{gallery /}

Remparts et Fortifications de la Charité sur Loire
 

 

Tour Perrinet Gressart et sa courtine.

Les premières fortifications connues datent du XIe siècle, mais c'est surtout au XIIe et XIVe siècle en pleine guerre de Cent-Ans qu'elles vont prendre une certaine importance. Le prieuré avait également sa propre enceinte de défense qui fut intégrée au XIIe siècle dans l'enceinte de la ville. La ville connue plusieurs sièges, dont notamment celui de Charles V en 1365 et celle de Jeanne d'Arc en 1429 en particuliers. Elle subit les affres des Guerres de Religions et l'abandon progressif des remparts au profit des habitations au XIXe siècle. En 2015 a débuté une importante campagne de restauration initiée par la ville dans le but de réouvrir l'intégralité, ou presque, des remparts à la visite.

 

Historique
  source : source sur place, documentation diverses, Histoire et Dictionnaire de Jeanne d'Arc,  Histoire pour Tous



700, le petit village se nomme Seyr. Lioup y fonde une église dédiée à la Vierge ainsi qu'un monastère.

743 et 771, la ville est ravagée à deux reprises par les Gascons.

1081, Philippe-Auguste autorise la création d'une première enceinte entourant la ville, le monastère ayant sa propre enceinte.

XIe, édification de l'église Notre-Dame sous les remparts. Elle est la deuxième plus grande église de l'ordre de Cluny.

1107, le pape Pascal II consacre l'église Notre-Dame. Elle comptera jusqu'à 400 dépendances dans le monde chrétien. De cette époque il reste le chœur et l'abside du monastère prioral.

1059, l'abbé Hugues de Cluny reçoit par l'évêque d'Auxerre Geoffroy de Champallement les bâtiments d'une église à l'époque ruinée dédiée à la Vierge Marie ainsi que les terres dans le village de Seyr. Il reçoit également l'assentiment du comte de Nevers Guillaume Ier et celui du seigneur donateur de La Marche pour l'édification du prieuré.

1164, l'enceinte est renforcée. Les remparts actuels datent pour une partie de cette époque.

1365, la Charité sur Loire est assiégée par les troupes du roi Charles V de France,  les Bourguignons prennent part au siège avec Philippe le Hardi duc de Bourgogne, épaulé par le connétable Moreau de Fiennes ainsi que des maréchaux Mouton sire de Blainville et Boucicaut. L'armée comportait jusqu'à  20 000 hommes d’armes. Les Navarrais  qui détenaient la ville, alliés des Anglais, doivent capituler. Les fortifications sont en grande parties détruites pour éviter une éventuelle réutilisation.

Fin XIVe, édification des remparts, une grande partie qui subsistent aujourd'hui.  ( source )

1419, Perrinet Gressart pille le prieuré de la Charité-sur-Loire. Il est alors excommunié par le concile de Constance.

1423, il occupe à nouveau la ville de Charité-sur-Loire et cette fois-ci il y reste en l'utilisant comme point d'appuis pour piller les alentours. Il semble qu'il ait entrepris de restaurer l'enceinte médiévale dans laquelle les troupes de Charles II d'Albret et Jeanne d'Arc s'y aventurent à leurs dépends.

Tour de Cuffy



1429, les troupes de Charles VII tentent de prendre la ville avec Charles II d'Albret, Jeanne d'Arc et Louis de Bourbon. Trop peu nombreuses face à une cité fortifiée et habilement protégée par Perrinet Gressart, le siège est levé au bout d'un mois environ. 

1433, la ville revient sous la coupe de Charles VII après la soumission au roi de Perrinet Gressart.

1520, construction du pont en pierre, appelé alors « vieux pont » par le prieur Jean de la Magdeleine de Ragny.

1530, la ville devient un bastion du Protestantisme, elle fera l'objet de toute les attentions par sa position sur la Loire. La ville est alors fortement endommagée.

1559, le prieuré brûle dans un incendie qui ravage quasiment toute la cité, sous Robert de Lenoncourt le prieuré est temporairement réaménagée.

1695, le prieur Colbert relève l'église Notre-Dame mais au lieu d'avoir 10 travées, elle en a plus que 4.

1570, après la bataille d'Arnay-le-Duc du 25 juin,  Gaspard de Coligny, un des chefs protestants, s'installe un temps après sa victoire contre les armées catholiques du maréchal de Cossé.

1570, le 8 août  la signature de la paix de Saint-Germain-en-Laye, signée entre le roi Charles IX et l’amiral Gaspard de Coligny, elle octroie aux protestants quatre places fortes : La Rochelle, Cognac, Montauban et La Charité-sur-Loire.

1576, après le massacre de la Saint-Barthélemy, la ville est en proie à une guerre inter-religieuse au sein même de la ville. La même année la ville est par le frère du roi, le duc d'Anjou.

1577, 19 avril,  Sarra Martinengo, gouverneur de Gien, est tué sous les murs de La Charité-sur-Loire alors qu'il assiégeait les Réformés qui tenaient la ville.

1790, l'activité religieuse dans le prieuré cesse et l'ensemble du domaine est saisi et morcelé en lots privés.

1840, Prosper Mérimée, inspecteur des Monuments Historiques, s’oppose à un projet qui prévoit de faire passer la route royale au milieu de l’église Notre-Dame. Il fait classer l’église « Monument Historique ». Les remparts n'étant pas protégés, ils sont doucement détruits ou intégrés dans les nouvelles habitations.

1937, les fortifications sont classées le 17 novembre.



2015, les remparts bénéficient d'une campagne de restauration. La municipalité souhaiterait ouvrir les remparts au public avant 2020. ( source )

 

Photographies
 

{gallery captions:alwaysOnTop=1}chateau/chateaux-bourgogne/charite-sur-loire{/gallery}