{gallery /}

 

Exposition Sous le Sceau de Saint-Louis
 

Statue de Saint-Louis, bois polychrome,  provenant de la châsse des Grandes reliques de  la Sainte-Chapelle, probablement réalisée vers 1300.

 

Pour les 800 ans de la naissance de Saint-Louis et de son baptême à Poissy, la ville organise une exposition exceptionnelle sur le roi de France Louis IX dans les anciens bâtiments de l'Abbaye de Royale de Poissy. L'abbaye est aujourd'hui détruite dans sa quasi totalité. Il reste cependant la porte défensive du prieuré royal qui est utilisée comme Musée des Jouets. L'exposition est prévue au moins jusqu'en janvier 2015, l'entrée est payante ( 4€ en 2014 ) mais permet aussi l'accès au Musée du Jouet dans le prieuré royal.


Avec de nombreux documents d'origines, pour une période temporaire de 1 à 2 mois puisque la plupart seront par la suite remplacés par des facs similés. 

Voir aussi. Chronologie de la vie de Saint-Louis - Conciergerie de Paris, exposition

 


Informations
  •  Adresse : 1, enclos de l'Abbaye 78300 Poissy
  •  Google Maps : Carte
  •  Téléphone :  01 39 65 06 06
  •  Heures d'ouvertures & Visites   : Musée du Jouet, Exposition " Sous le Sceau de Saint-Louis" : ouvert tous les jours sauf lundis et jours fériés. 9 h 30-12 h / 14 h-17 h 30. Musée gratuit le premier dimanche du mois. Pour se garer gratuitement, il y a des places sur la D153 ( Avenue du Bon roi Saint-Louis à Poissy ) - par RER A à la station de " Poissy" environ 10 min à pieds. La Ligne J de la SNCF au départ de la Gare Saint-Lazare en direction de Vernon, station "Poissy" environ 10 min à pieds.

 

L'ordonnance contre les Juifs de décembre 1230 qui interdit le prêt avec usure pour les Juifs, déjà imposé probablement avec peu d'effet en 1223.


 

 

 

 



Un parcours d’exposition très documenté

De nombreux objets patrimoniaux et documents d’archives souvent d'origines sont exposés, tels que des actes royaux, le registre de chancellerie de Saint-Louis, son testament de 1270, un registre des plaintes reçues par les enquêteurs de 1247, l’ordonnance relative aux juifs de 1230, des vitraux de la Sainte-Chapelle, un manuscrit « Enseignements de Saint-Louis à son fils » (copie du XVème siècle), la bulle de canonisation de Saint-Louis par le pape Boniface VIII de 1297, et enfin des sculptures.

Les éléments composant un scriptorium rappellent les tâches effectuées par les scribes de la chancellerie.

Ces pièces exceptionnelles sont issues, entre autres, des Archives nationales, de la Bibliothèque nationale de France, du Musée de Cluny, du Musée d’Archéologie nationale, du Musée des Monuments français, et du Musée Tavet-Delacour de Pontoise.

Elles mettent en lumière le sujet de l’exposition afin d’attiser la curiosité d’un large public y compris les scolaires. Le parcours de l’exposition est illustré de très belles miniatures tirées d’un manuscrit de Guillaume de Saint-Pathus, franciscain du XIIIème siècle, auteur d’une vie de Saint-Louis.

Saint-Louis naît à Poissy en 1214

Saint-Louis fut baptisé dans la collégiale de Poissy


Dans une première partie, les objets exposés permettent d’évoquer Poissy en tant que commune affranchie à la fin du XIIème siècle par Philippe Auguste, et comme résidence royale où Saint-Louis est né en 1214. En marge de ce premier ensemble, quelques objets de la vie quotidienne aristocratique permettront aux plus jeunes d’entrer dans l’imaginaire des seigneurs de cette époque à travers la chasse, la guerre et les jeux avec l’exposition d’armements prêtés par les musées de Cluny et de Laon, mais aussi de très belles pièces de jeu d’échecs du XIIème siècle conservées au musée du Noyonnais.



L’affirmation du pouvoir royal – La création du Parlement

La seconde partie du parcours met l’accent sur le développement et l’affirmation du pouvoir capétien qui s’exerce sur un domaine royal considérablement agrandi, dont hérite Louis IX.

Sont évoqués ses déplacements à l’échelle du royaume ainsi que les documents écrits laissés par la chancellerie.

Un scriptorium de l’époque médiévale est mis en scène avec son pupitre, ses parchemins, stylets et ustensiles d’écriture. Différents types d’actes écrits, des plus solennels aux plus courants, sont présentés aux côtés du registre de chancellerie où ils sont recopiés par les clercs du roi, soucieux de préserver la mémoire administrative.

La mise en valeur de plaintes reçues par les enquêteurs de Saint-Louis contre ses agents locaux ou encore l’ordonnance contre les Juifs de 1230 illustrent aussi bien son souci d’équité et d’ordre moral au sein de sa propre administration que sa dureté vis-à-vis de ceux qu’il considère comme ennemis de la foi chrétienne. La création du Parlement, groupe de juristes qui secondent le Roi dans l’exercice de la justice, et la réforme monétaire dénotent le rayonnement du pouvoir capétien sur le royaume à la fin du règne.

La prééminence du royaume de France est abordée avec l’acquisition des reliques de la Passion et la construction de la Sainte-Chapelle dans le palais de Paris, qui en devient l’écrin.

Deux vitraux accompagnent la présentation de la somptueuse statue en bois polychrome représentant Saint-Louis et provenant de la grande châsse des reliques.

Une sculpture plus tardive du roi portant une maquette de la Sainte-Chapelle et conservée dans l’église de Moréac dans le Morbihan, ainsi qu’un moulage de clef de voûte de la chapelle du château de Saint-Germain-en-Laye viennent compléter la représentation de la figure du roi.

L’héritage de Saint-Louis

Une dernière partie évoque enfin l’héritage politique et moral de Saint-Louis, transmis par ses successeurs, à travers la présentation de son testament, d’un manuscrit des Enseignements de Saint-Louis à son fils, de la bulle de canonisation de Saint-Louis par le pape Boniface VIII, et quelques reliques du roi « miraculeusement » conservées par le musée Tavet-Delacourt de Pontoise.


 


 

Photographies
 

{gallery captions:alwaysOnTop=1}abbayes-eglises/abbaye-prieure-poissy/saint-louis{/gallery}