{gallery /}

Château de Beaumesnil

chateau_de_beaumesnil_3

Le château de Beaumesnil est situé en Normandie. Il est le dernier rescapé des châteaux de type Baroque. Unique en son genre, il est un mélange d’architecture française et italienne. Une référence bien plus que symbolique. Ce côté chargé peu certes déplaire ou plaire, toujours une question de goût, mais allié à un beau jardin et un entretien plus que convenable, ce château mérite qu’on s’y intéresse. Il fut édifié au XVIIe siècle.

Et puis bien sûr les jardins, si l’arrière actuel du jardin n’est pas d’une grand originalité, l’avant du château et sa motte font curieusement penser à un jardin de type le Nôtre. Cependant on ne peut pas en accorder la paternité aujourd’hui, ceci d’autant plus que le manque de perspective approfondie et la sobriété apparente n’en fait pas une marque de fabrique. Pour autant les Montmorency avaient clairement les moyens de se payer le luxe d’avoir Le Nôtre comme architecte de jardin. Les jardins sont souvent attribué à Jean-Baptiste de La Quintinie ( 1626-1688 ), ami fidèle de Le Nôtre qu'il rencontra au Château de Vaux-le-Vicomte. Cependant Jean-Baptiste de La Quintinie est surtout connu pour la botanique (Potager et Fruits) et ses premières fonctions sont celles de juriste et de maître des requêtes de la Reine (fonctions qu'il délaissa vers la trentaine).

 

 

  • Adresse : 2, Rue des Forges, 27410 Beaumesnil
  • Téléphone Office de Tourisme :  02 32 44 40 09
  • Heures d'ouvertures & Visites ( 2014 ) :
    Pâques au 30 juin : Du vendredi au lundi, de 14h à 18h -
    Juillet-Août : Tous les jours de 11h à 18h
    Septembre : Tous les jours sauf le mardi, de 14h à 18h
  • Visite du parc seul : Tarif unique : 3 euros - Moins de 12 ans: gratuit
  • Visite du château & parc : - Adultes : 7 euros - Jeunes (12-21 ans) : 3,50 euros - Moins de 12 ans : gratuit - Carte annuelle : 12 euros

    La visite devrait durer deux bonnes heures, si vous voulez vraiment profiter du musée au sous-sol sur les livres d’époques. On y trouvera également tout un ensemble d’écrits tout aussi rarissimes. Le point aussi qui accentue le côté référence de ce château, est le fait qu’il est très meublé. Si les meubles ne sont pas d’origine, ils sont en tous cas d’époque et sur ce point vous serez servis. Depuis 2017, il est possible de dormir dans le château : https://www.airbnb.fr/rooms/18712154?location=Beaumesnil
  •  
Historique
Sources : texte fourni au château; divers


Beaumesnil existe depuis au moins le Xe, mentionné dans le traité de Saint-Clair-sur-Epte en 911, date de la création du duché de Normandie. Les premières familles sont celles de Meulan donc Roger de Beaumont. Il était l’un des conseillers de Guillaume le Conquérant avec notamment comme fait d’arme la livraison de 60 vaisseaux pour envahir l’Angleterre en partant notamment de

Beaumesnil appartint aussi à la famille d’Harcourt, dont un autre château tout aussi illustre est situé non loin de là. En 1250, le fondateur de la Lignée Harcourt-Beaumesnil y construisit un château fort sur motte. Il n’en reste quasiment plus rien, ne serait-ce qu’une étrangeté visuelle : une motte de guie en pleine douve actuelle du château. Probablement en l’honneur des ancêtres de la construction du fort, il n’empêche néanmoins que cela est curieux ! Peut-être existe-t-il d’autres raisons obscures, mais  à l’heure actuelle personne ne peut donner d’autres réponses (?).

Pendant la guerre de Cent-Ans, le château fort subit d’incessantes prises et reprises entre les Anglais et les Français. Henry V d’Angleterre le légua au Lord Robert de Willoughby. Il fut récupéré par les Français en 1449 avec Jean II de Tournebu puis cédé en 1463 à Jean de Lorraine. Ensuite suivit René de Lorraine (beau frères de Charles VII ), puis Charles de Lorraine Duc et Pair de France et Baron de Beaumesnil.
L’ancien château semble assez impressionnant avec ses huit tours avec corps de Logis comprenant une salle basse, chambre et cuisine. Excentré, il y a un donjon entouré de fossés et de douves. Cependant en réalité peu d’autres informations subsistent de ce château.

•    La Renaissance porte bien son nom au château de Beaumesnil. Au 17ème siècle il fut acheté par Félix Le Conte de Nonant pour son fils. Jacques fit construire le château pour sa femme Marie Dauvet Desmarets, ce qui donne une des raisons des initiales sculptées à divers endroits. C’était la petite-fille de Brulart Sillery, ambassadeur de France à Rome, négociateur du mariage d’Henry IV avec Marie de Médicis.

C’est le 23 juin 1631, que le château fut mis en construction dans un style baroque : il est l’unique survivant de cette époque aujourd’hui. Un style baroque tiré du style florentin : divers ouvriers de Poissy et Rouen participèrent à la construction, dont Jean Gaillard maître maçon.


Le château se termina en 1640, mais Jacques de Nolant mourra le 8 octobre 1641 profitant en réalité donc peu de son château Louis XIII. Le château passa de main en main via les héritages et autres alliances nuptiales.


Le château arriva ainsi à la Famille Béthune, reconnue comme étant les premiers nobles à abolir les droits féodaux sur ses terres, ce qui pour l’époque est bien une nouveauté, que l’on peut qualifier de révolutionnaire.
 
•     La Révolution, signe de destruction

Armand de Béthune-Charost, dernier propriétaire avant la Révolution, fut guillotiné le 27 avril 1794, et le mobilier du château fut vendu aux enchères. Sa veuve réussit à récupérer le domaine.
Elle se maria quelques années plus tard avec Eugène-Alexandre Montmorency-Laval et décéda en 1828. Il semble qu’un grand nombre de travaux furent entrepris pour restaurer le château. On note qu’il ne fut pas détruit … ce qui pour l’époque est presque une exception.
Eugène-Alexandre Montmorency-Laval se remaria en 1833 avec Constance de Maistre et mourut sans postérité en 1851. C’est son beau-frère qui hérita du château : le comte Rodolphe de Maistre (1789-1866), suivi de ses descendants. Le château subit pendant toute cette période des programmes de restaurations salutaires.

•    Le 20ième

Divers architectes apportèrent des améliorations, et firent des restaurations, comme François Jacquelin en 1921. Gonzague de Maistre avait cédé le château à une société américaine en 1927 ‘ Domaine of Beaumesnil, INC’ contrôlé par le Grand Duc Dimitri-Pavlovitch de Russie. Sa femme fit restaurer les pavillons.


En 1950 les Fürstenberg continuèrent les travaux en s’inspirant pour les jardins des plans de 1760. Les parterres à la française ‘ demi lune’ et du ‘jardin Madame’ furent créés ou récréés.
 

Photographies

{gallery}chateau/chateaux-normandie/chateau_de_beaumesnil{/gallery}