Village Châtenois

 

Village de Châtenois
Village de Châtenois

 

Châtenois est un village Alsacien, sur la route des Vins, situé dans l’actuel département du Bas-Rhin sur le versant du Hahnenberg, à proximité du château de Kintzheim et du fameux Haut-Koenigsbourg. On peut y voir l'église Saint-Georges, la tour des Sorcières et les restes de ses remparts médiévaux

 

Historique
source : source sur place, documentation diverses,

 

Si le nom de Châtenois apparait dans les textes en 912, son existence est nettement plus ancienne, attestée par la découverte du stèle Gallo-Romaine du IVe siècle. Le village sera occupé ensuite par les Alamans puis les Francs comme le prouve le cimetière Mérovingien découvert à une centaine de mètre du château.

Le village se situait à quelques mètres de la voie romaine Altenweg qui longeait les pieds des Vosges.

912, le 3 février, Châtenois est mentionné la première fois par le séjour de Charles le Simple en venant de Rouffach. Il y confirme les privilèges de l'abbaye d'Andlau.

Il est possible que les terres entourant Châtenois, mais aussi le Val de Villé, La Vancelle ou Scherwiller, aient fait partie des biens de la famille des Etichonides ou des Eguisheim. La rivière du Giessen formait alors la frontière.

Aux alentours de l'an 1000, le domaine se trouvant à gauche appartenait à Werner d'Ortenberg, cousin probable de Hugues III d'Eguisheim. Le propriétaire de la rive droite, comprenant le château du Frankenbourg (Altenberg) et peut-être Châtenois, n'est pas attesté. On sait qu'à l'époque, sous Gérard d'Alsace (duc de Lorraine de 1048 à 1070) et ses successeurs qui descendent des Etichonides, des droits sur les marchandises transitant par le val de Lièpvre étaient perçus à la sortie du village de Lièpvre. Les Etichonides possédaient aussi des terres au Petit-Rombach à Sainte-Croix-aux-Mines. Hugues III comte de la Haute Alsace et de Tours et son frère Leuthard cédèrent ces terres à Ermengarde, la propre fille de Hugues qui se maria en 821 avec Lothaire Ier. Les Etichonides, par le mariage de la fille de Hugues III qui avait reçu le sobriquet de « Peureux », s'allièrent à la famille carolingienne.[1]

XIe siècle, l’église mère du Comté-Ban se trouve probablement à Châtenois sur le même emplacement de l’église Saint-Georges mais orientée différemment. Il reste les fondements du clocher qui fut peut-être construit sur une ancienne tour de guet de l’empire Romain ( ou réemploi de matériaux Romains ).[2]

Gérard de Roussillon s'était marié à une autre fille de Hugues III, appelée Berthe, et devint ainsi le propre beau-frère de Lothaire Ier. Il est envisageable que la plupart des legs lorrains en Alsace proviennent de la famille des Etichons.

Entre 1134 et 1138, les nobles de Wolchholdesheim-Volksheim, Regenhardus et Fredericus de Casteneto construisent un château à Châtenois. Ce château n’existe plus mais il servira de point central pour la construction de l’ensemble actuel.

XIIIe siècle, le village tombe entre les mains de l'évêque de Strasbourg qui donne en fief le château de Châtenois en 1297 aux Echéry. Ce château échoit en fait à Heinrich Waffler Von Eckerich, une branche directe des Echéry qui possède aussi le Val de Lièpvre et le village de La Vancelle. Il possède aussi un moulin à Châtenois. Cette importante famille, riche et prospère grâce aux mines découvertes dans la région de Sainte-Marie-aux-Mines, possède un château fort au Petit-Rombach, le château d'Échéry (Sainte-Croix-aux-Mines) d'où il peut surveiller tous les passages des troupes ennemies venant d'Alsace ou de Lorraine. À la mort du dernier des Echery en 1381, le château de Châtenois retourne à l'évêque de Strasbourg. Le château fort du Petit-Rombach est partagé entre le duc de Lorraine et les Ribeaupierre.[3]

1298, le village fut brûlé par les habitants de Sélestat parce que les Castinétains avaient détourné la rivière, en l’occurrence le Muhlbach.[4] On a en cette période la première mention écrite de la fortification. Elle était composée d’une double enceinte, dont une en terre, (  le plus grand cimetière fortifié d’Alsace ) qui englobait l’enceinte du château qui comprenait pour cette dernière : l’église castrale, le cimetière, la maison Amthaus ( baillage ), puits, deux maisons fortes et un le presbytère et probablement jusqu’à 20 maisons.[5]

1306, l'évêque de Strasbourg y fait installer un atelier de monnaie et une chapelle. Le village possède déjà son rempart ce qui lui confère le titre de ville

1329, une tuilerie est mentionnée, elle fonctionnera jusqu’au XIXe siècle, elle donnera le nom de la rue actuelle la Kacksgasse.

1410, l'évêque de Strasbourg Guillaume de Diest vend à Burcard de la Petite-Pierre, grand prévôt du Grand Chapitre, le village, le château et le cimetière de Châtenois et tout ce qui en dépend.

1432, construction de la tour dite des « Sorcières ». En réalité elle a récupérée le nom d’une tour qui fut utilisée pour incarcérer des personnes accusées de sorcellerie ( 7 exécutions entre 1619 et 1629 ), mais qui fut détruite au début du XXe siècle.

1445, les Armagnacs, en réalité les partisans du Roi de France, occupent la ville du 3 octobre 1444 au 1er janvier 1445. Le château est pillé et incendié, ainsi que le village.

1462, la ville de Sélestat devient propriétaire de la ville.

1471, Jean d'Uttenheim et Klaus Bock prennent possession de Châtenois.

1473, Châtenois a cette fois-ci plus de chance, 1473, les troupes de Charles le Téméraire, Duc de Bourgogne, font des incursions passagères à Châtenois, mais seul le quartier du château y est endommagé. Le château est sauvé du pillage total grâce à Pierre Hagenbach, chevalier au service des Bourguignons mais originaire d’Alsace.

1481, le Grand Chapitre de Strasbourg achète le village et le garde jusqu’à la Révolution Française.

1525, guerre des Rustauds, en réalité un soulèvement paysan principalement face au duc de Lorraine. Elle se terminera soit par le massacre de plusieurs milliers de paysans, soit par le paiement d’une rançon pour les plus « chanceux » …

Eglise Saint-Georges

1546, un différend sur le paiement d’une taxe sur les vendanges non payées par les Sélestadiens dans la commune de Châtenois, oblige ces derniers à leur interdire l’accès. Les habitants de Sélestat font pression et menace de prendre les armes. Un accord est finalement conclu.

1547, mention d’une station balnéaire à Châtenois.[6] Il est possible que les eaux thermales soient découvertes sous l’occupation romaine.

1632, pendant la guerre, dite de Trente Ans (1618-1648).  Les Suédois envahissent l’Alsace. Châtenois est pillé, brulé et fortement dégradé plusieurs fois. Les habitants subiront les outrages des Suédois et plusieurs périront, parfois en représailles, malgré le serment d’allégeance à la couronne Suédoise.

1649, selon un recensement de la population il ne reste plus que 260 habitants, soit la perte de 80 % de sa population, tandis que le village et le château ont disparus sur une proportion de 70%.

1879, un quart des habitations brûlent dans un incendie.

Le 9 août 1911, un nouvel incendie se propagea dans le quartier appelé Nid de cigognes (Storckennest) , où les maisons étaient très proches. Vingt-Neuf maison, dont une vieille maison du XIVe siècle qu'on appelait le temple païen, brûlent entièrement.

1927, la tour dite des Sorcières, située à côté de l’église, est détruite. L’actuelle tour porte a repris le nom de tour des Sorcières.

1932, L'édifice fait l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques.

 

Les différents noms de Châtenois :

Bas-Latin Castanetum « bois de châtaigniers, châtaigneraie » . Le village d’abord connu sous un nom latin, probablement d’origine Celtes, va se modifier selon les époques en un nom d’origine Germanique traduit littéralement du latin, puis prendre en 1807 le nom de Châtenois qui est lui-même traduit de l’Allemand après l’annexion d’une grande partie de l’Alsace dans le royaume de France sous Louis XIV.

1112, Puis Villa Castineto

1138, Castineto

1177, Castiney

1189, Kestenhoulz

1232, Kestenholz

1241, Scheckteney

1444, Questenesholz

1599, Köstenhol

1502, dans le livre Declaratio ad mitigandum adversarium écrit par Wimpheling, Châtenois est cité sous son le nom de Kestenholtz.

Mathäus Merian dans son ouvrage « Topographia Germaniae », ainsi que dans les actes paroissiaux de la commune à partir de 1685.

1807, le village est connu sous sa forme actuelle, Châtenois, la traduction de son nom allemand et dialectal.

1871, après la guerre et l’annexion de l’Alsace à l’Allemagne, son nom redevient Kestenholz jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale.

 

[1] Wikipédia

[2] Fiche explicative dans l’église Saint-Georges.

[3] Wikipédia

[4] Site officiel de la mairie de Châtenois

[5] Notice historique fourni dans un dépliant au village, réalisé par le Groupe Patrimoine et Histoire de Châtenois.

[6] Les eaux et les bains de châtenois à travers les âges du Dr Maurice Kubler.

Photographies