Château Musée du Grand-Pressigny

 

Le Château du Grand-Pressigny : musée de la Préhistoire

 

 

Le château du Grand-Pressigny est situé sur l’éperon rocheux qui surplombe le village du même nom. Village situé sur les bords de la Claise, en Indre et Loire, dans l’actuelle région Centre-Val-de-Loire.

Une partie des bâtiments furent au XIXe siècle utilisée par la gendarmerie nationale. Jusqu’en 1867, date à laquelle les silex trouvés dans les champs alentours sont reconnus scientifiquement comme des outils, le domaine n’était pas encore un sanctuaire et musée sur les outils de la préhistoire.

Le donjon et ses bâtiments furent achetés pour la somme de 300 frs au XIXe siècle par la commune afin de préserver l’ensemble. Ce qui n’empêchera pas qu’une partie du donjon s’écroule en 1988, sans raison apparente (?).

Si le donjon est du XIIe siècle, ainsi qu’une partie de ses éléments de défenses, l’ensemble des bâtiments sont plutôt du XVIIe. [i]

Le musée est par contre abrité principalement dans des bâtiments modernes ( XXe ) à l’intérieur de l’enceinte médiévale.

 

Historique
source : source sur place, documentation diverses,

 

La première mention de Pressigny dans les textes date du vie siècle et figure dans la Vita sancti Nicetii de Grégoire de Tours. Le vicus Presciniacensis fait alors partie de la vicairie d'Abilly.

Le premier possesseur connu de Pressigny est le chapitre de chanoines de Saint-Martin de Tours dont attestent plusieurs actes impériaux et royaux en 774, 862 et 930 qui indiquent également que la propriété regroupe une chapelle, un domaine seigneurial et de nombreuses dépendances.

1190, Guillaume Ier, est le premier seigneur connu de Pressigny, il décède vers 1205. Il serait le fondateur du chapitre du Grand-Pressigny, sans preuve formelle.

 

 

XIIIe

1205, Guillaume II, seigneur de Pressigny et également de Sainte-Maure confirme les exemptions, d’un autre Guillaume de Sainte-Maure ( probablement Guillaume Ier )  , qui avaient été accordées à l’abbaye de Merci-Dieu. Il est également désigné dans un titre relatif à La Chartreuse du Liget, près de Loches : Guillelmus de Preciniaco, dominus Sanctae-Mauroe. Il épouse une certaine Avoye, dame de Sainte-Maure. Ils auront Guillaume III, Josbert et Hugues qui deviendra chanoine de Tours et prieur de Loches, Garsie, Arembuge qui deviendra la femme de Renaud de Sublaines, Pétronille et Domite.

1218, Guillaume III, seigneur de Pressigny et de Sainte-Maure, il est également chevalier-banneret. 7 octobre,  Il fait un don à l’Abbaye de Beaugerais. Il meurt en 1223 sans enfant, c’est donc frère cadet, Josbert, qui devient seigneur.

1223, dans des courriers, il maintient le monastère de Sainte-Croix de Poitiers dans la possession de certains droits sur les hommes de Saint-Romain et de Villèche. Toujours en 1223, il accorde le franc-passage sur ses terres aux moines de Beaugerais. Il est cité en 1226, 1228, 1229, 1235 et une dernière fois en 1245.

Il fut marié à Agnès, fille de Bouchard V, comte de Vendôme et ils eurent 2 enfants : Josbert, chancelier de l’église Saint-Martin de Tours, qui fit l’exécution testamentaires d’Eschivard III, Baron de Preuilly.

Guillaume IV lui succède, ce dernier est seigneur de Pressigny, Sainte-Maure, Marsillac, Nouastre, Chissay, la Crois en Bléré et d’autres. En 1269, il participe à un procès contre Hugues Larchevêque de Parthenay, sans qu’on en connaisse le motif. Il épousa Jeanne de Rançon dont ils auront Guillaume V, Pierre seigneur du château de Montgoger qui fondra également une chapelle dans l’église de Saint-Epain vers 1300, Jeanne qui deviendra la femme de Pierre Charbonnel et enfin Isabeau qui épousa Philippe de Prie, seigneur de Buzançais. Il meurt en 1271. Il semble qu’il participa avec Louis IX en 1248 à une des croisades du roi.[ii]

Renaud de Pressigny suivit Saint-Louis en 1270 à Tunis, il est cité par Joinville comme faisant partie des chevaliers de l’Hostel du Roy »

Guillaume V, est cité dans des titres de 1271 et 1274. Il meurt avant 1300, puisque Isabeau, sa seule fille, hérite de ses biens. Elle épouse Amaury de Craon III en 1301. Il est le dernier seigneur de la famille de Pressigny.

XIVe

Amaury de Craon III est seigneur de Craon, Sablé, Briolé, et sénéchal héréditaire de la Touraine, de l’Anjou et du Maine et devient également donc par alliance propriétaire de Pressigny. Ils auront sept enfants :

Maurice de Craon VII, seigneur de Craon et de Sablé, Guillaume de Craon I, seigneur de Pressigny.

Amaury de Craon épouse Béatrix de Roucy, dame de la Suze, ils auront : Simon ( mort le 26 janvier 1330 ), Amaury qui deviendra seigneur de Chantocé, Béatrix future femme de Eon de Lohéac ( morte le 26 septembre 1356 ), Isabeau et Marguerite.

Guillaume de Craon I, dit le Grand, fut également seigneur de Pressigny, de Sainte-Maure, de la Ferté-Bernard et d’autres. Il se maria avec Marguerite de Flandre, qui est vicomtesse de Châteaudun. Ils auront Guillaume II, qui hérite de Préssigny, Pierre qui deviendra seigneur de sablé et de la ferté-Bernard, Guy seigneur de Sainte-Julitte, près de Saint-Flovier, puis viens Jean, seigneur du château de Montsoreau, Nouastre, Dommart, Marie future femme de Marc Anton puis d’Hervé Mauny, Béatrix mariée à Renaud de Maulévrier et enfin Jeanne qui deviendra la femme de Pierre de Tournemine, seigneur de la Hunaudaye.

Guillaume de Craon II, qui prend les titres de son père, dont Verneuil, Montbazon, Montsoreau, Savonnières, Ferrière Larçon, Montcontour, il deviendra chambellan du roi et épouse Jeanne de Montbazon, qui était la fille de Renaud de Montbazon et d’Eustache d’Anthenaise. Ils auront : Jean, grand échanson de France et seigneur de Montbazon, mort en 1415. Guillaume de Craon III, Marguerite, dame de Marcillard, qui se marié à Guy de la Rochefoucaud, Marie dame de Pressigny, Isabelle femme de Guillaume Odard, seigneur de Verrières, Louise, mariée en 1404 à Miles de Hanget, dit Rabache.

1392, Guillaume de Craon II, rend hommage au roi de France le 6 septembre.

1396, Maurine Mauvinet, chevalier et bailli de Chartres, se marie le 4 avril avec Marie de Craon. De ce mariage il devient baron du Grand-Pressigny, seigneur de Verneuil. Il décède et Marie de Craon se marie avec Louis Chabot.

 

XVe

Se succède la famille Chabot dans le titre de seigneurs de Pressigny :

Louis Chabot I, chevalier, seigneur de la Grève, Vouvent, Marnes, Vaujours, Colombiers, Montcontour,la Contannière. Ils auront quatre enfants : Thibaud IX, Renaud baron de Jarnac, Jean, Anne morte sans alliance. Il meurt en 1422.

Puis vint Thibaut Chabot IX, il eut pour tuteur Jean l’Orson, prieur d’Angles aux Chanoines. Le 17 mars 1422, il rend hommage au roi de France pour sa terre de Pressigny.

Le 21 janvier, il épouse Brunissente d’Argenton, fille ainée de Guillaume d’Argention et de Jeanne de Naillac : Louis II, Catherine qui se maria avec Charles de Châtillon, Jeanne qui se marie avec Jean de Chambes, seigneur de  Montsoreau le 17 mars 1445. Thibaud Chabot IX meurt à la bataille dite de la « journée des Harengs », tout comme : Jean Stuart de Derneley, comte de Derneley et d'Évreux, connétable d'Écosse, seigneur d' Aubigny-sur-Nère et de Concressault, Guillaume Stuart, frère du précédent, Guillaume d'Albret, fils de Charles Ier d'Albret, Verduzan, Châteaubrun et Jean de Rochechouart.

Louis II Chabot, seigneur du grand pressigny , d’Argenton, de la Grève, la Carrée, Villantroys, Rigaudeau, Bougé, Verneuil, la Motte-Couppereau, Ferrières Larçon, conseiller et chambellan du roi Louis XI, chevalier de l’ordre de Camail. Il commanda le Ban et l’arrière-Ban du Poiton en 1472 et 1475, Il meurt en 1488.

Il se marie à deux reprises, en premier avec Jeanne de Courcillon de Montbon, puis avec Hesseline Chapperon.

Bertrand de Beauveau, chevalier, rachète la baronnie de Pressigny. Il est également baron de Briançon, bailli-gouverneur de Touraine et chevalier de l’ordre du Roi. Il se maria à quatre reprises ; Ide du Châtelet, puis Jeanne de la Tour-Landry, François de Brezé-Maulévrier le 2 février 1437 puis Blanche de Sicile le 20 novembre 1467.

Antoine de Beauveau lui succède, il se marie avec Jeanne de Fougières.

Louis de Beauveau, chevalier, baron de Pressigny et seigneur de Ferrières Larçon, fait hommage au roi le 11 juin 1489. Il est obligé après un long procès de donner la terre de Pressigny à Charles de Beauveau vers 1500.

 

XVIe

Charles de Beauveau meurt en 1508 et sa fille Jeanne qui épousa Edmond de Prie donna en dot la seigneurie de Pressigny.

Edmont de Prie, baron de Pressigny et de Buzençais, eut avec Jeanne de Beauvau deux enfants : Gabriel qui suit et René.

Garbriel de Prie fut seigneur de Pressigny, il meurt à la bataille de Pavie en 1524. Mais il avait déjà quelques temps avant vendu ses terres à René de Savoie, comte de Villars.

René de Savoie, est aussi comte de Villards, Tende, Sommerive et de Beaufort en Anjou, baron du Grabd-Pressigny, seigneur de Ferrières-Larçon, Gondrans, Aspremont, Saint-Julien.

Puis vient Honorat de Savoie, il est gouverneur également du Château de Loches. Il aura une fille , Henriette de Savoie, elle se fiancie en 1555 avec Jean IX de Créquy, prince de Poix, puis avec Melchior des Prez, seigneur de Montpezat puis en dernière noce elle se à Charles de Lorraine, duc de Mayenne le 23 juillet 1376.

 

XVIIe

Charles de Lorraine, il aura plusieurs enfants dont : Henri, mort au siège de Montaubon en 1621, Charles-Emmanuel, comte de Sommerive, mort en 1609 à Naples, Catherine, mariée à 1599 à Charles de Gonzague, duc de Nevers, Renée, alliée en 1613 avec Mario Sforce, duc d’Ognano et morte à Rome le 23 septembre 1638.  Il fut duc de Mayenne, pair, amiral et grand chambellan de France, gouverneur de Bourgogne, seigneur de Ferrières-Larçon, du chef de sa femme, Henriette de Savoie. II mourut à Soissons le 3 octobre 1611

Philibert-Emmanuel des Prez de Montpezat, dit de Savoie, marquis de Villars, baron du Grand-Pressigny et seigneur de Ferrières-Larcon, fils de Melchior des Prez et de Henriette de Savoie, devint propriétaire de la châtellenie de Ferrières-Larcon, par héritage de sa mère. Il mourut le 5 septembre 1621, par suite des blessures qu'il avait reçues au siège de Montauban et fut inhumé dans l'église du GrandPressigny. Il n'eut pas d'enfants de son mariage avec Éléonore de Thomassin, fille de René de Thomassin seigneur de Monlmartin. Celle-ci donna tous ses biens à Emmanuel d'Averton, son neveu.

Emmanuel d'Averton, chev., baron du Grand-Pressigny, seigneur de Ferrières-Larçon et de la Borde, vendit ces domaines à Pierre Brulart, vers 1624.

Pierre Brulart, marquis de Sillery, vicomte de Puisieux, baron du Grand-Pressigny et seigneur de Ferrières-Larçon, secrétaire d'État, ambassadeur en Espagne et commandeur des ordres du roi, épousa, en premières noces, en 1606, Madeleine de Neufville-Villeroy qui mourut sans enfants le 24 novembre 1613; et, en secondes noces, le 11 janvier 1615, Charlotte d'Étampes do Valençay. De èe second mariage naquirent 1° Louis-Roger, qui suit; 2° NicolasFrançois, chanoine de Tours et abbé de Lespau, du Jars et do Saint-Basle; 3° Claude-Charles, chevalier de Malle (1640); 4° Adam-Léonor, abbé de Marines, décédé en 1699; 5" Charlotte, mariée, par contrat du 15 mai 1640, à François d'Étampes, marquis de Mauny; 6° Marie-Éléonore, abbesso d'Avenai, décédée le 3 février 1667; 7° Françoise, religieuse. – Pierre Brulart mourut le 22 avril 1640, âgé de cinquante-sept ans. Sa seconde femme, Charlotte d'Étampes, décéda le 8 septembre 1677.

Louis-Roger Brulart, marquis de Sillery ot do Puisieux, baron du Grand-Pressigny et seigneur de Ferrières-Larçon, mestre de camp d'infanterie, gouverneur de Damvilliers, épousa, en mai 1638, Catherine de la Rochefoucaud, dont il eut: 1° Charles-Roger, marquis de Sillery, décédé le 28 mars 1719; 2'Louis, chevalier de Malte, mort le 17 juillet 1664; 3° Charles-Henri, seigneur de Briançon, tué au combat de Saint-Gothard, en Hongrie, le 1" août 1664; A" Achille, né au Grand-Pressigny le 24 juillet 1655, chevalier de Malte, mort le 3 juillet IG74; 5° Fabio, évêque de Soissons, né au Grand-Pressigny le 25 octobre 1655, mort le 20 novembre 1714; 6° Carloman Philogône, colonel d'infanterie, né au Grand-Pressigny le 27 novembre 1656, décédé le 27 novembre 1727 7° Marie-Catherine, qui épousa, le 23 novembre 1664, Jean-Baptiste de Rochefort d'Ailly; 8° Jeanne-Andrée-Charlotte, femme de Gabriel de Langan, marquis de Bois-Fevrier, décodéo le 21 octobre 1710; 9° Gabriel-Françoise, mariée à Louis de Thibergcau, marquis de la Mothe, morte le 27 juin 1732; 10° Marie-Françoise, femme de François-Hyacinthe de Gontliery, marquis de Cavaglia, décédée le 31 janvier 1707. Louis-Roger Brulart vendit les terres de Ferrières-Larçon et du Grand-Pressigny à Macé Bertrand, par acte du 21 juillet 1661.

Macé Bertrand, trésorier de l'épargne du roi, baron du Grand-Pressigny, seigneur de Ferrières-Larçon, de la Rabinière, Vouvant, Mervant, Mouilleron, etc., épousa Marguerite de Verthamont, veuve de Daniel Voisin, et en eut un fils unique, Macé II.

Macé Bertrand, deuxième du nom, seigneur des mêmes terres, trésorier de l'épargne du roi et grand-prévôt de ses ordres, eut cinq enfants de son mariage, contracté, le 2 mai 1644, avec Françoise de Barbezières, fille de Geoffroy do Barbezières et de Louise de Marans. Il eut six enfants 1° Louis, qui suit; 2° Alexis, capitaine de chevaux légers décédé le 23 décembre 1681; 3° Claude, seigneur de Courcelles; 4° N., prêtre; 5° Madeleine, mariée, le 8 mars 1660, à Antoine-Jean de Mesmes, comte d'Avaux; G" Marie-Anne, femme de Claude-Dreux de Nancré. Macé Bertrand fut tué dans le parc d'Étableaux, le 14 novembre 1672, par Mathurin Haran, dit la Prado. Le P. Anselme a commis une erreur en fixant sa mort au 3 novembre 1688.

Louis Bertrand, baron du Grand Pressigny et seigneur de Ferrières-Larçon, mestre de camp de cavalerie, mourut le 22 décembre 1686, sans avoir été marié. Lors du partage de la succession, la terre de Ferrières échut à sa sœur, Marie-Anne, femme de Claude Dreux de Nancré. XXVIII. Claude Dreux de Nancré, marquis de Nancré et de la Flocelliôre, seigneur de Ferrière-Larçon, conseiller d'État, lieutenant-général des armées du roi, gouverneur d'Arras, du Quesnoy et d'Ath, épousa, en premières noces, le 6 octobre 1658, Aimée-Thérèse de Montgommery; et, en secondes noces, le 20 septembre 1683, Marie-Anne Bertrand. Il n'eut pas d'enfanls de ce second meri™«. Da premier lit snnt issns 1°Louis-Jacques-Edme-Théodore, marquis de Nancré, décédé sans alliance le 7 juillet 1719; 2° Claude-Antoine, lieutenant-colonel d'infanterie, mort le 6 octobre 1710; 3° Jacques-Joseph,comte de Nancré; 4° Claude-Aimé, décédé le 12 septembre 1729; 5° Aimée-Thérèse, dame de Villers-Canivet. Claude Dreux de Nancré mourut en 1689.

XVIIIe

N. Masson, fermier général, ancien receveur général des finances de la généralité d'Amiens, acheta les terres de Ferrières-Larçon, du Grand-Pressigny et autres, des héritiers de Marie-Anne Bertrand, veuve de Claude Dreux de Nancré. Il eut plusieurs enfants, entre autres, Étienne-Pierre.

Étienne-Pierre Masson de Maisonrouge, baron du Grand-Pressigny, seigneur de Ferrières-Larçon, receveur général des finances de la généralité d'Amiens, fit de grandes réparations au château du Grand-Pressigny en 1742. Vers 1753, ses biens furent saisis et mis aux enchères publiques. Les terres du Grand-Pressigny et de Ferrières-Larçon furent adjugées à Pierre Paul Gilbert de Voisins.

Pierre-Paul Gilbert de Voisins, baron du Grand-Pressigny, seigneur de Ferrières-Larçon, Étableaux, Bessé, Médan, etc., président de la grande chambre du Parlement de Paris, conseiller d'État, était fils de Pierre Gilbert, seigneur de Voisins, président du Grand-Conseil, el de Anne-Louise de Fieubel. Par contrat du 4 février 1739, il épousa Marie-Marthe de Cotte, fille de Jules-Robert de Cotte, seigneur de Reveillon, intendant des bâtiments du roi, et de Suzanne de Launay. De ce mariage sont issus 1° Pierre Paul, qui suit; 2° Marie-Louise, décédée en 1746; 3* Marie-Suzanne, décédée en 1748. Pierre Paul Gilbert de Voisins mourut à Soissons le 15 mai 1754.

Pierre-Paul Gilbert de Voisins, deuxième du nom, marquis de Vilennes, baron du Grand-Pressigny et seigneur de Ferrières-Larçon, président à mortier au Parlement do Paris, comparut, par fondé de pouvoir, en 1789, à l'assemblée électorale de la noblesse de Touraine. Par contrat du 27 juin 1708, il épousa Anne-Marie de Merle de Beauchamps fille Charles-Louis de Merle de Beauchamps, brigadier de cavalerie, et d'Anne-Marie Peirene de Moras. De ce mariage est issu Pierre-Paul-Alexandre, né le 23 avril 1773. [iii]

Gilbert de Voisins, fut le dernier baron du Grand-Pressigny.

 

 

Photographies

Warning: No images in specified directory. Please check the directoy!

Debug: specified directory - https://montjoye.net/images/Centre-Val-de-Loire/indre-et-loire-37/pressigny