{gallery /}

Nécropole De Chellah 

 

 

necropole chellah rabat

 

Le site archéologique de Chellah, est un des plus beaux du Maroc. Les premiers habitants de Rabat-Salé, anciennement Sala ou Sala Colonia, vécurent probablement à cet endroit de par sa position stratégique, alors au bord d'un port fluviale proche de la mer, et de par son abondante source d'eau potable. La ville de Sala ( Rabat et Salé aujourd'hui ) fut un temps un allié de Carthage avant la destruction de cette dernière pendant les guerres Puniques.

Par la suite Sala deviendra une ville romaine, dont elle garde quelques vestiges, puis beaucoup plus tard une nécropole familiale des Sultans au XIIIe et XIVe siècle dont elle a gardé sa muraille. En 1935 le maréchal Lyautey y fut inhumé à sa demande avant que la fin du Concordat oblige la translation des cendres aux Invalides de Paris.

Le site de Chellah est aussi connu pour ces jolies Cigognes blanches sédentaires qui y réside depuis plusieurs siècles, comme à une époque dans les Oudayas de Rabat. Le site de Chellah , à l'extérieur de l'enceinte de la ville de Rabat, est un  havre de paix, idéal pour une balade reposante à l'ombre des arbres.

 

 

Historique
source : source sur place, documentation diverses, wikipédia, 

 

Le site de Chellah, anciennement Sala ou Sala Colonia, renferme les vestiges de la première occupation connue humaine de la région de Rabat. Sa naissance et son développement ont été favorisés par la présence conjointe de l’Oued Bou Regreg et de l’une des sources les plus abondantes de la région.

Attesté à partir du milieu du Ier siècle ap J.-C, dans les sources antiques et sur les monnaies, le toponyme Sala englobait la ville antique ainsi que l’Oued Bou Regreg, connu également chez Pline l’ancien du nom Salat. On peut penser que ce lieu fut choisi par sa proximité avec la mer et surtout par sa source d’eau douce. Sous la domination arabe, Sala est donné à l’actuel emplacement de la ville de Salé qui englobait alors l’actuelle ville de Rabat, tandis que le site portait le nom de Chellah.

Il n’y a pas aujourd’hui de certitude sur les origines de la ville, mais il semble qu’à l’époque Phénicienne, elle ait été choisie comme escale maritime pour les bateaux qui naviguaient le long des côtes atlantiques entre Lixus et l’île de Mogador. Néanmoins il reste peu de trace de la présence punique et son histoire reste peu claire même si cette région fut alliée un temps avec Carthage.

Puis vint l’ère de  la Maurétanie qui    désigne le territoire des « Maures », peuple berbère de l'Antiquité. Ils vont faire de Sala une véritable ville, elle y frappera également sa propre monnaie et sera assez active dans les échanges commerciaux méditerranéen.

Puis en 146 av J.-C., Carthage est détruite par l’empire romain. De ce fait l’empire Romain entreprend la conquête de l’Afrique du Nord.

La Maurétanie devient un royaume vassal de Rome vers 45 av J.-C.

mosquee route romaine forum

Route romaine et forum. Au fond une mosquée.

En 25 av J.-C., Les Romains y place Juba II de Numidie comme roi à la solde de Rome. Quand Juba II meurt en 23 ap J.-C., son fils, instruit à la façon romaine, Ptolémée de Maurétanie lui succède sur le trône.  Caligula le fait assassiner en 40 et l’empereur Claude annexe la Maurétanie directement comme province romaine en 44, sous un gouverneur impérial (et non sénatorial).

De ce fait Chellah, et l’ensemble actuel de Rabat-Salé va devenir une province romaine située en Maurétanie Tingitane, du nom de sa capitale Tingis (aujourd'hui Tanger) ; comprenant le nord du Maroc.

Les Romains se limitèrent d’abord à aménager une route côtière jusqu’à Melilla, tandis qu’ils continuaient d’entourer les Aurès, déplaçant le siège de la IIIe légion à Lambèse. L’allongement est-ouest du relief de la Maurétanie Césarienne imposa une avancée parallèle à cet axe : une première route est construite sous Trajan et Hadrien contrôle une bande de territoires de 50 à 100 km de la cote, de la vallée du Chelif, et Castellum Tingitanum (El Asnam) jusqu’à la Numidie. Sous Septime Sévère, une nouvelle rocade jusqu’à Numerus Syrorum (Maghnia) élargit vers les sud le contrôle de la Maurétanie Césarienne, tandis qu’une route périphérique, le limes Tripolitanus entoure le secteur de Leptis Magna. Enfin, des postes avancés dans le désert surveillent les tribus nomades : Castellum Dimmidi (oasis de Messaad), Cydamus (Ghadamès), Bu Njem (Libye actuelle). Les forces armées permanentes consistent en une unique légion, la IIIe Augusta, complétée par de nombreuses unités auxiliaires réparties sur la Maurétanie Césarienne, et renforcée en Maurétanie Tingitane par des alliances avec les tribus maures. Source wikipedia.

Sala était à l’extrémité du l’Empire Romain.  La distance du pouvoir de Rome et l’absolue nécessité d’alliance avec les tribus Maures afin d’apaiser la Mauritanie Tingitane, dont fait partie Sala, a surement permis une certaine latitude dans la gestion de cette région.

Sous l’ère Romaine, de nombreuses constructions vont naître à Chellah : Forum, Capitole, Arc de Triomphe, Basilique chrétienne, Curie, Thermes, faisant de l’ensemble une cité prospère pour faire rayonner la puissance de Rome.

Afin de protéger la cité et les environs, deux camps militaires sont établis, l’un sur l’emplacement actuel de Sidi Khlifa et un autre sur la rive droite du Bouregreg. L’ensemble militaire était dirigé par la Legio III Augusta, seul Légion à intervenir dans ces régions du monde Africain. Cette légion fut en grande partie composée d’africains romanisés.

De plus l’ensemble de la ville était protégée par un ensemble de limes continu (mur et fossé) qui s’étendait de la côte atlantique jusqu’à l’Oued Akreuch.

En 144 ap J.-C., une nouvelle muraille est édifiée, très probablement pour englober les nouvelles constructions. Il ne reste quasiment plus rien de cette muraille.

Au Ve siècle, l’empire Romain quitte la région, administration et armée, déjà en proie depuis plusieurs siècles à diverses rébellions dans la Maurétanie Tingitane.

Chellah n’apparaît plus pendant presque 7 siècles, on ne connait pas grand-chose de cette époque.

1284, le sultan Abû Yusuf Ya’qub choisir le site de Chellah comme nécropole familiale. Il y fera construire une mosquée et quelques mausolées. Sa femme, Umm al-lzz, y fut inhumée et lui-même y sera transféré après sa mort. À cette époque il s’agit d’un site autour de la source de Chellah.

1339, Abou al-Hassan, fait construire la muraille actuelle avec une porte monumentale. Tandis que son fils Abu ‘Inan y fera édifié un hammam ainsi qu’une Nazal ( Hôtellerie ) pour y accueillir les pèlerins.

Puis Abu ‘Inan décide de choisir Fès comme nouveau de sépulture de la dynastie mérinide, le site de Chellah est progressivement abandonné.

1935, décédé le 27 juillet 1934, le Maréchal Hubert Lyautey est inhumé provisoirement dans la crypte de la cathédrale de Nancy avant d'être inhumé, selon ses vœux, au mausolée construit à Rabat dans le sanctuaire de Chellah. Après la fin du Concordat, les cendres sont transférées sous le dôme des Invalides aux côtés de Foch, Turenne et Vauban, le 10 mai 1961.

20162017, restauration de l’ensemble du sanctuaire.

cigogne blanche chellah

Cigogne blanche sédentaire du site de Chellah

 

 

Photographies

{gallery captions:alwaysOnTop=1}world/morocco/rabat-sale/chellah/{/gallery}