Jeanne d'Arc à Provins

Lors de la route du Sacre , où à son retour, des nombreuses villes ont ouvert leurs portes, symboliquement on offre les clefs de la ville au roi. Voir aussi : Tour César à Provins - Provins, Visite, Histoire, Patrimoine

C'est au retour du sacre en la Cathédrale de Reims que Charles VII, Jeanne d'Arc passent par Provins, route qui devait être prévue depuis longtemps puisque René le Duc de Bar quitte Metz le 20 juillet  pour rejoindre l'armée royale le 3 août à Provins, il restera jusqu'à la mi-septembre après la campagne de Paris. 

Provins se soumet au roi Charles VII assez rapidement semble t'il, peut-être aussi parce que Pierre Cauchon avait levé une taxe  afin de forcer Mouzon et Beaumont-en-Argonne qui tenaient pour le parti français, Beaumont-en-Argonne est alors défendu par Guillaume de Flavy, seigneur du Château de Nesles  et qui défendra notamment Compiègne lors du siège où fut capturée Jeanne. xii

Jeanne va rester du 2 août au 5 août à Provins selon Perceval de Cagny.

" Le mardy II ° jour dudit mois d'aoust, vint à giste en la ville de Provins et y fut receu le mieulx que faire se pout. Et y séjourna jusques au vendredi V ° jour ensuivant. Le dimenche VII ° jour, le roy fut à disner, souper et giste en la ville de Coulommiers en brie."

Pour Jeanne la ville de Provins n'est probablement pas inconnue dans le sens qu'elle venait souvent priée à la Chapelle Notre-Dame de Bermont, à Domremy, qui était alors dédiée à Saint Thiébaut qui est né à Provins,  vers 1030, au sein d'une famille alliée aux comtes de Champagne, il est canonisé en 1073 et son culte est très présent en France. A une époque où la religion est quasi vitale ,surtout pour Jeanne, difficile de penser qu'elle n'est pas fait le rapprochement.

Dans l'extrait des comptes de Hémon Raguier, on trouve qu'il a été payé pendant la campagne du sacre à M. de Rosiers, de Provins, 30 liv. tourn. pour deux chevaux, on ne sait pas à qui ils furent attribués, peut-être au roi ou Jeanne, ou un autre personnage important.

 

Fortifications de Provins

Provins, sur la photo on voit les fortifications lors de la venue de Jeanne d'Arc

 

23 juillet : L’armée royale stationne à Soissons et y reste pendant deux à trois jours.

Le mardi 26 ou le mercredi 27 juillet : l'armée est parvenue au bourg de Coincy, en Tardenois, au-delà de la profonde coupure de la vallée de l'Ourcq, à une étape, — à sept lieues, — de distance de Soissons. [i]

Le vendredi 29 juillet : l'armée, à trois lieues au-delà de Coincy ( en Tardenois ) vers le sud, est « tout le jour » sous les murs de Château-Thierry, qui, le soir, « au vespre », ouvre enfin décidément ses portes.[ii]

Lundi 1er août, l’armée royale quitte le château de Château-Thierry[iii] [iv] La ville de Compiègne envoie une mission au roi pour négocier l'offre de leur ville, mais lorsqu’ils arrivent à Château-Thierry, Charles VII est déjà parti avec l’armée. [v] L’armée royale campe à Montmirail le soir même.

Mardi 2 août, elle atteint Provins.[vi] Ils vont rester dans les alentours jusqu’au 5 août selon Perceval de Cagny. C’est probablement dans cette période qu’une trêve est convenue avec le duc de Bourgogne.

Le mercredi 3 août, la ville de Reims, manifeste son inquiétude et envoi une missive au roi. « On a entendu qu'il veut délaisser son chemin à Paris et aussi sa poursuite ( contre les troupes anglaises ), qui pourrait être la destruction du pays. » [vii] On peut comprendre l’inquiétude des villes qui ont offert le "gîte et couvert" aux troupes du roi, sachant que maintenant elles étaient à la merci de représailles des troupes anglaises ; Il est fort probable que ce n’était pas  prévu initialement et que ce retour en vallée de Loire fut une mauvaise surprise. Cette missive va encourager Jeanne d'Arc à y répondre quelques jours plus tard.

Toujours est-il que le duc de Bedford a surement pensé poursuivre les troupes de Charles VII, afin de livrer bataille. Puisque le 4 août il sort de Paris remontant la Seine par Corbeil et Melun, à la rencontre des forces françaises, qu'il sait en Brie.

Le 4 août, Reims avertit anxieusement Châlons et Laon que « on a entendu que le Roy veut prendre son chemin à Orléans et Bourges, en éloignant et délaissant sa poursuite » et qu'on lui a envoyé un message pour le supplier de ne pas abandonner ses nouvelles conquêtes. [viii]

Toujours le 4 août 1429, les troupes se positionnent au Château de Nangis ( appelé alors La Motte Nangis ou la Mothe de Nangis ) en vue d’un affrontement éventuel avec le Duc de Bedford, régent du royaume de France au profit du roi d’Angleterre.

Le vendredi 5 août Jeanne d’Arc envoie une lettre aux habitants de Reims, mentionnant la trêve de quinze jours tout en estimant qu’elle ne la souhaitait pas et qu’elle ne l’accepte qu’au bon vouloir du roi. Lettre envoyée dans un « logis au champ ou chemin de Paris » sans indiquer réellement sa position, peut-être aussi pour des raisons de sécurité au cas où le message serait intercepté. On peut penser que cette lettre fut envoyée dans les champs de Nangis, vu que l’armée était positionnée afin de livrer bataille[ix].

En définitive, l’armée anglaise ne vint pas, probablement parce que les anglais ont estimé que le terrain ne leur était pas favorable.

Le 5 ou 6 août l’armée du roi de France aurait donc dû prendre la direction de la ville de Bray-sur-Seine, où il y a « bon pont », au-dessus de Montereau, à quatre lieues au sud de Provins, qui avait fait soumission et promis le passage. [x]

Mais dans la nuit du 5 août au 6 août, le pont fortifié est pris par surprise par les Anglo-Bourguignons. Les soldats du roi de France qui tentèrent de passer au matin « furent tués ou détroussés ».[xi]

Ce coup du sort, ou coup de maître du duc de Bedford, oblige Charles VII à rebrousser chemin et de revenir sur Château-Thierry afin de prendre la direction de Crépy-en-Valois. Le jeux du chat de la souris entre le duc de Bedford et Charles VII, ne fait que commencer et va  prendre fin , en partie, à la bataille de Montépilloy.

 

source principale :  notes d'érudition de Germain Lefèvre-Pontalis, parues dans "Chronique d'Antonio Morosini", t.III (1898), p.66 et suivantes, accompagnées de la traduction de Léon Dorez, trouvé sur le sitehttp://www.stejeannedarc.net 

[i] Lettre de Charles VII portant nomination de Saintrailles à la charge de grand écuyer de France, en date de Coincy, le 27 juillet 1429, dans P. Anselme, Hist. généal., t. VII, p. 92, t. VIII, p. 488

[ii] Cagny, 29 juillet, Procès, t. IV, p. 20; cf. Monstrelet, l. II, ch. lxiv, t. IV, p. 340.

[iii] Perceval de Cagny, 1er août, Procès, t. IV, p. 20 ; Lettres de Charles VII au bailli de Chaumont accordant exemption d'impôts au village de Domremy, en date de Château-Thierry, 31 juillet 1429, dans Jollois, Hist. de Jeanne d'Arc, Pièces just., B, p. 138, cf. Procès, t. V, p. 138-139.

[iv] Perceval de Cagny, 1er août, Procès, t. IV, p. 20.

[v] De l'Epinois, Arch. commun, de Compiègne, p. 483.

[vi] Perceval de Cagny, 2 août, Procès, t. IV, p. 21,

[vii] Henri Jadart, Jeanne d'Arc à Reims, Pièces just., n° 19, p. 118; Varin, Archives législatives de la ville de Reims, Statuts, t. I [annot. du doc. n° XXI], p. 741.

[viii] Henri Jadart, loc. cit.; Varin, Ibid., p. 742.

[ix] Chartier, ch. L, t. I, p. 98-99; Journal du siège, entre 17 juillet et 31 août; Chron. de la Pucelle, ch. LIX, p. 324-325.

[x] Chartier, Journal du siège, Chron. de la Pucelle, loc. cit.

[xi] Renée Grisel, Présence de Jeanne d’Arc, page 148.

xii PAYSANNE ET L'INSPIRÉE D'APRÈS SES AVEUX LES TÉMOINS OCULAIRES ET LA LIBRE PENSÉE PAR Jean-Baptiste-Joseph AYROLES