de Jouvencel, veuve du député Ferdinand de Jouvencel et fille d'Antoine Mala.

1922 : à la mort de Mme de Jouvencel, le vicomte Jean Paul Marie Augustin de Masin, son petit-fils, hérite du domaine. Il est également l’arrière-petit-fils de Louis Victor Elizabeth Pelletier de Clery.
 

 

Photographies

{gallery}chateau/chateaux-bourgogne/chateau-de-brandon{/gallery}