{gallery /}

 

Église Saint-Pierre le Moutier
 

L'église de Saint-Pierre-le-Moutier est connue pour ses chapiteaux d'art roman, par le passage de Jeanne d'Arc et sa libération temporaire par cette dernière en 1429. Elle fut édifiée sur un emplacement d'une ancienne Villa Romaine et le premier monastère est mis en place dès le VIIIe siècle. L'église actuelle est édifiée à partir du XIIe siècle, courant XIIIe siècle et modifiée au XVe par le rajout des chapelles ainsi qu'au XIXe siècle.



740, le premier monastère Saint-Pierre est installé, par les bénédictins de Saint-Martin d'Autun dont ils dépendaient directement. Son emplacement, à proximité de la voie romaine d'Autun à Bordeaux, leur avait été offert par la reine Brunehaut.

IXe siècle les moines s'installèrent définitivement en élevant leur communauté au rang de prieuré.

1164, une bulle du pape Alexandre III confirme l'appartenance du prieuré de Saint-Pierre à la prospère abbaye de Saint-Martin.

1165, Louis VII accorde sa protection et sauvegarde sur la localité.

1222, Philippe Auguste fait mettre un bailliage royal.

1180, Archambault de Bourbon donne d'importants revenus au prieuré.

1234, l'église fut érigée en Église paroissiale.

1429, novembre, la ville est libérée du poitevin Périnnet Gressard par Jeanne d'Arc et Charles II d'Albret, lors de la prise de la ville selon le témoignage du chirurgien du roi, Jeanne sauve du pillage l'église qui était probablement celle que nous connaissons aujourd'hui. Il est probable que Jeanne d'Arc y pria après la prise de la ville néanmoins il n'y a aucun texte le confirmant, mais son habitude et sa croyance rende la chose crédible.

1886, l'église est classé au titre des monuments historiques.

1910, les bâtiments claustraux sont rasés.



Descriptif de l'église



L'Extérieur :

Façade occidentale : elle est ornée d'un portail en plein cintre sans tympan et éclairée par trois baies romanes en plein cintre en tiers point. Deux statues sont dans une niche trilobée, il s'agit de Saint-Denis et un évêque.

 

Bas-côté Nord et son portail : la porte Nord faisait communiquer l'église avec le cloître du prieuré : daté de la fin du XIIe et début du XIIIe siècle, ce tympan quintilobé représente un christ en majesté, accompagné des quatre évangélistes et leurs symboles, une unique voussure est décorée de quatre anges finement sculptés tenant des encensoirs et des flambeaux. Quelques traces de polychromie.


Intérieur :

Nef : la Nef centrale est voûté en berceau continu, sans arcs doubleaux ( en raison du décalage des côtés Nord et Sud ). La charpente apparente ( de la nef ) a été remplacée par une fausse voûte en briques lors des travaux de restauration en 1868. Au-dessus des arcades, fenêtres cintrées et sans ornement.



Bas-côté Sud : il a été construit dans le style gothique, endommagé par un incendie ou un acte de pillage entre 1164 et 1221. Chaque travée de plan rectangulaire est voûtée d'ogives, arcade en arc brisé.

Chapelles latérales : elles ne datent pas de la construction de l'église, elles ont été percées tardivement au XVe et XVIe siècle. Au XXe siècle l'une des chapelles est consacrée à Jeanne d'Arc et modifiée.

Chapelle Jeanne d'Arc

Clef de Voûte : représentant plusieurs personnages, peut-être royaux, que l'ont retrouve fréquemment au cours du XIIIe siècle. Difficile de dire si ils sont personnalisés, néanmoins les visages ne se ressemblent pas. On peut remarquer le mal représenté au centre de la vigne de la voute.On y voit un "roi", peut-être une reine, une femme portant le deuil et peut-être un enfant, il est éventuellement possible qu'il s'agisse de Saint-Louis, de Blanche de Castille ( en deuil ) et de Marguerite de Provence la femme de Saint-Louis, mais c'est une supposition qui ne repose sur pas grand chose mais plausible si la période de construction fut réalisée pendant le règne de Louis IX.


Croisée du transept : lors des travaux de 1650, la coupole de la croisée fut remplacée par une voûte d'arêtes en briques ; elle est marquée seulement dans l'élévation et supporte un clocher moderne. Il a été rebâti sur la tour primitive et contient l'ancienne cloche du beffroi.

Le chœur :  le chœur est éclairé par les fenêtres aux vitraux modernes est surélevé car bâti au-dessus de la crypte. Adoptant un plan rectangulaire le chevet est plat, percé d'une porte débouchant dans la sacristie.

Les chapiteaux : comme les piliers romans ils ont été sculptés au deuxième quart du XIIIe siècle, par un atelier bourguignon. Les plus nombreux s'inspirent plus ou moins directement du chapiteau corinthien classique à feuillages dentelés et volutes, traités de manière souple et grasse. Viennent se mêler des masques et des animaux réels et fantastiques. D'autres représentent des scènes figurés ( jongleurs, musicien à la harpe , querelle de vieillard et une scène biblique : Daniel dans la fosse aux lions.


On y peut voir :

Une statue de Saint-Michel terrassant le dragon en calcaire du XVe siècle
Un gisant en pierre d'Apremont, du XVe ou XIVe siècle, représentant un prieur du monastère.
Une pièta polychrome, fin XVe ou début XVIe
Bas-reliefs sculptés, pierre tombale de Anne Demontet

 

source principale : texte affiché dans l'église.

 

 

 

 


Informations
  •  Adresse : Place de l'église 58240 Saint-Pierre-le-Moutier
  •  Téléphone : 
  •  Heures d'ouvertures & Visites  :   ouverte tous les jours

 


Photographies
 

{gallery captions:alwaysOnTop=1}abbayes-eglises/bourgogne/eglise-saint-pierre-le-moutier{/gallery}