{gallery /} 

 Nogent sur Marne, église, Saint-Saturnin

L'église de Nogent-sur-Marne, consacrée à Saint-Saturnin, possède un clocher du XIIe et diverses modifications jusqu'au XXe siècle. Elle fut constamment agrandit pour faire face aux fidèles de plus en plus nombreux jusqu'au milieu du XXe.Classé monument historique en 1862 ( ou 1909 ), le clocher date du XIIe siècle. De style roman, il est construit primitivement au nord d’un édifice plus tardive du XIIIe sur l'emplacement d'une ancienne chapelle mérovingienne édifiée par Dagobert, elle fut détruite en 861.

 Le clocher du XIe et XIIe siècle a été restauré à diverses reprises, notamment après la seconde guerre mondiale où il fut sévèrement endommagé par la foudre en août 1942. On remarque  sa flèche octogonale en pierre, cantonnée de quatre pyramidaux, éclairée de quatre fenestraux au gâble prenant appui sur de fines colonnettes, aspect dont l'église de Moisenay partage.

Informations
  •  Adresse : Grand Rue Charles de gaulle, 94130 Nogent-sur-Marne
  •  Téléphone :   01 48 73 73 03 ou 01 48 73 92 40
  •  Heures d'ouvertures & Visites  :

  • Ouverte tous les jours toute la journée, chauffée en hiver. Divers concerts ont lieu dans l'église. Visite guidée lors des journées du patrimoine.
  •  Accueil  01 48 73 92 40
    - Lundi – Mercredi : 16h30 à 18h
    - Mardi – Jeudi – Vendredi : 10h à 12h et 16h30 à 19h30
    - Samedi : 10h à 12h
  •    Messes.

 

Historique
  sources : documentation église de Nogent-sur-Marne, Wikipédia, sources diverses

 

Eglise Saint-Saturnin Nogent sur Marne

L’église est orientée vers l’Est, vers Jérusalem. En partant de l’Est de l’église entre les deux premières travées de la nef, une pile monocylindrique reçoit, sur un tailloir octogonal, les grandes arcades et un faisceau de trois colonnettes ; le chapiteau décoré de feuilles plates stylisées.
Profil des ogives : deux boudins séparés par une arrête.
Deux oculus donnant sur les combles des bas-côtés. Il y a une certaine ressemblance architecturale avec Notre-Dame de Paris mais en moins élaboré, donc dans un style moins riche.
Au-dessus du chœur actuel on trouve des profils d’ogives différents, des feuillages de chapiteaux qui évoquent la nature : arum trèfle, ancolie vers le bas-côté sud.


Deux clefs de voûte à deux têtes l’un regardant vers l’Est et l’autre vers l’Ouest. On retrouve ce type de visages à la Sainte-Chapelle de Saint-Germain-en-Laye mais dans un style plus évolué.

Tête sur clef de voute, XIIe alt

En comparaison, en plus aboutie et travaillée la tête d'une clef de voute, dite de Saint-Louis, avec feuille de vigne dans la Sainte-Chapelle de Saint-Germain-en-Laye, elle date du XIIIe vers 1238 :

Sainte-Chapelle Saint-Germain-en-Laye


Les flores des chapiteaux rappellent l’époque de la chapelle basse de la Sainte-Chapelle.
Les voûtes des quatrièmes et cinquièmes travées datent du XVe, mais reposent sur des piles probablement plus anciennes.


1492, Jehanne Baston, veuve du seigneur du Perreux demande l’autorisation d’adosser une chapelle au nord de la Nef. Celle-ci est consacrée en 1529. Les piliers ondulés sont typiques de cette époque. Les traces actuelles de polychromie sont trompeuses car du XIXe.
À la fin du Moyen-Âge l’église était fermée au niveau de la cinquième travée par une façade. On constate une épaisse voûte de l’ancien porche, en avant duquel on construisit une galerie au XVIIe.
1853, est agrandit l’église d’une travée dans la nef. Au début du XXe, il est construit trois travées et demie à l’Ouest.
1958, découverte de pierres tombales dans l’église. Pour des raisons étranges elles ont été mises à l’extérieur les abîmant rapidement, elles sont depuis 1996 dans l’église bien au chaud …une des rares églises à être chauffée en hiver. Pour autant le décryptage des pierres tombales n’a pu être possible.

Plan de l'église selon les périodes

 

Saint-Saturnin


Avec Saint-Denis, Austremoine de Clermont, Gatien, Martial, Paul et Trophime, Saturnin fut l’un des sept évêques envoyés par le Pape au IIIème siècle pour évangéliser la Gaule. 

Il arriva à Toulouse, en passant par Nîmes il est rejoint ensuite par Honest, où il est vénéré sous le nom de Sernin. Ils prennent la route pour aller à Pampelune en Espagne et rencontrent le futur Saint-Firmin. Honest devient martyre sous l’empereur romain Aurélien. Saturnin, en compagnie d’Hilaire, revient sur Toulouse.

Vers 250, il passe devant le Capitole de Toulouse auquel les prêtres païens lui enjoignent d’honorer l’empereur en sacrifiant un taureau. Saturnin refuse l’acte, il faut rappeler que la viande sacrifiée pour une idole est interdite dans l’église :
« Actes des Apôtres 21:25 : À l'égard des païens qui ont cru, nous avons décidé et nous leur avons écrit qu'ils eussent à s'abstenir des viandes sacrifiées aux idoles, du sang, des animaux étouffes, et de l'impudicité. »

Saturnin ne fait donc que respecter la bible. Son refus lui sera fatal puisqu’il est attaché au taureau, fou de rage l’animal dévale les escaliers du capitole emportant le martyre dans sa descente et le tue. La scène est représentée dans l’église sur le vitrail du bas-côté-sud, vitrail de 1915.

L’église fut probablement consacrée à Saint-Saturnin par le roi Dagobert qui de passage, lors son retour d’Espagne, à Toulouse, en mars 631, fit halte chez son frère Caribert Ier ( ou Charibert selon Grégoire de Tours ) où il vénéra les reliques de Saint-Saturnin avant qu’elles ne soient transférées dans l’église de Yerres en 1526. Une première chapelle mérovingienne est donc construite, elle est détruite en 861.

Par la suite les églises proches de ses Villae mérovingiennes, comme à Nogent-sur-Marne sur l’emplacement de l’actuelle Sous-Préfecture, sont consacrées à Saint-Saturnin comme d’autres villes proches  comme l'église de Champigny-sur-Marne, Antony et Gentilly.
Une statue, peut-être du XVIIIe ou antérieur, de Saint-Saturnin est mise dans une niche sécurisée de l’église, la provenance de cette dernière est inconnue à l’heure actuelle.

Photographies
 

{gallery captions:alwaysOnTop=1}abbayes-eglises/eglise-nogent-sur-marne{/gallery}