Levroux
 

 

La ville de Levroux doit son existence dès l'époque gauloise et romaine, son ancien nom était Gabatum. C'est lors de la christianisation du Berry que la ville changea de nom en Levroux. Elle possède encore des ruines d'un amphithéatre où furent trouvé de nombreuses pièces romaines. Aujourd'hui la ville est surtout réputée pour son cuir encore utilisée par des grandes marques de luxes, mais aussi par sa collégiale et ses maisons anciennes. Le château de Levroux fut lui fortement dégradé pendant les guerres de religions, ainsi qu'au XIXe siècle, ce qui fait qu'il ne reste que deux tours du châtelet d'entrée qui fut rendu plus confortable au XVe. L'enceinte de la ville médiévale a disparue néanmoins il reste l'une des sept portes de la cité, la porte de Champagne.

 

Historique
  source : source sur place, documentation diverses, Histoire de Berry  Par Gaspard Thaumas de La Thaumassière ( écrit avant 1510 ), Blog Yolio, Château Overblog



 

La ville de Levroux est d'origine très ancienne, il existait notamment avant l'époque romaine un oppidum Gaulois est construit sur la colline d'un village, à l'emplacement actuel de l'ancien château médiéval.

Selon la légende de Saint-Silvain ( aujourd'hui écrit Saint-Sylvain ) serait le Zachée dont parle le Nouveau Testament dans Saint-Luc, Saint-Pierre l'aurait donc envoyé en Gaule avec Saint-Sylvestre qu'il fit réssucité à cette occasion et qu'il se retira avec Sainte Rodene une vierge d'origine Italienne, qu'il baptisa dans le village de Gabatum ancien nom de Levroux.

Sainte Rodène aurait quittée son fiancé Corusculus qui tenta de la retrouver, mais pour éviter qu'il ne la retrouve ou qu'ils soit encore tenté par sa beauté, elle décida de se mutiler le visage. Saint-Sylvain lui rendit sa beauté et guérissa ses blessures par un signe de la croix, émerveillé Corusculus se convertit alors au christianisme. Il existe bien évidemment plusieurs versions de cette légende.

Saint-Sylvain est connu pour avoir évangéliser les habitants du Berry. Mais la ville de Gabatum pris dit-on  le nom de Levroux après un miracle de Saint-Martin. Saint-Martin vint prier sur le tombeau de Saint-Sylvain et il rencontra alors le Seigneur du village alors devenu lépreux. Saint-Martin le guérissa de la lèpre et en souvenir de ce miracle, la ville pris le nom de Levroux : Leprofum Quafilocus Leprofi.

Evidemment ce sont des légendes dont il est difficile d'en connaître la véracité aujourd'hui. Néanmoins la ville de Levroux fut habité probablement dès l'époque Gauloise et Romaine dont la place des Arènes et un Amphithéâtre en sont les témoins, de nombreuses pièces de l'époque romaine et gauloise furent trouvés par ailleurs dans les ruines.

Ce qui amène à une autre signification du nom de Levroux. En effet il est possible que le château fut érigé par un certain Raoul de Deols, qui fonda également Châteauroux qui s'appelait en latin Loco-Radulphum ou Locum Radulphi, Levraoul qui deviendra Levroux comme Château Raoul qui devint Châteauroux.

Néanmoins les titres, chartres anciens parlent de Levroux avec le nom de Leprofum et Lebrofum rappelant son lien avec la lèpre.

1012,  Eudes de Deols fils de Raoul le Chauve fonde un collège de chanoines didié à Saint-Sylvain. C'est à partir de cette époque que les pélerinages pour guérir de la "feu de Saint-Sylvain" ( maladie de la peau ) commencèrent. C'est probablement à cette époque qu'est construit une fortification, peut-être en bois.

1188, Philippe-Auguste prend le château et la ville de Levroux. Selon une chronique de l'époque la prise du château resta dans les mémoires comme un miracle. En effet il y avait semble t'il un petit lac asséché par la rudesse de la sécheresse, empêchant à l'armée du roi de s'abreuver. Les assiégants étaient en difficulté jusqu'à qu'une abondance d'eau d'origine inconnue fit que les chevaux avaient de l'eau jusqu'aux sangles. L'armée pu continuer son siège et prendre le château. Philippe-Auguste donna la place à son cousin le fils du Comte Thibaud de Champagne.

1189, Philippe-Auguste perd contre Richard Coeur de Lion et se voit contraint de signer le traité d'Azay le Rideau qui remet le château entre les mains du roi d'Angleterre.

1199, Philippe-Auguste reprend une partie du Berry et met la main à nouveau sur le château de Levroux.

1218, les chanoines font constuire la collégiale actuelle sur les fondations d'un ancien temple romain ou d'une ancienne église déjà construite dessus.
 


1229, le château est renforcé , peut-être que la construction de la grosse-tour dite de Bonan date de cette époque.

1263, construction de la sacristie de la collégiale.

1280, fin de la construction de la collégiale de Levroux.

Guillaume de Chauvigny donne la châtellenie de Levroux à son fils cadet André de Chauvigny.  Blanche de Chauvigny ( née en 1300 et morte en 1351 ) la porta en la maison de Senlis, ayant épousé Guy III le Bouteiller seigneur du château Ermenonville ( mort avant 1350 ).

XIVe, le château est décrit comme un château de grande étendue, au milieu duquel se voit une tour de prodigieuse grosseur, accompagnée de deux autres, entre lesquelles se trouvait le Portail du Château ( probablement le châtelet actuel ). À cette époque se trouvait dans la ville un Hôpital et une Maladerie. De  la Châtellenie de Levroux dépendent plusieurs paroisses :  Saint-Phalier, Rouvre les Bois, Sainte-Colombe, Baudre & plusieurs autres fiefs. La ville est entouré d'un grand fossé, sans semble-t-il de fortifications ou sommaires.

1416,  par le mariage de Jacquette du Peschin le château entre dans la famille de Bertrand V de la Tour d'Auvergne, il  fut seigneur de la Tour et de Montgascon, puis comte d'Auvergne et de de Boulogne. Les blasons au dessus du châtelet sont de ces deux familles, il est donc probable qu'au milieu du XVe siècle le château est transformé pour le rendre plus viable et au goût de l'époque. Les fenêtres à meneau à un seul pan, ou traverse simple, en sont des témoins intéressants qui se développe beaucoup au début du XVe siècle, on peut en voir notamment sur la tour du duc de Bourgogne et le château de la Ferté-Milon du duc d'Orléans. Bertrand V de la Tour d'Auvergne participe avec Jeanne d'Arc - Histoire & Parcours à la Jeanne d'Arc lors du Siège d'Orléans, de la Prise de Jargeau  du  Pont de Meung-sur-Loire, Guerre de Cent-Ans, de Donjon de Beaugency, Tour César et à la Bataille de Patay le 18 juin 1429

La ville possédait au Moyen-Âge une fortification dans la ville avec une enceinte haute de seulement 2 m et épaisse de 60cm après que Charles VII accepta la fortification de la ville pour éviter les pillages en 1435, mais c'est seulement au début du XVIe qu'elle fut terminée. La porte de Champagne est le dernier témoin important de la fortification de la ville.

1461, mort de Bertrand V, le château passe à son fils Bertrand VI qui avait épousé Louise de La Trémoilles en 1444.

1502, le buffet d'orgues est installé dans la collégiale actuelle.

1517, le château tombe entre dans la famille des Médicis par le mariage de Madeleine de la Tour, fille de Jean de la Tour III, comte d'Auvergne & de Boulogne, avec Laurent de Médicisduc d'Urbino  . À la mort de Madeleine, c'est Catherine de Médicis leur fille unique qui en fut l'héritière.

1566,  le château serait à cette époque en mauvais état, il n'est donc pas certain que Catherine de Médicis ait fait des travaux dans le château.

1576, pour financer les travaux au Château de Chenonceau, elle utilise les revenus de la baronnie de Levroux.

1581, Catherine de Médicis en fait don à Alphonsine de Stroffy  sa cousine et dame d'honneur qui l'épouse de Scipion comte de Fiesque qui était le fils de Sinibalde Comte de Castelan et de Lavagne et de Marie de la Roüere, dont est issu François de Fiesque Comte de Lavagne et de Bressuire qui se maria avec Anne le Veneur fill de Jacques Comte de Tillières d'où est descendu Charles Léon de Fiesque conjoint par mariage de Charlotte  d'Harcourt fille de Jacques Marquis de Beuvron en Normandie et de Léonor Chabot dont l'un des fils fut Jean-Louis Marie de Fiesque alors seigneur de Levroux au XVIIe.

1621, François-de-Fiesque meurt le 30 août  au siège de Montauban sous les ordres de Louis XIII.

1653, un texte déplore  l'état de délabrement du château "féodal" après les guerres de religion.

1840, la collégiale est classée Monument Historique. Malheureusement le château n'est classé que bien plus tard, le fossé est comblé et l'enceinte médiévale qui restait en partie est rasée.

1927, les ruines du château sont inscrites aux titres des Monuments Historiques.

 

Photographies