Château de Rochambeau

 

Situé sur les bords du Loir, il a connu son heure de gloire avec la présence du Maréchal de Rochambeau qui rejoint les troupes de Georges Washington afin de battre les troupes royales anglaises avec l'aide de l'amiral de Grasse. Un ensemble de caves troglodytes qui furent utilisés comme communs sont derrières le château, une chapelle y fut édifiée au XIXe siècle. Le château conserve de nombreux portraits de la famille Rochambeau mais non visible à la visite.

 

chateau de rochambeau

 

Un château méfiéval aurait été bâti au XIe siècle.  A la fin du Xlème siècle.Suite au mariage de Mathurin de Vimeur. originaire de Touraine, et de Christine de Belon, naquit la famille de Vimeur de Rochambeau. Il reste de l'aspect défensif du château une salle souterraine avec canonnières ( probablement XIVe ou XVe voir XVIe ) à l'entrée du château vers la grille.

Ils firent probablement modifier une ancienne bâtisse ou construire une nouvelle gentilhommière sur ces lieux.Le bâtiment était flanqué d’au moins une tour côté Loir dans laquelle se trouvait l’escalier, avait un toit très haut et des fenêtres à meneaux. C’est environ l’équivalent de la partie centrale d’aujourd'hui.

Au XVIe siècle, le fief de Rochambeau appartient à Louis de Belon, chanoine de Saint-Georges de Vendôme, l'église aujourd'hui en ruine au château de Vendôme. Il en fait don en 1516 à sa soeur Christine, épouse de Mathurin de Vimeur, fauconnier du duc de Vendôme et descendant d'un chevalier de Saint-Louis participant à la bataille de Mansourah pendant la croisade. 

Construction du château 

Entre 1774 et 1776, Jean-Baptiste Donatien de Vimeur, comte de Rochambeau, qui participa à la lutte pour l'indépendance des Etats-Unis d'Amérique, entreprend un chantier de rénovation et de mise au goût du jour : il fait supprimer les meneaux des fenêtres, supprimer la ou les tour(s), l'enceinte médiévale, les fossés et ajoute à la partie centrale deux ailes légèrement saillantes avec des toits à la Mansart. Les tilleurs datent probablement de cette époque et se situe sur le long du Loir.

Pour harmoniser l’ensemble, il fait aussi abaisser le toit de la partie centrale. C’est une construction dépouillée, symétrique sans ornement particulier sauf l’escalier en fer à cheval qui sera rajouté en 1805, œuvre d’un maçon de Montoire. L’horloge sur le toit a été rajoutée au XIXème siècle, la cloche vient d’un couvent de Bénédictins.

 escalier fer a cheval

 Escalier en fer à cheval, mis en place en 1805. On remarquera les fenêtres murées décorées par de fausses fenêtres afin de garder une homogénéité visuelle.

sources : Affiche au château, Edition Atlas

 

Photographies & Photos

Recherche dans le site